Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Liens utiles (et cliquables) >>> COMMANDER Sombre ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#61 27 Mar 2013 12:49

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

Capricorne a Ă©crit :

Mon propos était sans doute mal exprimé. Il est vrai que j'ai lu Sombre n°1 (papier) en tant qu'adulte en le projetant pour mon groupe habituel de joueurs adultes, et mon ressenti est pour beaucoup fondé sur l'ambiance "Massacre à la tronçonneuse / Zombie" du scénario proposé (le genre de contexte qui a plutôt tendance à laisser des traces sur les murs et un arrière-goût malsain).

Ce que je voulais dire en gros, c'est que je n'aurais personnellement jamais imaginé utiliser en initiation pour des gamins si jeunes un jeu d'horreur, encore moins un jeu comme Sombre exploitant à fond les ressorts du genre et fondé sur le principe de personnages-victimes (c'est-à-dire non-héroïque et/ou aventurier). Soit tout de même des notions/ambiances moins enfantines que P'tites Sorcières ou Winnie the Pooh RPG. Et tu nous prouves régulièrement avec tes compte-rendus à quel point j'ai eu tort de penser ça (la démonstration absolue étant que des parents participent à la table et en ressortent satisfaits pour leur marmaille).
A+, ¢


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

#62 27 Mar 2013 12:50

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

Capricorne a Ă©crit :

mon ressenti est pour beaucoup fondé sur l'ambiance "Massacre à la tronçonneuse / Zombie" du scénario proposé (le genre de contexte qui a plutôt tendance à laisser des traces sur les murs et un arrière-goût malsain).

Oui, certes. Et je comprends bien la confusion, elle est naturelle. C'est pour cela que je publierai, dans un numéro prochain de la revue, un article sur la question du gore, et plus généralement des limites, dans Sombre. Mais pour que tout soit bien clair pour les gens qui nous lisent car ce sujet me semble important :

+ Le système, je dis bien le système, de Sombre n'est ni gore ni intrinsèquement mature (j'entends par là sexuel). Y'a pas de tableaux de blessures sanguinolentes ou de sévices, toute la partie description est laissée à l'appréciation du meneur. Et ce n'est pas un oubli, hein, c'est parfaitement volontaire. L'idée est de tenir la promesse générique du jeu : de pouvoir tout faire avec Sombre à partir du moment où on veut se faire peur, ce qui va de Psychose (thriller horrifique bien propret) à Hellraiser (pur splatterpunk).

+ Il est vrai par contre que les phases 3 des Personnalités sont extrêmes et que certaines peuvent induire ce genre de thématiques. Mais on peut jouer sans les Personnalités, c'est d'ailleurs ce que je fais avec Sombre zéro, la variante que j'ai utilisée pour mes démos du week-end. On peut aussi jouer avec certaines Personnalités et en interdire d'autres. On peut enfin s'en tenir aux phases 1 et 2 des dites Personnalités, suffit de ne pas trop demander de cochages d'Esprit en partie.

+ Moi, j'aime mettre du gore (et parfois du sexe, il y en a dans mon scénar zombie) dans mes parties. Mais c'est une inclinaison personnelle, résultat de mes goûts en terme de cinéma et de littérature horrifiques. Et je ne prétends évidemment pas qu'ils soient universels, raison pour laquelle j'ai laissé ces aspects à la discrétion du meneur.

+ House of the rising dead, que tu as donc lu dans Sombre 1, est selon moi un scénario type de Sombre (un survival coopératif en huis clos) mais son traitement et son esthétique sont purs Johan Scipion. Les passages gore et/ou sexuels sont produits par mes descriptions, pas par le système. Les règles ne m'imposent pas ce genre de scènes, je les écris et les mène parce que je le veux bien. Parce que je trouve ça fun et efficace. Et bien sûr, je m'appuie sur les règles, en particulier sur la mécanique des Séquelles, pour les faire fonctionner. Car le système répond présent pour moi, comme il le fait pour n'importe quel autre meneur de Sombre, quels que soient ses goûts en matière d'horreur.

