Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Hotline Inviter Johan Scipion Conseils d'achat Tipeee

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ ACHETER ++ CONSEILS d'achat ++ S'ABONNER ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#131 07 Aug 2012 19:10

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Je n'ai pas lu les Chroniques des Féals. Les mécanismes d'amnésie sont courants en jeu de rôle, j'en suis conscient. J'ai néanmoins pensé le Syndrome de l'Oubli pour qu'il soit vraiment intégré à l'univers. C'est même une des composantes principales du jeu, et le Syndrome de l'Oubli a de l'importance dans la plupart de mes scénarios.

Pour revenir à l'idée d'un Yeun Ellez à l'époque de Millevaux, on peut imaginer que ce soit un repaire de Cruach'On.

Un Horla (voir une Déité Horla) pourrait très bien prendre le rôle et l'apparence de l'Ankou. L'incarnation de créatures légendaires est complètement justifiée par l'Egrégore.

Mildiou, Encycopédie Minuscule a écrit :

L'influence de Shub-Niggurath se matérialise par un corpuscule (la corruption) et
une onde (l’égrégore). Si la corruption n'est que matière brute, l’égrégore est la
rémanence d'émotions psychiquement très chargées et influence la forme même de
Millevaux. L’égrégore participe à la formation des Horlas et dicte les codes de la
sorcellerie.

Pour finir, un des membres de ce forum, Omen, avait maîtrisé un scénario Millevaux breton, Le Phare de l'Angoisse.A l'occasion, je l'avais aidé à brainstormer sur Millevaux à la sauce Breizh, notamment en livrant l'extrait de l'Atlas se rapportant à cette région.

(désolé, pour les deux liens, il faut un peu scroller pour trouver les messages pertinents EDIT : J'ai arrangé ça).

Dernière modification par Pikathulhu (08 Aug 2012 06:52)


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#132 07 Aug 2012 19:21

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Pikathulhu a écrit :

(désolé, pour les deux liens, il faut un peu scroller pour trouver les messages pertinents).

En cliquant sur la date, en haut à gauche de chaque post, tu obtiens un lien direct vers ledit post. Exemple avec le CR de Kirdinn : http://terresetranges.net/forums/viewto … 8304#p8304

Mâââgique, hein ?  bcbig_smile


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#133 08 Aug 2012 06:49

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Ah merci, du coup, je viens de comprendre comment tu fais bcwink


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#134 08 Aug 2012 13:06

Kirdinn
membre
Inscription : 25 Mar 2008

Re : J'ai mené un scénario non officiel

J'avais pas vu la partie Bretagne de l'Atlas ! Superbe ! Bon, j'ai trop de campagnes en cours, mais quand j'aurais killé quelques parties dans ma semaine, je vais réfléchir à mener à Millevaux ... ^^

Pour les Féals: franchement, ça vaut le coup d'oeil. C'est du Gaborit, mais le travail des Sombres Sentes est proprement fascinant et il y a  des choses qui pourraient t'intéresser, je pense ;)

Hors ligne

#135 08 Aug 2012 16:25

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Kille tes joueurs c'est plus rapide ^^

Pour les Chroniques des Féals, je suis persuadé de la qualité de l'ensemble. L'ennui, c'est que je ne sais pas lire !


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#136 08 Aug 2012 21:44

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Yo Kirdinn.



Super feedback et, semble-t-il, super partie. yes



Kirdinn a écrit :

les Naufrageurs
les Dames Blanches.

J'overkiffe.

Je ne suis pas très pointu sur le folklore breton, mais ce sont deux thèmes qu'on retrouve aussi dans le folklore normand (que je connais mieux) et que j'apprécie énormément.



Les joueurs connaissent bien les lieux du scénar, la configuration, mais aussi l'ambiance et les histoires du coin.

