Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Liens cliquables +++ COMMANDER Sombre +++ SOUTENIR le jeu sur Tipeee +++ INVITER l'auteur

#1 08 Jan 2018 09:11

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Little HĂ´ Chi Minh Ville : Comptes-rendus de partie

Little Hô Chi Minh Ville est une cité-immeuble-bidonville au coeur de la Germanie, investie par une population panasiatique. Une ville polymorphe qui carbure à la technologie biopunk et à la transformation.

Little Hô Chi Minh Ville est aussi un projet de jeu dédié, en développement (je peux vous envoyer le brouillon sur simple demande)

Little Hô Chi Minh Ville est enfin un supplément de contexte pour le jeu de rôle The Sprawl, un jeu d'Hamish Cameron dans une ambiance cyberpunk et furieusement tactique.

A voir : page dédiée au jeu.

37987154335_73036b1b84_c.jpg

crédits : fallen pegasus & zoriah & cambiodefractal & iandavid, licence cc-by-nc & Thomas Pruss, licence cc-by-sa


Comptes-rendus par l'auteur, avec le jeu dédié :

1. Cuisine aux Orgones
Cet ancien scénario de Millevaux Sombre connaît une nouvelle jeunesse dans la version biopunk et dystopique de Little Hô Chi Minh Ville motorisée par l'Apocalypse !

2. Scolopendre.
Cronenberg retourne In the Mood for love pour ce test de ma version propulsée par l'Apocalypse avec des moves complets.

Comptes-rendus par l'auteur avec The Sprawl :

1. Cuisine aux Orgones
Je ressors à nouveau mon scénario récurrent pour Little Ho Chi Minh Ville afin de tester la compatibilité de mon univers Millevaux-biopunk-panasiatique avec les règles du jeu cyberpunk The Sprawl !


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#2 08 Jan 2018 09:16

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : Little HĂ´ Chi Minh Ville : Comptes-rendus de partie

CUISINE AUX ORGONES

Cet ancien scénario de Millevaux Sombre connaît une nouvelle jeunesse dans la version biopunk et dystopique de Little Hô Chi Minh Ville motorisée par l'Apocalypse !

Jeu : Little Hô-Chi-Minh-Ville : post-apocalyptique, biopunk, dystopique, halluciné.

Joué le 20/03/2017 sur google hangout

Personnages : Vitello, Ombre

26947784653_acaa9c747f_z.jpg

crédits : thomas hawk, verlaten, licence cc-by-nc, collection of old photos, Sam Droege, domaine public

L'histoire :

Boutique d'apothicaire de Versailles. Odeurs d'épices et de formol. Les six commandos entassés dans la minuscule pièce attenante à la porte blindée qui mène à l'atelier de machiniste de Klaus. Versailles et ses beaux atours et sa paralysie faciale, Klaus son époux au visage mou dans son costume tibétain, Yawiko la caïd des triades (qu'est-ce qu'une caïd vient faire dans cette galère ?), son frère Mask le déviant avec son maquillage kabuki et son penchant pervers pour la sarcomantie (t'as-vu les oeillades qu'il fait à Klaus ? C'est sûr qu'il se le tape), Vitello le cuisinier venu du sud (une erreur de casting ?) et Ombre sa baby-sitter aux allures de tueuse. Objectif : aller dans le temple du Singe du Besoin et dérober un artefact : la Viande Noire. Mask a déjà infiltré le temple, il va leur donner une heure où tout le monde sera occupé par un cérémonial et un accès par une porte dérobée. Simple. A la clé : suffisamment de pognon pour se mettre au vert et plaquer ce fichu bidonville.

Yawiko et Mask se barrent. Ombre reste. Elle se connecte à un poulpe psychique, tombe dans le coma et se rend dans son palais mental. Ce sont les cuisines de Vitello, étroites, fours rougeoyants. Vitello s'engueule avec sa femme. Il chope un coup de sang et il a la tue sans faire exprès. Du sang. Ombre s'enfile dans des galeries et se rend dans le palais mental d'un bras droit de Yawiko. Un appartement avec des crocs de bouchers, de la barbaque, du sang partout. Le type braque un flingue sur sa propre tempe, il est sur le point de se suicider. Ombre le questionne, il dit qu'il a découvert que Yawiko est sous la coupe de la Secte du Singe du Besoin. Ils ont implanté un scolopendre dans son bide et ils lui font faire ce qu'ils veulent. Ça lui fout les boules, parce que bosser pour les triades lui donnait un sentiment de liberté et de libre arbitre. Il faisait des atrocités, mais il le faisait pour sauver sa couenne. La Secte du Singe du Besoin, c'est juste une émanation de la ruche, ils veulent niveler les pensées. Le type veut pas bosser pour la ruche, il veut pas perdre son self. Il demande à Ombre si elle se sent libre ou si elle obéit juste à des ordres. Il lui propose de faire un truc juste pour se faire plaisir. Elle peut le tuer, elle peut le torturer si elle le veut. Est-ce qu’elle le ferait ? Juste pour le plaisir ? Le type lui tend son flingue. Ombre décline et se barre maintenant qu'elle a l'info qu'elle cherchait.

Vitello est rentré dans le restau qu'il a ouvert à son arrivée. C'est juste un couloir avec quatre tables minuscules et à peine un passage d'homme entre elles et le comptoir où il prépare ses pâtes. Vitello est confiant. Personne ne semble se douter qu'il est le véritable commanditaire, qu'il a tout vendu à Venise pour venir ici et récupérer la Viande Noire, l'ingrédient culinaire suprême. Il était déjà le meilleur des chefs, il aura le meilleur des ingrédients. Si jamais ça échoue, alors il s'essayera à la viande humaine, qui paraît-il a un goût très raffiné. Des concurrents ? Peut-être Nouilles Bien Cuites, une chaîne de restaurant de nouilles du coin. Ils sont partout à Little Hô et pourraient bien convoiter la Viande Noire. Seule ombre au tableau.

Une femme en uniforme bleu marine vaguement soviétique, étoiles rouges, badges publicitaires en guise de médaille, rapiécé de partout, fait irruption dans le restau. Elle s'appelle Thân, elle veut réquisitionner les couteaux de cuisine pour le Viêt Minh. "Rien ne nous appartient, alors tout nous appartient !" Vitello lui dit que les couteaux sont plus utiles à la collectivité entre ses mains. Ses clients ne sont-ils pas les plus heureux du monde ? Tous ces clients arborent de larges sourires de peur. Tânh le braque avec un Lüger à tentacules. Il lui prépare les nouilles de sa vie pour lui prouver ses dires. Elle sort de là sans prendre les couteaux, convaincue. Elle va parler au comité, au péril de sa vie. Tous les clients filent à l'anglaise.

Ombre arrive dans la ruelle obscure et engluée de câbles qui mène au restau. Elle arrête un des convives. Il dit qu'il est heureux. Comme le chat au lever du soleil. Il sort une statuette de chat et lui agite le bras en guise de bonheur. Pas la peine de le molester, il est heureux comme le Bouddha. Il essaye de lui vendre des boules à neige.

Ombre rentre dans le restau. Vitello et lui échangent leurs aventures respectives. Antonio et Francesca, les enfants de Vittello, demandent ce qu'est la Viande Noire et pourquoi on rentre pas à Venise. Il y a aussi deux gamins du coin qui squattent le restau, Pulpul le sikh et Tarjeen l'hindu. Antonio et Francesca jouent avec eux. Francesca montre à Vitello qu'ils lui ont appris à manger des cafards. Elle en a justement un dans la bouche. Ombre le lui retire, ou du moins ce qu'il en reste, une bouillie qui grésille parce qu'il y a certainement un peu de tech dedans. Pulpul et Tarjeen demandent à récupérer leur merde, c'est très précieux. Devant la réaction incrédule d'Ombre, les enfants expliquent comment sont faites les briques calorifiques qui aliment les fours de Vitello. Vitello les laisse embarquer les seaux pour avoir la paix.

Yawiko attaque Vitello dans son palais mental. Elle lui tire dessus avec un pistolet à scorpions et l'empoisonne. Ombre protège Vitello jusque dans ses rêves et s’interpose. Elle arrive à prendre le dessus sur elle, elle la fait choir à terre et lui écrase la gorge. Mais elle l'épargne dans la vraie vie. Elle lui arrache le scolopendre du ventre et l'écrase. Yawiko est maintenant libre. Quelle décision va-t-elle prendre ?

Pulpul et Tarjeen reviennent au restau avec un fortune cookie à l’attention de Vitello. Le cookie contient un mot de Versailles : "RDV à la boutique. Maintenant." Vitello s'y rend, mais pas Ombre qui est trop mal en point.

A la boutique, Vitello retrouve le reste du commando. Mask leur fait faire une visite virtuelle des canalisations à emprunter et des murs d'appartements à péter jusqu'à arriver à la porte dérobée. Il a prévu de leur laisser la porte ouverte. Yawiko ne dit pas grand-chose mais laisse sous-entendre qu'elle est entièrement de leur côté désormais. Vitello est nerveux et se prend un peu le chou avec tout le monde. Il faut dire que la menace onirique de Yawiko et sa possible trahison l'a affecté. Et qu'il est accro au sang de poisson des canalisations qui lui permet de revisiter les moments avec sa femme. Mais dans le dernier fix qu'il s'est fait, il voyait sa femme chanter entre deux portes mais il ne l’attrapait jamais. Et il a compris qu'il l'aimait toujours, qu'elle lui manquait plus qu'il ne voulait se l'avouer.

