Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Hotline Inviter Johan Scipion Conseils d'achat Tipeee

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ ACHETER Sombre ++ CONSEILS d'achat ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#61 12 Mar 2020 15:51

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Sur Facebook, Sandy Julien a Ă©crit :

Je suis carrément de l’avis de Julien. Je vais pas enfoncer le clou, mais je me pose une question : est-ce qu’il n’est pas possible d’envisager une forme intermédiaire ? Le JDR bling bling actuel est creux, c’est vrai. Mais il cesse d’être populaire parce qu’il fait *primer* la forme (et la taille) sur le contenu. N’existe-t-il pas un juste milieu, où le côté esthétique et marketing serait là pour soutenir un propos que l’on sait efficace, plutôt que de cacher la misère et l’incapacité à concevoir une gamme pertinente (coucou, Degenesis !) ? Maintenant, tu as certainement déjà réfléchi à ça et j’attends de voir la conclusion de ton analyse pour (re)venir faire chier bcsmile.

Sur Facebook, Julien Blondel a Ă©crit :

Merde Johan, j’allais te répondre un truc super perso, mais j’ai comme l’impression qu’on est plus seuls... Allez, je balance quand même et on dit qu’on s’en fout ?

Je continue sur “Le vin, la bouteille et le cubi” de Jean de la Fontaine – les métaphores, ça se file, et on est des putains d’artisans, pas des artistes affables.

Ca rejoint (évidemment) ce que dit l’ami Sandy : l’important, je crois, c’est pas tant de mettre son vin dans une bouteille qui claque ou d’augmenter son prix pour faire croire que c’est meilleur. C’est surtout de trouver la bonne bouteille, le bon prix et la bonne étiquette, non seulement pour aller toucher ceux qui n’y ont jamais goûté, parce qu’ils ne peuvent pas savoir qu’ils ne savent pas ce qu’ils ratent s’ils ne savent pas ça existe, mais aussi pour pouvoir continuer à produire son cubi comme on veut à côté. Sa petite cuvée “danseuse” spéciale pour ceux qui savent, ou juste spéciale pour toi.
J’ai longtemps pensé que le “marketing” était un de ces gros mots créés pour vendre de la merde en mettant “ça sent bon” sur le paquet, mais ça permet aussi de vendre des trucs qui sentent bon pour de vrai. Ce qui fait le lien entre le producteur et les consommateurs, c’est pas juste le produit, c’est le format du produit, et le fait que ce format de ce produit réponde à une demande, une attente ou un besoin, quitte à créer les trois pour y répondre d’un coup.

On peut faire pratiquement tout ce qu’on veut, aujourd’hui. De l’anthologie, du PDF, de la boite de découverte, du starter kit à suivre, de la saison, du feuilleton, du truc avec des cartes, du truc avec du live. On peut tout faire. Et on peut faire tout ça en continuant de produire son petit cubi perso tranquillou dans sa cave, surtout si le carton de 6 avec la tête de mort et le Magnum Édition Limitée se vendent tout seuls à côté.

Mais ouais, je te dis tout ça, mais t’as assez de bouteille et tu le savais déjà : )


Sandy et Julien, vous avez tout à fait raison. J'adhère complètement à votre point de vue. Mais pour être bien clair, je ne considère pas que mon jeu soit un produit artisanal.

Même si j'y dessine des plans à la main, ma revue est imprimée chez un professionnel, j'ai monté une SAS pour en tirer une rémunération, paie plein d'impôts, et me distribue en boutique. Je crache du cubi, hein. Or le cubi, c'est de l'industriel. Du coup, je fais du marketing tout au long de l'année. Tout bêtement parce que le commerce est une partie importante de mon activité, et qu'aucun commerçant ne peut faire de business sans se soucier des attentes de ses clients.

