Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Liens utiles (et cliquables) >>> COMMANDER Sombre ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#1 16 Apr 2017 13:59

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Playlist Little HĂ´ Chi Minh Ville

26947784653_acaa9c747f_z.jpg

crédits : thomas hawk, verlaten, licence cc-by-nc, collection of old photos, Sam Droege, domaine public

Mon conseil : passez deux albums en simultané si vous voulez ajouter de la tension, de la texture, de la folie.

Occult, par Misogi, un trip-hop urbain aussi introspectif qu’inquiétant.

Demo IX.MMXVI par Heimatlos, entre drone orientalisant, black metal spectral et noise étouffé, un décor pour rituels fantômes.

Gypsy House, par Sundays & Cybele, du rock psychédélique japonais endiablé entre Led Zeppelin, Ennio Morricone et Ravi Shankar, à la fois cosmique, enjoué et speed !

Bunong Pop Songs, par Lok Ta, de la cosmic pop cambodgienne. Ambiance de marché d’asie du sud-est sur fond de mélodies naïves et d’instrumentaux traditionnels ou synthétiques improbables !

Trance and shamanism in Central Java, par Jathilan, un gamelan frénétique pour un rituel chamanique qui mêle le calme et la tempête, l’imprécation aux esprits et les discussions du quotidien.

33460501704_5499d6f2b3_o.jpg
S/T, par 5ive. Du drone speed/heavy doom instrumental, tempête de goudron en fusion pour une débauche de son hallucinée et macabre.

No Water, par Dhidalah, du rock psychédélique instrumental joué à fond les ballons, pour un trip sous substances hautement trafiquées.

Gita Kencana, par Gamelan Angklung. Un ensemble orchestral balinais offre une ambiance qui rappelle les marchés enfiévrés, les fêtes rituelles et les petits moments de la vie.

Lullabies, par Bunong, comptines pour enfants au bord de la nuit.

Ethnography of the Miscanthus Ocean, par Scattered Purgatory, un drone americana qui nous entraîne dans les profondeurs du temps, de la chaleur et du froid extrême.

Borderless Shadows, par Howie Lee, de la folktronica tintante pour lendemains urbains lourds de promesses

Mù Chè Shan Chu, par Howie Lee, la synergie complète entre électro et musique traditionnelle chinoise, qui dessine le Pékin du futur.

Indulge the Passion, par Picture Palace Music, entre rock progressif et electro berlin school, la bande-son très easy listening d’une mégalopole mentale.

No Blue Sky, par Haikai No Ku, du drone blues avec une section rythmique en fusion pour un cauchemar opiacé qui n’en finit jamais.

Psychical, par Ensemble Économique, un panorama sonore à la fois urbain, tribal et cinématographique, la bande-son trippante d’un Truffaut égaré à Hong Kong.

Catastrophic Anonymous, par Violent Music Orchestra, un hybride monstrueux entre techno, noise et black metal, pour runs vénères au coeur de la démence.

Rule the world / Deathtiny land, par Vampillia, un black metal symphonique décalé avec un chant féminin lyrique et un chant masculin grim. Un conte de fées violent d’une folie contagieuse.

Scenes from Hell, par Sigh, du jazz-black metal avec un orchestre complètement barge au service d’une fête foraine mortelle.

Void(); par Access to Arasaka, de l’electro cyberpunk down-tempo pour réalités virtuelles ouatées ou investigations sous zéro kelvin.

Lament Element, par Defrag, du dubstep downtempo pour un trip robotique sous influence lovecraftienne.

Identity Sequence, par Zircon, de l’électro cyberpunk très orchestré avec des vocaux éthérés pour séquences hommages à Ghost in the Shell.

Formless, par Gridlock, une pièce maîtresse d’électro mid-tempo pour toute ambiance futuriste qui se respecte.

U.M.A par Progenie Terrestre Pura, du space black métal épique : une pièce de science-fiction à couper le souffle.

Megalopolis : A Cyberpunk soundtrack, par Neon Vandal, un concept-album électro totalement emblématique de l’ambiance cyberpunk asiatisante des années 80.

Absence, par Dalëk, un hip-hop noiséeux et désabusé, un graffiti physique comme un dernier cri de révolte.

Deflagrations of Hell, par Deutsch Nepal, un dark ambient aussi easy-listening que puissant et misanthrope. C’est la fin, couche-toi et meurs.

The Architect, par Loom, du psytrance aussi speed qu’un cœur qui bat la chamade.

Vibrapuls, par Dubravko Lapaine, du didgeridoo conçu pour un voyage cosmique intérieur.

Falling Apart, par LukHash, au carrefour entre le 8-bit, l’action movie des années 80 et la pop, un mélange exotique et détonnant.

