Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Hotline Inviter Johan Scipion Conseils d'achat Tipeee

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ ACHETER Sombre ++ CONSEILS d'achat ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#221 15 Aug 2013 15:37

Gap
vue sur Byron
Lieu : Suisse
Inscription : 30 Mar 2012

Re : [S1] House of the rising dead

M'Ă©tonne pas de sa part alors, mais elle ne me l'a pas dit ^^

Hors ligne

#222 19 Aug 2013 15:40

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

Petite partie hier, début à 20h20, pliage final à 23h15 (avec une bonne pause pizza, juste après l'amorce). 4 joueurs expérimentés (1 meneur de Z-Corps et une partie de sa tablée) + Liilii qui a déjà fait le scénar une fois (CR à venir), elle jouera Billy.

Je procéde au tirage des cartes spéciales. Puis on passe à la créa de groupe, on obtient au bout d'une petite demi-heure (je leur explique les cartes dans une autre piéce un par un pendant qu'ils mettent leur back au point sous l'écoute distraite de Liilii) deux anciens militaires baltringues et leur parentéle.

Roland tire le Jeu de Cartes, il sera Curtis, Chauffeur Rusé, Lascar, il n'a aucun sens de l'orientation (Inapte), "ça m'arrange, cette petite épidémie, ça remet les compteurs à zéro!"

Julian tire le Revolver, il sera John, Militaire Timide, élève prometteur à Westpoint où il excelle aux armes (Tir), son Code de Conduite se birne à respecter la chaine hiérarchique et à obéir à la régle aux ordres (je valide connaissant Oswald). John et Curtis sont cousins.

Mathias tire le Sac à Dos, il sera Call, Ermite Excentrique, ancien sniper (Tir, sans arme au départ, je valide le second tireur), il s'est réfugié dans les étendues sauvages à son retour au pays, il est Dévoué à son petit frère, Hugo.

Thierry tire la carte Rien, il sera Hugo, Musicien Distant, Chanceux et Drogué au LSD.

Prologue, en continuité de Fast-Food, je change légérement le back général, le centre commercial est sous la coupe du Gang du Jugement Dernier mais leur main mise sur tout ne change rien à la donne, la guerre civile éclate, les zombies rentrent, les Pj sortent!

Kill Zone, Curtis est en 1, John et Call en 3 et Hugo en 6 (aĂŻe).
Tour 1, on court!
Tour 2, Curtis s'agite, teste les fenêtres, John le rejoint, Call s'arrête et invective son frérot, Hugo est attaqué sans effet par le gros.
Tour 3, Curtis aidé par John accéde au toit du porche, Call est attaqué par le motard et le rasta, un échec et un 9/6 que j'applique tel quel (ouch!), Hugo est blessé par le gros.
Tour 4, John tente d'attrapper la main tendue de Curtis, il y arrive, le porche émet un craquement sinistre, Curtis lache aussitôt, Oswald sort et met fin à l'hécatombe.

Je décris briévement Oswald, Curtis entre par l'étage, Oswald (je suis très fier de mon interprétation) termine le boulot puis pointe de son M16 les 3 survivants qu'il a devant lui et leur demande de se désaper, ils s'éxécutent. Oswald attentif au moindre bruit leur demande d'aller chercher le 4° sans déranger Laura, sa femme, qui se repose à l'étage. Inpection de Curtis. Oswald leur indique la direction de la cuisine puis reprend sa position, John veut aider à en dégommer mais j'indique à Julian qu'il est excellent tireur et vu la portée d'un M16, il touche bien avant lui (histoire qu'il garde ses munitions).

John et Mathias filentà la cuisine et trouvent la bidoche, ils se gavent! Call tombe dans un coin et sort de son havresac une trousse de secours, il soigne ses blessures. Curtis tente de discuter avec Oswald puis fouille la cuisine (réchaud, un seau d'eau croupie, bidoche). Call qui est le seul à avoir vraiment combattu au front discute avec Oswald qui lui offre une biére vieille et chaude (un petit rajout), s'endort en feuilletant un Playboy.