Le truc, c'est que je le fais à une échelle nanoscopique, qui me donne un max de pouvoir. Et putain, ça c'est cool de cool. La vâââche, it's good to be the king, même quand dans le château, c'est toi qui fait tout. Cela me permet de prendre des décisions éditoriales et commerciales que presque personne d'autre dans le secteur ne prend. En particulier, je peux assumer le format et l'esthétique fanzine, qui correspondent le mieux à mes goûts d'auteur et de joueur.

Parce que c'est une esthétique, hein. Je veux dire, le no look *est* un look. Sandy, je n'oppose pas directement le dépouillé au bling-bling parce que je pense que tous deux sont question de style. De mon point de vue, il n'y a pas le creux d'un côté et le vrai de l'autre, juste deux manières de présenter (et représenter) le vrai. Après, on peut bien sûr discuter de la qualité du vrai, hein, mais c'est à mon avis une autre question.

Le point en ce qui concerne Sombre est que le dépouillé correspond pile-poil à mes penchants fonctionnalistes, minimalistes, littéraires et rôlistes. Le texte pur, ça me parle. Mais vraiment. C'est kiffant. Et je peux me le permettre parce que je suis mon propre boss et que je produis dans le cadre d'une minuscule entreprise. Comme je trouve ça super cool, j'ai envie que cela dure un peu. Parce que par la suite, je sais que je ne serai plus le boss, ou plus le seul, et que les enjeux financiers seront plus élevés.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#62 12 Mar 2020 15:52

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Bilan Sombre - Ă©pisode 9 / 11


Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre. Elle dure, mais les ventes s'effritent. Je voudrais ralentir leur érosion sans pour autant me lancer dès maintenant dans un crowd funding.


*


Je n'ai pas de vocation de vidéaste. Cela peut sembler étrange pour un gars qui a créé un jeu de rôle dont la référence principale est le cinéma, mais le Net qui cause et bouge ne me vend pas du rêve. En fait, si je pouvais faire vivre Sombre sans montrer ma ganache ni ouvrir ma grande bouche, je le ferais. C'est malheureusement impossible. À notre époque, quand t'es un petit producteur, il faut exister sur la Toile pour espérer vendre un minimum. Donc je cause de temps à autre dans la radio ou la télé de l'Internet.

Lorsque les gens qui me tendent le micro sont cool, j'y prends plaisir. C'est intéressant, mais cela ne me donne pas pour autant envie de devenir une stâââr de YouTube ou de Twitch. À la base, je suis un littéraire. Mon vrai truc, c'est aligner des mots sur l'écran de mon ordinateur. L'audiovisuel m'attire vachement moins. Je ne veux pas passer mes journées à préparer, tourner et monter des vidéos, je veux noircir du papier. Je le disais hier, je suis une vieille chose.

Même si cela me permettrait sans doute d'en vendre plus sur stand, je n'ai non plus envie de transformer Sombre en « vrai » jeu de rôle. Du moins, pas dans l'immédiat. Outre que cela impliquerait très probablement un crowd funding, ce à quoi je suis actuellement réticent, il s'agirait sans doute en grande partie d'une compilation de matériel déjà publié. Et vous savez quoi ? C'est le genre de truc qu'on fait pour les jeux morts. Il n'est pas temps, Sombre bouge encore. Et même, il est bien vivant. J'ai un quintal de matos inédit en préparation, des tas de projets et des nouvelles idées plein la tête. La compil' nostalgeek, ce sera pour plus tard.

Ce d'autant que la perspective de devoir arrêter de publier pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, en attendant de finaliser un gros bouquin A4 de 400 pages (ouais, compiler prend du temps), ne me met pas des étoiles dans les yeux. Je kiffe ce putain de fanzine, c'est un rêve d'ado que je prends un pied colossal à concrétiser. J'aime l'objet, et j'aime le concept. La publication périodique, c'est vraiment mon truc. Cela me motive à fond et me permet d'organiser mon travail. Du temps où j'y bossais, les cadences de la presse étaient infernales. A contrario, celles de l'édition littéraire et rôliste me crispent. Tout y est bien trop lent. Mon zine est pile-poil dans le tempo qui me convient.