Minor Disruption, par Sefiros, de l’électro orchestrale et glitch, un opéra-rock héroïque en mode mission impossible.

Eternal Delights, par Purple Pilgrims, une dream pop spectrale et fragile d’une beauté qui cache sûrement quelque chose.

Orient + Occident, par Jastreb, de la musique traditionnelle du moyen-Orient jouée façon drone et portée par un chant grave incantatoire et extatique, celui d’un étranger perdu dans l’immensité de l’ailleurs.

Distorted Reality, par Trevor Something, une synthwave nostalgique entre morceaux de bravoure 80’s et perdition totale dans une brume de faux numéros.

Sycophant of Purdah, par Muslimgauze, de l’indus arabisante de guerilla.

City of Djinn (Muslimgauze remixes) par The Rootsman, un remix ethno-electro-dub de Muslimgauze, plus arabisant que l’original, une véritable poudrière.

Post-Asiatic: Lost War Dream Music, par URCK Records, une compilation de musique traditionnelle, de world music moderne et de fields recordings : immersion dans une métropole post-raciale garantie.

Terminal Static, par Broken Note, du dubstep bien vénère pour un run en mode fast-forward !

Sax Ruins, par Yawiquo, du jazz hystérique à la Cowboy Be-Bop dans ses moments les plus fous.

All The Footprints You've Ever Left And The Fear Expecting Ahead, par Envy, entre screamo et post-hardcore, murmures et hurlements à fleur de peau d’une poésie qui fait froid dans le dos.

Mother Blast, par Brume, un dark-ambient post-nucléaire, post-jazzy, post-exotique et post-humain.

Mystic Jar of Doom, par Orange Blossom Jam, du doom metal psyché à chant clair. La lourdeur, le stomp, le groove, tout pour partir à la mort avec le sourire aux lèvres et les pieds enduits de goudron. Badass.

Palestine Remixes, par Tokyo Bloodworm, Ă©lectro-folk pour rĂŞverie en plein Moyen-Orient.

--18, par 2184, de la synthwave pour atmosphères pluvieuses dans une grande cité de câbles et de néons, un voyage nostalgique à l’intérieur d’un film d’animation japonais de SF qui n’aurait jamais vu le jour.

Teletranceport, par Diksha, de la psytrance chamanique qui ne s’arrête jamais de courir.

Daylightless, par Fanu, du drum and bass ethnique et mid-tempo pour ambiances de rue et méditation juste avant l’assaut.

Cheval Ouvert, par Monno : entre math-rock, jazz extrême, harsch noise et black metal sans paroles, une furie aussi gargantuesque et rythmée qu’elle est mystérieusement mélodique.

Fantasy Empire, par Lightning Bolt, un math-rock speed, destructuré et revendicatif, la révolution au mégaphone et en instantané, avec option groove et violence sans filtre.

Songs for Wong Kar-Wai, par Nadja, du drone mélodique qui reprend les thèmes intimistes des films 2046 et In the mood for love pour en tirer une montée en puissance horrifique.

SE Asian Noise(s), par Gonzo, un assemblage de fields recordings et de musiques d’asie du sud-est, et de bidouillages électroniques, dans l’effervescence du quotidien.

Transmissions form Boshqa, par Ak’Chamel. Une folktronica exotique et lo-fi, entre Damas et Calcutta, entre Ennio Morriconne et le marché aux épices, entre charmeurs de serpents et vendeuses de mixtures.

195, par Ogre. Le pinacle de la synthwave action movie des années 80 pour une ambiance SF, cuir et dystopique entre Blade Runner, L’Incal, Judge Dredd et Assaut sur le central 13 !

Birth, par Human Light Ship, une musique rituelle moderne richement axée autour du didgeridoo, une excursion totale dans le temps du rêve.

Polar, par Fanu, de la drum and bass dure et arctique pour des lendemains où c’est parce que t’es sans espoir que tu trouves encore la force de marcher.

Gauze, par Ravana, avec cet électro ethnique à la fois dub, muslim et orientale en diable, partez en totale immersion dans le Pakistan du futur !

Tora ! Tora ! Tora !, par Hocico. Un mélange improbable entre techno dansante et indus dictatorial, un véritable rouleau compresseur idéologique.

34179097733_f2114e3465_q.jpg
Primal Sphere, par Robedoor. Entre psyché-drone et power electronics, une messe noire de technopères à la recherche de l’antimatière.

Ghost in the Shell, par Celiac, du trip-hop pensé comme une bande originale alternative pour l’animé Ghost in the Shell. Planant et immersif.

Phi, par Mai Mai Mai, la puissance du beat, la colère de la guerilla, le chaos bruitiste, tout ça dans le même chaudron de groove vindicatif !