Les autres ausi ne tardent pas Ă  sombrer. Curtis s'Ă©veille dans la nuit, Oswald n'est plus lĂ , des pas qui montent dans l'escalier, un lit qui grince, quelqu'un qui redescend...

Le lendemain, petit réveil sans trompette, Billy se réveille lui aussi, affamé et assoiffé. Tout le monde mange un morceau (Papa?), Hugo qui inspecte les piéces du RdC finit par découvrir une chicane dans la pièce peinte, il déboule dans la cuisine où Curtis et John font des messes basses, il avise l'escalier de la cave et y desccend, John le suit. A la lampe torche, il découvre l'établi et les têtes, les cadavres qui les surmontent. 3 Cochages! Hugo se plie en deux et vomit tripes et boyaux, ils remontent en courant, Hugo tient encore le couteau de combat dans sa main...

Oswald fait irruption, Call sur les talons. Curtis exige que l'on quitte immédiatement cet endroit, au moins eux, John tente de jouer de son autorité de futur gradé, Oswald les pointe de son arme.
Curtis persiste, Oswald menace John et lui demande de laisser tomber son arme, il le fait, il tire une balle dans le genou de Curtis, 5/2, Hugo se jette sur le forcené et lui péte un 5/5, Call se jette sur Oswald le gênant, Curtis attrappe le flingue et tire en l'air, "calmez-vous, bordel!", Hugo réitére et rate, Oswald bute Call sur un 5/2.
Curtis se reléve, John se recule, Hugo fuit, Oswald tire sur Hugo 6/3 qui disparait dans la cave!
Oswald pointe les deux cousins, "foutez votre putain d'arme dans le seau Ă  merde et allez chercher votre pote, ramenez moi le ici!"
Ce qu'ils font. Parvenus Ă  la cave, ils fouillent un instant ensemble (Cochage pour Curtis qui voient les cadavres et Hugo qui a perdu son frangin), ils trouvent le bidon d'essence mais pas plus, ils remontent. Curtis cherche le flingue, il n'y est plus!

Oswald a repris sa position. John a récupéré le couteau et tente de parlementer en se rapprochant, Oswald maintient une distance de sécurité. Curtis arrive et demande si on a besoin de lui, Oswald l'envoie à la cave couper de la bidoche (ah! ah!), il n'a qu'à prendre le couteau que son pote cache dans son futal (je l'ai décris assez longuement que c'était un gros putain de couteau), Curtis est ok mais il a la main pleine de merde, Oswald lui indique qu'il y a des vêtements à l'étage dans la chambre de sa femme.
HĂ©sitation...
Oswald ordonne à John de se débarasser du corps de Call par la fenêtre du 1° (je tente de les faire grimper à ce putain d'étage!), Billy chantonne mais John est trop perturbé pour modifier son plan de vol. Curtis discute avec l'ado puis entre chez Laura, il ourdit un magnifique plan, libérer le zombie. Un test d'Esprit/Chance qui est un échec et Laura se jette sur lui! Oswald se rue à l'étage! John sur les talons.
Curtis plante Laura 9/5, Oswald tire sur Curtis 8/3, John se jette sur Oswald.
Laura finit par se débarasser de la muselière que lui a bricolé Curtis, elle le mord, il meurt et se transforme (Je refourgue Laura-Zombie à Mathias et une fiche de Zombi à Roland), les deux zombis se tournent vers les deux vifs.
John fuit, Oswald ferme la porte et tire au travers, Hugo se rend compte que la Horde charge, il grimpe à l'étage et voit Billy, il ne peut pas accéder à la trappe seul.
Oswald touche un zombi mais se fait déchiqueter. John aide Hugo à grimper dans le grenier.
Les zombis mangent Oswald. Hugo regarde John un moment puis referme la trappe.
John se fait happer par les deux zombis et meurt.
Hugo s'assoupit dans un coin du grenier, il meurt et se transforme, il attaque Billy et le tue.
Générique de fin...

TPK

Dernière modification par Seb (19 Aug 2013 15:45)

Hors ligne

#223 19 Aug 2013 21:42

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

Julian/John a Ă©crit :

Pour parler du système de Sombre, je trouve qu'il est parfaitement rôdé. Autant Sombre Lite que Sombre 0, ça marche super bien !

