Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Liens utiles (et cliquables) >>> COMMANDER Sombre ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#191 07 Feb 2013 19:41

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : Quickshots Classic

Gauvain a Ă©crit :

En tout cas ça donne vraiment envie de s'y remettre, j'ai plein de trucs à tester moi aussi mais depuis quelque temps le vrai scénario d'horreur c'est d'organiser une partie.

Opale et Doodle sont tes amis !


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#192 07 Feb 2013 20:51

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

Gap sur le Sden a Ă©crit :

Cool ! Effectivement le trip onirique paraît excellent pour jouer horreur, et j'imagine que ça a comme effet bonux d'éviter les problèmes de cohérence qui font parfois sortir les joueurs de l'ambiance.

Merci au passage pour le lien vers Et in Arcadia ego, je ne savais pas qu'il Ă©tait dispo en ligne.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#193 07 Feb 2013 20:52

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

Gap a Ă©crit :

j'imagine que ça a comme effet bonux d'éviter les problèmes de cohérence qui font parfois sortir les joueurs de l'ambiance.

En fait, pas plus que dans un quickshot standard.

En lisant mes CR, on se rend bien compte qu'il y a plein d'incohérences et de trucs inexpliqués dans chacune de mes parties. La vérité est que ça ne pose pas de problème majeur. Bon, je fais mon possible pour éviter les gros soucis, mais il est illusoire de penser qu'on puisse improviser sans jamais faire d'erreur.

En fait, ça ne gâche le plaisir des joueurs qu'à partir du moment où tu les laisses cogiter. Lorsque tu mènes dynamique, que tout s'enchaîne sans temps mort et que la pression horrifique ne faiblit pas, les joueurs n'ont pas le loisir de se poser trop de questions ni de se rendre compte, que ah mais non c'est pas possible parce que y'a dix minutes, ses chaussettes étaient rouges.

Une fois que j'ai eu compris ça, ça m'a vachement détendu et décomplexé. Parce que si tu vises la fiction parfaite, jamais tu ne te lances en impro. L'ambition (l'orgueil ?) du zéro défaut tétanise et pousse à la surpréparation. Moi, je vise plutôt le pas trop de gros défauts et du coup, ça me décontracte bien le slip.



Merci au passage pour le lien vers Et in Arcadia ego, je ne savais pas qu'il Ă©tait dispo en ligne.

De nada. Ce scénario est excellent, il mérite d'être connu.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#194 08 Mar 2013 12:16

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

World War Rats – chez ouame – mars 2013



Après deux parties de Sombre max, je poursuis mon marathon de playtest en enchaînant sur du classic. Un quickshot, comme d'hab. Mais avec un petit truc en plus : le drama deck, une aide de jeu toute neuve, toute belle, dont l'objectif est de nous aider à mieux structurer notre groupe de PJ en créa collective. J'ai préparé une vingtaine de cartes, histoire de voir un peu si ça fonctionne ou pas.



Le brainstorming

Dynamique, créative et habituée au format quickshot, la table tourne vraiment bien. Le setting est posé en quelques minutes, ce sera la Première Guerre mondiale, côté allemand (Krom l'a tiré aux dés !). On me dessine un plan, un petit fortin bunkerisé sur deux niveaux, et une carte, celle d'une zone de front. Le fortin est construit au bord d'une tranchée, il y a un nid de mitrailleuses pas loin, et un réseau de tranchées tout autour, dont une partie est inondée (un éboulement a détourné le cours d'une petite rivière). En face, de l'autre côté du no man's land et des barbelés, les Français.

+ Benoît S joue Christian von Lubeck, capitaine-médecin biclassé savant fou. Comme le fait Herbert West du côté allié, il tire profit du chaos qui règne sur le front pour expérimenter des sérums et des gaz bizarres, produits de ses recherches dévoyées. C'en est au point qu'il est devenu son propre cobaye : Dégénéré, il se transforme petit à petit en rat. Pour le moment, la mutation est encore très discrète.

+ Krom joue le colonel Einsval, un vieux briscard (62 ans), vétéran de la guerre franco-prussienne. Il commande le bunker (c'est lui le Chef) et supervise les expériences de Lubeck. Durant la guerre de 1870, Einsval, alors jeune soldat, a participé à un programme secret visant à produire des super soldats en hybridant des humains et des rats. Dirigé par le célèbre médecin Wernher Geratz mais jugé contre-nature par le haut commandement prussien, le programme a été enterré avant de produire son premier übermensch. Einsval entend bien le ressusciter. D'ailleurs, c'est déjà ce qui s'est passé : grièvement blessé lors d'une offensive française, le colonel a été sauvé de la mort par Lubeck, grâce notamment à des greffons de rat mutant.

+ Daniel joue Brunehilde Geratz, jeune infirmière à coiffe. « N'y voyez pas le fantasme de l'homme mais plutôt le délire de l'artiste, Thérèse ». Petite fille de Wernher Geratz, ce n'est pas un hasard si elle est affectée au bunker car Einsval sait que son grand-père avait mené des expériences sur son propre fils, Friedrich. De fait, Brunehilde est un hybride de rat et d'humaine. Petite mais costaude (elle est Forte), le cheveux ras, les oreilles en pointe, les orteils longs et une queue vestigiale qu'elle s'est faite amputer.

+ Sophie joue Hans Wimmer (aucun rapport), un adolescent de seize ans qui a menti sur son âge pour s'engager. Il y a quelques semaines, à la suite d'une blessure grave, il a eu une vision de l'au-delà sous la forme d'un enfer dominé par les rats. Depuis, il est en croisade contre ces petits rongeurs vicieux (ouais, il est Spéciste). Dans les tranchées, qui en sont infestées, y'a de quoi faire. Il a raconté son histoire à Brunehilde, qui en est toute désolée, elle qui voudrait bien conclure avec lui.

+ Benoît C joue Wolfgang von Schtag, fils de (très) bonne famille qui s'est engagé dans l'armée, sous un faux nom, à la suite d'un dramatique différent familial. Il a épousé la fiancée de son frère, une certaine Clara, qui depuis est morte. Sa famille l'a renié et son frère le poursuit d'une haine inextinguible (c'est son Ennemi mortel, rien de moins). Or le frère en question, Lothar, s'est, par une malheureuse coïncidence, crashé en biplan juste devant le bunker. Le pilote est mort mais lui a survécu. C'est une huile (le petit neveu du Kaiser, rien de moins) et il était sur le point de dénoncer les expériences de Lubeck au haut commandement. Le médecin a pris des mesures pour que ça n'arrive pas : il a coupé les fils du téléphone, relâché ses cobayes dans la nature et, à défaut de pouvoir le tuer, chargé Lothar en sédatifs. Mais comme ça ne suffit pas, il a bien l'intention de déserter. Schtag, lui, voudrait juste obtenir le pardon de son frère.

