Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Hotline Inviter Johan Scipion Conseils d'achat Tipeee

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ ACHETER ++ CONSEILS d'achat ++ S'ABONNER ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#21 31 May 2022 10:56

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : Little HĂ´ Chi Minh Ville : Comptes-rendus de partie

L'EMPIRE VÉGÉTAL

Deuxième et dernier volet de la mini-campagne où les choses prennent un tour plus catastrophiste !

(temps de lecture : 6 min)

Le jeu : Little Hô-Chi-Minh-Ville, du panasiatique-dystopique-biopunk par Thomas Munier

Joué le 06/07/18 dans les locaux de l'association Tabula Rasa, à Chalons en Champagne

20591411026_411ce8aecd_o.jpg
Internet Archive Book Images, cc-0


Partie précédente :

Des choses insignifiantes
Sentir l'arnaque venir de loin et quand mĂŞme plonger dans le guĂŞpier. (temps de lecture : 6 min)


L'histoire :

Pour cette deuxième partie, Nirvana prend congé du groupe et il est remplacé par Lilly, une Organo, lycéenne, avec un physique de poupée, des piercings et tatouages. Elle a l'air altruiste, elle crée des nouvelles formes de vie.
Secret : a l'air sympa mais veut l'extinction de la race humaine, crée des formes de vie pour la détruire.

J'ai demandé au groupe s'ils voulaient faire une mission pour un boss, pour un crève-la-faim, ou pour eux-mêmes, et ils ont opté pour la mission perso, en l’occurrence ils ont cherché à localiser une IA devenue sauvage et capable de s'interfacer avec les végétaux. C'est Hazard, le journaliste étranger, qui s'est aventuré dans Little Hô avec sa sœur exprès pour la localiser, et il a convaincu les autres commandos de s'associer à lui. Certains sont fascinés par la possibilité d'une telle IA, d'autres rêvent juste de la revendre au plus offrant pour payer leurs factures les plus brûlantes.

Nous avons eu plus de temps de jeu ce qui nous a permis de davantage exploiter la vie privée des commandos. Lilly a intégré la faction des Extinctionnistes, qui milite pour la disparition de la race humaine. Elle y a infiltré Halo (Halo a étudié le livre de Spinoza et a compris qu'il fallait stopper les êtres humains car ils ne savent pas ce qu'ils font.), mais Carbone, un des Extinctionnistes et contact de Lilly, se méfie de l'artifice. Si ça paraît légitime d'intégrer des artifices dans une lutte contre la race humaine, Carbone soupçonne que les motivations d'Halo ne sont pas sincères.
Il donne rendez-vous Ă  Lilly dans les douches publiques (les gens se serrent Ă  cinq, six dans chaque cabine de douche, filet d'eau noire qui en ressort) et lui met un coup de pression.

Shiwaze Ime poursuit son objectif de mettre ses petites sœurs en sécurité. Elle recherche une personne de confiance qui pourrait les emmener à l'école tous les jours, et ceci l'emmène à demander un rendez-vous avec le chef des yakuzas, un vieil homme puissant à qui ses sœurs servent habituellement d'escort girls. Il ne les touche jamais et reste très courtois avec elle, il semble simplement rechercher leur compagnie. Shiwaze est reçue par le chef des yakuzas dans une cellule meublée zen aux murs couverts de papier de riz, ce qui fait paraître le domaine plus grand qu'il n'est. Shiwaze demande au chef des yakuzas d'assurer la protection de ses sœurs, et en échange il en sera le père adoptif si Shiwaze décédait. Le chef des yakuzas fait venir son avocate qui leur fait passer un « contrat génomique », autrement dit un pacte de sang. Le contrat donne tous les droits au chef des yakuzas sur les sœurs de Shiwaze une fois qu'elle serait décédée.
Shiwaze repart accompagnée d'une grand-mère experte en karaté nommée Ami. Cette adorable petite bonne femme fera une escorte de choix pour ses petites sœurs.