Ça c'est super. Jouer dans un environnement connu de tous les joueurs dans la vraie vie, c'est excellent pour du jeu d'horreur.



des blockhaus. L'un d'eux est peint en rose

Trop fort. bcbig_smile



L'agent retrouve son fils et ses amis. Ils sont choqués, mais vivant, dans le blockhaus rose. Ce sont les nouveaux PJ.

Bien géré le renouvellement du cast. T'as fait comment ? Tu avais prévu des prétirés de rechange ? Vous avez refait une créa collective complète (avec Personnalités et Traits) ou un truc plus rapide (récup des anciennes Personnalités, pas de Traits) ?



Le fils met un torchon dans le réservoir et l'allume.

Bien vu. yes



Les Personnalités mélancoliques ou défaitistes n'ont pas été très bien jouée.

C'est assez logique car vous avez joué un survival. Or la Personnalité mélancolique est mieux adaptée au mélo, voire au mélo gothique.

Elle n'est pas impossible à jouer en survival (aucune ne l'est) mais ça demande tout de même de sérieux efforts de roleplay. Et là, clairement, le deck s'avère utile.

Il faut aussi que le groupe soit construit de telle manière que le joueur concerné ait la possibilité d'exprimer sa Personnalité mélancolique. C'est vrai pour toutes les Personnalités mais ça l'est particulièrement pour celles qui sont passives / introspectives.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#137 09 Aug 2012 14:13

Kirdinn
membre
Inscription : 25 Mar 2008

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Merci ^^

C'est vrai qu'un imaginaire et des souvenirs partagés ajoutent beaucoup à l'ambiance de jeu. Ils savent quels endroits sont traites, où il ne faut pas traîner etc ... c'était très chouette :)

Pour le renouvelleemnt du cast, on a refait une créa collective complète. C'est tellement simple. En gros:
"Bon, vous trois, vous êtes: le fils de tel PJ, et ses potes. Faîtes vos persos, pendant que je m'occupe des 2 PJ survivants" Ils m'ont fait valider leur perso rapidement, et hop, c'est reparti de manière super fluide après une mini intro.
"Vos persos étaient en train d'expérimenter des substances peu licites derrière les rochers ... mais vous avez été surpris par la pluie. Vous avez vu des choses sortir de l'eau, mais c'était probablement un bad trip. Ou pas. Vos souvenirs sont flous, des rochers, du sang, la pluie et les vagues ... vous êtes dans le blockhaus, et vous arrivez à reprendre pied avec la réalité".

Hors ligne

#138 10 Aug 2012 00:50

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Top.  yes


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#139 13 Nov 2012 00:33

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : J'ai mené un scénario non officiel

Stefff56 sur Festnoz a écrit :

Allez zou j'y vais de me petit (long) débrief sur la première partie de Sombre que j'ai mené lors des 24 heures du jeu.

24 h du jeu de Theix – octobre 2012

Ca faisait un paquet de temps que je n’avais pas maîtrisé, au pifomètre je dirais 2 ans. Et du coup j’avais accumulé pas mal d’envies de jeu. Si bien que dès Sombre acheté (auprès de Johann Scipion himself ! wow mon petit cœur de fanboy bas très vite), je me suis plongé dans l’écriture rapide d’un scénario pour jouer dans la soirée.
Dans la voiture qui me menait au 24 h du jeu, j’avais déjà cogité un peu. Je voulais rendre un hommage (discret) à un vieux western que j’adore, La Chevauchée des Bannis. D’ailleurs mon scénario s’appellera comme ça, c’est un nom cool qui en jette bien, dans l’esprit de Sombre. Et puis je voulais jouer avec la narration, et me faire plaisir. Et par-dessus le marché, je voulais impliquer les joueurs au niveau du scénar.

film-la-chevauchee-des-bannis8.jpeg?w=470&h=140&crop=1

Dans l’après-midi j’ai formalisé tout ça sur feuille, et suivit les quelques conseils de Johann qui a déjà maîtrisé un western à Sombre.