Ombre se traîne jusqu'à la boutique de clés-minutes qui lui sert vaguement d'alibi à Little Hô. Elle espère se rafistoler avec sa machine à faire les clés. Tanh attend devant sa porte, elle a un duplicata de clé à lui faire. Ombre dit que c'est fermé, elle insiste. Elle lui tend la clé, c'est une clé biotech dont la poignée est une figurine qui symbolise le Singe du Besoin. Là, c'est différent. Ombre fait un double. Tanh est très nerveuse, elle dit à Ombre de se taire quand celle-ci évoque le temple du Singe du Besoin. Elle dit qu'à Little Hô, il y a des mouchards partout. Elle arrache des câbles du mur et montre des micros. "Les murs ont des oreilles ici." Pour l'illustrer, elle écarte des tuyaux. Il y a effectivement une oreille bio qui a poussé dans le mur. Tanh lui crève le tympan avec un poinçon. Quelque part à Little Hô, un vieillard curieux hurle de douleur.

Ombre s'apprête à donner le double à Tanh mais elle s'arrête. Tanh sent qu'il y a anguille sous roche. Elle braque Ombre avec son Lüger à tentacules, elle lui dit de détruire le moule. Ombre se rebiffe. Tanh lui arrache le duplicata des mains et tire sur la machine à clés. Des tentacules en sortent, flinguant tous les mécanismes. Tanh prend la fuite dans une ruelle sombre et crade. Ombre récupère dans un tiroir un antique flingue rafistolé qui appartenait à l'ancien taulier de la boutique qu'Ombre a tué, et elle part en chasse. La course-poursuite les entraîne de venelle en passerelle, d'appart en appart. Elles sont maintenant dans une fumerie d'opium jaune, corps entassés à leurs pieds, assemblages de gamelan qui tintinnabulent au plafond. Ombre flingue Tanh, et ensuite elle flingue Mademoiselle Ming, la tenancière qui a tout vu. Elle s'apprête à foutre le feu à la fumerie. Elle remarque qu'il y a un môme planqué sous la literie. Qu'à cela ne tienne. L’allumette tombe quand même. C'était nécessaire ou c'était pour le plaisir ?

Ombre revient à la boutique. Versailles la répare, mais du coup elle voit qu'Ombre n'a pas de muscles ou d'os, c'est juste de l'ombre entre ses organes et ses vaisseaux sanguins. C'est juste un artifice gastromantique créé par Vitello. Vitello confie à Ombre qu'il a prévu, une fois la Viande Noire récupérée, de repartir avec Versailles dont il veut faire sa nouvelle épouse.

Sur le chemin du retour au restau, Ombre et Vitello découvrent Francesca. Elle a suivi Vitello et elle a capté l'essentiel. Elle craint que Vitello ne se fasse tuer. Elle veut qu'ils rentrent à Venise maintenant. Vitello dit que ça attendra bien demain, mais Francesca insiste pour qu'il renonce à la Viande Noire. Ombre dit à Vitello qu'elle raccompagne la gamine au restau. Arrivé au restau, Francesca dit à Antonio de faire ses valises. Ombre tue les deux gamins, qui sont des obstacles pour Vitello. Elle les découpe et les range dans les valises, qu'elle fait partir vers Venise.

C'est l'heure de passer à l'action. Tout le commando, sauf Mask (censé être déjà à l'intérieur) se retrouve devant la porte dérobée. Un bas-relief en métal évoque la silhouette grimaçante du singe du besoin arqué sur une proie humaine dont il aspire les forces vitales. Vitello a confié à Ombre qu'à la fin, il ne doit rester qu'eux deux et la Viande Noire. Alors Ombre prend une initiative un peu trop tôt. Elle tue Yawiko. Versailles et Klaus hurlent de stupeur. Klaus s'apprête à frapper Ombre, mais Vitello le plante. Vitello explique à Versailles que Klaus était un nul, qu'il la trompait. Il la demande en mariage. Versailles fait mine d'accepter le deal, mais dessous sa paralysie faciale, Vitello comprend qu'elle est terrorisée. Il la somme de s'expliquer. Elle dit qu'il a tué l'amour de sa vie. Cela ne marchait plus entre eux, mais avec le sérum de mémoire cellulaire qu'elle se serait acheté avec la prime, elle aurait pu lui faire revivre leurs premiers instants, il l'aurait aimée à nouveau. Vitello lui dit que ça aurait été de la manipulation, pas du vrai amour. Il se dit qu'avec le temps, elle comprendra.

Ils rentrent dans l'arrière du Temple. Tentures rouges. Un espace trop grand pour être honnête. La viande noire sur un autel de pierre, suintante, vivante, acide, consciente, puante, poreuse. Mask se tient à côté de l'autel. Il les invite à déguster la Viande Noire. On comprend que c'est lui le véritable maître du Temple. Il dit à Ombre qu'il aurait bien voulu manipuler son corps. Ombre et Vitello le butent, et pour transporter la Viande Noire acide et toxique, Vitello dit à Ombre d'en farcir le corps de Mask. Versailles retire un flacon des poches de Klaus et propose à Ombre de le boire pour s'affranchir et devenir vraiment humaine. Et vraiment libre. Mais Ombre a d'autres projets pour toucher du doigt la liberté et elle écrase le flacon d'un coup de talon.
Vitello dit à Versailles qu'elle est libre de partir. Mais elle dit qu'elle accepte de le suivre à Venise. Après tout, elle a tout perdu ici.

Ils retournent au restau. Vitello demande Ă  Ombre oĂą sont les enfants.

OĂą sont les enfants ?

OĂą sont les enfants ?

Ombre s'explique qu'elle s'en est débarrassé. Que c'était ce que Vitello voulait vraiment.

Vitello dit Ă  Ombre d'une voix tremblante : "Maintenant, tu vas t'endormir."

Frappée par ce mot de commande, Ombre tombe au sol.

Inerte.

Vitello et Versailles quittent le restaurant.

Ombre reste au sol.

Toutes ces sensations s'éteignent une à une. La dernière chose qu'elle ressent, ce sont les pattes d'un cafard qui parcourt son échine.


Mise en jeu :

Little Hô Chi Minh Ville est une extension du scénario Cuisine aux Orgones. C'est maintenant un contexte prévu pour le jeu de rôle The Sprawl (du cyberpunk motorisé par l'Apocalypse). La particularité c'est que c'est à la fois un contexte avec plein de possibilités de missions et des livrets de personnages, mais il y a aussi possibilité de jouer un scénario unique avec des prétirés : Cuisine aux Orgones, anciennement conçu pour Millevaux Sombre (mais son aspect aventureux ne collait pas vraiment à l'ambiance voulue pour Millevaux Sombre), que j'ai aussi testé une fois sous Inflorenza.
Ce contexte disposera aussi de ses propres règles, différentes de The Sprawl mais motorisée par l'Apocalypse également, ce sera pour la version domaine public qui sortira un an après la version The Sprawl.

J'ai proposé les prétirés de Cuisine aux Orgones, et on les a mécanisés avec mon embryon de règles motorisées par l'Apocalypse. Ombre est devenu une femme alors que le prétiré est un homme, mais ça n'avait aucune importance, au contraire c'était intéressant.

Séances précédentes :

Sous Millevaux Sombre : Cuisine aux orgones 1 2 3
Sous Inflorenza : Cuisine aux Orgones/Green Void/Le Château des Possibles

Retour personnel :

J'étais assez content de la partie, même si mon équipe estime qu'elle aurait pu tirer davantage de ses personnages (on peut pas être au top à chaque fois !). De mon côté, j'ai bien déroulé l'univers étrange et claustrophobe de Little Hô. J'ai voulu jouer la promiscuité, mais la joueuse d'Ombre regrette d’en avoir fait plutôt abstraction de son côté. L'équipe prenait peu de précautions alors que l'ambiance était à l'espionnage permanent, mais on a supposé que si on rejouait, l'équipe évoluerait vers davantage de parano.

La joueuse d'Ombre a trouvé que je lui envoyais trop de perches sur la tension esclavage / liberté, mais j'avoue que j'ai joué en mode one-shot, donc oui je précipitais les choses. Je reconnais qu'en campagne, j'aurais dû y aller moins vite pour qu'elle ait le temps de développer un jeu plus subtil autour de ces questions.

A tester lors du prochain playtest :

Ce que je veux développer maintenant, c'est mes moves, parce que j'avais pour ainsi dire rien préparé des conséquences, et j'avais des problèmes d'équilibrage (arts martiaux était en 2d6+bio et Ombre avait un score minable en bio alors qu'elle était censée être balaise en arts martiaux).