Tout ça en une heure trois quarts. Pas mal, hein ? Bon, la dream team est bien rodée à Sombre et aux quickshots, mais quand même, j'ai le sentiment que le drama deck a donné pas mal de oomph à l'affaire. Plus de rapidité, meilleur maillage des persos, et puis supplément de fun aussi. Moi en tout cas, ça m'a bien plu et ça a pas mal allégé mon travail durant le brainstorming. Les joueurs sachant plutôt bien où ils allaient, j'avais moins besoin de relancer. À confirmer par d'autres playtests.



La partie

Il est 20h35, on a fini nos pizzas et on s'y met. Je pose la situation de départ. Il fait nuit, il pleut comme vache qui pisse (une pluie froide d'automne) et la préparation d'artillerie des Français ne faiblit pas. Il tombe trente obus à la minute, un véritable enfer. Depuis l'inondation partielle des tranchées, le bunker se retrouve isolé en première ligne. Il est prévu qu'une unité de sapeurs construise un vrai barrage, ce qui assècherait les tranchées et permettrait aux soldats de réintégrer leurs positions, mais le bombardement français rend tout travail impossible. Pour Einsval, seul maître à bord après Dieu depuis que les communications avec le QG sont interrompues, il s'agit de tenir le plus longtemps possible. Le colonel est un jusqu'au-boutiste.

Au début de la partie, chacun vaque à ses occupations et monte ses petits plans dans son coin. Geratz est dans le dortoir de l'étage, où sont étendus deux blessés si graves qu'ils sont intransportables. Wimmer, collé à une meurtrière, monte la garde. C'est moins les Français qu'il surveille que les rats, qui grouillent autour du bunker. Einsval ordonne à Schtag de sortir dans la tranchée remplir des sacs de terre pour protéger la porte blindée. Le pauvre Schtag s'exécute mais n'arrive à rien. Dans l'eau glacée jusqu'aux genoux, sous la pluie battante, il remplit un malheureux sac de boue liquide avant que le colonel ne se rende compte que c'est peine perdue.

Pendant ce temps là, Lubeck prépare sa fuite. Il récupère un masque à gaz (des bombonnes d'Ypérite sont stockées dans le bunker) parmi les 1d6 (3) qui fonctionnent encore, en donne un à Einsval et le dernier à Geratz. Elle, qui est Inapte au tir, s'équipe en grenades à main, le modèle avec manche en bois (quand il joue à Sombre, Daniel adôôôre les explosifs). Elle en passe trois à sa ceinture et les remonte à l'étage. Profitant que le médecin est occupé ailleurs, Schtag se glisse au chevet de son frère, toujours dans le coaltar. Lothar ouvre un œil, l'aperçoit et commence à le traiter de tous les noms. Pas gagnée la réconciliation fraternelle.

Et là, je cogite. On approche doucement de l'heure de jeu et on a une contrainte horaire : Benoît C et Sophie lèvent le camp à 23h30 pour repartir loin, là-bas dans l'ouest. On aurait donc devant nous deux petites heures. Mais je sens que je ne vais pas tenir. Je suis fatigué et même si je me dope consciencieusement au thé over sucré, ça ne suffit pas. Les deux parties de Sombre max, assez exigeantes car je crash-testais à la fois le système et le scénario, m'ont mis sur les rotules.

Je vois ce qu'il faudrait que je fasse : réveiller Lothar pour foutre le dawa dans le bunker et ainsi entraîner les joueurs sur la pente du PvP auquel leurs backgrounds les destinent. Les survivants de ces accrochages termineraient en PvE contre des rats et/ou des nettoyeurs de tranchées français (je pense à des commandos façon Capitaine Conan). Mais tout ça me demanderait pas mal d'énergie et de ressources intellectuelles, surtout dans la phase de montée vers le PvP. Je ne me sens pas en jambes et décide de m'en tenir à un survival plus basique.

Hop, j'amorce le bousin : tandis qu'une horde de rats envahit le niveau supérieur, un obus souffle la porte d'entrée du bunker. Einsval avait raison : il aurait fallu la renforcer de sacs de sable. Comme elle se trouve au niveau des tranchées, l'eau s'engouffre dans le bâtiment. Le bunker est inondé et l'eau monte ! À l'étage, tandis que les rats grouillent sur les blessés graves et commencent à les grignoter vivants, Wimmer pète un gros câble. Pour lui, la vermine qui déferle, c'est très littéralement l'Apocalypse qui commence ! Ni une ni deux, Sophie déclare, toute décontractée, que Wimmer lance une grenade à main sur les rats. Oui parfaitement, en espace confiné, dans un bunker. Hénaurme.

Forcément, gros badaboum et accident grave pour tout le monde. Enfin, pour ceux qui sont encore dans le dortoir, à savoir Wimmer et Geratz. Cette dernière fait la cabriole par-dessus l'échelle qu'elle était en train de descendre (attention, cascade) et tombe sur Einsval, qui avec l'aide de Schtag, est en train d'évacuer Lothar. Le petit neveu était étendu dans l'infirmerie, mais l'infirmerie, comme tout le rez-de-chaussée, a les pieds, voire les genoux, dans l'eau glacée. Lothar fait plouf et ça le réveille. Les rats arrivent de partout. Y'en a des centaines, des milliers, et l'eau ne leur fait pas peur. Ils nagent super bien. Évidemment, c'est un groupe. Les PJ se mangent des Blessures comme des Smarties.

Einsval ordonne à Schtag de sortir dans la tranchée. Le caporal s'exécute, suivi de Lothar. Ce dernier se retourne vers Einsval et lui demande sa baïonnette. Krom hésite, se demande à lui-même un jet d'Esprit, le réussit, hésite toujours. Lothar insiste : « Colonel, vous l'allez pas me laisser sans arme en pleine guerre ! ». Einsval lui tend sa baïonnette. L'autre sort de la tranchée et, bien sûr, agresse aussitôt son frère. Schtag le reçoit à coup de baïonnette (il avait passé la sienne au bout de son fusil) et le blesse. Oui mais moi, je claque un 12/5 (au premier Tour de combat, putain). Lothar enfonce son couteau jusqu'à la garde dans le cou de Schtag, qui convulse et meurt. Oh là là, ça ne s'annonce pas bien cette histoire d'évacuation.