Les conventions et festivals pourraient-ils constituer une planche de salut ? Plus de convs pour plus de démos donc plus de ventes, cela paraît logique. Pour tout dire, je l'ai déjà fait. Lorsque, après 2016, j'ai constaté que la revue perdait des clients, j'ai augmenté le nombre d'événements pour compenser. Et cela a fonctionné. J'ai un peu amorti la descente, au prix d'une grosse fatigue. Ce fut épuisant.

J'adore les conventions, mais elles me mettent sur les rotules. Je n'y vais pas pour rester tranquille derrière mon stand. Je ne le peux pas, Sombre ne se vend pas sur l'objet. Mon fanzine ne paie pas de mine. D'autant moins que sur les stands d'à côté, mes confrères alignent du lourd. Il ne vous aura pas échappé qu'à notre époque, on fabrique de très beaux bouquins de jeu de rôle. Pour intéresser les gens à mon petit produit, je dois enchaîner les démos.

Vendre le jeu (par opposition à l'objet fanzine) marche bien. Le défaut est que c'est crevant, et que je vieillis. Je commence très sérieusement à atteindre la limite d'âge. Hé, ça fait quand même quinze ans que je tourne en conventions. Je peux toujours en faire, et ne vais pas m'en priver. Pas de souci à ce niveau. Par contre, je ne peux plus en enchaîner quinze à vingt par an. C'est devenu trop dur. Du coup j'ai été contraint de réduire la voilure sur 2019, et il va falloir que je continue à le faire dans les années qui viennent. Il y va de ma santé.


La suite demain.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#63 13 Mar 2020 16:34

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Bilan Sombre - Ă©pisode 10 / 11


Previously : je voudrais ralentir l'érosion des ventes de Sombre sans lâcher le fanzinat papier, qui m'éclate, et sans monter en puissance sur les conventions, qui m'épuisent.


*


Tout serait-il donc, euh, noir au pays de Sombre ? Et ben non, heureusement. Déjà, 2019 fut plutôt bonne. L'érosion des ventes a continué, mais dans de moindres proportions que les années précédentes. Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour dire si je vais finir par atteindre un pallier, mais tout tassement de l'effritement est bon à prendre. Je me contente de peu, dites-vous ? C'est que quand l'activité se contracte, les moins pires nouvelles passent plus aisément pour des bonnes.

En regardant les chiffres de 2019, j'ai constaté que mes nouveautés avaient bien cartonné. Sombre 9 a fait un vrai bon démarrage, tout à fait inattendu à ce stade de la gamme. J'espérais un rebond, je ne pensais pas qu'il serait si important. Sans doute le scénario lovecraftien n'y est-il pas tout à fait étranger (merci Gros Toulou !). Mais même Sombre HS4 s'est bien tenu pour un hors-série, ce qui est là aussi très encourageant. Je croise les doigts que la tendance se maintienne en 2020, bien que je sache déjà que le Covid va sérieusement plomber mon année.

Ce sont en fait les anciens numéros, y compris les deux précédents livres de base, qui dévissent. Là, c'est la dégringolade. Cela confirme ce que je disais la semaine dernière, à savoir que je pense être en train de saturer mon marché. J'ai satisfait une bonne part de mon lectorat potentiel. Dans le même temps, j'ai accroché des gens. Le jeu a indéniablement trouvé son public. Tu la sens, ma grosse fanbase, hein, tu la sens ? Pardon, je m'égare. D'autant qu'elle ne me semble pas si grosse que ça.

Quand même, la revue a ses lecteurs fidèles, qui la soutiennent et la font vivre depuis près de neuf ans. Copain rôliste, toi qui lit ces lignes et qui achète numéro après numéro, je te cœur avec les doigts. Si nous en sommes là, mon jeu et moi, c'est uniquement grâce à toi. Merci. Vraiment.