Il faut des livrets avec mention des moves et des carac impliquées pour que l'équipe puisse optimiser.
Cette partie s’est monté à la dernière minute, en remplacement d’un autre jeu annulé. J’ai joué d’impro, et j’ai constaté que sur la quantité de moves et de questions à ma disposition, j’ai toujours joué les mêmes. J’ai bricolé une succession d’évènements à l’instinct, ça manquait de structure et c’était bizarre parce que par exemple on a fait plein de trucs avant l’infiltration et du coup l’infiltration proprement dite j’ai dû la réduire à sa plus simple expression (ça tient aussi au fait que c’est le 5ème test de ce scénario donc je suis allé vers autre chose, notamment les nouvelles spécificités liées au changement du contexte et aux règles de l’Apocalypse).

Pour ma prochaine séance, je vais tester le concept suivant : une feuille de route. Au départ, elle comporte tous mes principes et mes questions, et j’y ajoute tous les trucs qui sont révélés en jeu et qui appelleraient une suite. Je joue ces principes et questions et notes dans l’ordre que je veux, mais quand j’en joue un, je le barre (des fois je rajoute une nouvelle ligne s’il y a une suite à donner), comme ça je m’évite la redite et je structure mon impro pour vraiment tirer toute la moelle que ce contexte peut offrir.


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#3 12 Mar 2018 15:43

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : Little HĂ´ Chi Minh Ville : Comptes-rendus de partie

SCOLOPENDRE

Cronenberg retourne In the Mood for love pour ce test de ma version propulsée par l'Apocalypse avec des moves complets.

Jeu : Little Hô-Chi-Minh-Ville : post-apocalyptique, biopunk, dystopique, halluciné.

Joué le 01/04/17 à la Convention Eclipse

Personnages : Manolo le caïd, Orchidée la déviante, Naeko l'artifice, Arun-Khan l'organo, Mante l'étranger

37988323745_f59329c339_c.jpg
crédits : bukutgirl & maxime wojtczak & MarcGbx & perosha, licence cc-by-nc, galeries sur flickr.com


L'histoire :

Pour le commun des mortels, Naeko est une maquerelle qui fournit à ses clients les êtres les plus proches possibles de leurs désirs. Mais Naeko est surtout une doppleganger. Un être artificiel sans personnalité et capable de les endosser toutes, avec la chair qui va autour.

Ce jour-ci, son client a une requête particulière. Il veut que des poulpes psychiques soient impliqués dans ses jeux érotiques. Naeko se rend donc à la boutique qui en fournit. Mais elle trouve le boutiquier étendu au sol, et tous les poulpes éclatés. Un gamin en sari sort de l'arrière-boutique. Il porte un œil de Shiva sur le front. C'est lui qui a mis le boutiquier et sa boutique dans cet état. A coup de battes de baseball. Tout en essuyant son arme, il dit qu'il s'appelle Vérité et accuse Naeko de vouloir se fournir en poulpes psychiques, ce qui est une offense aux prétextes de son idéologie, celle de la Chair Pure. Il la soupçonne également d'être un androïde et la soumet à un test de Turing délirant et complexe. Mais Naeko le surmonte, elle a été programmée pour ça.

Un peu plus tard. Le commando a rendez-vous devant un monte-charge d'une station minière. Ils descendent dans le monte-charge qui s'enfonce vers les sous-sols de la ville. Strates et strates de roche remplie de compressions de métal fossilisé. Le monte-charge s'arrête et grimpe à bord Ami, une coréenne bien propre, en costard noir et blanc, les cheveux gominés rabattus sur le côté. C'est leur commanditaire du moment. Ils sont très serrés tous les six, mais Ami fait de son mieux pour éviter tout contact physique et maintient une barrière entre elle et eux avec son éventail. A mesure que le monte-charge s'enfonce, elle exprime du soulagement (sûrement parce que la probabilité qu'il y ait des micros diminue). Elle leur demande de récupérer le Scolopendre, un artefact bio détenu par la caste des Matons. Elle leur demande ce qu'ils veulent en échange. Manolo veut des infos sur Dien Bien, le boss du Viet Minh. Naeko veut un contact avec un bon techie. Arun Khan veut un labo agrandi à 3 cellules, et des cadavres. Ami répond que rien de tout cela ne posera problème une fois qu'elle aura le Scolopendre. Un cloporte sorti de terre vient ramper à l'intérieur du monte-charge. Ami prend un visage révulsé et l'éclate d'un coup d’éventail. Le monte-charge arrive à l'étage le plus bas. Couloir noir de houille, gamins pakistanais qui poussent un wagon, étincelles des appareils de soudure à acétylène. Ami s'en va par la.

Mante, l'un des commandos, un aborigène venu de loin, gastromancien et herboriste de son état, va voir ses contacts chez les matons. Il arrive dans une cellule décrépite. Aucun meuble, juste des matelas et des détritus et des mégots de cigarettes. Un sniper posté à la fenêtre et un autre maton qui lui sert le café, des khmers adolescents avec juste un duvet de moustache. Leun, le sniper, félicite Tan pour son café qui a du goût pour une fois. Tan lui précise d'éviter de lui demander ce qu'il mit dedans. Il lui demande si Linh est en train de le draguer où s'il se fait des idées. Leun répond qu'il délire. Mante veut les interrompre, mais soudain Leun est occupé. Il voit une mère et sa fille sortir de la ville et courir dans la jungle. Il les a dans les viseurs. "J'attends un peu, c'est plus sport." Il shoote le gamin en premier. Puis il tire sur la mère : "J'allais pas la laisser dans son chagrin." Mante le félicite pour faire bonne figure, et aussi parce que les cadavres des snipés, il a un accord avec les matons pour aller les récupérer dans la jungle. Faut dire qu'il en a besoin pour servir de la viande à son restaurant. Il a un client obèse qui vient quatre fois par jour et rien que lui, il lui engloutit la moitié de son chiffre d'affaire. Mante demande à voir Zao, son contact, on lui indique la cellule d'à côté. Zao est affalé sur un matelas, défoncé sous crack. Mante lui refile des herbes de son cru. Il tient ce camé en son pouvoir. Il obtient un sauf-conduit pour aller et venir dans la jungle et quelques informations sur les matons : Zao confirme qu'ils détiennent bien le Scolopendre, une chose qu'ils ont récupéré lors du rafle et qui est maintenant dans leur labo sécurisé.

Manolo, un autre commando, est un guerrier maori qui bosse officiellement comme caïd pour le Viet Minh, bien qu'il leur pique en loucedé des armes qu'il refourgue gratis à la cour des miracles. Manolo pense avoir des tatouages tribaux sur le visage mais en réalité ce qu'il a c'est un aigle du troisième Reich sur le front et des croix gammées sur les joues. Faut dire que son mentor, Hermann, est du genre nostalgique. Manolo déteste en réalité le Viet Minh. Il a dû refiler sa femme à Dien Bien, le boss de la faction, pour avoir le droit d'organiser des combats. Alors il rêve de se venger et de récupérer sa femme. Il va voir un de ses contacts, le vieux et fieffé Vioc Nâm, qui vit dans une cellule avec sa femme qui passe son temps à couper des légumes, tchoc tchoc tchoc, et il lui demande des infos sur les matons. En échange, il lui propose de parier sur le combat de créatures qu'il organise dans trois heures, il lui dira sur quelle bestiole miser (Arun, un autre commando, Organo de son état, doit lui refiler des créatures daubées). Puis il demande carrément à Vioc Nâm de l'aider à s'infiltrer chez les matons. Mais le vieux grigou demande plus lourd dans ce cas. Il veut que Manolo annule le combat de créatures et le remplace par un combat d'humains. A mort bien sûr. C'est ce qui rapporte le plus. Il n'a qu'à faire combattre son frère. Manolo finit par céder. Pour le combat humain. Mais son frère restera en dehors de ça.

Arun Khan retourne dans son minuscule labo pour récupérer une des créatures daubées qu'il a en stock, un varan tout pourri qui l'appelle "Father" et le supplie de l'achever, ça fera l'affaire. Dans son labo, il y a une prostituée menottée à son radiateur. Il lui a déjà scié un bras. La fille le supplie d'avoir pitié. "... Je fais juste ça pour mes études. Je veux devenir médecin..." Mais ce n'est pas la première fois qu'Arun capture une pute et la désosse. Il fait des expériences sur la nouvelle humanité et ça consomme du cobaye. Alors, sans compassion aucune, il l'achève à mains nues et il se fait un shoot avec son identité.
Arun Khan se retrouve dans la peau de la fille. Il fait le tapin dans un corridor sordide aux néons saturés. Son téléphone sonne. C'est sa mère qui l'appelle. Mais elle n'a pas l'occasion de décrocher. Un client l'aborde. Un type un peu timide, pas à l'aise socialement, genre un peu autiste. C'est Arun Khan. Ce sera son dernier client. Arun-pute en a le cerveau tout retourné.

