Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Hotline Inviter Johan Scipion Conseils d'achat Tipeee

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ ACHETER ++ CONSEILS d'achat ++ S'ABONNER ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#31 24 Aug 2012 13:29

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

J'espère pouvoir mener le scénario ce soir donc j'ai préparé un petit document regroupant les fiches de personnages et les informations essentielles.

C'est disponible ici.

Dernière modification par Gauvain (29 Aug 2012 18:21)

Hors ligne

#32 24 Aug 2012 13:40

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Ça m'a l'air bien top ça.  yes


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#33 25 Aug 2012 11:52

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Le pdf du scénario est disponible ici.


Scène 1.
[---]

La scène démarre timidement, le thème n’est pas facile à aborder, mais très vite Benoit (La Mère) et Olivier (Emilia) se prennent au jeu. L’ambiance devient pesante et malsaine, sous l’influence de la Mère que Benoit joue excellemment. Aigrie, vicieuse, elle frappe bas et fort. Pauvre Emilia ! Du coup, Laurent, qui joue le Monstre, reste en retrait, oubliant presque qu’il peut communiquer avec Emilia. Dix minutes s’écoulent.

Enfin, suite à une remarque particulièrement vicieuse de la Mère, j’inflige une Séquelle à Emilia (il faut que j’ajoute violence psychologique à la liste des Séquelles possibles) ce qui permet au Monstre de prendre la parole. Un « si papa est parti c’est parce que tu es une pute » vient donc clore la litanie de la Mère qui aussitôt se précipite sur Emilia. Cette dernière subit une attaque alors qu’elle ramasse un morceau de miroir au sol. Elle fuit ensuite de l’autre côté du lit et menace de se tuer si sa mère approche. Excellente stratégie d’Olivier qui joue le timer pour ne pas démarrer une confrontation.



Scène 2.
[---]

La scène démarre sur un discours agressif et vicieux de la Mère, mais l’élan est coupé et le sentiment de redite est là. Du coup, très vite, Emilia Lâche la bride et c’est parti pour 5 rounds sans contrôle.

Le combat s’engage entre le Monstre et la Mère. Emilia refuse de laisser son adversaire utiliser Morsure empoisonnée. Au bout des 5 rounds le Monstre est à peine égratigné et la Mère est dans un sale état, désarmée de surcroit (j’ai choisi de la rendre vulnérable à ce moment pour forcer le choix : tu veux tuer ta mère, oui ou non ?).

Le Monstre hésite à claquer les Séquelles d’Emilia pour reprendre le contrôle et terminer le travail, mais finalement y renonce. Il essaye plutôt convaincre Emilia de faire le boulot elle même. Celle-ci semble assez réceptive à cette suggestion.

Finalement, Emilia s’élance vers Folcoche mais, au dernier moment, lâche son arme et tente de s’emparer de la clé de la cave. Réussite, elle s’élance dans l’escalier et ouvre la porte (à ce moment le Monstre a voulu prendre le contrôle mais j’ai autorisé Emilia à faire un jet d’Esprit pour retarder la possession).



Scène 3.
[---]

Pour rattraper la deuxième scène, en demi-teinte, je décide, dès le début, d’assurer l’aspect ludique en indiquant aux joueurs qu’il n’y aura qu’un vainqueur à l’issu du scénario. Je n’en dis pas plus ! Et malgré les questions, je lance la scène.

Emilia se faufile entre les racines ou son Beau-père ne peut pas la suivre. Les coups pleuvent au dessus d’elle mais pour l’instant elle s’en sort. Tout comme lors de la scène 1, Olivier cherche à jouer la montre pour survivre à la scène en limitant les effusions de sang et les pertes de contrôle.

Cela n’est pas du gout du Monstre qui utilise deux Tours d’action (stockés lors des scènes précédentes) pour arriver au contact et attaquer le Beau-père (avec des dégâts fixes, sans utiliser la morsure empoisonnée). Son but est de forcer le combat, mais sans infliger de dommages sérieux au Beau-père. Il espère ainsi qu’Emilia, après avoir subie des blessures, soit forcée de Lâcher la bride pour survivre.

Pour déjouer ses attentes, Olivier lâche immédiatement la bride (et absorbe les Séquelles avec Résilient) en espérant que le Monstre blesse sérieusement le Beau-père, ce qui lui permettra peut-être de reprendre le contrôle avant la fin de la scène et d’imposer une issue pacifique (blessé, le Beau-père sera peut-être plus à l’écoute).