A propos du scénario, là je suis plus mitigé. Bon autant tu sais Sombre c'est pas ma tasse de thé, même si j'ai beaucoup aimé les premiers scénars horreur que tu avais fait. Mais Sombre avec des zombies, boaf, ça rend pas pareil je trouve... on se trouve dans une situation presque "familière" du fait que tout le monde est habitué aux zombies, et du coup, le stress et l'angoisse n'étaient pas présent, du moins c'est mon ressenti. :)

Et l'histoire, on est passé à côté de tout :D

Oswald pour moi c'était un survivant comme les autres, quoique avec un peu plus de cran que la moyenne pour être aussi organisé et avec autant de sang froid. Les corps dans la cave, bon ok, là il a du péter un plomb mais ça devait être une famille qu'il a abrité un temps (comme nous) avant de s'en servir comme provisions.

Et tout ce qu'il y avait à l'étage... j'étais à chaque fois dans des situations trop bloquées (sous la menace de son arme) ou dans l'urgence pour pouvoir me poser des questions. Même la chambre d'enfant, il m'avait dit que sa femme se reposait à l'étage, donc qu'il y ait une chambre d'enfant vide, je me suis juste dit qu'ils comptaient avoir un bébé, c'est tout.

Peut-être que rajouter plus de souvenirs de famille dans la maison (photos sur le frigo ou dans l'escalier) pourraient permettre aux joueurs de faire un rapprochement plus rapide avec les corps de la cave... et découvrir par conséquent qu'il reste encore un rescapé caché quelque part dans la maison.

Enfin on n'a même pas pu jouer les différentes étapes de nos personnalités tellement ça a été vite, alors que c'est ça le truc le plus fun de Sombre :p

Sinon quand est-ce que je peux revenir pour jouer avec tchichi ? :p

Merci pour le feedback mais ne touche pas Ă  mon chat, salope!

Hors ligne

#224 19 Aug 2013 21:53

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

Je note que dans House on ne joue pas des victimes, on joue en fait une séquelle du massacre de la famille Oswald.
Quand je fais mon brief, je commence en précisant qu'on ne joue pas les enquêteurs d'un massacre mais les victimes du dit massacre...
A House, on joue la seconde vague.

Hors ligne

#225 20 Aug 2013 09:26

Gap
vue sur Byron
Lieu : Suisse
Inscription : 30 Mar 2012

Re : [S1] House of the rising dead

Pour les photos dans l'escalier, c'est rude, vu que la famille n'a jamais habité là. Par contre, la photo-de-la-poche-d'Oswald pourrait se trouver dans les vêtements déchirés à la cave s'ils les fouillent. bcsmile

De lĂ  Ă  trouver qu'Oswald est un survivant normal, euh...  bcroll

Hors ligne

#226 20 Aug 2013 09:45

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

Julian/John a Ă©crit :

Mmh Fast-Food c'était une très bonne entrée en matière, mais j'aurais bien aimé continuer avec les illuminés de la secte. Rejoindre Oswald, je n'ai pas compris pourquoi on se retrouvait avec ce type loin de tout alors que tu nous avais fait un background prometteur sur cette secte :p



Là pour le coup je pense qu'on aurait pu rejoindre du vrai Sombre bien horreur ("malgré" les zombies :)) et bien péter un câble :D!

Seb a Ă©crit :

Je prévois de faire un scénar Sombre Max (on joue des badass qui se le font défoncer!) plus centré sur le gang, là vous jouiiez des victimes et je voulais vous faire vous rendre compte de la dureté du scénar, même les membres du gang qui sont balézes, fous et équipés se font déchiqueter par la Horde!

Hors ligne

#227 22 Aug 2013 02:03

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : [S1] House of the rising dead

Seb a Ă©crit :

Call est attaqué par le motard et le rasta, un échec et un 9/6 que j'applique tel quel (ouch!)

Ah oui mais non : les zombies ne font pas de dommages ordinaires Ă  mains nues (S1 p 20).