Et tu me fais cogiter. Si je peine désormais à étendre la fanbase de Sombre, mais qu'il y a au cœur de mon lectorat un noyau de die hard fans disposés à soutenir la revue, ne serait-il pas temps, enfin, de commencer à m'appuyer plus sur eux ?


Suite et fin lundi.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#64 16 Mar 2020 15:16

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Bilan Sombre - Ă©pisode 11 / 11


Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre, dont les ventes s'effritent. Pour ralentir leur érosion, ne devrais-je pas m'appuyer plus sur ses hardcore fans ?


*


Alors voilà, depuis 2011, il y a des gens qui, à la sortie de chaque numéro de Sombre, m'envoient un chèque ou me font un virement pour le recevoir chez eux. À chaque numéro depuis près de neuf ans. Douze fois pour certains, vu que j'ai sorti treize numéros, mais que deux d'entre eux ont été publiés simultanément. Est-ce que Sombre n'a pas les meilleurs fans du monde, je vous le demande ?

J'ai réfléchi et me suis dit que je pourrais faire d'une pierre quatre coups. Affermir ma base de trve fans, motiver mes lecteurs occasionnels à acheter plus régulièrement, et par ces moyens lutter contre l'érosion des ventes tout en continuant de lever le pied sur les conventions. Vous l'avez deviné, j'ai décidé de lancer une formule d'abonnement pour Sombre.

J'y pensais depuis très longtemps, mais y étais réticent car pas tout à fait certain de pouvoir assurer la périodicité de la revue. Promettre sans tenir, vraiment je n'aime pas. Je me souviens encore très bien de mon année blanche. J'aurais dû publier Sombre 4 en 2014, mais avais accumulé tant de retard que le numéro n'a pu sortir que début 2015. Totale consternation.

J'ai progressé depuis. Ces dernières années, j'ai tenu la cadence d'un numéro par an, puis de deux. Les accidents éditoriaux sont toujours possibles, mais cette régularité m'a fait gagner en confiance. Du coup, je me lance. Mon offre d'abonnement se trouve ICI.

J'espère qu'elle intéressera les hardcore fans, et aussi ceux qui, un peu moins hardcore, ont lâché l'affaire Sombre parce que, bah, flemme de faire un virement PayPal tous les six mois. À l'intention de ces derniers, je propose une offre jumelée anciens numéros + nouveaux, qui leur permettra de rattraper leur retard à moindres frais. Compléter une collection, y a-t-il quelque autre plaisir rôliste qui vaille ? Ouais d'accord, écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi, et entendre les lamentations de leurs femmes. Mais faut bien commencer par un bout, pas vrai ?

On nous serine que nous, les consommateurs, avons le véritable pouvoir, celui du portefeuille. Quand on pense aux mégacorpos, on a du mal à y croire. Pour ce qui est de Sombre, c'est la vérité nue. Mon activité est si modeste que chaque euro compte. En lâchant un peu de thune dans mon jeu, vous ferez très concrètement la différence. Si les abonnements sont un succès, j'ai une chance de gratter du rab de plusieurs numéros. Aidez-moi à niquer Gauss, ce gros bolosse à tronche de cloche.

Notez bien que cette formule concerne tous les numéros de Sombre, réguliers ET hors-séries. Si ces derniers ne vous intéressent pas, restez-en à l'achat ponctuel. Je le précise parce que j'ai prévu de sortir un bon paquet de hors-séries dans les prochains mois (je vous en reparlerai bientôt). Un fan de Sombre averti en valant deux, je viens de doubler votre côte à l'argus rôliste. Merci qui ?