Pendant qu'on s'égorge à l'extérieur, Lubeck, équipé de son masque à gaz, se débat contre la horde de rats. Il s'est replié dans la réserve, où sont entreposées les bombonnes d'Ypérite. Il attend que ses compagnons aient évacué le bunker pour en ouvrir une et décimer les rats. Dans la tranchée, la tension est à son comble. Je donne Lothar à jouer à Benoît C, qui vient de perdre son perso. Le petit neveu se tient sous la pluie, le couteau ensanglanté à la main. À cet instant, tout est possible. Schtag mort, Lothar n'est plus tenu par le Désavantage Ennemi mortel. Il n'en voulait qu'à son frère. Benoît a donc toute latitude pour interpréter son nouveau perso, raison pour laquelle je ne lui donne aucune indication de roleplay. À lui de gérer.

On est tous suspendus à ses lèvres, particulièrement Krom puisque Einsval se trouve à portée de Lothar, juste de l'autre côté de la porte blindée défoncée. Benoît hésite, Krom attend, Benoît hésite encore, Krom attend toujours. Finalement, Benoît annonce que Lothar se jette sur Einsval et va pour le poignarder. Le colonel réplique avec son Luger. Geratz, qui s'est faufilée dehors tandis que Lothar tuait Schtag, assiste au combat. Derrière Lothar, dans la tranchée, une silhouette monstrueuse se dessine à la lumière du bombardement : un homme-rat. Corps humanoïde, tête de rongeur, queue qui fouette la terre humide, mains puissantes et griffues. Einsvald le reconnaît à ses tatouages : il s'agit de l'un des cobayes de Lubeck, dont celui-ci avait juré qu'il s'était débarrassé mais qui a en fait continué à muter.

Lubeck justement ouvre la bombonne de gaz. Les rats commencent à crever par dizaines, mais sont tellement nombreux qu'ils constituent encore un groupe. Le médecin se fraie un passage au milieu d'eux vers la sortie du bunker. Dehors, l'homme-rat règle son compte à Lothar d'un coup violent puis, sous le contrôle de Benoît C, à qui je refile ce nouveau perso, se retourne vers Geratz, qu'il tue aussi. Un vrai festival. Tandis que la chose dévore le cadavre de l'infirmière, Wimmer, quasi sourd après son aventure avec la grenade, Einsvald, salement amoché, et Lubeck, plus très vaillant, sortent. Une aube grisâtre pointe à l'horizon, un calme surnaturel règne sur le no man's land. La préparation d'artillerie est terminée, les Français ne vont pas tarder à déferler sur les lignes allemandes. Dans quelques minutes, la boucherie commence. Pardon, continue.

Le colonel, qui d'égocentrique a évolué en individualiste, ne pense plus qu'à sauver sa peau. Lui qui voulait tenir à tout prix se carapate sans demander son reste. Lubeck est sur la même longueur d'ondes mais au lieu de courir vers l'arrière, il veut aller se rendre aux Français. Il a tout prévu : dans son sac à dos détrempé, ses notes, des vivres et une chemise immaculée pour servir de drapeau blanc. Tandis que Wimmer tombe sous les griffes de la créature, Lubeck tente d'atteindre l'échelle qui lui permettrait de sortir de la tranchée. Mais l'homme-rat l'a reconnu. S'il n'a plus de conscience humaine, il lui reste encore les souvenirs douloureux des expériences auxquelles l'a soumis le médecin. Il le tue et ce meurtre lui est particulièrement doux.

Pendant que Lubeck crève, Einsval court dans l'eau et la boue. Il parvient à s'éloigner suffisamment pour survivre à l'inondation du réseau de tranchées : le barrage de fortune qui retenait les eaux de la rivière a finalement cédé, emportant l'homme-rat (dont le corps ne sera jamais retrouvé), noyant le bunker, effaçant toute trace de la tuerie de la nuit et des expériences contre nature de Lubeck. Le colonel survit (de justesse, il termine en E3 - C1), est soigné dans un hôpital militaire, où les bizarreries de son anatomie (ses patches en peau de rat) passent inaperçus. Les blessés graves arrivent en flux constant du front, les médecins ont d'autres chats à fouetter.

Soutenu par des béquilles, Einsval assiste, en grand uniforme, à l'inhumation de Lothar, qu'il a bien sûr couvert de louanges, déclarant que le petit-neveu de l'empereur était mort en héros. C'est d'ailleurs le Kaiser lui-même qui, après avoir décoré le cercueil du jeune homme, remet à Einsval sa croix de guerre. Pour le colonel, c'est la retraite. Il ne retournera pas au front.

Générique.

Et stinger : Einsval n'a jamais réussi à se réadapter à la vie civile. Après la guerre, il s'isole de plus en plus, vit en ermite et commence lui aussi à muter. Quelques années plus tard, il disparaît. À l'insu de tous, il s'en va s'installer définitivement dans les égouts, auprès de sa véritable famille, les rats.



Le bilan

Une bonne bonne partie. Le setting était super classe, le groupe vachement intéressant et le survival a eu de la gueule. Putain, c'était tendu du caleçon, cette affaire. Et aussi, on s'est bien marrés.

Bon, on a tous terminé avec un goût de trop peu dans la bouche. Clairement, on avait encore pas mal de marge dans l'exploration des persos, mais je n'étais pas en état. Comme à chaque fois, j'ai donné tout ce que j'avais mais ce soir là, ça n'allait pas au delà de 22h30. Quand tout le monde est parti, je me suis écroulé comme une loque.

Techniquement, que du cool. Le drama deck et pur fun et le deviendra sans doute plus encore à mesure que je vais l'améliorer. J'ai pas mal de boulot dessus. Niveaux Traits, plein de trucs intéressants parce que la dream team a bien joué le jeu du playtest. Faut que je vire Spéciste, que je n'arrive décidemment pas à faire tourner. Le prototype même de la fausse bonne idée. M'en vais tester Sanguinaire à la place, ça me paraît plus fun. Et je vais réécrire Chef, vachement intéressant mais qui ressemble un peu beaucoup à une mini usine à gaz quand même. Frère de sang aussi est à revoir. Il fonctionne mais ne rend rien en jeu tant il est plat. Je vais mettre un bon gros coup de oomph dedans, ça va faire mal. Je veux dire, pourquoi chercher midi à quatorze heures quand on peut le trouver à douze, hmmm ?