+ Sombre n'a pas de setting officiel. Chaque scénario a le sien propre, qui peut ou non appeler du gore et/ou des thèmes matures. De ce point de vue, le setting de House (le Texas poisseux de 1973 mâtiné d'une apocalypse zombie) n'est représentatif de rien du tout. C'est juste un décor parmi d'autres. Dans Sombre 2, il y a d'autres settings. Et il y en aura d'autres encore dans les numéros suivants.



je n'aurais personnellement jamais imaginé utiliser en initiation pour des gamins si jeunes un jeu d'horreur, encore moins un jeu comme Sombre exploitant à fond les ressorts du genre et fondé sur le principe de personnages-victimes (c'est-à-dire non-héroïque et/ou aventurier).

Ça par contre, c'est hyper pertinent. Parce qu'en fait, je n'étais pas loin de penser la même chose avant de me mettre à mener pour des enfants. Mais en fait, c'est un pur préjugé, qui m'a d'ailleurs joué des tours en partie. À deux reprises, et encore tout récemment, j'ai mené avec des enfants sous Sombre zéro redux (une variante de variante pour faire de l'horreur doucement aventureuse) alors que j'aurais dû attaquer avec du Sombre zéro standard (qui est, comme Sombre classic, pur horreur).

En réalité, les enfants ont bien moins de mal avec le concept de PJ-victime que pas mal d'adultes, surtout s'ils ont été formatés par de nombreuses années de jeu de rôle. L'héroïsme ludique produit des réflexes, des habitudes et des attentes qui compliquent le jeu d'horreur. Les novices, et parmi eux les enfants, n'ont pas ces problèmes. Tu leur dis « On va jouer un film qui fait peur », pof il se mettent en configuration horrifique. Avec les adultes, c'est souvent vachement plus délicat.



(la démonstration absolue étant que des parents participent à la table et en ressortent satisfaits pour leur marmaille).

Très sincèrement, je ne suis pas certain que ce soit un critère si signifiant que ça. Les parents ne sont pas forcément les plus à mêmes de juger du plaisir qu'ont pris ou non leur progéniture, même lorsqu'ils participent au jeu.

Regarde la photo que j'ai mise en ouverture de mon compte rendu, le langage corporel de chacun d'entre nous parle de lui-même. Les mômes et moi, on est impliqués dans la partie, donc on se penche tous au-dessus de la table. La mère, que j'ai contrainte à s'asseoir avec nous par chantage (sur le mode « Oué, je veux bien mener pour tes petits, mais il faut que toi aussi tu participes »), est bien droite et bien loin de la table. Elle a gardé cette posture durant toute la partie parce qu'elle participait a minima. Elle l'a même souligné verbalement. Lorsque son perso est mort et que je lui ai refilé un garou en remplacement, elle a dit un truc du genre « Moi qui croyais être débarrassée... ».

Le point, c'est que, pour elle, le jeu, ou du moins le type de jeu que je propose, est une activité infantile, à laquelle un adulte ne saurait prendre du plaisir. Un pur préjugé, parfaitement regrettable en ce sens qu'il freine énormément son immersion et l'empêche de partager un bon moment avec ses gamins. Elle est contente à la fin, hein, parce qu'elle voit que ses mômes ont pris du plaisir, mais elle ne comprend par vraiment pourquoi et, plus triste selon moi, elle ne s'est pas donné les moyens de le partager avec eux. Alors que ça peut être juste énorme de jouer à Sombre avec ses enfants.

Donc pour moi, c'est la réaction des mômes qui est réellement signifiante. Parce que, eux, ils participent à donf. La différence avec les adultes, c'est leur capacité hallucinante à rejouer. Quand ils aiment, tu le sais aussitôt parce qu'ils sont quasi systématiquement demandeurs d'une autre partie. Là maintenant tout de suite. En convention, c'est hyper fréquent que des gosses reviennent à ma table une ou deux fois pour refaire un autre scénario, voire le même. Les adultes, pour la plupart, ne font pas ça.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

#63 04 Apr 2013 08:19

kromisback
membre
Lieu : hell ou idf
Inscription : 16 May 2010

Re : Sombre zĂ©ro

OVERLORD sombre zero
1. Pitch
voir le tome 2 de sombre XD
2. PJ
voir le tome 2 de sombre XD
au nombre de 4
3. PNJ
voir le tome 2 de sombre XD

4. Fiction
voir le tome 2 de sombre XD


5. Système
pas de souci de ce coté
6. Traits et Personnalités
a pas ^^
7. Autres remarques

Alors petit souci dans l'ambiance avec zero pour moi.
les joueurs sont parti degouté. ils ont eu l'impression d'etre venue joué pour creuvé sans une once de fun.
Comme c'est la premiere fois que je fais joué a s. zero. Je me dit que j'ai pas le rythme ou la technique.
Il me manque clairement quelques choses pour que les joueurs trouve ca fun et j'arrive pas a voir quoi.