Mais si les réguliers aussi vous glissent dessus ? Le cinoche de trouille vous laisse de marbre, et le jeu d'horreur ne vous intéresse pas. Ou s'il vous intéresse, vous avez déjà trouvé votre bonheur chez la concurrence. Par contre, ma démarche vous accroche. C'est pour cela que vous vous êtes enfilé mes posts pendant quinze jours, avez lâché des pouces bleus sur les réseaux sociaux, ou un petit commentaire sympa sur un forum.

Un rôliste de base qui se sort les doigts, ça vous parle. Ce petit gars fabrique un jeu dans sa cave, le playteste dans sa cuisine, et a les couilles (ou l'inconscience, ou les deux) de le publier et de le distribuer par ses propres moyens. Vous avez envie de l'aider, mais pas au point de tuer des arbres pour recevoir un fanzine qui vous indiffère. Dans ce cas, soutenez Sombre sur TIPEEE.

Au fil du temps, et de plus en plus à mesure que les ventes de la revue s'effritaient, cette plateforme de financement participatif m'est devenue un très utile complément de (micro) revenu. Ce n'est pas cela qui remonte les ventes de la revue, mais ça paie les pâtes. Et c'est déjà beaucoup. Le Tipeee de Sombre est accessible à partir de 1 euro par mois, soit à peine plus qu'un paquet de clopes à l'année. Pour ce prix là, vous recevrez un PDF mensuel, que vous pourrez laisser pourrir dans votre boîte mail en toute bonne conscience. Alors ouais, ça envoie un peu de carbone dans l'atmosphère, mais y'a pas non plus mort d'arbre.

À ce propos, je termine ce feuilleton Sombre en remerciant les tipeurs sans la générosité desquels il n'aurait pu voir le jour. Ils l'ont en effet reçu en avant-première fin février, à titre de contrepartie mensuelle : Glayroc, Alias, Roliste, Qui Revient de Loin, Steve J, Batro, Corrigans, Tholgren, furst77, Dorothée, Valentin T., pseudo, Vincent, Peggy, Barth Barth, ToF, Eliador, Nefal, Sevoth, Evect, girdalas, Gulix, Sandra, Esteren, Orlov, Passelune, Tolkraft, clementparis, Hunter_Chameleon, Harmelin Nicolas, antoahn, eugenie, boucher allan, Grégory, Juan, Jérémy Jarrié, Jicey, Mister Zombie, Groumphillator HSF, DeathAmbre et Aellle.

Big up les gars et les filles !


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#65 17 Mar 2020 18:30

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Sur CasusNO, Celanawe a Ă©crit :

Hello Johan,

J'ai bien noté ta réserve (euphémisme) au sujet des jeux dématérialisés mais la solution à ta situation, à savoir un marché francophone saturé, ne serait-elle pas de trouver un autre marché grâce à une version anglaise pdf, diffusée via drivethrurpg?

Si je prends l'exemple de Koba, qui peut écrire ses jeux en anglais, il a pu y vendre et faire connaître son jeu Rats in the Wall, et même le faire traduire en espagnol.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#66 17 Mar 2020 18:30

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Sur CasusNO, Celanawe a Ă©crit :

J'ai bien noté ta réserve (euphémisme) au sujet des jeux dématérialisés

Non, du tout.

+ Sombre classic est dispo en PDF depuis 2008 et le restera (c'est Sombre light, parfaitement jouable). Je le remets même très régulièrement à jour (onzième version à l'heure actuelle).

+ Par ailleurs, je livre un PDF par mois à mes tipeurs. C'est à chaque fois du contenu Sombre, parfois des avant-premières de la revue, et j'en suis bientôt à la 55ème livraison.

+ De surcroît, j'ai signé des licences Sombre avec plusieurs auteurs tiers, qui tous ont produit (avec mon autorisation et ma bénédiction) des PDF.

Tu comprends donc que je n'ai aucune prévention vis-à-vis du format numérique. Par contre, je surkiffe le zine papier. À tel point que je me mobilise pour essayer de le faire survivre. C'est ça mon objectif actuel.


la solution à ta situation, à savoir un marché francophone saturé, ne serait-elle pas de trouver un autre marché grâce à une version anglaise pdf, diffusée via drivethrurpg?