Orchidée est une autre des commandos. C'est une geisha avec un visage de porcelaine. C'est un visage qu'elle s'est fait par sarcomantie, c'est une sorte d'ongle soudé à son vrai visage, pour cacher la marque d'infamie que lui ont infligé ses anciens maîtres esclavagistes, la secte de la Chair Pure, quand elle s'est mise à la sarcomantie. Elle a eu deux enfants de force par le boss de la Chair Pure et elle s'est enfuie avec eux. Elle rejoint son atelier de scarification où se trouve ses deux gamins. Quand un client en colère lui tombe sur le dos. C'est Amiya, un confrère maori de Manolo, un type musclé jusqu'aux sourcils. Il a commandé des scarifications tribales pour faire plus guerrier, mais voilà, tout son bras s'est infecté, il est nécrosé. Il gueule après Orchidée, devant ses deux enfants jumeaux, le nez collé à la vitrine. Orchidée le renvoie vers Arun-Khan, qui devrait pouvoir lui arranger ça. Il gueule qu'il payera pas et que si ça foire... il se tourne vers les enfants et fait le signe de la gorge tranchée. Orchidée dans son dos fait aussi le signe de la gorge tranchée aux enfants pour leur faire comprendre qu'elle ne laissera jamais ce type leur faire du mal.

Arun se fait tirer de ce trip par le maori nécrosé. Il allonge le guerrier sur le bloc, l'anesthésie et lui brise la nuque. Dans ce geste martial, il a une épiphanie au sujet des points vitaux du corps humain. Sa connaissance des flux d'énergie s'en trouve accrue.

Naeko part fureter près du quartier général des matons, mais c'est difficile. Les gens la fuient. Et puis elle est accostée par un de ses clients réguliers, ce qui met son opération à mal. Il s'agit de Tony, un homme marié qui se prétend romancier (c'est possible dans le sens où les histoires valent de l'or ici, mais quand même c'est bizarre). Un homme bien habillé, aux manières surannées. Il l'invite à prendre un verre chez lui. Etrange de se retrouver dans sa cellule familiale. Des photos de son couple. D'habitude, Tony fait appel aux services de Naeko pour qu'elle lui fournisse une femme qui ressemble le plus possible à Maggie, une autre femme mariée qu'il convoite. Naeko n'a vu de Maggie que des photos et n'en a entendu que les réponses que Tony a faites à son sujet. Elle n'a jamais refilé à Tony une pute qui ressemble à Maggie. C'est elle-même qui a pris l'apparence de Maggie : c'est ce qu'elle fait avec tous ses clients à leur insu. Elle utilise ses capacités de doppleganger pour prendre l'apparence de leurs fantasmes. Le truc le plus bizarre avec Tony, c'est qu'il n'a jamais fait de sexe avec Naeko-Maggie. Il voulait juste causer. Mais ce jour là est spécial. On dirait bien que c'est avec Naeko-Naeko que Tony veut causer. Il lui offre des cigarettes et fait des poèmes étranges. "Les cigarettes sont des souvenirs." Il finit quand même par lui donner congé, parce que sa femme doit rentrer.

Mante rentre dans son restau. Il trouve sa femme en train de touiller la nourriture. C'est ce qu'elle fait jour et nuit depuis qu'elle est morte (snipée par les matons quand elle et Mante ont essayé de rentrer à Little Hô pour fuir une vie dans la forêt devenue trop dangereuse) et que Mante s'est débrouillé pour la faire renaître. Elle est un peu limitée maintenant. Sa seule phrase, c'est : "C'est bientôt prêt !".
Leun le sniper fait irruption dans le restau et tire des balles-sangsues à tout va. La femme de Mante s'en prend une en pleine tête, bon ça c'est pas grave elle s'en remettra, et Mante se prend une balle dans le flanc, et une sangsue s'infiltre dans son corps. Il arrive à buter Leun d'un coup d'art martial. Il saura jamais pourquoi le gars lui en voulait, si c'était lié à la mission ou un truc plus perso. Deux petites mémés du quartier viennent féliciter Mante pour avoir eu l'aplomb de tenir tête à un maton. Elles se proposent pour faire disparaître le corps, elles ont de la soude et tout, mais Mante décline. Il a sa propre filière. Et surtout, il a besoin de l'ADN d'un maton pour franchir les sécurités de leur quartier général. Il prélève l'ADN puis se traîne jusqu'au labo d'Arun-Khan pour se faire soigner et extraire la sangsue.

Manolo embobine le Viet Minh comme quoi il peut organiser un combat à la gloire des combattants communistes. Un Viet Minh contre un de leurs prisonniers des triades, et bien sûr le combat sera truqué en la faveur des rouges. Il donne aux deux futurs combattants des implants d'arts martiaux et les laisse s'entraîner mentalement pendant une heure. Puis il drogue le prisonnier des triades pour être sûr qu'il flanche au bon moment.

Le commando se rassemble juste avant le combat.

Le combat a lieu dans une cage entourĂ© d'une foule de parieurs agglutinĂ©s, rendus fous par l'imminence du sang. Sueur et cris. Le fieffĂ© Vioc Nâm est au rendez-vous. Les deux combattants sont torse nu et se battent avec un boulet enchaĂ®nĂ© Ă  leur cheville. Le combat est d'une violence rare. Mais la drogue devait ĂŞtre daubĂ©e car le prisonnier des triades ne flanche pas. Il colle le crâne du viet sur la cage et lui Ă©crase son boulet Ă  plusieurs reprises sur la face. Manolo balance un shuriken minuscule dans le cou du prisonnier qui flanche enfin. Le prisonnier Ă  terre, le viet, qui a le nez en bouillie, l'achève d'une frĂ©nĂ©tique sĂ©rie de coups de boulet. 
C'est là que Vérité, le caïd de la secte de la Chair Pure, fait irruption avec deux gros bras. Il accuse Manolo d'avoir fait combattre des guerriers modifiés. Manolo arrive à faire comprendre à Vérité qu'il serait fou de s'en prendre à lui en plein territoire Viet Minh. Vérité et ses acolytes se retirent de la scène, mais Vérité sous-entend que les choses sont loin d'être conclues.

Le commando se rend ensuite avec Vioc Nâm au quartier général des matons. Ils franchissent les premières sécurités grâce à l'ADN de Leun. Ils parviennent à un sas d'où pendent des cordons ombilicaux. Il faut maintenant passer une sécurité matricielle. Arun Khan et Mante méditent avant de se soumettre à cette épreuve.

Orchidée est la première à se connecter aux pseudopodes gluants et avides. Elle se retrouve dans une cave inondée, étroite, fermentant dans ses propres déjections, avec juste la tête qui dépasse de l'eau. Au-dessus de sa tête, une grille et des semelles de bottes. Un homme se penche sur elle. C'est le boss de la Chair Pure, le père de ses enfants. Il lui dit qu'il lui offre cette chance : se livrer et lui rendre ses enfants, et finir dans cette cave. Si elle refuse son offre, son sort et celui de ses enfants sera bien pire. Orchidée refuse. Elle comprend alors que le boss vient de débusquer dans son mental l'endroit où elle vit maintenant avec les enfants.

Naeko est dans une cellule. C'est celle de Tony. Tout est aussi coquet que dans son souvenir, sauf que la porte est cadenassée et les fenêtres sont barricadées. Elle est avec Tony, il a toujours ses bonnes manières, mais ça ressemble sacrément à de la séquestration. Il l'invite à s'asseoir devant son antique machine à écrire, et il l'invite à taper à la machine alors qu'il est dans son dos et guide ses bras. La machine à écrire se transforme en cafard. Tony lui demande d'être son amante. Il vient de briser les défenses de Naeko. Elle se retrouve entièrement soumise à ses ordres.

Deux types entrent dans le couloir. C'est Zhao, le maton cracké sous la botte de Mante, et Tan, le sniper qui fait du bon café. Il tire dans les côtes de Manolo, et une étoile de mer se met à pousser dans sa blessure. Arun sort de sa méditation et tue Tan à mains nues. Lors de cette prise d'art martial, il a une révélation : il voit des troncs de scolopendres sortir des bras et des jambes de sa victime. Il voit le nouvel homme, l'homme totipotent hybridé avec le Scolopendre. Il n'a jamais été aussi près de cette nouvelle humanité qu'il cherche à créer. Il se connecte aussitôt aux cordons ombilicaux. Mante s'assure de la neutralité de Zhao, puis se connecte à son tour.

Vioc Nâm s’est connecté aussi. Il crie : « Non, pas le couteau ! » et son cerveau explose, maculant Manolo.

Orchidée se déconnecte et fuit le quartier général. Manolo est trop occupé avec ses propres problèmes pour l'en empêcher.

Comme Mante et Arun-Khan se sont préparés mentalement, ils franchissent l'épreuve matricielle sans problème. Tous ceux qui se sont connectés sont alors littéralement aspirés par les cordons ombilicaux et régurgités dans le labo des matons. Ils tombent sur le chef des matons, un petit bonhomme raffiné qu'Arun-Khan pète en deux rapidement.

Le Scolopendre est dans un caisson. A travers une vitre, on aperçoit ses mille pattes et son corps grouillant. Il est sous forme compilée. Les commandos ont appris lors de leurs investigations que si l'on décompile le Scolopendre, il peut croître à l'infini.

Dans le couloir, Manolo est en bad total. Si on on décompile le Scolopendre à Little Hô, 90% des habitants mourront. Cela pourrait être la fin du Viet Minh et de son boss Dien Bien qu'il abhorre, mais sa femme pourrait mourrir aussi ! On a appris trop peu de choses sur Ami, leur commanditaire. Juste qu'elle appartient à une nouvelle faction, la Vague, dont on ne connaît rien de l'idéologie. On sait juste qu'elle compte sur Arun-Khan pour décompiler le truc. Est-ce que la Vague veut se servir du Scolopendre pour purger Little Hô, ou une autre ville ? Impossible de le savoir. Il pourrait se barrer avec sa famille par le passage souterrain qui mène au bunker de son mentor Hermann, mais en aura-t-il jamais le temps ? Impossible de le savoir.