TĂ©lĂ©portation dans le thread qui va bien.  - J.


Projets R ca rox les poney urkraniens ^^

Hors ligne

#64 04 Apr 2013 08:46

Gap
membre
Lieu : Suisse
Inscription : 30 Mar 2012

Re : Sombre zĂ©ro

J'ai eu l'impression à la lecture (je ne l'ai pas joué) qu'Overlord était un brin limité - tu arrives, tu te fais poutrer. Ca manque de choix, qui se résument quasiment à choisir si c'est devant ou derrière l'autel. Marrant pour des djeunz, mais moins quand on a de l'expérience de JdR.

C'est un truc qu'on ressent beaucoup moins dès que le scénario est un tout petit poil plus épais, comme DSG, que j'ai par contre joué, et qui était très fun même s'il a la même durée qu'OL. Ca se joue à quelques petits détails (missions persos, rôles clairs).

Dernière modification par Gap (04 Apr 2013 08:51)

Hors ligne

#65 04 Apr 2013 09:23

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

Clairement, Overlord est basique. Efficace mais basique. Fondamentalement, c'est une scène de combat dans laquelle les joueurs n'ont, en terme de choix, que celui de leurs cibles. Niveau gameplay, c'est léger. DSG est nettement plus évolué.

Cela dit, y'a moyen de faire de trèèès bonnes parties avec Overlord. Le fun factor dans ce scénar, ce sont les garous. Faut absolument les refiler aux joueurs dès que leurs persos crèvent. Est-ce que tu l'as fait ?

Cette sorte de mini twist technique (PvE qui évolue en PvP) surprend les joueurs, relance leur intérêt et augmente le fun (c'est bien plus rigolo de se later entre soi que de se battre contre le meneur).

Mais même ça, ça a ses limites. Il ne faut pas faire durer, Overlord ne doit pas passer le quart d'heure de jeu. Moi en tout cas, je ne pousse pas au delà. Les Allemands sont là pour emballer le climax. Ils débarquent dès qu'il ne reste plus grand monde de vaillant et/ou que l'intérêt des joueurs commence à faiblir.

Enfin, y'a le versant animation. Overlord est typiquement le scénar qui fonctionne d'autant mieux que le meneur y met du sien, justement parce que les options des joueurs sont limitées. Donc moi, je relance en permanence et j'enchaîne les vannes. Je fais le show, quoi.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

#66 11 Apr 2013 14:28

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

Démos à Eclipse – avril 2013 – Rennes



13_Eclipse.jpg
Photo Mathieu Mertz pour Projets R



Eclipse, c'est une convention qu'elle est bien. Au fil des années (ça fait quand même la sixième édition à laquelle je participe. Oh putain, ce méchant coup de vieux !), elle s'est imposée comme une date repère dans mon calendrier. C'est l'un des premiers trucs que je cale au printemps et j'organise le reste autour. Pour moi, il s'agit clairement d'un rendez-vous prioritaire. In-con-tour-na-ble, je vous dis.

De plus en plus, et surtout depuis l'institution de la bourse aux scénars, j'y retrouve l'ambiance de la CJDRA. Le jeu de rôle amateur / semi-pro / indépendant (rayez les mentions inutiles) y est très largement représenté et c'est super agréable. La conv balaie tout le spectre rôliste, depuis la grosse machine commerciale jusqu'aux jeux plus confidentiels, et ça fait bien plaisir de voir que chacun y trouve ça place. J'aime ça.