Ça pose différents problèmes :


+ Je ne suis pas capable d'Ă©crire Sombre en anglais, ni mĂŞme de le traduire. Pour ce faire, il faudrait que je collabore. A minima, pour valider les trads. Or c'est hyper chronophage. Et actuellement, je suis au max niveau boulot. Pour faire plus, il me faudrait 48 heures par jour.


+ Je pense que les meilleurs traductions sont faites par des locuteurs naturels. Une trad de Sombre a des chances d'être meilleure si elle est réalisée par des anglophones. Or la qualité de la trad m'importe. Je suis rôliste, mais aussi littéraire. Pour moi, le style compte.


+ En outre, je ne crois pas que traduire Sombre serait suffisant. En particulier pour l'exporter aux States. Je suis conscient que :

1/ Mes USA sont très fantaisistes. Je ne connais pas du tout le pays, donc raconte plein de conneries dessus. Sur le marché européen, ça passe crème. Sur le marché américain, ça va coincer.

2/ La distance culturelle et géographique me laisse de la liberté dans le traitement de tout un tas de sujets très délicats aux States. En particulier, ma sensibilité est européenne et française. Les subtilités du politiquement correct à l'américaine m'échappent. Or d'après ce que j'en comprends, cela devient un vrai enjeu éditorial outre-Atlantique.

Sombre n'est pas un jeu med-fan qu'on peut traduire sans grand souci parce qu'il cause d'univers imaginaires. Pour y intéresser les Américains, il faudrait à mon avis l'adapter. Pour que ce soit bien fait, c'est à des Américains de le faire. Du coup, il faudrait que je collabore avec des gens que je ne peux pas rencontrer en vrai et dont je n'écris pas très bien la langue. Chronophage plus plus plus.


+ Dernier point, ce type de taf ne me vend pas de rĂŞve.

Et c'est hyper important car tout Sombre fonctionne à la passion. J'ai de grosses contraintes professionnelles, auxquelles je me soumets évidemment, mais en fond, le carburant de mon activité est mon envie de JdR horrifique. Je veux dire, ce ne peut pas être l'argent, vu que je gagne des clopinettes. Donc pour que quelque chose se fasse dans Sombre, il me faut la motivation. Parce que pour le faire, je vais devoir le prioriser, ce qui implique de lui sacrifier d'autres trucs. 24 heures par jour, n'est-ce pas.

Or traduire Sombre, ou le faire traduire, suppose de bosser sur du matériel déjà publié. Il viendra un temps, je pense, où cela me semblera cool et fun. Parce qu'avec l'âge, je serai devenu moins créatif, et regarderai avec nostalgie mes travaux passés. Je n'en suis pas encore là. Je vieillis et en ressens déjà les effets délétères, créativement parlant. J'ai perdu en souplesse intellectuelle. Mais en parallèle, j'ai accumulé de l'expérience et du savoir-faire.

Résultat, je suis dans mes bonnes années d'auteur : encore suffisamment jeune pour avoir des idées pas trop pourries, et assez expérimenté pour être en mesure de les concrétiser au mieux. Je suis très conscient que cette fenêtre créative ne durera pas longtemps. Je veux en profiter pour produire plutôt que de perdre du temps à re-produire. D'où ma priorité au nouveau matos, c'est-à-dire aux nouveaux numéros de Sombre.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#67 29 Mar 2020 20:02

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Covid - Ă©pisode 0/12


En début de mois, j'ai posté un petit feuilleton sur les forums rôlistes et les réseaux sociaux. Une bafouille à suivre pour vous expliquer la situation de Sombre et vous annoncer la création d'une formule d'abonnement.