Manolo prend le risque de laisser le couloir sans sécurité, il se connecte à un cordon ombilical.

Dans le labo, Arun-Khan est grave fasciné par le Scolopendre. Mais les autres arrivent à lui faire comprendre que le Scolopendre est une abomination. Et surtout qu'un nouvel homme à base de scolopendre ne ferait qu'augmenter l'effet ruche, alors qu'Arun-Khan veut faire un nouvel homme qui soit individualiste. Ils font alors péter une grenade dans le caisson. Le Scolopendre explose puis implose jusqu'à ce que le caisson ressemble à une canette de coca écrasée.

Manolo est dans une cage de combat, avec des milliards de scolopendres qui grouillent autour. Il est torse nu, un boulet accroché au pied. En face de lui, son propre frère.

Orchidée a couru à perdre haleine. Elle est arrivée à sa boutique avant le boss de la Chair Pure. Elle transforme le visage de ses enfants, extrait son masque de kératine, et tous trois disparaissent de la circulation.


Feuilles de personnage :

Naeko (l'Artifice)

Mandchou, visage souriant, physique modifié, look organique
Type : Artifice (doppleganger)
Programmée pour tuer, va apprendre à aimer (comme technique d'approche)
Obéissance : a échappé à son constructeur et maître
Carac en fin de partie : Self 4 Bio 1 Tech 0 Ruche 1
Actions être une machine vivante 2d6 + self, se concentrer sur les détails crucieux 2d6+tech (simulacre capable d'incarner l'être de tes désirs)
Job / Commerce : prostituée à domicile.

Secrets connus :
Manolo est en relation avec la cour des miracles, il leur fournit gratos des armes blanches
Orchidée est une ancienne esclave de la Chair Pure, son visage est en kératine, dessous son vrai visage porte une marque d'infamie frappée par la Chair Pure
Arun Khan séquestre une femme.
L'épouse de Mante était vivante à son arrivée, elle est morte depuis.

Secrets :
+ D'où je me suis échappée. Je suis recherchée. Programme zéro capable de m'asservir
+ Mon apparence sortie usine peut être dévoilée (Manolo sait comment procéder)
+ Mentor : Dr Andrew Rokotosoha (Malgache) : m'a éduqué pour me forger une personnalité. Hélas je n'ai pas de volonté d'indépendance car mon programme de base bride ma désobéissance.
+ Je ne peux refuser un ordre

Notes :
+ Vérité, un représentant de la Chair Pur, m'a fait passer un test de Turing avec succès (il y a un témoin)
+ En prime, j'ai demandé un contact avec un bon techie.
+ Tony est marié. Il me demande d'incarner une femme qu'il convoite, Maggie.
+ Je ne peux refuser un ordre Ă  Tony


Mante (l'Etranger)

Aborigène d'Australie

Self 3 Bio 2 Tech 1 Ruche 0
Famille : une femme morte-vivante
Commerce : j'ai un resto
Job : je cultive et livre des plantes spéciales

Secrets connus :
+ Naeko est une personne qui se cache des autres / pas d'infos / choses à cacher (esprit différent, peur, paranaoïa)
+ Manolo connaît un passage souterrain pour quitter Little Hô
+ Arun-Kan me donne des cadavres. Il nettoie des cadavres pour les triades.
+ Orchidée es une ancienne geisha de la Chair Pure. Le boss de la Chair Pure recherche ses enfants qu'elle a kidnappés.

Notes :
+ Zhao, contact maton. Me permet d'avoir un sauf-conduit sur sa zone
+ Le quartier me respecte et me couvre pour avoir tué un maton.


Arun Khan (l'Organo)
Carac à la fin de la séance Self 3 Bio 2 Tech 0 Ruche -1

Actions spéciale : créer une nouvelle forme de vie
Commerce : boutique d'animaux
Service : fabrique des créatures sur commande
Actions custom : Récupérer du matos 2d6+bio, méditer 2d6+tech

Secrets connus :
+ Mante récupère mes cadavres pour les cuisiner.
+ Naeko ne peut rien refuser.
+ Orchidée, son visage est en kératine, dessous son vrai visage porte une marque d'infamie frappée par la Chair Pure.
+ Manolo a un mentor allemand qui prêche un nouveau troisième Reich, Manolo y est affilié involontairement (porte des tatouages nazis sur le visage).


Manolo (le CaĂŻd)

Maori, visage tatoué (un aigle et des croix gammées qu'il prend pour des symboles tribaux), physique musclé, porte un pagne.

Carac Self 1 Ruche 3 Bio 0 Tech 2

Action spéciale : Recruter du personnel 2d6+ruche
Actions custom : Arts Martiaux 2d6+ruche

Secrets :
+ Manolo a un mentor allemand qui prêche un nouveau troisième Reich, Manolo y est affilié involontairement (porte des tatouages nazis sur le visage).
+ Manolo connaît un passage souterrain pour quitter Little Hô
+ Manolo a vendu sa femme au Viet Minh pour avoir le droit d'organiser des combats.
+ Manolo est en relation avec la cour des miracles, il leur fournit gratos des armes blanches
+ Manolo veut faire tomber le Viet Minh pour récupérer sa femme.
+ Manolo a un self de secours.


Orchidée (la Déviante)

Japonaise, visage de porcelaine, physique sensuel, look incongru (geisha)

Action spéciale : sarcomantie 2d6+bio

Carac Self 2 Bio 3 Tech 0 Ruche 1

Commerce / Job : atelier de scarification

Famille : 2 enfants, jumeaux de 8 ans : un garçon et une fille.

Secrets Connus :
+ La femme de Mante est une morte-vivante.
+ Manolo a vendu sa femme au Viet Minh pour avoir le droit d'organiser des combats.
+ Naeko est recherchée
+ Arun Khan a fait disparaître des prostituées, les utilise en expérience pour une nouvelle humanité.

Secrets :
+ La Chair Pure a mis mon "ancienne" tĂŞte Ă  prix
+ J'ai été marquée par la Chair Pure parce que j'étais une manipulatrice de chair : tatouage facial
+ Ancienne geisha d'un boss de la Chair Pure
+ Mes enfants descendent du boss de la Chair Pure
+ Mon masque est une création organique (comme un ongle)


Feuille de route du MC :

+ (barré) Orchidée tient un atelier de scarification
+ (barré) Orchidée était un esclave de la Chair Pure. A eu des problèmes quand elle s'est mise à la sarcomantie.
+ (barré) Orchidée a deux enfants de six et huit ans.
+ (barré) Manolo bosse pour le Viet Minh
+ (barré) Manolo organise des combats
+ Manolo est en relation avec la cour des miracles, il leur fournit gratos des armes blanches
+ (barré) Manolo a un frère et trois filles.
+ (barré) Naeko est maquerelle/prostituée.
+ (barré) Naeko, programmée pour tuer, va apprendre à aimer.
+ Naeko échappée d'un labo.
+ Naeko a une apparence sortie d'usine, secrète.
+ Manolo doit tout Ă  son mentor.
+ Arun Khan crée des formes de vie pour la pègre.
+ Arun Khan tient une boutique d'animalerie
+ (barré) Arun Khan veut créer une nouvelle humanité (immonde).
+ On prend Arun Khan pour un autiste. Chrysalide, une femme cambodgienne est attirée par lui.
+ Dans la cuisine de Mante, il y a des morceaux de viande humaine morte.
+ (barré) La femme de Mante est une morte-vivante.
+ (barré) Ami, costard, cheveux plaqués, coréenne, écrase cloporte. Mine de reliques. Eventail.
+ Dr Andrew Rakatosoha, ancienne éducatrice en personnalité de Naeko. Vit en ville.
+ Naeko a un programme de base, avec aucune volonté d'indépendance.
+ Un mec va voir Naeko, lui demande de lui fournir un autre commando (ou son sosie).
+ (barré) Orchidée a été l'esclave de la Chair Pure.
+ Arun Khan a filé des bestioles daubées au Viet Minh.
+ (barré) Le Scolopendre peut être l'élément-clé de la Nouvelle Humanité.
+ Manolo a vendu sa femme au Viet Minh pour avoir le droit d'organiser des combats.
+ (barré) Manolo veut faire tomber le Viet Minh pour récupérer sa femme.
+ Arun Khan a fait disparaître plusieurs prostituées.
+ (barré) Arun Khan séquestre une prostituée dans sa piaule. Il lui a déjà coupé un bras.
+ Manolo complote avec la Cour des Miracles, il leur fournit des armes.
+ Naeko ne peut rien refuser Ă  un client.
+ (barré) Orchidée, son visage est en kératine, dessous son vrai visage porte une marque d'infamie frappée par la Chair Pure.
+ Hermann, le mentor de Manolo, vit avec d'autres Ă©trangers dans un bunker dans la forĂŞt.
+ (barré) Tony (référence à Tony Leung dans In the mood for Love), un client qui s'intéresse à Naeko parce qu'elle est distante.
+ (barré) Manolo connaît un passage souterrain pour quitter Little Hô.
+ (barré) Un client obèse fan de viande humaine.
+ (barré) La Chair Pure cherche les enfants d'Orchidée et du boss.
+ (barré) Vérité, caïd de la Chair Pure, cherche à faire passer le Test de Turing à Naeko.
+ (barré) Mante a des sangsues dans le corps.