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#195 09 Mar 2013 18:33

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

Odillon sur Antonio Bay a Ă©crit :

Je vais passer pour un putain de groupie mais j'ai adoré lire ce compte-rendu et j'en ai profité pour découvrir ta trilogie vénitienne qui était également très sympa à lire (surtout le deuxième segment, durant la Renaissance).

Il y a dans ton travail, une vraie générosité et une envie de faire découvrir ton jeu non pas en le louant à chaque page sans rien en dire du contenu - comme cela se retrouve trop souvent - mais en faisant partager ta passion et tes sources d'inspiration. Ca rend ton boulot très sympathique et ça donne envie de le connaître davantage.

En outre, je sais que chaque compte-rendu est susceptible de m'inspirer des idées pour mes propres parties même si on joue de façon très différentes : settings variés et cohérents, monstres intéressants, situations et PJ construits par les joueurs qui sont des mines d'inspirations à PNJ. C'est vraiment intéressant et c'est tout ce que j'aime trouver dans des compte-rendus de parties alors que ceux-ci se résument de plus en plus souvent sur le net à des "j'ai joué à Truc avec X, Y et Z, c'était coooool".

Donc, encore une fois, merci. (Ouais, je sais, mes commentaires n'apportent pas grand chose, mais vu le temps que tu dois passer Ă  faire tes compte-rendus, la moindre des choses c'est de t'en remercier).


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#196 09 Mar 2013 18:33

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

Bin je vais te dire, on s'en branle que ça n'apporte pas grand-chose parce que ça fait rudement plaisir à lire. Merci tout plein, monsieur Odillon.


bcwub


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#197 16 Mar 2013 10:56

Gauvain
membre
Inscription : 02 Apr 2012

Re : Quickshots Classic

Nazis + blockhaus + rats = 3 hits combo. bcbig_smile

Johan Scipion a Ă©crit :

le drama deck, une aide de jeu toute neuve, toute belle, dont l'objectif est de nous aider à mieux structurer notre groupe de PJ en créa collective. J'ai préparé une vingtaine de cartes, histoire de voir un peu si ça fonctionne ou pas.

Dis nous en plus !

Johan Scipion a Ă©crit :

+ Benoît C joue Wolfgang von Schtag, fils de (très) bonne famille qui s'est engagé dans l'armée, sous un faux nom, à la suite d'un dramatique différent familial. Il a épousé la fiancée de son frère, une certaine Clara, qui depuis est morte.

Classe le perso. bcwub

Johan Scipion a Ă©crit :

(quand il joue Ă  Sombre, Daniel adĂ´Ă´Ă´re les explosifs).

Et mes joueurs adorent incendier le décor. Je pense que c'est un truc de joueurs ludistes. Comme leurs PJ ne sont pas en eux-même des leviers efficaces sur le scénar (le statut de victime offre peu d'options techniques) ils cherchent à tout prix d'autres moyens d’impacter la partie, le décor... Et en plus de ça il y le côté baroud d'honneur : "je ne mourrai pas seul !" qui entre en jeu.

Johan Scipion a Ă©crit :

Lothar n'est plus tenu par le Désavantage Ennemi mortel. Il n'en voulait qu'à son frère. Benoît a donc toute latitude pour interpréter son nouveau perso, raison pour laquelle je ne lui donne aucune indication de roleplay. À lui de gérer.

Bien vu ça ! Je note.

Johan Scipion a Ă©crit :

Spéciste, que je n'arrive décidément pas à faire tourner.

Il ne génère pas des masse de jeu mais il met tout de même bien la pression au joueur qui l'a choisit.

Hors ligne

#198 21 Mar 2013 14:11

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

Ah scuze, Gauvain, j'avais pas vu ton post.



Gauvain a Ă©crit :
Johan Scipion a Ă©crit :

le drama deck

Dis nous en plus !

Nan, c'est taupe sicrète pour le moment. Et dans le CR suivant, je tease encore plus. Ouais je sais, je suis méchââânt. bccool



Et mes joueurs adorent incendier le décor. Je pense que c'est un truc de joueurs ludistes. Comme leurs PJ ne sont pas en eux-même des leviers efficaces sur le scénar (le statut de victime offre peu d'options techniques) ils cherchent à tout prix d'autres moyens d’impacter la partie, le décor... Et en plus de ça il y le côté baroud d'honneur : "je ne mourrai pas seul !" qui entre en jeu.

Pas faux. J'ajouterai que, tout bêtement, c'est un cliché cinématographique très répandu, même dans les films d'horreur. Le ciné horrifique ricain est truffé d'explosions et d'incendies.



Johan Scipion a Ă©crit :

Spéciste, que je n'arrive décidément pas à faire tourner.

Il ne génère pas des masse de jeu mais il met tout de même bien la pression au joueur qui l'a choisit.

Ouais mais ce n'est pas suffisant. Ça fait plus de trois ans que j'essaie de sortir quelque chose de cette idée d'hostilité animale, mais faut se rendre à l'évidence : c'est suboptimal. Mieux vaut traiter le truc du point de vue de la phobie, ça me paraît plus efficace.


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#199 21 Mar 2013 14:12

Johan Scipion
auteur de Sombre
Lieu : IdF
Inscription : 15 May 2006

Re : Quickshots Classic

La sorcière du bois maudit – à Ludesco – mars 2013



Alors voilà, on m'a invité à Ludesco, une convention suisse qu'elle est bien, pour accomplir une mission : mener une partie de Sombre au Train fantôme. Comme j'ai traversé la moitié de la France pour y arriver et que j'ai passé sur place une bonne partie d'une nuit, ça mérite bien que j'ouvre le compte rendu de mon quickshot en donnant mon avis sur ce lieu très spécial.

D'abord, le Train fantôme n'est pas un train, c'est un immeuble à la limite de l'insalubrité, sis dans l'un des quartiers les moins reluisants de La Chaux-de-Fonds. La quasi-totalité du bâtiment a été réaménagée façon attraction foraine. Les murs sont couverts de photos de films de science-fiction et d'horreur, la plupart montrant de jeunes femmes court vêtues. Il y a de petites saynètes à base de mannequins dans différents endroits, un peu à la manière d'un musée de cire gentiment destroy. Les trois plus grandes pièces sont constituées d'une salle à manger, d'un salon aux fauteuils défoncés et d'un bar.