Sa stratégie semble fonctionner. La possession ne durera que 2 Tours mais le Beau-père subit 6 dégâts.

Olivier reprend le contrôle et part à l’assaut (avec encore plus de la moitié de sa vie le Beau-père n’est pas assez « attendri »). Mais, ratant tous ses jets, il n’arrive pas blesser plus sérieusement son adversaire.

À 3 ou 4 de Corps, sans adrénaline et la mort dans l’âme, il se décide à Lâcher la bride de nouveau pour ne pas risquer de succomber aux assauts de son adversaire. Le Monstre prend alors le relai et parviens, difficilement (ce combat fut long et sanglant), à vaincre le Beau-père.

La scène s’arrête. Pour rappeler le suicide du capitaine je remplace le bruit sourd, après la tombée du rideau, par un bruit de détonation. Sursaut garanti ! Je décris ensuite la deuxième fin, celle du Monstre, et lance le générique : The Cure - A Forest.



Bilan.
[---]

Premier constat, je le supputais mais ça c’est confirmé, c’est bien joli de vouloir faire original mais ça rend le scénario hyper technique à maitriser. Je frémis à la pensée du nombre de playtests nécessaires pour livrer une copie carrée de ce scénar. En attendant, je vais tout de même ajouter les précisions suivantes :
—    Pour la morsure empoisonnĂ©e, l’autorisation d’Emilia est valable durant le temps de la possession en cours. Si cette dernière s’arrĂŞte puis recommence, une nouvelle autorisation est nĂ©cessaire.
—    Sans autorisation la morsure ne fait que des dĂ©gâts fixes ou bien alors est totalement interdite ?
—    Pour le Monstre, il n’est pas possible de prolonger une possession. Il doit en dĂ©clarer une nouvelle.
—    Laisser le Monstre utiliser Morsure empoisonnĂ©e revient Ă  tenter de tuer sa Mère ou son Beau-père en termes de SĂ©quelles.
—    Jet d’Esprit possible pour forcer le Monstre Ă  utiliser la morsure empoisonnĂ©e (ou alors il est obligĂ© de l’utiliser quand Emilia l’y autorise ?).
—    Le Monstre peut accumuler les SĂ©quelles de scènes en scènes.
—    PossibilitĂ© de prendre une SĂ©quelle pour violence psychologique.
—    Jet d’Esprit possible pour retarder d’un Tour une possession.
—    Est-ce que le Monstre garde son pouvoir de Possession lors des scènes 2 et 3 dans lesquelles il a Possession totale ?

Sinon je ne sais pas si je dois annoncer le côté compétitif dès le départ. Si le joueur d’Emilia respecte son côté paranoïaque ce n’est pas nécessaire, il évitera spontanément de se laisser contrôler trop souvent. Mais si ce n’est pas le cas… Là, je l’ai annoncé brutalement au début de la scène 3. C’est tombé comme un cheveu sur la soupe mais ça a permis d’avoir une vraie tension entre le Monstre et Emilia durant la scène.

Deuxième constat, la première scène a Ă©tĂ© excellente et la dernière a constituĂ© un climax efficace. Je suis content que les joueurs se soient amusĂ©s Ă  faire des calculs stratĂ©giques durant cette dernière. DĂ©buter en pur roleplay et terminer ludique, c’est pile ce que je voulais faire. Par contre, la scène 2 n’est pas optimale. Trop scriptĂ©e peut ĂŞtre, mettre la clĂ© de la cave dans la poche de la Mère laisse peu de possibilitĂ©s.  Il faudrait trouver un enjeu intĂ©ressant parce qu’en l’état elle n’est pas aussi ludique que la scène 3 et la confrontation mère/fille fait redite de la scène 1.

Sinon, sorti de la première scène, le joueur de l’antagoniste s’emmerde parfois un peu. C’est plus drôle de jouer Emilia ou le Monstre. Et ça culmine dans la scène 3 ou le Beau-père n’a aucune marge de manœuvre. Il doit attaquer (c’est son objectif) mais sait que sa mort marque la fin de la scène. En plus, il n’a pas de raison de viser plus spécialement Emilia ou le Monstre.