Commentaires :

Durée :
Briefing & création de personnage : 2h1/2. Aventure : 3h. Debriefing : 1/2h

Profil de l'Ă©quipe :
Expérimentée, sauf le joueur de Mante, qui ne joue que depuis 2-3 ans. Les joueurs d'Orchidée et d'Arun-Kan avait déjà joués à des jeux propulsés par l'Apocalypse, je leur ai spécifiquement demandé penser à tester un peu tous les moves.

DĂ©fis :
+ J'arrive avec une version des règles beaucoup plus complète que lors du premier test, Cuisine aux Orgones. J'ai un guide de création de personnage plus complet (avec une liste de noms et de looks), une organisation de jeu (avec notamment la feuille de route qu'on peut voir plus haut) qui mêle déroulé de l'histoire et réaction aux initiatives des personnages par le déploiement d'une feuille de route (univers + questions + principes + notes prises en cours de jeu, celles que vous pouvez lire plus haut). J'ai aussi créé des actions spéciales pour chaque type de commando et j'ai rédigé à 60% les conséquences des jets de dés (les fameux 10+, 7-9, 6-) avec l'objectif que ces conséquences de jets de dés retranscrivent beaucoup l'univers de jeu.

Retour du joueur d'Orchidée :
+ La création de perso est longue. C'est dû au côté brouillon de la fiche de créa, il manque des infos que tu as dû nous redonner à l'oral. Ce que permettent les actions de base devrait être détaillé sur la fiche. On pourrait faire une carte à jouer par action.
+ Pas très fan de l'expérience donnée pour l'utilisation d'action. On pourrait mettre l'XP sur le 6- comme dans certains jeux propulsés par l'Apocalypse.
+ Au niveau univers, j'ai bien kiffé. C'est plutôt vague mais assez évocateur.
+ Je savais pas trop comment jouer la Déviante, le côté mystique / artiste. Je me différenciais pas trop de l'Organo (Arun-Kan).
+ ça pourrait être plus riche et cohérent si on avait 2 actions de base au lieu d'une

Retour du joueur de Mante :
+ On est tous très restés dans notre rayon d'action de départ, sans trop tester de nouveaux types d'actions.
+ Cela manquait de forĂŞt.

Retour du joueur de Naeko :
+ Pour construire et jouer mon personnage, j'ai tout articulé sur mes secrets.

Retour du joueur d'Arun-Kan :
+ Les carac baissent continuellement, on est dans une spirale d'Ă©chec.
+ Perdre 1 pt de carac sur un 6- d'une action en 2d6+carac, ou en gagner sur un 10+ en 2d6+carac, c'est un peu la double peine d'un côté et la double récompense de l'autre. Il faudrait que les fluctuations d'une carac dépendent d'un 6- ou d'un 10+ sur le jet d'une autre carac.

Retour du joueur de Manolo :
+ J'ai adoré le côté fourmilière.
+ J'ai découvert le biopunk.
+ Mais j'avais du mal Ă  situer les possibles pour mon personnage.


Retour personnel :

+ 2h1/2 de briefing / création de perso pour 3h de jeu, c'est bien trop long. J'en déduis que 1) ce temps de création n'est rentable qui si on joue en campagne, 2) je vais quand même raccourcir la créa de personnage.
+ Lors de la création de perso, j'ai trouvé que l'attribution des intimes et des secrets prenait beaucoup de temps, mais en fait ça a été très fertile pour les personnages et pour le jeu. J'avais un temps considéré de baisser les points d'intime, mais je vais rester comme ça. Si je gagne du temps par ailleurs avec la création de personnage (en écrivant plus d'infos afin que les joueuses soient autonomes pour créer leur perso sans mes explications), et en remplaçant le cochage de compétences par l'attribution d'XP sur un 6-), je peux garder les règles d'intime telles quelles sans que la création de personnage ne soit d'une longueur extrême pour du jeu en campagne.
+ J'étais un peu circonspect sur la récupération des dommages. Au début, je ne voulais qu'on ne récupère qu'un point par un point. Mais en pratique, ce serait pénible. L'intérêt de chaque type de dommages est de provoquer un type de scène qui apporte à l'histoire et peut nécessiter un jet de dé avec des conséquences intéressantes. Donc en jeu, quand il a fallu soigner Mante, j'ai accordé qu'il récupère tout d'un coup, parce que ça suffisait de consacrer une scène et un jet de dé à ça.
+ J'étais très content que deux commandos fassent une action de méditation juste avant de passer la sécurité, parce que je voulais que cette action soit utilisée, pour apporter vraiment le côté asiatique, l'agir sans agir, et aussi toute la mystique de la ruche. Donc j'ai récompensé le geste en leur épargnant l'épreuve matricielle. Je vais d'ailleurs augmenter le rayon d'action de ce move en permettant justement de méditer pour se préparer à une épreuve afin de s'éviter le jet de dé.
+ L'épreuve matricielle, je l'ai un peu gérée en mode Inflorenza Minima. C'est-à-dire qu'Orchidée et Naeko devaient accepter une condition pour franchir l'épreuve. Je me pose la question de savoir si c'était pertinent de le faire ainsi, en diceless, ou si j'aurais dû accorder un jet de dé pour passer sans payer la condition, ou inclus la condition dans un 7-9, pour rester dans l'esprit "propulsé par l'apocalypse".

A tester lors du prochain playtest :

+ ça pourrait être plus riche et cohérent si on avait 2 actions de base au lieu d'une.
+ cochage d'expérience sur 6-
+ compléter les moves, implémenter les variations d'une carac A sur les jets d'une action en 2d6+carac B


Retour à froid du joueur d'Orchidée sur son blog :

Donc, direction Little Hô-Chi-Minh-Ville, bourbier urbain sis dans la Forêt Noire, dans l’univers de Millevaux. 3 hectares, 1.5 millions de personnes au km² (soit environ 50.000 personnes), et un univers cyber-bio-punk. Imaginez des modifications corporelles à la fois bio (implants, drogues, psy-poulpes) et cyber. Une ville ruche où l’on vit sur son voisin, et où la conscience collective existe vraiment. Le tout sur un système Apocalypse.
Un compte-rendu de partie arrivera sans doute dans quelques temps sur le blog de Thomas Munier, l’auteur. Le système était en test, le setting étant développé pour un système maison, mais aussi pour The Sprawl, un truc dont je vous parlerai bientôt. Et même si la création des personnages a été plus longue que prévue (le temps de trouver des secrets à partager avec les autres), ça c’est plutôt bien passé.
Le jeu est fait pour de la campagne. Rien que la création des personnages a levé un nombre incalculable de pistes, peu explorées dans la partie. Les personnages étaient quand même de belles enflures. Pour ma part, j’ai joué Orchidée, une Déviante. Sorcière sarcomancienne (manipulation de la peau), cachée derrière un étrange masque de porcelaine, elle n’a pas réussi à s’affranchir de son passé et a beaucoup perdu. Mais je ne m’étendrais pas trop sur elle. J’ai tellement aimé le personnage que j’ai envie de la faire (re)vivre.
Encore un jeu de Thomas que j’ai envie de suivre, après Psycho-Meurtre. L’univers est parfaitement décrit autour du système, du choix des caractéristiques, des propositions de personnage. Il y a encore un peu de peaufinage à faire, mais les fondations sont solides.


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#4 17 Apr 2018 08:48

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : Little HĂ´ Chi Minh Ville : Comptes-rendus de partie

CUISINE AUX ORGONES

Je ressors à nouveau mon scénario récurrent pour Little Ho Chi Minh Ville afin de tester la compatibilité de mon univers Millevaux-biopunk-panasiatique avec les règles du jeu cyberpunk The Sprawl !

Jeu : The Sprawl, missions périlleuses dans un univers cyberpunk propulsé par l'Apocalypse

Joué le 06/05/17 chez l'habitant

Personnages : Vitello, Klaus, Yawiko


Le contexte :

Le setting Little Hô Chi Minh Ville a été rédigé comme palier pour le foulancement de la traduction française de The Sprawl, un jeu de cyberpunk propulsé par l'Apocalypse. L'idée de l'équiper de mon propre set de règles propulsées par l'Apocalypse n'est venu que plus tard. Et si j'ai déjà bien testé mon système maison, il me fallait également jouer au moins une fois le setting avec The Sprawl, histoire de vérifier si les deux étaient compatibles. J'ai opté pour une formule que je pense proposer dans le texte du chapitre Little Hô Chi Minh Ville pour The Sprawl : si l'on peut jouer avec une création de personnages et un world building tous deux de A à Z, on peut aussi jouer le scénario Cuisine aux Orgones avec ses prétirés. C'était anciennement un scénario pour Millevaux Sombre mais un jeu cyberpunk me parait aujourd'hui mieux adapté pour motoriser le scénario.