Clairement, le lieu est étonnant. Nous prenons tous quelques minutes à l'arrivée pour le visiter et la découverte est super cool. L'effet attraction forraine, train fantôme donc, marche à fond. J'accroche vachement sur l'aménagement intérieur, y'a une vraie impression de labyrinthe claustrophobe et doucement anxiogène qui me plait grave. On circule sur différents niveaux et y'a des surprises à chaque tournant. Trèèès sympa.

La déco par contre, j'ai plus de mal. Ceux qui ont déjà visité le site de Terres Etranges ou ouvert un numéro de Sombre savent que j'aime les ambiances minimalistes et la sobriété graphique. Et bin le Train Fantôme, c'est exactement l'inverse. Du kitsch à outrance, servi par une folie de l'accumulation qui, certes, participe de l'ambiance oppressante du lieu, mais noie le bâtiment dans le portnawak.

À force de mettre du tout partout, on ne voit plus rien. Les tentatives de déco thématique, telle cette série de mannequins biomécaniques à la Giger (normal, hein, on est en Suisse), disparaissent sous une overdose de photos et de bibelots. Une sorte de bouillie érotico-horrifico-SF que je trouve surtout fascinante pour ce qu'elle révèle de la personnalité de son créateur. Esthétiquement par contre, ça me glisse pas mal dessus.

Et puis bon, ça me désole d'écrire ça, mais trop de nichon tue le nichon. Je veux dire, y'a une pièce entière consacrée aux Femen (ouais, ces néo-féministes qui montrent leurs boobs dans la télé de l'Internet). Des dizaines et des dizaines de gonzesses à poil sur tous les murs. « N'y voyez pas le fantasme de l'homme mais plutôt le délire de l'artiste, Thérèse ». J'entends bien mais quand même, en terme d'effet visuel, c'est super, hum, plat. Ça fait papier peint Playboy, quoi.

Enfin bon, on m'installe dans le salon Frankenstein, la fameuse salle à manger. La pièce, à la déco doucement gothique, a cet intérêt qu'elle est la seule meublée d'une table haute et de chaises. Or moi, j'aime jouer sur une vraie table, ça pose bien le jeu. J'ai quatre joueurs, Daniel des Écuries d'Augias, Gap, hardcore fan de Sombre, Justin, trésorier de Ludesco, et Sven. On se pose. Devant la fenêtre, une statue quasi grandeur nature du monstre incarné par Karloff à l'écran, d'où le nom de la pièce.

Clairement, les conditions sont suboptimales. Dans la pièce d'à côté, Laurent Jospin s'installe avec huit (oui huit, ce garçon n'a pas de limites) joueurs pour mener une partie d'Esteren. Supercool sauf qu'entre sa pièce, le salon aux fauteuils défoncés, et la nôtre, y'a pas de porte, juste un rideau. Et neuf personnes qui jouent à du med-fan horrifique, c'est tout de même un minimum bruyant.

Autre souci, on se pèle à tarte. Mais vraiment. Dehors il fait moins quinze et certains carreaux de la fenêtre, cassés, ne sont réparés qu'avec du scotch. Évidemment, impossible de fermer les volets tellement y'a de bordel devant. Je n'arrive même pas à voir s'il y a des volets, c'est dire. On tire le rideau devant Karloff pour essayer d'isoler la fenêtre, mais ça ne change juste rien : y'a un putain de courant d'air glacial qui nous scie les jambes.

En désespoir de cause, je file aux toilettes (sans eau courante bien sûr, un jerrican sert de chasse d'eau) enfiler tous mes vêtements de rechange. Ah bon sang, demi à poil dans les chiottes du Train fantôme, entouré de toutes ces Femen lasciiiiives. Putain, leur com', c'est quand même de la pure photo de charme. N'empêche que je me caille sévère. Pas que ça m'arrête, hein. Je reviens en mode bibendum dans la salle à manger et on s'y met. S'agirait pas qu'on traîne trop. Mon créneau théorique est 19h30-0h30 et là, après toutes nos aventures, il est déjà 21h20.

Du coup, je présente les règles à la speed. Je n'aime pas trop ça, mais je sais que Gap est un fin connaisseur du système. Techniquement, je pourrai m'appuyer sur lui durant le brainstorming et la partie pour mettre les trois autres à niveau. Malgré tout, je goûte bien le plaisir de sortir vite fait Igor, l'assistant bossu de Frankenstein, dans une pièce où trône une statue de Karloff. C'est assez savoureux, je dois dire.



Le brainstorming

Comme j'ai le souci de faire court, donc que la tempête de cerveau ne nous prenne pas des heures, j'ai cogité à un thème. Normalement, en quickshot je n'impose rien (c'est le principe même du format que de laisser les joueurs décider de tout) mais là, je fais exception. Je l'avais déjà fait l'autre jour en orientant une partie vers le rêve. J'ai choisi pour ce soir un thème un minimum raccord avec le Train Fantôme : freaks.

Les références sont le classique de Browning et Carnivale, une série télé que je la kiffe. Enfin, la première saison, la seconde est nettement moins bonne, à la limite du sabordage. Sauf que ça ne dit pas grand-chose aux gens. Gap est le plus aware sur la question, mais pour les autres c'est assez nébuleux. Pas grave, j'explicite. Dans la partie, il doit y avoir des monstres au sens tératologique du terme. Cela peut être les PJ ou les antagos ou les deux. On peut reprendre l'idée du cirque des horreurs ou choisir un autre contexte. Ça peut se passer en contemporain ou dans une autre époque. L'essentiel, c'est qu'il y ait des freaks dans l'affaire.

Et puis j'ai mon arme secrète, le drama deck. Deuxième fois que je l'utilise. La première, c'était durant le crash-test avec la dream team. Depuis, j'ai bossé dessus. Réécrit pas mal de cartes et produit une mécanique pour optimiser leur utilisation en jeu. J'ai bien hâte de voir ce que ça donne. J'explique le principe du bousin, la table me semble très réceptive. Übercool. Gap kiffe à mort, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, et ça me fait kiffer de le voir kiffer. Daniel aussi accroche bien et c'est cool.