Enfin, le formalisme du scénario casse l’immersion, mais permet aussi de marquer une distance avec le thème traité, qui est très dur. Pour notre table, pas très habituée au mélo, c’est une bonne chose. Pour d’autres, je pense que ça peut gêner.

Dernière modification par Gauvain (29 Aug 2012 18:21)

Hors ligne

#34 28 Aug 2012 20:30

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

J'ai apporté tout un ensemble de petites modifications au pdf du scénario.
C'est disponible ici mais tous les liens de ce sujet ont aussi été mis à jour.

# Séparation des feuilles de personnages en deux sections : Publique (visible par tous) et Privée (à la seule discrétion du joueur dudit personnage).
# Ajout d'un objectif au personnage d'Emilia.
# Ajout d'une capacité de refoulement au même personnage.
# Légères modifications du décor dans la scène 2.
# Précisions sur les pouvoirs du Monstre.
# Modification du désavantage du Beau-père.
# Ajout et précisions sur la fiche de Séquelles.

Dernière modification par Gauvain (29 Aug 2012 18:22)

Hors ligne

#35 29 Aug 2012 08:59

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Salut Gauvain,

J'ai pris le temps de lire ton pdf.

Mise en page très élégante. Style minimaliste tip top, assurant une prise en main ultra rapide du scénario.

J'apprécie le concept de la feuille de perso réduite.
En revanche, je n'ai pas compris si les persos sont sous adrénaline permanente. Je trouve enfin confusant d'employer le terme "PNJ" pour le Monstre et la Mère alors qu'ils sont interprétés par des joueurs (même si je comprends que ça signifie qu'ils sont géré comme des PNJ, cad sous adré permanente et sans jauge d'Esprit).
Quant à Emilia, il a fallu que j'arrive à la fin du doc pour comprendre qu'elle avait une feuille de perso classique. Il vaut mieux écrire dès le début qu'Emilia a une feuille de perso classique en plus de celle qui est le pdf, alors que les autres sont gérés comme des PNJ.
Enfin, j'ai du mal Ă  comprendre si le Monstre est physiquement distinct d'Emilia ou si le monstre prend le contrĂ´le du corps et de l'apparence d'Emilia.

Page 5 : Emilia s’est enfui dans la forêt et est blotti sous les
racines d’un grand chêne. BLOTTIE


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#36 29 Aug 2012 12:15

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Salut Pika, merci pour tes retours. bcbig_smile

Grâce à toi je me rends compte que j'ai fais pas mal de raccourcis ! C'est logique vu la nature du document (au départ c'était juste pour distribuer à mes joueurs pendant la partie) mais j'aurais du étoffer un peu plus le tout avant de poster ça ici. redface
C'est vraiment utile d'avoir un regard extérieur ! Je vais modifier le pdf de ce pas !

Sinon le Monstre n'est pas distinct d'Emilia. Il prend possession de son Corps pour agir. Mais, durant le temps de cette possession, il transforme le corps d'Emilia (transformation "légère" dans la scène 2 et lourde dans la scène 3 où le Monstre est plus puissant). Et si Emilia meurt le Monstre succombe aussi (après avoir dépensé ses Tours de possession).


édit : Hop, quelques précisions et corrections sur le pdf !

Dernière modification par Gauvain (29 Aug 2012 18:23)

Hors ligne

#37 11 Aug 2013 23:53

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Depuis un petit moment déjà, j'ai envie de reprendre ce scénario pour le rendre autonome de Void Spider. Remplacer le contexte de base par quelque chose de directement inspiré d'un conte célèbre, qui soit parlant à tous.

La solution la plus évidente, c'est de partir de Blanche Neige. Il suffit de renommer Emilia, Blanche et de remplacer le Beau-père par le Chasseur. Par contre, il faut que je modifie le Monstre intérieur qui dévore Emilia/Blanche, que j'arrive à l'insérer dans l'univers du conte. Et c'est là que je sèche. Du coup je suis preneur de toutes suggestions. Et si vous pensez à des personnages de contes qui seraient des manipulateurs/monstres cachés/êtres magiques maléfiques, je suis intéressé !

Hors ligne

#38 14 Aug 2013 09:08

Seb
membre
Lieu : Montpellier-Paris
Inscription : 14 Aug 2007

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Le ver de la pomme de sa marâtre!