Quelques heures plus tard pendant les 24 h.
On est le soir, j’ai fébrilement inscrit sur la liste des parties « Western crépusculaire et expérimental basé sur le moteur de Sombre ». Ca a du en intriguer plus d’un, car on me demande régulièrement ce que c’est. Je réponds qu’en gros c’est du western mais pas héroïque et qu’il faut s’attendre à des surprises.
Trois courageux joueurs ont accepté de monter à bord de mon délire narratif. Il y a Stéphane (Jazz) que je connais assez bien puisqu’on se croise sur le forum de Festnoz, et avec qui on papote régulièrement aux 24h. Mais on n’a pas assez souvent l’occaz de JOUER. Je suis content, je le voulais à ma table. Pareil pour Estelle, j’ai déjà eu l’occasion de jouer avec elle, je n’aurais pas de mauvaise surprise, ca va bien se passer. Et puis il y avait Vincent, que je ne connaissais pas, et qui l’a bien fait. Agréable, drôle, plein de bonne volonté. Bref, le genre de table dont je n’aurais même pas rêvé pour reprendre après une longue période de disette.

Hop, hop, hop… J’explique le principe à mes joueurs : On va jouer à Coldstone, une ville minière sur le déclin depuis que la Stanford Cie a fermé la mine il y a quelques années. Des rumeurs de mineurs disparus ont forcé l’entreprise à mettre fin à l’exploitation et ça tombait bien, il semblerait bien qu’il n’y ait plus rien à en tirer. Du coup, la ville périclite doucement depuis des années. Il reste une poignée de villageois fermiers, un Saloon qui survit parce qu’il est pile sur la route qui mène à la Grande Ville, et quelques commerces. Et puis Coldstone porte bien son nom, car l’hiver y est rude. Au moment où l’on commence, il y a bien 1.50 m de neige dehors et l’eau gèle à vue d’œil.
La partie démarre alors que le Maire a réuni tout le village au saloon. Il a une annonce à faire…

Et je n’en dit pas plus, je laisse mes joueurs réfléchir au type de persos qu’ils veulent jouer. J’ai dressé une petite liste rapidement dans l’après-midi. Le but est de bien faire comprendre qu’ils ne joueront pas les héros. Entre barbier, barman, pute, fermier ou mère de famille, t’as vite compris que pour finir le scénario vivant, faudra être bon… Stéphane choisit la Mère de famille honnête et protectrice, Estelle prend la pute charmeuse, et Vincent campera le pianiste solitaire du saloon (avec un passé de lascar, j’aime bien je prends).
Après un petit topo sur les règles de Sombre, c’est parti mon kiki !

Le Maire annonce à tout le monde qu’il ne reste presque plus de vivres au village. En gros, ils en ont en rationnant bien pour 3 jours de survie, 4 grand max. Tirage de gueule de tout le monde. La Grande Ville où on pourrait se ravitailler est à 2 jours de marche.
Dans la neige.
Dans le froid.
Voire même dans la Tempête si le MJ est sadique, et il n’y a aucun doute là-dessus dans Sombre.

Alors que mes joueurs commencent à camper leurs rôles, la sauve prend bien. Je me sens à l’aise, les sensations de MJ reviennent bien. Et puis surprise ! La porte du saloon s’ouvre dans un énorme fracas : 3 mercenaires font irruption revolvers aux poings ! Ils sont suivis d’un homme à lunette type notaire ou docteur, plutôt calme (Everett). L’un des mercenaires est visiblement blessé à la cuisse. Ils font un peu peur à tout le monde, et rapidement ramène de l’extérieur une malle lourdement cadenassée.