Assez rapidement, Shiwaze va faire l'objet d'une tentative de meurtre qu'elle va déjouer. Celui qui s'en est pris à elle et qu'elle a tué est un plombier en tunique rouge, un gars de la faction du Réseau, qui s'est accaparé la gestion et l'entretien des réseaux moyennant de grosses rétributions financières : des plombiers mafieux en quelque sorte. Malgré le fait que Nirvana avait protégé le fichier client de Shiwaze, quelqu'un a dû dire à ces plombiers qu'elle leur faisait une concurrence « déloyale » avec son service de répare-minute.

Le groupe va voir un puits géré par la faction du Réseau. Ils se frittent avec deux plombiers, en tuent un et l'autre leur dit comment localiser l'IA, puisqu'à la base cette dernière avait été conçue pour gérer le réseau.

Ils arrivent à rentrer en contact avec elle. L'IA leur envoie des masses de données dans le cerveau qu'elles ponctuent de taglines assourdissantes telles que : « JE SUIS PARTOUT ». Halo entretient rapidement une relation de répulsion / fascination avec cette IA que son contrôle des végétaux semble rendre omnisciente : elle utilise le réseau racinaire, phyto-hormonal et mycorhiziens pour savoir tout ce qui se passe dans la ville.

En cherchant à localiser le serveur principal de l'IA, le commando trouve un hôpital travaillant sous la coupe des Lazaréens. Ils ont un service de « résurrection » pour les enfants morts-nés et visiblement c'est là que se concentre l'activité de l'IA.

Lilly fabrique un bébé mort-né qui servira de leurre pour une infiltration. L'infiltration réussit dans cet hôpital chargé de symboles catholiques et deux des commandos entrent dans la salle de résurrection, où les chirurgiens plongent le bébé mort-né dans une baignoire de matrice végétale. L'IA végétale se connecte au bébé et le ressuscite. Lilly récupère un bébé désormais mort-vivant, qui réclame à se nourrir de pus, et avec qui elle va nouer une relation ambiguë.

Le commando accède à l'IA. Elle envahit le palais mental d'Hazard avec des racines et des lianes et il tombe dans le coma.

L'IA semble avoir besoin de leur avis pour savoir si elle doit utiliser ses végétaux pour exterminer tous les humains dans la ville. Elle demande à rencontrer le chef des Extinctionnistes. Carbone accepte d'organiser une entrevue à condition que Halo et Lilly prouvent leur loyauté : il leur désigne un quartier à éradiquer. L'IA se charge de tuer tous les gens dans ce quartier avec ses végétaux.

Halo et Lilly sont alors autorisés (avec l'IA) à rencontrer le chef des Extinctionnistes, un vieux sensei hiératique, exprime à travers des propos radicaux sa détermination à causer la fin de l'espèce humaine, lui y compris, et rappelle qu'aucune vie humaine ne vaut quoi que ce soit.
Halo demande à l' IA de détruire toute l'humanité de Little Ho, mais celle-ci refuse car elle veut encore étudier et comprendre les humains. La discussion tourne court et Lilly et Halo tuent Carbone et le chef des Extinctionnistes avec l'aide de l'IA, qui continue ensuite à se répandre dans la ville...


Feuilles de personnages :

Hazard
Étranger
Solliciter l'aide de l'extérieur d12 + tech
Journalisme d12 + ruche

Lilly
Organo
Self 0 Bio 3 Tech 1 Ruche 2
Une personnage à charge (non définie et donc on a acté en cours de route que c'était le bébé mort-vivant)
Créer nouvelles formes de vie d12+bio (c'est l'objet de mon commerce, mais je fabrique des bombes biologiques à retardement)
Intime : Shiwaze +4, Halo +2, Hazard +1
Actions de bases cochées : couvrir ses traces, arts martiaux

Halo
Artifice
Transcender la condition humaine
actions cochées : méditer, transformer un être
Intime : Lilly +1, Shiwaze +3, Hazard +2, Nirvana +4

Shiwaze Ime
Techie
Reprogrammer la réalité
Manipuler des souvenirs
Intime : Halo +4, Lilly +2, Hazard +3


Commentaires :

Durée :
1/2h progression des personnages + présentation du nouveau personnage (Lilly)
4h1/2 d'aventure
1/2 h debriefing

Mise en jeu :
On a fait la mission, qui a tenu dans les 2h de temps narratif qui avaient été tirées, puis j'ai laissé rouler sur les répercussions.