The Galilean Sattelites, par Rosetta, le plus SF et le plus mélodique des albums de post-hardcore pour une envolée tous azimuts vers les montagnes russes émotionnelles de l'enfer digital.

ló-kó?-chhù - Penghu Experimental Sound Studio Vol.2, par Yannick Dauby, du field recordings ruisselant d’une eau noire omniprésente, entre des récitations enfantines et des drones comme des gongs d’outre-mer.

Surface Tension, par DEFCE, une dubstep aussi enlevée que facile d'accès, une grosse montée d'adrénaline avant l'explosion finale.

Tellurique, par Kill the Thrill, entre indus et post-hardcore, la dernière bataille de l'espoir au champ d'honneur.

Weapon, par Skinny Puppy, le retour d'un ancien pape de l'électro-indus pour une leçon punitive affûtée comme un rasoir et groovy comme une bonne grosse cuite, entre synth-wave, indus métal et post-punk revanchard.

Pekak! Indonesian Noise 1995-2015: 20 Years of Experimental Music from Indonesia, comme son nom l'indique, une compilation de noise indonésienne. Noire, bizarre, flippante, tribale et urbaine.

Sonic Mass, par Amebix, un hymne post-punk et crust à la fois ultra-nostalgique et ultra-moderne, un chant de résistance écorché qui déferle comme un raz-de-marée.

Echoes, par Front Line Assembly, un ensemble de remix d'un des papes de la scène electro-indus, avec en fil rouge une même urgence générale et une même voix dictatoriale et robotique.

"EL FIN DEL MUNDO" Bootleg 12-21-2012, par Punish Yourself, le chaînon manquant entre indus et punk, la révolution en marche à fond les ballons !

S/T, par A Place to Bury Strangers, du post-punk saturé, mélodique et dépressif pour se faire un dernier shoot dans une ruelle sombre en attendant la suave étreinte de la mort.

Fader Mix, par Helen Feng, un mix techno-trip hop asiatique pour ambiance de rues, de cuisines et de postes de radio possédés.

There are other possibilities, par Antony Milton, un diamant brut de l'ambient drone en provenance de la Nouvelle-Zélande. Mystique, trippant, urbain et introspectif. Différent.

Imperfection, par Nadja & Vampillia, entre drone et cordes, entre crasse et émotion, entre In the Mood for Love et Old Boy, l'envol d'un majestueux oiseau mazouté.

The Venerable Dark Cloud, par Loren Nerell, de l'ambiant tissé autour d'un gamelan, introspectif et flippant comme une nuit de mousson.

34405298876_3f86ffd5f0_o.jpg
Internal Flight 2013 (guitar version), par Estas Tonne, de la guitare sèche en mode ambiant drone, pesante comme l’air en fusion au-dessus du bitume, comme un film d’espionnage où plane une menace omniprésente.

34409996906_59e8a7d08d_o.jpg
S/T, par Compost Golem, 15 minutes de la meilleure lourdeur que puisse offrir le black, le doom, la drone et le noise pour une rencontre avec une entité métaphysique terminale.

Supermodified, par Amon Tobin, l'electro-jazz le plus groovy de tous les temps pour un melting-pot endiablé

At Saint Thomas The Apostle Harlem, par Diamanda Galàs, entre opéra, cabaret et gospel écorché chantée par une sorcière du fond des abysses insectoïdes de la folie.

Obsidian Shaking Codex, par Skullflower, entre psyché, drone, americana, indus et noise, une rituel goudronné et interminable et groovy et visionnaire


Outsider : Créativité, épanouissement et folklores personnels vus depuis la marge. http://outsider.rolepod.net/
http://www.facebook.com/folkloreoutsiderhttps://twitter.com/Outsider_Daily + Google + : Thomas Munier
https://twitter.com/Millevaux

En ligne

#2 22 Jun 2017 20:59

Amleth
membre
Inscription : 22 Jun 2017

Re : Playlist Little HĂ´ Chi Minh Ville

Thomas, je t'aime !

Hors ligne

#3 23 Jun 2017 09:04

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : Playlist Little HĂ´ Chi Minh Ville

Mais moi aussi je t'aime d'amour, mon cher Amleth.

Cette playlist est encore en construction. Je vais rajouter les images des pochettes et aussi quelques autres albums issus de mes autres playlists, et ensuite trier par ordre alphabétique.


Outsider : Créativité, épanouissement et folklores personnels vus depuis la marge. http://outsider.rolepod.net/
http://www.facebook.com/folkloreoutsiderhttps://twitter.com/Outsider_Daily + Google + : Thomas Munier
https://twitter.com/Millevaux

En ligne

Pied de page des forums