Ce que fut assez divertissant, pas vrai ? Du suspense, de la tension, de l'action, de la romance, des cascades à trampoline, des explosions à l'arrière-plan tandis que je m'éloignais nonchalamment.

Ouais mais ça, c'était avant.

Avant la l'urgence sanitaire.

Avant le confinement.

Avant l'Apocalypse.

Que diriez-vous d'une deuxième saison, mais en mode dark ? Drama plus plus plus. Allez, c'est décidé, nous voici repartis pour une douzaine d'épisodes, dans lesquels je vous raconterai comment le Covid a fracassé Sombre. Façon puzzle, pas moins.

La crise vue par le petit bout de ma lorgnette. Trafalgar dans mon fanzine. Du jeune et du fun, je vous le garantis.

Ça commence demain. Stay tuned.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#68 30 Mar 2020 19:28

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Covid - Ă©pisode 1/12


Cette seconde saison du feuilleton Sombre est une surprise, et pas le genre qui fait plaisir. Il va de soi que je n'avais pas du tout l'intention de consacrer une bafouille au coronavirus. Si tout s'était déroulé comme je l'avais prévu, je devrais en ce moment même vous faire de la retape pour les prochaines publications Sombre.

Ce texte aurait dĂ» ĂŞtre un avis de parution. Au lieu de quoi, c'est un making-of. Et pas n'importe lequel. Le making-of d'une catastrophe industrielle. Un epic fail de proportions bibliques. Le shit happens puissance trouzemille. Parce que ouais, quitte Ă  se vautrer, autant y aller franco. J'aime faire les choses bien.

Avant de vous narrer cette aventure par le menu, une note liminaire pour préciser l'évidence, à savoir que je réalise tout à fait bien que mes problèmes sont dérisoires. Je suis en bonne santé, mes proches également, et nous ne manquons de rien. C'est bien plus que ne peuvent en dire beaucoup d'autres auteurs et artistes indépendants, que la situation actuelle met dans une terrible panade.

Et je ne parle même pas des morts et des malades, qui luttent pour leur survie à l'hôpital ou en chient chez eux. Ni des soignants, qui eux aussi mangent, et vont continuer de manger sévère. Ni de tous ces gens contraints de sortir bosser chaque matin, la boule au ventre, pour que nous puissions nous confiner en toute sécurité et confort. Big up à tous.

J'ai des soucis, Sombre aussi, mais il y a bien pire ailleurs. Si j'égotripe, c'est parce que causer de mes ennuis me fait du bien. Ça soulaaage. Et puis, je pense que cette histoire mérite d'être contée. Honnêtement, ça vaut le coup. C'est une sacrée gamelle tout de même. Va y avoir du sport.


La suite demain.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#69 31 Mar 2020 10:47

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Covid - Ă©pisode 2/12


Previously : le Covid nous met dans la panade, Sombre et moi, mais je relativise. D'autres en chient bien plus sévère.

*

Nous sommes en 2016, et comme je l'expliquais dans la première saison de mon feuilleton, tout baigne. Je l'ignore, mais je mange alors mon pain blanc.

Commercialement, ma meilleure année. Un faisceau de facteurs l'explique, certains structurels, d'autres conjoncturels. À cette époque, Sombre est déjà un vieux jeu (première partie publique en 2004, première version du kit de démo en 2008), mais la revue est encore assez jeune (nouméro ouno en 2011). Je suis dans la phase ascendante de ma courbe de Gauss.

L'année précédente, j'ai commencé à distribuer (par mes propres moyens) le zine en boutiques. J'ai débarqué sur le marché avec cinq références inédites en magasin, les numéros 1 à 5, ce qui a créé les conditions d'une bonne implantation initiale. Beaucoup de taf (Johan au téléphone pendant des semaines à faire le commercial), mais qui a payé. L'année suivante, 2016 donc, je sors deux numéros, Sombre 6 et HS1, ce qui consolide la croissance de mon activité.