Le setting retenu est la Renaissance, quelque part en Europe de l'est. Les PJ sont des baladins, petite troupe d'amuseurs publics qui se déplace de ville en ville dans quatre roulottes tirées par des chevaux. On me dessine le plan de leur campement. Autour du feu, les roulottes rangées en carré, que les joueurs aménagent à leur guise. D'un côté, une rivière, au bord de laquelle sont attachés les cinq chevaux de la troupe. De l'autre, une route. Tout autour, la forêt.

+ Justin joue Samir, comédien cynique et tatoué, maure jeté sur les routes de l'Europe après un drame familial. Ses proches ont été décimés dans un incendie criminel, mini pogrom de la populace espagnole motivé par la crainte des pouvoirs de sorcière de sa grand-mère. Ils l'ont brûlée vive et toute sa famille avec. Seuls Samir et sa sœur Nadina, alors toute petiote, ont échappé au massacre.

+ Sven joue Nadina, diseuse de bonne aventure impulsive. Douée d'authentiques pouvoirs surnaturels, elle est Médium. C'est donc la sœur cadette de Samir.

+ Daniel joue Margot, lanceuse de couteaux égocentrique à la verticalité contrariée. C'est une naine, plus exactement une lilliputienne. Elle est parfaitement proportionnée, juste toute rikiki. Chef de la troupe, elle est en couple avec Nadina, qui est sa Sœur de sang. La cartomancienne s'est, par amour, entaillée rituellement la main pour raccourcir sa ligne de vie. Mais Margot la trompe avec Samir, dont elle est enceinte. Enfin, elle est Infectée. Par quoi, on ne le sait pas trop car, tandis que Christoph et Sylvie se démènent pour nous ramener des radiateurs électriques (vraiment, on se caille trop), je valide le Désavantage mais oublie de relancer Daniel sur la question.

+ Gap joue Michka, hercule de foire docile et doucement benêt, fasciné par Nadina et ses pouvoirs. Il l'a vue invoquer l'esprit de sa mère et depuis l'appelle Maman. Fort et Sanguinaire, Michka ne se contrôle pas très bien. Pas qu'il soit foncièrement méchant, c'est juste qu'il ne maîtrise pas ses émotions. Il y a quelques heures, tandis qu'il allait acheter des provisions à Borgova, une petite ville dans laquelle la troupe avait fait halte, il a tué un enfant. Le gamin avait insulté Nadina et Michka ne l'a pas supporté. Facteur aggravant, le môme est le fils d'un notable de la ville.

Enfin, il y a Piotr, un PNJ que je me suis réservé au cas où j'aurais besoin d'un joker. Il est le partenaire de Margot, celui sur qui elle lance ses couteaux. C'est d'ailleurs elle qui l'a recueilli alors qu'il était tout bébé, abandonné sur le parvis d'une église. J'en fais un albinos pour coller avec la thématique freaks et parce que, on ne sait jamais, si je devais le basculer en antago, ça pourrait avoir de la gueule. Un garou au poil blanc par exemple.

Car oui, niveau antagos, on m'a parlé de garous, ce que je trouve plutôt naturel étant donné que le setting est forestier. Daniel a ajouté qu'il n'y avait pas que les loups qui pouvaient être garous, ce sur quoi je suis bien d'accord. En fait, l'image qui s'est imposée est à moi, c'est un sanglier-garou. Mais Daniel a aussi parlé d'une force qui émanerait directement de la terre, une idée moins convenue et qui donc m'intéresse plus. Ce d'autant que les garous sylvestres, je m'en mange pas mal en ce moment, Overlord oblige.

Et là, mirâââcle, Laurent, un gars décidément bien pratique (dixit Sylvie), termine sa partie. Putain mais c'est juste énorme ! Primo, on déménage dans le petit salon, où la température est quasi tropicale (c'est là qu'on voit que des carreaux aux fenêtres, c'est pas un luxe). Secundo, on se retrouve à pouvoir jouer dans le calme. Tout ça pile poil à la jonction brainstorming/jeu. On aurait essayé de l'organiser, on n'aurait pas réussi.



La partie

Je pose la situation de départ. On est en pleine nuit, en pleine forêt et il pleut des cordes. Les forains ont dressé leur campement autour d'un feu anémique, tout le bois qu'ils ont ramassé est trempé. Et il n'y a rien à manger. Michka, qui devait faire les courses, est revenu bredouille de Borgova, juste avant que Margot ordonne de quitter la ville toutes affaires cessantes. C'est d'autant plus incompréhensible que le plan initial était de plumer les gogos du coin pendant encore au moins trois ou quatre jours. Ça aurait rempli les caisses et le garde-manger.

L'explication tient bien sûr au meurtre de Michka, dont Margot n'a encore averti personne. Mais Samir et Nadina prennent la situation plutôt à la coule, ce qui ne me convient pas trop. J'ai prévenu les joueurs qu'on commençait par une demi-heure, trois quarts d'heure de mélo, or il faut amorcer la pompe à drama. Le triangle amoureux moisi Samir-Margot-Nadina ajouté à la situation matérielle ultra merdique dans laquelle ils se retrouvent doivent les faire ruer un minimum dans les brancards. J'attends qu'ils remettent l'autorité de Margot en question, c'est par là qu'il faut commencer.

Comme les joueurs ont l'air de sous-estimer un poil la question de la nourriture (Borgova est zone interdite et la ville la plus proche se trouve Ă  plus de cinq jours de voyage, par temps sec !), j'impose un cochage d'attrition Ă  tout le monde. Je ne le sais pas encore mais cela aura, en fin de partie, une incidence Ă©nĂ´Ă´Ă´rme sur Samir.

À côté de ça, le mélo démarre. Putain, Gap est vraiment bon. Son Michka est classe de chez classe, je prends mon pied rien qu'à le regarder jouer. Mais sa performance ne produit pas un effet d'entraînement aussi puissant qu'elle le devrait. Niveau roleplay, le reste de la table est un petit cran au-dessous. Résultat, la dynamique de groupe n'est pas optimale. Il manque à Gap un partenaire à sa mesure, quelqu'un qui l'aiderait à bien faire monter la mayonnaise roleplay. Moi, je suis out. D'une, c'est entre joueurs que le mélo doit tourner pour qu'il marche. De deux, je n'ai que Piotr à ma disposition et il est en orbite du groupe des PJ (un effet secondaire du drama deck, qui a, on s'en doute, les défauts de ses avantages).