Perso une araignée est très affrayante mais un ver et qui plus est un amas de vers grouillants, c'est très bien aussi... je suis sûr que ton imagination de grand malade (tu mènes à Sombre!) fera le reste!

Dernière modification par Seb (14 Aug 2013 09:08)

Hors ligne

#39 16 Aug 2013 18:58

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Bien vu le coup du ver ! Je vais réfléchir à comment intégrer ça. Sinon je pense faire du miroir de la reine un personnage à part entière (et un beau fouteur de merde !). On peut imaginer qu'il s'agit d'un esprit asservi par la reine et emprisonné dans le miroir. Du coup, il aurait tout intérêt à envenimer le conflit entre Blanche Neige et sa Belle-mère, pour se venger de la dernière et posséder l'esprit de la première (ce qui lui permettrait de se barrer du miroir).

Hors ligne

#40 18 Aug 2013 10:42

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Trois petits tours et puis s'en va

Après réflexion, je pense que je vais préparer deux scénarios à partir du conte de Blanche-Neige. Le premier s’intitulera Trois petits tours… et le deuxième …et puis s’en va !

Je ne sais pas encore quelle forme prendra le deuxième (j’ai envie de me lâcher donc ça sera peut-être un Battle Royale entre un prince nécrophile, une Blanche-Neige zombie grouillante de vers, une sorcière et des nains dégénérés) mais voici le premier.


Introduction
[---]
Cette section doit ĂŞtre lue Ă  tous les joueurs.

Blanche-Neige vient d’avoir 15 ans. Depuis la mort de son père le Roi, elle est traitée comme une souillon par la Reine, sa belle-mère. D’un naturel gai et travailleur, elle fait contre mauvaise fortune bon cœur. Mais lorsque le Miroir magique de la Reine proclame que Blanche-Neige est la plus belle du royaume, le quotidien de la jeune fille devient invivable.

Le scénario est découpé en trois scènes. Au sein de chaque scène, trois personnages se partagent la parole : le Héros, le Trickster et l’Antagoniste.
Ce scénario peut être joué à deux joueurs et un meneur (un joueur incarne le Héros, un autre le Trickster et le meneur joue l’Antagoniste) ou bien trois joueurs et un meneur (les joueurs incarnent le Héros, le Trickster et l’Antagoniste, tandis que le meneur ne s'occupe que de planter le décor au début des scènes et de gérer l’aspect technique).

Ce scénario demande des participants prompts au roleplay comme à la stratégie. Le joueur de l’Antagoniste devra en outre être une sacrée langue de pute.


Mise en scène
[---]
Cette section doit ĂŞtre lue Ă  tous les joueurs.

Au début de chaque scène, les fiches de protagoniste sont distribuées aux joueurs, qui disposent alors de quelques minutes pour s’en imprégner.

Le joueur du Héros, Blanche-Neige, conserve la même fiche tout au long des trois scènes. Il doit coller cette fiche sur la partie gauche d’une feuille de personnage de Sombre.

Les joueurs du Trickster et de l’Antagoniste peuvent incarner des protagonistes différents suivant les scènes. Ces protagonistes sont gérés comme des PNJ : pas de jauge d’Esprit et Adrénaline permanente.

Chaque joueur décrit ensuite son personnage aux autres, mais garde ses objectifs et ses Traits secrets (cf. parties Public/Privé des fiches de protagoniste ).

Puis, le meneur plante le décor et frappe trois coups sur la table. Le rideau se lève et la scène commence alors que le timer est lancé. Au bout de 12 min, lorsque le timer sonne, les joueurs terminent le Tour en cours et la scène s’arrête : le rideau tombe.

Chacune des scènes possède également une condition alternative de fin (autre que le timer) que seuls le meneur et le joueur de l’Antagoniste connaissent.


Personnages
[---]
Cette section contient des informations réservées à la seule attention du meneur.

Héros : Blanche-Neige (scènes 1, 2 et 3).
Tricksters : le Porc (scène 1), le Miroir (scènes 2 et 3).
Antagonistes : le Courtisan (scène 1), la Reine (scène 2), le Chasseur (scène 3).
Le Héros aura pour but de survivre, aussi bien physiquement que mentalement, au cours des trois scènes composant le scénario.

Les Antagonistes seront lĂ  pour lui infliger le maximum de dommages : sous forme de SĂ©quelles (le Courtisan, la Reine) ou bien de Blessures (le Chasseur et la Reine dans une moindre mesure).