On comprend vaguement qu’ils sont poursuivis et annoncent qu’ils vont rester au village quelques temps. Et que tout le monde a intérêt à obéir à leur moindre demande… Les joueurs se débrouillent pour leur annoncer que décidément ils tombent plutôt mal, il n’y a plus rien à manger ! Colère de « John » le meneur du groupe qui demande à voir les réserves immédiatement : l’un des mercenaires file à la cave pour y jeter un œil ! Quelques minutes plus tard, hurlements en provenance de la cave : les joueurs et les mercenaires se précipitent…

Fondu au noir.
Je fais une pause. Je demande aux joueurs de me rendre leurs feuilles de perso. Je redistribue les feuilles en prenant soin de ne pas leur redonner la même qu’auparavant.
Je replante un nouveau décor : nous sommes sur un plateau de cinéma, les joueurs sont des acteurs au milieu d’un décor de saloon. Dehors la fausse neige fait parfaitement illusion.
Ils vont devoir rejouer autour de la table de jeu les dialogues prononcés il y a quelques minutes par d’autres joueurs. Et la magie se produit, les joueurs jouent le jeu ! Et avec plaisir je sens. Si bien que ça me conforte un peu pour la suite, car sinon ç’aurait été un peu galère !

Les joueurs finissent à peine leur scène, quand soudain, surprise ! La porte du studio s’ouvre dans un énorme fracas : un producteur bedonnant cigare au bec rentre et engueule tout le monde. « Ce scénario est à chier ! Va falloir me réécrire l’intrigue et vite fait ! Quoi comment ça vous n’êtes pas scénaristes ?! M’en fout moi, d’ici quelques heures je veux un truc plus commercial, avec du sang et du sexe ! Grouillez-vous ! ».

Et voilà mes joueurs en pleine mise en abîme : ils ont pigé (je crois) qu’ils vont pouvoir influencer l’intrigue western à leur guise. En tant que MJ, je guide un peu le brainstorming. J’ai bien entendu une idée globale de l’intrigue si VRAIMENT mes joueurs ne proposaient rien. Mais j’ai envie de les mettre à contribution… On me suggère donc des villageois cannibales, la pauvre mère des familles qui se ferait violer (les joueurs de jdr ont parfois des idées étranges…), le sheriff serait à l’état de cadavre dans la malle et un nouveau personnage, l’adjoint du sheriff qui serait amoureux de la prostituée. Roule, coco, je prends.

Petit roleplay rapide avec les acteurs, je leur décris que l’ambiance sur le plateau est retombée, ils ne sont plus très nombreux et pas de chance, les plombs ont sautés ! Va falloir envoyer quelqu’un remettre le courant…
Fondu au noir.

Retour à Coldstone.
Les joueurs accompagnent les mercenaires dans la cave. Forcément il fait sombre, et seule la bougie de la prostituée éclaire le sous-sol. Il y retrouve le cadavre d’un homme, démembré. Derrière une caisse, une forme bouge : c’est l’adjoint du sheriff qui a assisté au massacre. Il peut à peine décrire une forme floue qui a déchiqueté le mercenaire…

Retour dans le saloon, les esprits s’agitent.
Les joueurs décident qu’il s’agit maintenant de sortir de là, d’autant plus que les mercenaires s’énervent, John le premier. Les joueurs prétextent qu’ils vont aller chercher du matériel pour soigner la blessure pour quitter le saloon. Dehors, gel, froid, tempête de neige, etc. Ils rejoignent la maison du bûcheron, pensant récupérer du matériel utile (des armes ?). En fouillant, ils tombent sur le journal intime du bûcheron, qui soupçonne le maire d’une trahison. Il y a quelque chose de louche entre lui et la direction de la Stanford Cie. Quoi ? Mystère !
Mes joueurs décident alors de fouiller la maison du maire. Rapidement ils y trouvent des courriers, échanges entre le Maire et le directeur. Il est question de fermeture de la mine, de disparitions mystérieuses, et d’une solution qui aurait été trouvée dernièrement… Soudain, un cri provenant du saloon (en fait c’est surtout que le MJ veut relancer l’action).

Ca s’agite : des coups de feu, les mercenaires sortent rapidement du saloon, sanglent la malle sur un cheval et tentent de contenir une menace provenant visiblement de l’intérieur du saloon. Les joueurs entendent des cris inhumains, et aperçoivent bientôt du sang. Beaucoup de sang. Les villageois semblent devenus fous : ils essaient de manger littéralement les mercenaires qui défouraillent. Les joueurs sortent à leur rencontre et négocient rapidement leur évasion en compagnie des mercenaires !