C'était la deuxième année de suite que je le faisais. En 2014, je n'avais rien publié parce que j'étais très en retard sur la rédaction de Sombre 4. J'avais moins d'expérience qu'aujourd'hui et n'étais pas encore dans le tempo de la revue. Une année blanche donc, qui s'était traduite par un net recul des ventes.

Ben ouais, quand tu ne publies rien, les clients t'oublient. Ils n'achètent pas de nouveauté, vu qu'il n'y en a pas, mais arrêtent aussi d'acheter les anciens numéros. C'est la raison pour laquelle les éditeurs, lorsqu'ils veulent faire vivre une gamme, s'arrangent pour publier régulièrement des produits de rappel. Un écran, un dossier de PJ, des dés tarabiscotés, un slip avec le logo du jeu sur le cul, que sais-je. N'importe quoi, y compris de vrais suppléments utiles et intéressants, pour créer du buzz et maintenir le jeu dans l'esprit du public.

De cette façon, même si les anciens clients ne se ruent pas sur la nouveauté, il a une chance que d'autres s'intéressent à la gamme et achètent les précédents produits. Surtout le livre de base, sur lequel l'éditeur se fait la meilleure marge because gros bouquin cher imprimé pour pas si cher. Pour Sombre, cela ne marche pas aussi bien car mes livres de base valent exactement autant que mes suppléments, mais il y a quand même un petit effet d'achat rétrospectif à chaque nouvelle parution.


La suite demain.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#70 01 Apr 2020 11:07

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Making-of Sombre

Covid - Ă©pisode 3/12


Previously : 2014 fut en demi-teinte. Une année blanche, sans nouveau Sombre.

*

J'ai bien vu que lorsque je passais un an sans rien publier, je vendais beaucoup moins. Sombre 4 a fini par sortir, en 2015, suivi de Sombre 5, en 2015 également. Deux zines dans la même année, je commençais à prendre le pli. Et ai constaté que, niveau ventes, c'était le jour et la nuit. Tu ne publies rien, ça se casse la gueule. Tu publies deux fois, ça remonte. Et quand en plus, tu te mets à vendre aux boutiques, ça décolle.

En nombre d'unités vendues, hein. Le bénéfice ne fut pas aussi spectaculaire. D'une part, je suis passé de l'associatif franco d'impôts à la fiscalité pro (ce qui m'a contraint à relever mon prix de couverture de 7 à 10 €). D'autre part, la vente en boutiques n'est pas, c'est un euphémisme, une excellente affaire pour l'indépendant que je suis. Il y a une raison pour laquelle le marché rôliste est dominé par les « vrais » jeux de rôle, ces gros bouquins A4 de 400 pages : ils sont rentables en circuit long. Mon zine, non. Trop onéreux à produire (petits volumes, imprimeur local) et pas vendu assez cher.

Si je veux écouler mes produits, je dois m'aligner sur une grille tarifaire que les grosses structures tirent vers le bas en réalisant des économies d'échelle dont je suis incapable. En circuit court, vente directe sur stand ou par correspondance, je m'y retrouve. Dès que j'intercale un intermédiaire (une boutique), c'est cramé. Pire encore si je dois le livrer par la Poste, que je paie au prix fort parce que je n'ai qu'un très faible flux de marchandises.

La manœuvre demeure cependant utile, pour des questions d'image (un jeu vendu en boutique, ça fait sérieux) et surtout de coûts de production. Même si je ne gagne quasi rien sur la vente aux magasins de jeu, au moins je vends, ce qui me permet de maintenir mes volumes d'impression. Les tarifs de mon imprimeur sont dégressifs, donc moins j'imprime, plus ça me coûte cher, et plus ma marge fond. C'est la spirale infernale dans laquelle je suis pris depuis quelques années et, comme je vous l'ai expliqué dans la première saison de mon feuilleton, m'efforce de ralentir.


La suite demain.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

Pied de page des forums