Les Tricksters devront manœuvrer habilement pour leur propre intérêt : s’amuser (le Porc), s’échapper du Miroir en réduisant à zéro l’Esprit de Blanche-Neige pour la posséder (le Miroir, où plutôt l’esprit qui y a jadis été enfermé par la Reine).


Prologue
[---]
Dialogue à faire lire à haute voix par les joueurs de l’Antagoniste et du Trickster en préambule de la partie.

—    La Reine : « Miroir, gentil miroir, dis moi, dans le royaume quelle est de toutes la plus belle ? »
—    Le Miroir : « Dame la reine, ici vous ĂŞtes la plus belle, mais Blanche-Neige l'est mille fois plus que vous. »


Scène 1
[---]
Personnages
Blanche-Neige (Héros) : 15 ans. Lèvres rouges. Peau d’albâtre. Cheveux d’ébène.
Le Porc (Trickster) : verrat gras et maculé de boue.
Le Courtisan (Antagoniste) : jeune fat, aussi coquet que dĂ©nuĂ© de morale. 

DĂ©cor
La basse cour du château. Blanche-Neige rentre les cochons pour la nuit, mais un verrat ne l’entend de cette oreille. Il renverse la jeune fille et retourne dans la basse cour. La scène débute alors que Blanche-Neige, maculée de boue, part à la poursuite du suidé sous les quolibets du Courtisan.

Cette scène sera l’occasion de poser le quotidien de Blanche-Neige en se dispensant d’un long briefing. Elle se termine au bout de 12 min, ou bien si le Porc macule le Courtisan de boue.


Scène 2
[---]
DĂ©cor :
La chambre de la Reine. Blanche-Neige s’est introduit dans la chambre de la Reine et a brisé son Miroir, qui attisait sa jalousie. La Reine surgit.

Personnages :
Blanche-Neige (Héros) : Lèvres rouges. Peau d’albâtre. Cheveux d’ébène.
Le Miroir (Trickster) : un œil arachnéen qui apparait dans les fragments du miroir brisé.
La Reine (Antagoniste) : beauté sinistre, mûre, plein de courbes.

Cette scène sera l’occasion de montrer la violence psychologique exercée par la Reine à l’encontre de sa belle-fille. Sous prétexte de la punir pour avoir brisé le miroir, elle pourra la forcer à s’enlaidir (se grimer, se couper les cheveux) sous la menace d’une violence plus physique (« veux-tu que j’appelle les gardes pour qu’ils s’amusent avec toi ? »). Elle se termine au bout de 12 min, ou bien si Blanche-Neige quitte la pièce malgré la Reine et la menace des gardes.


Scène 3
[---]
DĂ©cor :
La forêt, à la tombée de la nuit. Blanche-Neige s’est enfuie du château et la Reine a envoyé le Chasseur à sa poursuite pour qu’il lui rapporte son cœur. La scène débute alors qu’Emilia entend le pas lourd du Chasseur se rapprocher.

Personnages :
Blanche-Neige (Héros) : lèvres rouges. Peau d’albâtre. Cheveux d’ébène.
Le Miroir (Trickster) : un Ă©clat de verre rougi dans la main de Blanche-Neige.
Le Chasseur (Antagoniste) :un homme imposant recouvert d’une peau de loup.

Cette scène se termine au bout de 12 min, ou bien si le Chasseur meurt.


Épilogue
[---]
Ă€ la fin de la scène 3,  le meneur lit aux joueurs l’épilogue correspondant Ă  la situation.

Blanche-Neige est vivante et encore saine d’Esprit.
Épuisée, meurtrie, Blanche-Neige arrive à l’orée d’une clairière. Une toute petite maison y est blottie.

Blanche-Neige est vivante mais son Esprit est tombée à 0.
Possédée par le Miroir, Blanche-Neige arrive à l’orée d’une clairière. Un beau et noble cavalier s’y tient. Le Miroir sourit. Il sera l’instrument de sa vengeance contre la Reine.

Blanche-Neige est morte, tuée par la Chasseur.
La Reine dine seule dans sa chambre, devant son Miroir. Dans son assiette, le cœur de Blanche-Neige.

Dernière modification par Gauvain (02 Sep 2013 19:34)

Hors ligne

Pied de page des forums