John et Mathias filentĂ  la cuisine et trouvent la bidoche, ils se gavent!

Excellent !



Call tombe dans un coin et sort de son havresac une trousse de secours, il soigne ses blessures.

Tu lui as permis de décocher du Corps ou pas ?



Call se jette sur Oswald le gĂŞnant
Oswald bute Call sur un 5/2

Note qu'Oswald n'a pas besoin de lancer son d6. Puisque Call le gêne, il lui fait des dommages automatiquement variables. Ça picote.



Oswald pointe les deux cousins, "foutez votre putain d'arme dans le seau Ă  merde et allez chercher votre pote, ramenez moi le ici!"

Pas mal.



(je tente de les faire grimper Ă  ce putain d'Ă©tage!)

Faut pas s'acharner.

C'est un peu dommage s'ils n'y vont pas parce qu'ils n'assisteront pas à la scène BDSMZ, mais ça ne met pas en danger le bon déroulement du scénar. Ça m'est arrivé une fois en playtest, j'en parle pp. 39 et 42.



Laura finit par se débarasser de la muselière que lui a bricolé Curtis, elle le mord, il meurt et se transforme (Je refourgue Laura-Zombie à Mathias et une fiche de Zombi à Roland), les deux zombis se tournent vers les deux vifs.

Cool, ça.



Oswald ferme la porte et tire au travers

Pour info, ça, techniquement, c'est une protection : en cas de réussite, ça fixe les dommages.



*



Julian/John a Ă©crit :

Sombre Lite

Sombre classic, en fait. Light, c'est le kit de démo. Classic, c'est le système standard (par opposition à ses variantes, zéro et max). Mais au final, quand on joue avec Sombre light, c'est bien à Sombre classic qu'on joue.

Ouais je sais, on s'y perd. bcroll



Et l'histoire, on est passé à côté de tout

Pas un souci du tout. Mais je m'en étonne un peu beaucoup dans une partie où Billy est incarné par un joueur. Parce que Billy, il sait tout sur Oswald. Hé, c'est son frère !



Les corps dans la cave, bon ok, là il a du péter un plomb

Un gros plomb, quand mĂŞme. bcbig_smile



Peut-ĂŞtre que rajouter plus de souvenirs de famille dans la maison (photos sur le frigo ou dans l'escalier) pourraient permettre aux joueurs de faire un rapprochement plus rapide avec les corps de la cave...

Comme le fait très justement remarquer Gap, ce n'est pas possible car Oswald et les siens ne sont pas les habitants originels de la ferme. Ils y sont arrivés en pick-up il y a peu.

Par ailleurs, la ferme est en bien trop mauvais état pour avoir été habitée avant l'apocalypse zombie. Y'a pas d'eau courante, très peu d'affaires personnelles, quasi pas de meubles, aucun engin agricole et pas de terres cultivées. Rien que ça c'est un *énorme* indice. Y'a même une pièce toute grafitée de partout, comme si elle avait été squattée (ce qui est le cas, en fait).

Hors Billy, l'indice pour découvrir les liens entre Oswald, les cadavres et Lily, c'est la ressemblance physique entre eux. Même si Lily est bien amochée au visage, elle est quand même la soeur de son frère. Dans la cave, la tête de la mère est la moins abîmée des trois. On peut sans doute y reconnaître les traits d'Oswald (note que son cadavre n'a pas été découpé : Oswald, qui aimait beaucoup sa mère, n'a pas pu, malgré sa folie, se résoudre à la manger).

Et puis bien sûr, il y a la photo.



Enfin on n'a même pas pu jouer les différentes étapes de nos personnalités tellement ça a été vite, alors que c'est ça le truc le plus fun de Sombre

À mon avis, le principal souci vient de là. Du rythme frénétique, je veux dire.

Vu les horaires de début et de fin que tu donnes, Seb, et après avoir lu ton CR, j'en retire l'impression que tu as mené tambour battant tout du long. Par ailleurs (mais c'est complètement lié), Oswald est très présent dans ton feedback.