26686111528_f422129ddb_c.jpg
crédits : anonyme, Aussie mobs, Jensons, domaine public; Botheredbybees, darkday., jminor, cc-by ; an agent, Ken Ohyama, taquatax, cc-by-sa

Séances précédentes :
Sous Millevaux Sombre : Cuisine aux orgones 1 2 3
Sous Inflorenza : Cuisine aux Orgones/Green Void/Le Château des Possibles
Sous Little HĂ´ Chi Minh Ville avec mon moteur perso


L'histoire :

Dans son étroite boutique d'apothicaire garnies de bocaux d'animaux morts et crépie d'odeurs fauves, Versailles réunit son mari Klaus (le roboticien dont l'atelier est juste attenant, derrière une porte blindée), la grande soeur de triade Yawiko, son frère le sarcomantien Mask, le cuisinier vénitien Vitello, et Ombre son taciturne garde du corps. Elle leur expose la mission : dérober la Viande Noire au Temple du Singe du Besoin. C'est délicat, parce que de ce que Klaus connaît de la Viande Noire, c'est une chose-horla sentiente et corrosive. Cela peut intéresser Vitello car c'est l'ingrédient culinaire ultime, cependant le commanditaire de Versailles a insisté pour qu'on fournisse la viande dans son intégralité, donc Vitello devra se la mettre sur l'oreille. Ce mystérieux commanditaire a promis une récompense assez grasse pour permettre à toute l'équipe de se mettre définitivement au vert et quitter la ville pour une vie meilleure. L'autre truc délicat, c'est que Klaus a déjà fait un raid au Temple du Singe du Besoin pour voler des doses d'Elixir de Mémoire Cellulaire.

Difficile de lire dans l'esprit de Versailles. La moitié de son visage est raide, un strabisme divergent brouille son regard. Klaus ne la désire plus à cause de cela. Il n'a d'yeux que pour Mask, le sulfureux. Quoi qu'il trouve également Vitello à son goût... Difficile de savoir si on peut faire confiance à Vitello, mais après tout, quand Klaus a fait son raid au Temple du Singe du Besoin, les types sont venus chez Versailles pour la vitrioler en représailles et c'est Vitello qui a surgi et lui a sauvé la mise in extremis...

Versailles entraîne Yawiko dans l'atelier de Klaus. Yawiko s'en veut parce que la dernière dose d'Elixir qu'elle a fourni à Versailles était daubée, et c'est depuis que l'apothicaire est paralysée du visage. Mais Versailles est trop en manque. Elle informe Yawiko qu'à l'issue de l'opération, elle aura de l'Elixir en quantité, mais en attendant, elle veut que la mafieuse lui en fournisse. Yawiko promet de lui trouver une dose non daubée cette fois-ci. Pour la dernière fois, elle a fait ce qu'il fallait : il a buté son dealer. De son côté, Yawiko insiste auprès de Versailles pour qu'elle tienne sa promesse. Une fois la mission accomplie, Versailles doit lui enlever le scolopendre que le Temple du Singe du Besoin lui a implanté dans le ventre en échange de la disparation d'un grand frère des triades qui lui barrait le passage sur les échelons de la hiérarchie...

Vitello demande à Versailles de lui confier des orgones afin qu'il prépare une grenade incapacitante. Puis il retourne dans son restaurant récupérer du matériel. Il demande à Ombre de se préparer à faire une diversion au Temple en allumant un incendie dans les environs. Il faudra le faire quand Vitello et son équipe seront prêts à entrer dans le Temple.

Mask et Klaus s'en vont au Temple faire une reconnaissance. Après bien des corridors et des ruelles crasseuses, ils montent une échelle de fer dans un conduit et déboulent dans une pièce minuscule qui sert d'entrée au temple. On dirait une conciergerie de théâtre, avec une colonne sculptée en forme de singe hideux aggripé sur le dos d'un esclave, et une femme en sari qui garde une porte blindée. Elle a le crâne rasé et une moitié du visage déformé en circonvolutions sarcomantiques assez dégoûtantes à voir. Mask explique à Klaus que c'est son œuvre, une commande du Temple. C'est comme ça que Mask a ses entrées ici.

La prêtresse les laisse entrer dans un minuscule couloir. Au bout du couloir, une autre porte blindée avec un poulpe psychique sur la serrure : visiblement il faut passer une épreuve matricielle pour traverser. Tout le long du couloir, des petites alcôves seulement fermées par des rideaux rouges. On entend des râles d'orgie et Mask et Klaus s'engouffrent avec volupté dans une de ses alcôves. Ils font l'amour sans retenue, mais Klaus n'en oublie pas le travail. Il envoie ses deux machines molles prospecter. Il y a son singe (avec qui il a pu rentrer librement, vu que les singes sont libres d'errer dans le temple) et sa mouche (qui elle est toute discrète). La détection thermique montre qu'il y a une petite pièce derrière la porte au poulpe, où se tient un homme en position de méditation, et derrière cette pièce une autre pièce où se trouve l'immonde signature thermique de la viande noire, qui s'effiloche et s'étend comme une aura maudite.

Quand ils sortent de l'alcôve, ils sont surpris par les prêtres et Maître Liu Khan en personne. L'homme est vêtu d'une tenue de cérémonie très sobre. Il dégage une présence puissante. Klaus explique qu'il est une sorte de plombier. Le maître lui demande alors d'ausculter les canalisations du temple, parce qu'il y a eu une récente infiltration par ce biais-là (et pour cause, il s'agit de la précédente infiltration de Klaus ! ). Klaus reste en mode poker face et se connecte aux canalisations. Il referme le clapet d'entrée qu'il avait installé mais s'en ménage un nouveau. Le problème, c'est que Maître Liu Khân le repère sur son écran de contrôle. Il demande à Klaus pourquoi il a fait ça, et Klaus explique que c'est en prévision du retour de l'infiltrateur. Maître Khân pense qu'il en sait plus qu'il ne le dit. Alors Klaus lui livre un os à ronger : il dénonce la prêtresse au visage modifié. Dans la réalité, elle les a aidé à s'infiltrer, mais là il lui met tout le raid sur le dos. Les prêtres s'en emparent, et sous les yeux de Klaus, Maître Liu Khân ordonne à Mask de lui retirer toute la peau. Il faut faire un exemple ! Mask s'exécute, d'abord avec réticence, mais rapidement çà se voit qu'il prend son pied. Klaus, quant à lui, rend tripes et boyaux devant l'horreur de la situation. Les deux quittent le temple, mais le singe et la mouche restent en faction.

De son côté, Yawiko se rend au QG de sa triade pour récupérer des informations et du matériel. Dans le minuscule local d'entrée, elle trouve le décor habituel, table jonchée de cartes à jouer et posters porno. Mais il n'y a qu'un "petit frère" et il botte en touche à chacune de ses questions. Yawiko avise une sorte de vaisseau sanguin qui part du petit frère et passe sous la porte d'en face...

Qui s'ouvre brusquement ! En surgit une soldate du viet minh, une furie de seize ans à peine, qui l'asmate avec un mitraillette qui tire des cerveaux en capsules. La veine du petit frère est reliée à la soldate, qui le contrôle. Elle est là pour se venger, après tout Yawiko a tué un commissaire du peuple ! La mafieuse est criblée d'éclats de verre alors que les capsules s'écrasent autour d'elles, mais heureusement aucun cerveau ne s'est connectée à elle, sinon elle finissait zombifiée comme le petit frère. Par contre, elle tombe dans les vapes, et quand elle se réveille, elle est en sous-vêtements, ligotée à une chaise avec du fil de fer, les pieds dans un seau d'eau et des pinces crocodiles fixées sur les seins. La soldate a la main sur la poignée du générateur. Mais Yawiko a les bons réflexes, elle se blesse et se contorsionne mais arrive à se défaire de ses liens, et bientôt c'est la soldate qui se retrouve à sa place. Elle lui envoie une première décharge. La pièce se remplit d'une odeur d'urine. C'est alors que Yawiko remarque tous les autres vaisseaux sanguins qui partent de la soldate. Soudain, une horde de petits frères zombifiés défonce la porte et se rue sur Yawiko. Ils sont prêts à la déchirer à mains nues. Yawiko se précipite sur la poignée du générateur, et malgré la pression et la violence des petits frères - l'un d'eux lui arrache carrément son oeil cybernétique -, elle arrive à tirer la poignée à fond. La décharge tue net la soldate et les petits frères s'écroulent, agités de convulsions.

Yawiko se traîne chez le médecin de la mafia, un vieillard qui officie dans une cage d'ascenseur, avec tous ses outils et ses poches de perfus accrochés au-dessus de sa tête à des câbles qu'il actionne comme un marionnettiste. Il régénère ses chairs meurtries, mais en échange il la fait bien douiller en cred et lui demande aussi un service assez borderline. Il sait qu'elle a accès à de l'elixir de mémoire pur (ce qu'il ignore, c'est qu'elle l'a buté). Il lui demande de lui en fournir une dose, et en échange il lui donnera une dose vérolée. Yawiko retourne dans la cellule du dealer où est toujours planqué son cadavre et la seule dose pure qui lui restait. Elle l'échange avec le toubib contre une dose vérolée.