Et puis, l'orga est vraiment top : chaleureuse, efficace, réactive, que du bon. Eclipse, c'est plein de gens carrés et cool, qui n'oublient pas de gratter du pex pour que chaque nouvelle édition bénéficie de l'acquis des précédentes (spéciale dédicace à Bartab et Malvina, qui m'ont véhiculé à l'aller et au retour). Conséquence logique, le public répond présent. Les auteurs, éditeurs, associations et autres acteurs du monde du jeu aussi. Y'a de plus en plus de monde chaque année et c'est excellent.

Ce week-end, j'ai pu croiser les kopaings de Projets R et d'Opale, des gens qui causent dans le poste de l'Internet (Rom, Kobal), d'autres qui, comme moi, font leurs jeux de rôle avec leurs petits doigts boudinés (Fabien, Thierry, Lionel, Olaf, Rom encore), d'authentiques stââârs rôlistes (StephLong, Le Grümph, Willy Favre que je n'avais pas croisé depuis des lustres, Vincent Mathieu entraperçu le dimanche), des éditeurs qui vendent des bouquins avec plein de couleurs dessus et même dedans (Valérie, Florrent). Plein de gens partout. C'est pas dur, cette année le hall était quasi rempli de stands.

Bien sûr, Terres Etranges avait le sien. Lorsque j'arrive, en début d'après-midi du samedi, Pika est déjà à pied d'œuvre. Il vend du Milevaux Sombre, tout beau tout chaud. Il a bouclé la maquette de son livre source juste avant la convention et reçu ses premiers exemplaires imprimés de chez Lulu. Ça a bien de la gueule ! Je me pose sur une table à côté de la sienne et entreprends de sortir mon petit matos. J'ai le sac blindé de zines. Mais bon, je ne suis pas venu de Paris pour jouer à Nanouk l'esquimau RPG derrière mon stand. Je passe en mode démo et finis par abandonner lâchement Pika pour migrer sur le stand de Projets R. Je me rapproche ainsi de la zone de jeu, située à l'autre bout du hall.

Durant l'après-midi, j'enchaîne quatre parties flash en Sombre zéro, deux Overlord et deux Deep space gore. Parmi les vingt-deux joueurs de ce samedi, Netzach, avec qui j'avais pris rendez-vous pour un petit scénar spatial, et Anna, la chère et tendre de Nonène. On se croise partout avec Lionel ces derniers temps (Paris, La Tchô, Rennes) et c'est bien cool. Juste le temps d'avaler un sandwich et j'enchaîne sur la bourse aux scénars du soir pour un quickshot onirique.

Je termine à 4h15, retrouve Pika et Polo. On bouge chez Silver, que j'ai croisé vite fait dans l'après-midi et qui nous héberge pour la nuit. Super merci à lui de transformer son appart en dortoir Terres Etranges. Grâce à Polo, j'échappe enfin cette année à la malédiction du Matelas-Gonflable-de-la-Mort et à ses terrrrribles érections matinales. Cet accessoire de torture made in Pika est d'une perversion sans bornes : tu le gonfles en début de nuit (Silver, en hôte parfait qu'il est, s'en était chargé avant notre arrivée), il se dégonfle pendant que tu dors et au matin, tu te retrouves le cul sur le parquet tout dur. On m'a fait le coup deux fois, depuis je boycotte.

Retour à la conv en début d'après midi, un peu à l'ouest mais suffisamment frais pour enchaîner deux Deep space gore vraiment super sympas avant de m'en retourner vers Paris. J'ai le plaisir d'accueillir à ma table T.L., l'auteur de Mind Dagger, Florrent du 7C et Amaranth de Casus NO. Petit bonus sympa, la fin de la seconde partie est inédite. Deux survivants, parfaitement indemnes, jamais vu ça. Et l'instakill final d'Amaranth fut juste épique ! Bon sang, après plusieurs dizaines de démos, Deep space gore continue de me réserver des surprises et c'est juste excellent. Le nombre de fins possibles me donnerait presque le tournis. J'adôôôre.

Je rentre chez moi tout fourbu mais tout content. Ce fut une excellente Eclipse, avec plein de parties et de kopaings. Vivement la prochaine !



Mon body count

Sombre zéro : Deep space gore
+ Partie 1 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 2 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 3 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 4 : cinq joueurs, deux survivants.

Sombre zéro : Overlord
+ Partie 1 : six joueurs, un survivant.
+ Partie 2 : six joueurs, une survivante.