Or il ne faut pas : le mid-game (la fin de matinée et le début d'aprème, disons) appartient aux joueurs. Le matin, il faut leur mettre la pression en les menaçant d'attrition par la soif (pas super pertinente l'invention de la bière) pour qu'il se bougent le cul, puis les laisser explorer la ferme à leur guise et monter le plan qu'ils veulent.

Après seulement, tu leur remets la pression avec l'assassinat d'Oswald, la sortie de la ferme et la horde. House, c'est une sinusoïde : on part de haut, ça redescend et puis ça remonte encore plus haut qu'au début. Et c'est parce que c'est redescendu que la remontée fait un max d'effet.



*



Seb a Ă©crit :

Je note que dans House on ne joue pas des victimes, on joue en fait une séquelle du massacre de la famille Oswald.

Non !

D'une, je ne vois pas en quoi il serait incompatible de jouer des victimes ET une séquelle du massacre.

De deux, ce n'est pas ça du tout : dans House, comme dans tous les scénars de Sombre, *on*joue*l'histoire*des*PJ*. Tout le reste, on s'en branle de chez branle parce que ce n'est que du décor. De l'outil narratif. C'est pour ça que si on ne comprend rien à l'histoire d'Oswald, ce n'est pas grave du tout. C'est même carrément très secondaire.

Que les PJ soient des victimes ne les empêche pas d'être les personnages principaux. D'ailleurs, il *faut* qu'ils le soient parce que sinon, la partie ne tourne pas rond. Si tu déportes le centre de gravité narratif du cast (les PJ) au supporting cas (PNJ amis) ou, pire, aux antagos (Oswald), tu affaiblis grave la dynamique de ta table et donc de ta partie.

Or j'ai le sentiment que c'est un peu ce qui s'est passé. Je reviens sur ce que j'écrivais plus haut : on dirait que tu as vachement trop mis Oswald en avant. Du coup, que tu aboutisses à un TPK dans la ferme ne me surprends pas du tout.

Ton CR donne l'impression (peut-être fausse, y'a sans doute un biais lié au fait que tu racontes toi-même la partie) que tu as joué Oswald presque comme un PJ, lui donnant un poids narratif énorme, ce qui a eu pour effet de tirer vachement la couverture à toi/lui. Ce faisant, tu renvoies les joueurs dans une position plus passive que (pro)active et ce n'est pas bon.



*



Julian/John a Ă©crit :

Fast-Food c'était une très bonne entrée en matière, mais j'aurais bien aimé continuer avec les illuminés de la secte. Rejoindre Oswald, je n'ai pas compris pourquoi on se retrouvait avec ce type loin de tout alors que tu nous avais fait un background prometteur sur cette secte

Ah ça, c'est un super feedback, vachement éclairant et tout. yes

Ça tend à confirmer mon mauvais feeling sur l'idée d'un double feature avec deux scénarios sur le même thème. En fait, je pense que c'était trop ou pas assez.

La leçon que j'en tire, c'est qu'en double feature, soit on fait deux trucs très différents (Ubi puis House), soit on fait deux trucs pareil mais qui s'enchaînent pile poil. Or là, le lien entre le fast-food et la ferme était trop ténu.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#228 22 Aug 2013 23:42

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

À mon avis, le principal souci vient de là. Du rythme frénétique, je veux dire.

Vu les horaires de début et de fin que tu donnes, Seb, et après avoir lu ton CR, j'en retire l'impression que tu as mené tambour battant tout du long.

J'ai bien joué Oswald en retrait (voir la discussion nocturne avec Call) mais les joueurs eux, l'ont identifié comme un perso ressource, ils n'ont pas arrêté de lui casser les couilles, sans arrêt, sans arrêt et surtout, ils l'ont branché sur le truc ultime pour lui: "on va partir! il faut bouger!" j'ai juste jouer l'antago tel qu'il est décrit, il les cadre M16 à l'appui, c'est à ce moment-là que Hugo le plante avec le K-Bar, Oswald péte les plombs.



D'une, je ne vois pas en quoi il serait incompatible de jouer des victimes ET une séquelle du massacre.