Mais où vont-ils ces mercenaires ?
A la mine ! En route, John  leur explique la vraie raison de leur présence à ColdStone. Lorsque les américains ont viré les indiens qui vivaient là pour exploiter la mine, ces derniers ont laissé un petit cadeau : ils ont maudit la mine. D’où un paquet de disparitions, dues à une entité maléfique. Jusqu’à la fermeture, seuls quelques mineurs avaient disparu. Mais depuis sa fermeture, l’entité n’hésite pas à aller chercher quelques proies à l’extérieur (un ou deux fermiers isolés, plus quelques indiens). Le directeur de la Stanford Cie aimerait bien reprendre l’exploitation de sa mine, aussi il a embauché un « sorcier blanc » (Everett, un occultiste très compétent). Pour l’escorter, il l’a confié à un groupe de mercenaires, dirigé par John. Les voilà partis en direction de ColdStone avec dans leur malle tout le nécessaire au rituel. Problème : le rituel nécessite un « ingrédient » indispensable : le cœur d’un nouveau né ! Et comme personne ni Everett ni John n’envisage de tuer un bébé blanc, ils ont fait un petit détour avant de venir à ColdStone. Un petit détour dans un camp indien. Baston, blessure, fuite. Et les voilà arrivés au saloon de Coldstone !
Leur projet maintenant : aller jusqu’à la mine, lancer le rituel, et se barrer. Vite. Très vite.

Les joueurs suivent, mais c’est bien tout le problème dans ma fin de scénar, c’est qu’ils sont « suiveurs » et pas moteur de l’action. Du coup, mon scénario va finir un peu en eau de boudin, et pas aussi intensément qu’il aurait du.
L’autre raison de ce foirage, c’est que j’ai beaucoup de mal à gérer les affrontements finals. Je ne voyais pas trop comment gérer un rituel magique, un combat contre des villageois cannibales, et des indiens furieux possédés par l’entité ! Du coup ma fin de partie est un peu foirée.

Les joueurs arrivent à la mine. Les indiens sont là très certainement puisque leurs chevaux sont là. Mais ils sont planqués, et les joueurs ne le savent pas, l’entité a pris possession du groupe.
Jazz, qui joue la Mère de Famille, ne veut pas rester là et veut s’enfuir vers le village, trouver ses enfants. Il ne sera plus dans le grand final. Ce n’est pas sa faute, il joue son rôle de mère protectrice jusqu’au bout. Logique. Bravo Jazz.
Je lui confie le rôle d’un mercenaire : on voit là toute la souplesse de Sombre. Hop, hop, deux caractéristiques et c’est parti pour le show !
Estelle tente de repousser la horde de cannibales qui déboulent avec en soutien Vincent, pianiste rappelons-le.  Bien entendu, personne n’est de taille et tout finit par un massacre en règle avec force jeysers de sang et énucléations… ColdStone ne rouvrira pas sa mine de si tôt !

Fin de la partie. Mes joueurs sont satisfaits (c’est déjà ça), à priori content du principe de la partie (les deux lignes narratives) et me donnent même quelques petits conseils (j’aurais du plus jouer la ligne narrative « acteurs »).

De mon côté le bilan est positif. Je n’avais pas joué depuis longtemps et le système Sombre a confirmé ce que je supposais : facile à prendre en main, souple, pas prise de tête, pratique pour improviser. Par contre, l’une de ses limites c’est de se cantonner au genre horrifique. Ca tombe bien, c’est ce que j’aime. Mais on pourra difficilement lui faire faire du med-fan pur par exemple (quoi qu’un med-fan horrifique, ca doit pouvoir se gérer…).