Sombre classic : La nuit n'a pas de cœur II
+ Quickshot : cinq joueurs, un survivant.

Total : 7 parties, 37 joueurs, 32 morts.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

#67 11 Apr 2013 15:36

amaranth
membre
Inscription : 11 Apr 2013

Re : Sombre zĂ©ro

Et encore merci pour ce quart d'heure intense Johan ! ;)

Hors ligne

#68 11 Apr 2013 16:14

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

De nada, tout le plaisir fut pour moi. yes


Et bien content de te compter parmi nous. Bienvenue sur les Terres Etranges, monsieur Amaranth.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

#69 11 Apr 2013 16:17

amaranth
membre
Inscription : 11 Apr 2013

Re : Sombre zĂ©ro

Depuis le temps que je visite, il fallait bien que je m'officialise bcbig_smile

Hors ligne

#70 22 May 2013 01:39

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Sombre zĂ©ro

10 démos aux ELFIC – mai 2013 – Châtenay-Malabry



13_Elfic.jpg
Photo David Hamilton, euh non Polo, pour Terres Etranges



Je ne suis pas encore un habitué, ce n'est que la deuxième fois que j'y viens, mais les ELFIC, je commence un peu à connaître. Il faut dire aussi que la formule est bien rodée. On voit de suite que les orgas se repassent la patate chaude d'une année sur l'autre. Ça n'innove pas des brouettes, mais vu que c'est bien carré, qui s'en plaindrait ? Je veux dire, on ne change pas une équipe qui gagne, hein.

Cette année comme la précédente, stands dehors, stands dedans, cochon grillé en soirée, elfrics (la monnaie locale), concert et autres animations (mais là, faut pas trop m'en demander, j'ai juste pas eu le temps de zieuter). Des petits hommes verts partout, dynamiques, aimables, réactifs, efficaces et très serviables. Que du bon. Juste un truc chiant, au sens propre comme au figuré, les toilettes. Putain, l'apocalypse ! Pas une qui ferme, toutes plus crades les unes que les autres, du papier par intermittence. Oulala, c'te grosse cata.

J'arrive samedi en fin de matinée. J'ai prévu d'enchaîner des démos flash en après-midi et un quickshot en nuit. S'agirait pas que je me pointe zaux zaurores, je ne tiendrais pas le choc. Surtout que le week-end suivant, rebelote à Geekopolis. Donc je débarque sur le campus de Centrale, trouve la résidence des élèves (où se déroule la conv) et me fais connaître des orgas. Je sers tout un tas de louches et retrouve une bonne partie des exposants de l'année dernière. C'est sympa. Dans la zone dévolue au jeu de rôle, les kopaings d'Opale ont déjà monté leur stand et leur tableau véléda. Je m'installe à côté d'eux, serre encore des pinces, mange un peu et me mets au boulot. Polo me rejoint un poil plus tard.

Par rapport à l'année dernière, où il avait fait super beau, le temps pourri draine les gens en indoor et, j'ai l'impression, modifie la composition du public : moins de familles, plus de jeunes adultes. Résultat, en un peu plus de quatre heures, j'enchaîne sept démos flash. Du Deep space gore en Sombre zéro bien sûr. Et ça dépote carrément bien. Je n'ai pas compté, mais à vue de pif, je dirais que j'ai entre cinquante et cent parties dans les pattes. Plus près de cent que de cinquante, je pense. Je suis vraiment hyper bien rodé et c'est trèèès agréable. D'un côté, je gère tranquille. De l'autre, comme le scénar est plutôt ouvert, les fins aussi bien que les parties elles-mêmes sont souvent inattendues. Super agréable.

Mais crevant. Arrive le repas du soir et je suis rincé. On me vire littéralement de l'aire de jeu pour la reconfigurer en mode cantine. Les gens commencent à faire la queue pour le cochon grillé mais moi j'esquive. Je boulotte du sandwich tranquille dans mon coin parce que j'ai besoin de me poser un peu. Putain, sept démos enchaînées quasi bite à cul (comme disent les militaires ^^), j'avais jamais fait. Sportif, nom de Dieu.