Ok avec toi, c'est juste une remarque, les films d'horreur sont souvent des suites. Et mĂŞme dans les films originaux, les lieux et les antagos sont rarement anodins...



De deux, ce n'est pas ça du tout : dans House, comme dans tous les scénars de Sombre, *on*joue*l'histoire*des*PJ*. Tout le reste, on s'en branle de chez branle parce que ce n'est que du décor. De l'outil narratif. C'est pour ça que si on ne comprend rien à l'histoire d'Oswald, ce n'est pas grave du tout. C'est même carrément très secondaire.

Ah mais oui! mais l'histoire était pour la table très importante. Si pas faute d'avoir fait le briefing et tout et tout...



...dans une partie où Billy est incarné par un joueur. Parce que Billy, il sait tout sur Oswald. Hé, c'est son frère !

Le problème, c'est que Liilii a joué Prudent plus que Timide, il n'est pas descendu dans la maison, il a essayé d'attirer à lui le reste des persos sans effet jusqu'à la quasi fin du scénar.



ça ne met pas en danger le bon déroulement du scénar. Ça m'est arrivé une fois en playtest, j'en parle pp. 39 et 42.

Mais ils ne peuvent pas apercevoir le pick-up à travers les planches disjointes de la grange, ils n'ont pas l'idée d'une fuite possible, c'est hyper freinant...



Je me suis posé la question sur les dégâts des zombis, je ne trouve pas le descriptif super clair (1 ou 2 de dégâts) mais en fonction de quoi, de ma propre estimation? ou du résultat du D6?
C'est ce qui a plombé le plus la table car Mathias était leader lors de l'intro en S0...



Avec des blocs de citation, ça devient tout de suite plus lisible. bcwink  - J

Hors ligne

#229 23 Aug 2013 00:43

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : [S1] House of the rising dead

Seb a Ă©crit :

les joueurs eux, l'ont identifié comme un perso ressource, ils n'ont pas arrêté de lui casser les couilles, sans arrêt, sans arrêt

Ah ça oui, ça pose un *grave* problème. Parce que si Oswald n'apparaît pas d'emblée comme l'antago qu'il est, tout le scénar se barre en couille. Oswald, c'est la bombe à retardement dont les joueurs savent l'explosion imminente et qui leur met la pression durant tout le mid-game.

En relisant ton CR, je n'arrive pas à comprendre où ça foire. Comment se fait-il que Julian développe une vision à ce point Bisounours d'Oswald ? Je ne capte pas comment tu arrives à ça :

Julian a Ă©crit :

Oswald pour moi c'était un survivant comme les autres, quoique avec un peu plus de cran que la moyenne pour être aussi organisé et avec autant de sang froid.

alors que tu commences par braquer les PJ et les obliger à se dénuder, ce qui est pile poil ce qu'il faut faire.

La bière par contre n'est pas une bonne idée, pour plein de raisons. Pour l'attrition du lendemain et parce que sur le moment, c'est pousser un peu loin la cordialité. Mais j'ai du mal à croire que cet épisode peu inspiré puisse, à lui seul, mettre le perso par terre.

Est-ce que tu as décrit le collier d'oreilles et sorti le fameux « Enculés de Viets ! » ?



ils l'ont branché sur le truc ultime pour lui: "on va partir! il faut bouger!"

Si je comprends bien, c'est ce qui produit le combat. Sur cette scène, je ne trouve rien à redire. Ça me paraît bien mené.

Perso, j'ai plutôt tendance à jouer d'abord le truc sur le mode intimidation, en gueulant comme un putois sur les joueurs et en les braquant avec le M16 (S1 p 31). Mais s'ils insistent trop, ça ne peut effectivement que se terminer en bain de sang.



Ah mais oui! mais l'histoire était pour la table très importante.

Dans ce cas, c'Ă©tait peut-ĂŞtre une bonne piste pour les inciter Ă  visiter la baraque de fond en comble, genre : vous voulez comprendre ce qu'il se passe exactement ? Bougez-vous le cul pour trouver des indices !

Le scénar n'est pas censé fonctionner comme ça, mais faute de merles, on mange des grives, hein.