Comme souvent j’ai mastériser « court ». Si Sombre c’est « la peur comme au cinéma », ben avec moi c’est « le jdr comme dans un court-métrage » : pas plus de 2h de partie, et presqu’aucun jet de dés. C’est très probablement par manque de confiance en moi, je n’aime pas qu’un scénario dure trop longtemps. J’ai toujours peur d’ennuyer mes joueurs, alors je dois penser que si c’est court au moins ils  se feront pas suer trop longtemps. Ca doit être ça.
Pour le manque de jets de dés, je n’en ai aucune idée. Je ne comprends pas.

Concernant mon scénario, et mes objectifs, ils ont été partiellement atteints, mais pour le coup, au-delà de mes espérances pour une partie test j’entends. Les joueurs ont pigés le principe rapidement, ça n’a pas semblé les décontenancer, voir même ils y ont pris un peu de plaisir (les pervers ! gnark gnark). Jazz ou Vincent m’ont fait remarquer qu’il y avait peut-être un peu trop de truc entre les villageois cannibales, les indiens possédés, l’entité et le rituel occulte (Et dire que j’ai pas pu caser de vampire extra-terrestre, je suis déçu !). Estelle me faisait remarquer que pour les prochaines parties je devrais insister plus sur la ligne narrative « acteurs » car il y a quelque chose à faire.

A l’origine j’envisageais de parasiter mutuellement les lignes narratives jusqu’à ce que chacune influence l’autre. Dans le studio, j’avais prévu que les incidents se succèdent : panne de courant, froid qui s’installe, un premier mort, l’apparition d’une entité ressemblant curieusement à celle de la ligne narrative « western »… A l’avenir j’essaierai d’avoir un peu plus confiance en moi.

Toujours est-il que cette partie m’a redonné envie de jouer, format oneshot ou autre. Vivement la prochaine.

Source : http://www.vannes-jdr.org/festnoz/viewt … 132#p36127


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#140 13 Nov 2012 00:34

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : J'ai mené un scénario non officiel

pikathulhu a écrit :

Moi, je trouve que c'est plutôt cool que tu aies fait un scénar de 2 h.

Personnellement, c'est la durée vers laquelle je tends de plus en plus. Mieux vaut deux heures intenses que 5 heures toutes molles !

Si tes mercenaires te posaient problème à la fin... Tu pouvais t'en débarasser en les faisant tuer !
C'est toujours difficile de gérer tout pleins d'éléments à la fin en impro... Je suppose que ça se passe mieux si on arrive à trouver une cohérence qui lie tout ensemble (ex : lier la tempête et les villageois cannibales à la malédiction indienne). Et trouver aussi un moyen de garder les PJs centraux dans tout ça. Sinon, le risque c'est l'EvE (environnement contre environnement) : mercenaires contre indiens, PJ qui comptent les points.

Sinon, super idée le twist en milieu de scénario ! Si tu avais voulu rallonger la sauce, tu aurais pu faire d'autres passerelles entre le film et les acteurs plus tard dans le scénario... Voire rajouter un élément horrifique ou angoissant dans la partie "acteurs".

Pour ce qui est du peu de jet de dés, c'est normal vu le système de Sombre : tu n'as besoin de jeter les dés que si les PJ sont en situation de stress extrême (c-a-d situation de combat ou autre situation très dangereuse). a la lecture du compte-rendu, je pense qu'à part lors du climax, tu n'as pas dû avoir trop besoin des dés.

ça me rappelle un one-shot à Cthulhu que j'avais improvisé : les PJ sont des jeunes qui vont au festival du fantastique de Gérardmer. Ils tombent sur John Carpenter qui les "repère" : il cherche des acteurs amateurs pour tourner un film le plus "roots" possible. Il les entraîne de nuit dans une scierie désaffectée. On ne voit pas les caméras : tout est en caméra cachée selon John. John s'éclipse... et de véritables zombies investissent l'usine. A l'époque je faisais des one-shots horrifiques avec le système de l'Appel de Cthulhu car je ne connaissais pas encore Sombre.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

Pied de page des forums