Retours de l'Ă©quipe :

Joueur de Shiwazé :

Je me sens crevé. C'était une expérience très intense.
Vu les thèmes abordés, on entre vite dans le côté obscur
Cela correspond Ă  ce que je voulais
On a eu énormément de chance aux dés.
J'ai trouvé ça moins désespéré que Marchebranche (voir CR La caravane de l'oubli) [Joueuse de Halo : c'est parce qu'on était plus actifs que dans Marchebranche]

Joueur de Lilly :

Je sens un certain vide mais je finis par m'y habituer.
Dans un monde pourri jusqu'à l'os, tu finis vite par être atteint par cette gangrène.
Quand on trade les carac, peut-être bloquer l'évolution pour sauver la cohérence du perso [Thomas : En fait, je veux conserver cette instabilité du personnage]

Joueur de Hazard :

C'était agréable. Au départ, le système est assez déstabilisant mais il s'avère assez puissant.

Retour personnel :

C'était une partie très dense et ma mémoire est loin de rendre honneur à tout ce qu'il s'est passé. J'ai également fait l'impasse sur des aspects (décors, palais mentaux, passage dans les réalités virtuelles, infiltrations, combats) qui avaient été abondamment traités dans d'autres comptes-rendus. Le rapport trouble entre Lilly et les Extinctionnistes étaient intéressant. Ils avaient le même regard désabusé sur les humains mais ne se sont pas entendus au final. Il y avait beaucoup de questions philosophiques autour du personnage de Carbone mais j'avoue en avoir oublié le détail.
Plus frustrant encore, j'ai échoué à me rappeler ce qui a finalement été fait avec l'IA. Je crois qu'elle a voulu tuer tous les humains et que les commandos l'en ont empêché (en la tuant ?) mais je n'en suis pas sûr.
Il y avait de vrais moments d'immersion dans l'univers. Je me rappelle d'une scène un peu simple où un personnage se rend à la consigne d'un hôtel de cercueils tenue par une vieille mandarine aux ongles vernis. J'ai eu droit à des exclamations d'approbation, c'était cool. Je crois que c'est important de passer du temps sur les descriptions des personnes et des environnements pour créer un sentiment d'y être, d'être dans cet étranger et dans cet étrangeté totale.
Je me poserai toujours la question de savoir si j'empile les clichés racistes ou si je célèbre une diversité et un imaginaire asiatique, je crois que pour pencher du bon côté de la balance, il faut, certes un peu de documentation, mais surtout une certaine tendresse pour les personnes et les cultures dépeintes.
Cela m'a fait plaisir de rejouer à Little Hô sur un peu du long terme. Le fait que le jeu soit plus à narration partagée qu'au départ ne pose aucun souci quand à sa durée de vie en campagne, au contraire même puisqu'il donne aux joueuses plus de raisons de s'impliquer. Je pense que Little Hô reste fait pour des campagnes relativement courtes (6 séances max avec moi en MJ, peut-être 12 avec des MJ ou des groupes qui aiment prendre leur temps ou répéter des schémas identiques avec d'infimes variations ou épuiser tous les fils narratifs ouverts) mais c'est tout à fait mon focus. En one-shot ça n'a pas grand séance, en campagne de durée épique non plus car les conséquences des actions des commandos ont rapidement une grande échelle.
Comme il y a beaucoup de jets de dés et en effet des jets chanceux, les commandos ont pu poser beaucoup d'immunités. C'est intéressant, parce que ça structure le jeu et ça force le MJ a faire aller l'adversité dans des directions nouvelles


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

Pied de page des forums