Tout le monde revient chez Versailles pour faire un premier briefing. Versailles montre des signes évidents de manque. Elle entraîne Yawiko dans l'arrière-boutique et la somme de lui filer de l'elixir. La mafieuse lui donne la dose vérolée. Versailles entre en plein trip. Elle se rappelle de son mariage avec Klaus. Klaus entre dans l'arrière-boutique pour engueuler Versailles et celle-ci essaye de danser avec lui, elle lui reproche d'avoir oublié la féerie du jour de leur mariage, elle dit qu'elle fait tout ça pour lui. Klaus a du mal à cacher son mépris. Pour autant, il tient à la santé de Versailles. Mask lui a déjà proposé de l'en débarrasser, il a refusé avec énergie. Tout le monde revient dans la boutique. Versailles est pour tenter l'infiltration maintenant, avant que le Temple ne se doute de trop de choses. Vitello affirme qu'il est équipé pour passer l'épreuve matricielle. Klaus remarque que Versailles a un regard bizarre. Des nervures végétales lui poussent dans les yeux : elle est atteinte d'un gingko, sans doute une vérole présente dans sa dose d'elixir.

Yawiko entraîne Versailles chez le toubib de la mafia tandis que Mask, Klaus - en jet-pack armé - et Vitello - en combinaison noire de ninja 2.0 -, se dirigent vers le Temple. Ombre a pris les devants pour faire sa "diversion".

Quand ils arrivent à proximité du Temple, c'est pour constater qu'Ombre a fait diversion de la pire des façons : il a passé tout le quartier au napalm ! Un enfant sort de la fournaise en hurlant. L'odeur de la chair brûlée écrase tout le reste. Klaus dégueule à nouveau tout ce qu'il peut encore.

Mais du coup, ils rentrent dans le Temple comme dans du beurre. Prêtres comme fidèles ne sont plus que des saucisses carbonisées. Le poulpe psychique est lui aussi consumé, quasi mort, mais Vitello s'y connecte quand même. Putain de douleur, sensation d'artères calcinées qui s'infiltrent dans le crâne. Il se retrouve dans un minuscule dojo. Les parois sont en peau humaine, cloquée et puante. Maître Liu Khân s'y trouve, il médite encore. Vitello déverrouille le sas blindé au fond du dojo, qui communique avec la pièce qui abrite la Viande Noire.

Klaus sent que Vitello est en train de les doubler. Il défonce la porte au poulpe avec un missile. Maître Khân, de l'autre côté, se rue vers lui et lui fait grave mal. Vitello passe le dernier sas blindé, et le referme derrière lui. C'est à ce moment que Yawiko arrive au Temple, après avoir redéposé Versailles dans sa boutique. Elle participe au combat et parvient à tirer un scorpion sur le Maître.

Vitello est dans la pièce de la Viande Noire. Ce truc hideux est en lévitation, maintenu au parois par de longs nerfs tendus comme des cordes de piano. Vitello résiste tant bien que mal à en bouffer ici et maintenant, il décroche les nerfs et charge la viande dans le caisson NBC fourni par Versailles.
Klaus défonce le dernier sas au missile. Mask se rue sur le maître avec ses aiguilles sarcomantiques et lui plante dans le dos. Le Maître fait une drôle de figure mais il a le temps profite de retourner la tête de Mask à 180° dans un grand craquement. Klaus hurle toute sa douleur morale alors que le Maître et Mask s'effondrent tous les deux. Ombre entre dans le Temple alors que Vitello s'apprête à en ressortir. Il couvre sa fuite en attaquant Yawiko. Yawiko arrive à le blesser avec son pistolet lance-scorpions, mais est-ce l'effort soutenu ou la mort de Maître Liu Khan ?, le scolopendre qui est dans son ventre se met à crever en relarguant tout son venin. Yawiko tombe au sol, ses jambes sont paralysées. Ombre déchire le singe. Klaus défonce Ombre au fusil d'assaut, dans une gerbe de tripes et de sang d'ombre, noir et compact comme de la chair à boudin. Vitello écrase au sol sa capsule d'orgones.

Yawiko tente de flinguer Vitello, mais elle est trop blessée pour réussir son tir, et bientôt Vitello est hors de vue. Elle ressent une profonde douleur alors que la vie s'échappe d'elle. Le visage de Mask est face à elle, les yeux écarquillés. Elle voit aussi sa colonne vertébrale.

Klaus voudrait poursuivre Vitello mais il est complètement défoncé aux orgones. Il se voit dans les décombres fumantes. Versailles en robe de mariée, plus belle que jamais, danse avec lui. Mask aussi, la tête à l'envers, danse avec lui. Tous les trois, ils se déshabillent et baisent dans ce décor de mort et de viscères.

Vitello a employé toute son ingéniosité et son argent à retraverser la jungle pour retourner à Venise. Il a réuni en toute discrétion ses meilleurs amis et le gratin de la noblesse pour un repas qui sera le clou de sa carrière. Il voit ses convives se délecter et entrer en orgasme culinaire. Derrière un rideau, se cache Klaus et sa mouche qui a suivi Vitello sur tout son périple. La comtesse pousse des râles de plaisir alors que sa gorge se nécrose à vue d’œil. Vitello avale sa première bouchée. Il sait qu'il va en mourir, alors il mâche lentement pour bien savoureux. Il est replongé en pleine enfance, il déguste ce poisson de vase, le dernier de son espèce, que lui a préparé sa grand-mère. Il voit le sourire de sa grand-mère. Et dans son dos, Klaus surgit, et d'abord il tue sa grand-mère sous ses yeux, puis il ouvre la gorge de Vitello, vite fait, avant que la Viande ait passé l’œsophage, pour que Vitello n'ait pas l'occasion de mourir exactement comme il l'avait voulu.


Commentaires :

Durée :
1h15 de créa de personnage, 3h15 de jeu, 15 mn de debrief

Profil de l'Ă©quipe :
Expérimentée en jeu de rôle classique. J'ai supposé qu'ils avaient tous déjà fait du Cyberpunk ou du Shadow Run. Je crois que seul le joueur de Vitello connaissait Apocalypse World.

Mise en jeu :
J'ai présenté vite fait les 6 prétirés et j'ai demandé si l'équipe voulait la jouer en mode caché ou en transparence. L'équipe a opté pour le mode caché, donc chacun s'est choisi un perso et a pris connaissance de son background secret. Dans chaque perso, j'avais glissé un ou deux livrets de personnage de The Sprawl, charge au joueur de sélectionner le livret qui lui convenait le mieux et ensuite on a fait toute la finition technique du livret.
Klaus Ă©tait un Pilote (ses drones Ă©taient des machines molles) mais il aurait aussi pu ĂŞtre un Techie.
Yawiko Ă©tait un Limier mais elle aurait aussi pu ĂŞtre une fixeuse.
Vitello était un Infiltré. Un seul livret en ce qui le concerne, conçu pour qu'il ait une chance d'arriver en premier en face de la Viande Noire.
Versailles (Hacker ou Soldat), Ombre (Tueur) et Mask (Provocateur) ont été joués en figurants, donc j'ai ignoré leurs livrets.

Retour personnel :

The Sprawl fait très bien le boulot qu'on lui demande, c'est nettement plus simple qu'un Shadow Run, même si sans doute encore trop technique pour moi (bien que guère plus technique qu'Apocalypse World. Mais Apocalypse World est trop technique pour moi. Mais vous vous rassurerez en apprenant que je suis vraiment très peu technique comme MJ). J'ai fait jouer environ 70% des règles, les 30% restants ont été oubliées ou ignorées délibérément.

J'ai beaucoup aimé les enchaînements narratifs provoqués par le système et le fait que les personnages aient tout un tas d'options tactiques pour se tirer des mauvais pas.

Le joueur de Yawiko a trouvé que le système de dégâts était trop punitif. A froid, j'ai réalisé que j'ai été dur. J'ai déclenché le scolopendre sur un 7-9 d'un jet d'agir sous pression ou d'employer la manière forte, et j'ai ensuite décrété la paralysie des jambes et que Yawiko mourrait parce que personne ne viendrait la soigner. J'ai été super dur parce qu'on aurait pu supposer que Versailles vienne la récupérer à temps, et en plus j'ai oublié de demander un jet d'acquérir une concession financière qui aurait pu lui sauver la mise. Donc, cher joueur, je te présente mes excuses, c'est pas les règles qui étaient trop dures, c'était moi :( Pressé par le temps et cédant à la cause dramatique, j'ai un peu forcé la mort de ton perso !

Pour l'épreuve matricielle, j'ai réduit ça à un seul jet de dé, faute de temps.

Le système mérite de micro-ajustements par rapport au setting de Little Hô Chi Minh Ville parce que s'il gère très bien le cyberpunk (il a été conçu pour), il ne prévoit rien pour le biopunk. J'ai géré les machines molles comme des drones améliorés (capacité de morphing en plus des capacités habituelles) et j'ai tenu compte de la bio en décorum pour tout ce qui est drogue et soins, et pour le côté technique, j'ai donné le livret de hacker à l'apothicaire Versailles pour simuler le fait que les runs matriciels se passaient par l'intermédiaire de drogues biologiques ou de poulpes psychiques.


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

Pied de page des forums