Donc je fais avec les moyens du bord. Une petite scène avec Piotr qui pète les plombs parce que toute cette situation le gonfle et que les PJ ont un peu trop tendance à le prendre pour leur larbin. Et surtout, du coaching en temps réel, à destination de Sven notamment, pour bien mettre en évidence les enjeux dramatiques, à la fois sentimentaux et matériels. Et ça ne marche pas trop mal. Bon, le ton est très second degré, ça vanne un peu dans tous les sens. Daniel est overdéconne, mais il m'avait prévenu. Et il compense plutôt pas mal avec des idées bien sympa. Il campe une Margot pétrie d'égoïsme et de mauvaise foi, au point qu'elle prétend avoir été violée par Samir, alors que c'est elle qui lui a fait un maximum de rentre dedans. C'est inattendu et retors au possible. Je kiffe.

Le mélo prend donc, sur un mode certes plus soap que dark, mais il prend et c'est l'essentiel. La nouvelle procédure liée au drama deck n'y est pas pour rien et ça me met la banane. Putain ça mââârche ! Les joueurs, en particulier Daniel qui, clairement, veut survivre, ont de la vraie motivation à jouer mélo. C'est encore à confirmer par d'autres playtests mais je suis d'ores et déjà hyper content de cette petite affaire. Sur ce point précis, c'est nettement plus réussi que le crash-test avec la dream team. Super satisfaisant.

Tandis que les scènes s'enchaînent dans une roulotte puis une autre, je m'aperçois que j'ai zappé l'Infection de Margot. Je décide de laisser pisser : la partie roule bien sans, pas besoin d'en rajouter. Je me doute fortement que Daniel pensait à une maladie vénérienne lorsqu'il a sélectionné ce Désavantage, mais j'ai l'intuition d'avoir le moyen d'en faire quelque chose de plus ou de mieux, sans doute en rapport avec les antagos. Parce que le trip sanglier-garou, je le sens de moins en moins. Déjà qu'on nage dans le soap, si je rajoute du pulp par-dessus, ça va virer au nawak. J'ai besoin de quelque chose de plus proche de l'humain, de plus âpre et de moins ouvertement fantastique.

À un moment, Michka est à deux doigts de lâcher le morceau sur Borgova mais j'interromps Gap. C'est un poil tôt et je voudrais donner à cette révélation un peu de oomph dramatique. La mettre en scène, quoi. Du coup, ce sont les chevaux qu'on égorge. Ils hennissent de terreur puis plus rien. Sur place, c'est une pure boucherie. Cinq cadavres au bord de l'eau, du sang partout. Chacun vient aux nouvelles et elles ne sont pas bonnes. Sans les chevaux, la troupe est coincée dans la forêt.

Je ne m'étends pas sur la description des blessures car je ne sais pas encore trop ce qui les a provoquées. Je cherche encore le moyen d'esquiver le sanglier-garou. Par là-dessus, le feu se met à briller bleu, signe qu'il se passe quelque chose de pas naturel du tout. De toute façon, ce bout de forêt semblait louche dès le départ. L'obscurité y est trop profonde et des choses se dissimulent dedans. C'est bien simple, Margot refuse désormais de sortir de la roulotte de Nadina, où elle s'est retranchée. Et elle lâche enfin le morceau sur le crime de Michka.

J'enchaîne aussitôt sur mon premier antago. On a fait le tour de ce que la table est capable de produire en terme de mélo, il faut qu'on bascule en survival. J'ai trois options. 1/ Le sanglier-garou, que je ne sens décidemment pas. 2/ Piotr, que je me suis mis en réserve depuis un petit moment. On l'a laissé endormi dans la roulotte qu'il partage avec Michka. Il pourrait lui être arrivé n'importe quoi, y compris et surtout un truc bien moche qui l'aurait transformé en bad guy. 3/ Des gens de Borgova. Je pense d'abord à une foule armée de torches et de fourches, dans la grande tradition de l'horreur gothique à la Universal, mais ça ne collerait pas. Le groupe serait invulnérable, les joueurs devraient fuir, le plan du campement ne servirait plus à rien. Il me faut un antago solitaire.

Et justement, un cavalier encapuchonné arrive par la route. En travers de la croupe de son destrier, un paquet oblong ficelé dans une couverture. L'homme descend de son cheval, ôte son capuchon, se présente comme le baron Radiescu. Pas content, le gars. Il déballe son paquet : c'est le cadavre de son fils, livide et boursouflé, la moitié du visage écrasé par Michka, qu'il l'a claqué contre un mur. Radiescu ordonne à Nadina, si elle est bien la sorcière qu'elle prétend être, de lui rendre son fils. Je donne tout ce que j'ai sur cette scène, joue à fond la carte de l'émotion et ça marche. Exit le soap goguenard, plus personne ne la ramène. Même Daniel se tient coi, on entend les mouches voler. Je suis tout content de moi car c'est vraiment du roleplay à l'état pur. Aucune béquille technique, tout dans le narratif.

À ce moment, Margot est toujours dans la roulotte de Nadina. Samir et Nadina font face à Radiescu. Michka, lui, s'est éclipsé derrière sa roulotte à l'arrivée du baron. Il y pénètre pour récupérer une arme quelconque parmi les outils qui servent à monter la scène sur laquelle les baladins se donnent en spectacle. Les autres forains ont un vrai chez eux, Michka et Piotr ne disposent que de deux couchettes dans la roulotte à matériel. À l'intérieur, c'est la boucherie. Y'a du sang partout et aussi une tête de cheval coupée (ouais ouais, j'ai vu des films de Coppola) mais de Piotr point. Michka ne réfléchit pas trop, ce n'est pas son genre, et se saisit d'une masse.

J'ai servi à Sven une scène sur un plateau d'argent. Il saute sur l'occase et active son Avantage Médium. La cartomancienne s'écroule dans la boue, ses yeux se révulsent, son corps s'arque comme lors d'une crise d'épilepsie. Le fils du baron ouvre les yeux, son père est en larmes. Dans la roulotte de Nadina, toutes les bougies se mettent à brûler bleu. Radiescu tombe à genoux, serre son enfant contre lui, lui parle, pleure de plus belle. Mais le remède s'avère pire que le mal. Lorsque le môme retombe mort, le baron est dans une rage noire. Il dégaine son sabre de cavalerie, s'approche de Nadina et la frappe.