Mais ils ne peuvent pas apercevoir le pick-up à travers les planches disjointes de la grange, ils n'ont pas l'idée d'une fuite possible, c'est hyper freinant...

On pourrait le croire, mais en fait non.

D'une, ça n'empêche pas la partie de tenir debout. Le climax n'a pas lieu à l'extérieur, mais c'est pas grave. À l'intérieur, ça peut être très bien aussi. Tu n'es pas le premier à finir en TPK dans la maison.

De deux, une majorité de joueurs se doutent, parfois dès l'arrivée dans la ferme, que la suite du scénar va se dérouler dans la grange. C'est cousu de fil blanc. Et c'est fait pour, hein, ça permet de donner très tôt un objectif clair aux joueurs.

Si vraiment tes joueurs ne percutent pas, tu leur sors le plan d'ensemble. Vu qu'il n'y a que deux bâtiments dessus, faut pas être Einstein pour comprendre que le but du jeu est de rejoindre la grange. Je cause de tout ça p 42.



Je me suis posé la question sur les dégâts des zombis, je ne trouve pas le descriptif super clair (1 ou 2 de dégâts) mais en fonction de quoi, de ma propre estimation? ou du résultat du D6?

Du d6.

S1 p 19 : « Cet abandon dans la violence lui permet de blesser à mains nues : 1 Blessure si les dommages sont fixes, 2 s'ils sont variables. ». Or c'est bien le d6 qui indique si les dommages sont fixes ou variables.

Note que ça s'applique également aux PJ devenus zombies, ce qui limite pas mal leur dangerosité. Sauf bien sûr s'ils sont zombifiés une arme à la main, auquel cas ils font grâce à elle des dommages ordinaires pendant au moins trois Tours (S1 p 36).

La combo PJ zombifié + Ka-Bar est létale, elle a tué une petite demi-douzaine de PJ à ma table en à peine treize parties. Parce qu'évidemment, l'Infecté, se sachant particulièrement en danger, cherche à tout prix à s'armer. Comme il ne dispose pas du flingue (les conditions du tirage des cartes spéciales ne le permettent pas) et que le tireur n'est généralement pas disposé à le lâcher, il se jette sur le couteau.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#230 26 Aug 2013 16:09

Seb
i'll be back
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : [S1] House of the rising dead

Oswald: pour moi une pisse chaude en canette ne limite pas l'attrition mais la prochaine fois en guise de cordialité je lui ferais demander une clope, il aura de vieilles allumettes western dans une poche de son treillis (du genre de celle qu'on gratte sur sa barbe pour les allumer).
J'ai essayé de le jouer tel que tu l'avais joué à la partie avec Nightgold du côté d'Ivry (ça date!) et j'étais très fier de moi, parce que je suis arrivé à m'approprier un méchant créé par un autre que moi ce qui n'est pas si fréquent... je crois que Roland a très bien percuté qu'Oswald était cinglé (collier+cadavres+Saloperies de Victor Charlie) mais au lieu de le gérer comme un Danger Total, il a continué de le gérer comme un Allié Potentiel, ça a tout fait foirer dans la mesure où c'est lui qui a créé le terreau d'agressivité d'Oswald propice au passage à l'acte du perso de Thierry (Hugo le musicos Infecté) ce qui a provoqué la fin précoce du scénar...

De mon côté, j'ai mal lu/compris les dommages des zombis, du coup, j'ai exclu de la partie le perso de Mathias (Call, l'ermite excentrique) parce que je l'ai collé à 2 en Corps au tout début du scénar, au niveau du Combat, il s'est fait défoncé par Oswald car il était dévoué à son frére, même à 8 en Corps, ça n'aurait pas été aussi désastreux!

Le fait de ne pas voir la grange n'a pas permis au groupe de piger comment sortir du scénar, Roland a demandé à Oswald comment il était arrivé sur place et celui-ci a expliqué que sa jeep était tombé en panne séche à un peu plus d'un Km d'ici, il n'a pas percuté que ça pouvait être un gros bobard, ni qu'ils n'avaient pas vu de bagnole abandonnée sur la route...

Hors ligne

Pied de page des forums