Quand je me repointe en salle commune pour me payer un petit dessert (le sucre, ça dope), les gens d'Opale ont ressorti leur véléda et commencent à organiser les parties de la nuit. Je confirme que je mènerai un quickshot pour quatre joueurs si j'ai une salle à moi (mon prérequis habituel, rapport au jeu d'ambiance). David, qui supervise l'orga, m'assure que ça va le faire. Monter jusqu'à cinq joueurs serait, eut égard à l'heure déjà avancée et à mon état de fatigue, purement déraisonnable. Car oui, il est déjà bien tard et c'est selon moi, le vrai gros défaut des ELFIC.

Cette histoire de cochon grillé est sympathique tout plein (et puis bon, c'est un peu la marque de fabrique de la conv) mais ça prend un mâââx de temps. Du coup, la coupure repas est super longue, plus de trois heures, ce qui repousse d'autant le créneau de jeu nocturne. Enfin, cette année ce fut moindre mal. En 2012, je n'avais pu commencer à mener qu'à minuit, après le concert, ce qui était vraiment hyper tard. On m'aurait fait le même coup cette fois-ci, je crois qu'après l'aprème de folie que je venais de passer, j'aurais déclaré forfait et serais parti me coucher. Et j'aurais eu bien tort parce que mon quickshot nocturne va s'avérer carrément sympa.

Après la partie, je retrouve Polo, qui m'attend depuis qu'il a fini sa démo de Cthulhu DDR. On prend le temps de débriefer un peu sa partie puis on va se coucher comme deux petits vieux. Le lendemain, après une nuit très correcte, j'ai, à défaut de la pèche, suffisamment d'énergie pour retourner au charbon, ce qui est cool. J'enchaîne deux Deep space gore, dont un avec une fin vraiment intéressante. Pas strictement inédite mais pour le moins inhabituelle. Content, Johan.

Je termine par un Overlord à six joueurs, et ça me fait tout bizarre. Après avoir enquillé neuf Deep space gore l'espace d'une trentaine d'heures, basculer sur de l'Overlord est comme qui dirait déstabilisant. D'un coup, je n'ai plus tous mes repères. Je micro-cafouille sur deux ou trois petits trucs, mais rien de trop grave. C'est comme le vélo, hein, ça ne s'oublie pas. La partie est bien fun, avec un Knox incroyablement chanceux, et ça me fait super plaisir de terminer la conv là-dessus.

Les ELFIC 2013, ça a juste été de la folie furieuse !



*



Les vraies fausses citations

Ils l'ont dit, l'ont presque dit ou auraient pu le dire, mais pour respecter leur anonymat, je ne citerai que leurs prénoms :

+ Nicolas : Ce que je préfère dans Warhammer battle, c'est la bière.

+ Richard : La littérature médiévale, c'est trop sexy. Le micro-pénis par contre, quelle tragédie !

+ David : David RPG, c'est un RPG avec les règles à David. Mais bon, j'les applique pas.

+ Pascal : La civilisation occidentale se barre en couille. Vite, un bon coup de Bible pour remonter le niveau !

+ Sinclair : Pour les réunions familiales, nous on loue un stade de foot, sinon y'a pas la place.

+ André : Nous aussi, sauf que je reste jamais assez longtemps pour marquer un but.

+ Frédéric : Quand je casse du zombie, je me déguise en magicien. C'est plus pratique.

+ Thibault : Complètement d'accord ! D'ailleurs moi, quand je chasse le démon, je m'habille en cow-boy.

+ Dimitri : Les Esquimaux, faudrait leur vendre des frigos. Sur la banquise, ils n'ont rien.

+ Blandine : Ah moi, le premier Esquimau qui m'emmerde avec une histoire de frigo, je lui retourne un grand coup de seau Ă  sucettes dans la gueule !



*



Mon body count

Sombre zéro : Deep space gore
+ Partie 1 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 2 : cinq joueurs, une survivante.
+ Partie 3 : cinq joueurs, un survivant.
+ Partie 4 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 5 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 6 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 7 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 8 : cinq joueurs, zéro survivant.
+ Partie 9 : cinq joueurs, une survivante.

Sombre zéro : Overlord
+ Partie 1 : six joueurs, zéro survivant.

Sombre classic : The (other) thing
+ Quickshot : quatre joueurs, un survivant.

Total : 11 parties, 55 joueurs, 51 morts.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

En ligne

Pied de page des forums