Samir réplique en lui brisant sa lanterne sur le dos, ce qui enflamme son manteau. Mais Radiescu a un heaume sur la tête qui le protège. Il jette son capuchon enflammé à terre, se retourne et tombe nez à nez avec Michka et sa masse. Margot tente une sortie. Elle court vers sa roulotte pour y récupérer ses couteaux. Nadina se relève et lui emboîte le pas. Michka s'en sort plutôt bien face au baron, son Avantage Fort lui étant d'une aide appréciable. Au dernier Tour, lorsqu'il s'en va pour l'achever, Samir le distrait et l'antago en profite pour le décapiter. La tête de Michka vole jusque dans les bras de Samir, qui se précipite pour ramasser la masse. Il tue le baron, que j'avais donné à jouer à Gap après la mort de Michka.

Margot, qui a enfin rejoint sa roulotte (les petites jambes, c'est pas le mieux pour sprinter dans la boue), y récupère ses couteaux. Nadina pousse jusqu'à la roulotte de Samir, dans laquelle elle s'enferme. Une brume noire, née de la terre, apparaît devant Margot. Je fais monter un deuxième antago au front car je sens qu'il n'est pas encore temps de faire retomber la tension horrifique. Je fais durer le climax. Sauf que là, j'y vais à fond dans le registre surnaturel. Je donne mon interprétation perso de l'émanation chtonienne qu'évoquait Daniel durant le brainstorming. Grosso medo, une mini Shub-Niggurath.

Pourvue de dizaines de griffes et de bouches aux crocs acérés, la créature attaque la naine. Celle-ci encaisse des dommages avant de fuir aussi vite qu'elle le peut vers le destrier du baron. L'animal, un cheval de bataille habitué aux combats, est resté stoïque au milieu de la mêlée. Samir, lui aussi le convoite. À Gap qui désormais joue la créature, je glisse à l'oreille qu'il peut se téléporter d'un bout à l'autre du campement. Il disparaît et apparaît via la terre. Par contre, il doit rester en contact avec elle : impossible d'entrer dans les roulottes.

Voyant Samir en passe de monter sur le cheval, Margot, qui à ce stade a basculé en individualiste, lui lance un de ses couteaux. Daniel fait un 11/5. ÉNORME ! La lame traverse la gorge de Samir et le tue sur le coup. Il ne lui restait que onze cercles de Corps puisqu'il avait coché le premier en début de partie, à cause de la faim. Le maure s'écroule dans la boue, mort. Le destrier n'a toujours pas bougé mais quand Margot s'en approche, elle réalise qu'elle est trop petite pour atteindre les étriers. Je concède un jet de Corps à Daniel, qu'il rate. Le résultat est définitif, ce qui signifie que Margot ne parviendra pas à monter sur ce putain de chwal.

C'est le moment que choisit Gap pour faire apparaître la créature, qui se jette sur Margot. En un rien de temps, la voici réduite à Corps 1. Elle va mourir, c'est sûr. Dans un Tour ou deux, c'est fini. Et là, idée : plutôt que de m'en tenir à un simple décès, je décide d'activer son Infectée. La bestiole l'absorbe, Margot se fond dans la brume noirâtre. À cet instant, elle a un bref contact mental avec l'entité, qui se révèle n'être autre que Piotr.

Nadina, elle, s'est réfugiée sous le lit de Samir puis s'est évanouie. C'est une décision de Sven, que je trouve très cool car c'est bien raccord avec les blessures subies par son personnage (Nadina a le dos en sang) et son état d'esprit du moment. Mais elle est hors de portée de Piotr, qui ne peut l'atteindre dans la caravane. Le combat est donc terminé, ne me reste plus qu'à boucler la partie. Je passe en narratif. J'embraye sur un truc mais les joueurs me font remarquer que Nadina est toujours la Sœur de sang de Margot. Mais oui, c'est vrai ! Qui plus est cette dernière n'est pas morte : lorsqu'elle a été absorbée par Piotr, il lui restait un cercle de Corps. La voici donc immortelle, à jamais liée à la créature spectrale qui hante ce bois maléfique et qui a possédé Piotr.

Or Nadina a modifié sa ligne de vie de telle façon qu'elle soit directement liée à celle de Margot. Elle se retrouve donc elle aussi immortelle, mais totalement folle. Sven a, sur ma demande, coché ses derniers cercles d'Esprit à la fin du combat. Seule conclusion logique, Nadina reste sur place, dans la forêt. Au fil des ans, elle vire à la vieille sorcière, créature maléfique et sans âge qui, pendant les siècles et les millénaires à venir, va hanter ce bois maudit. On vient de participer à la création d'une authentique légende rurale. Notre Blair witch à nous qu'on a.

Générique.



Le bilan

Une excellente partie !

Des scènes mémorables, une très bonne ambiance, des joueurs volontaires et impliqués, quelques bonnes barres de rire, un mélo déconne mais sympa, un climax rythmé et une conclusion, portée par le système, qui a eu de la gueule. Super content. Réussir une bonne démo longue en conv me met toujours la banane. Il faut bien reconnaître que le quickshot est un format relativement casse-gueule. Plus instable qu'une partie préparée, il peut assez facilement produire le meilleur comme le pire. Là, on était clairement du côté du meilleur et ça m'a fait rudement plaisir.

Pour répondre à la question de Nonène, qui le lendemain me demandait si le Train Fantôme avait apporté un vrai plus à la partie, je dirais que, si on s'en tient à des critères purement objectifs, le jeu n'en a sans doute pas valu la chandelle. La logistique, aussi bien le transport que le chauffage, s'est avérée compliquée, le confort était plus que spartiate, la plus-value ludique discutable. Les gens de Projets R ont sans doute su tirer un bien meilleur parti du lieu le jour suivant avec leur tritable. Jouer un scénar de maison hantée dans une baraque comme celle-là, ça fait immédiatement sens. En dépit de mon thème freaks, mon impro à moi fut loin de s'y prêter aussi bien.

Cela étant, ça m'a quand même bien éclaté. C'était rock'n'roll (putain, on a eu bien froid) mais la simple idée que j'ai posé du jeu au Train Fantôme me met le sourire aux lèvres. Ça m'a sans doute plus compliqué la tâche qu'autre chose mais c'était ultra fun ! Dans le registre du bizarre et de l'insolite, ça enfonce de loin les combles de la Sorbonne, les caves parisiennes ou même la caserne de la Garde Républicaine, tous lieux improbables où je suis allé mener du Sombre. Rien que pour ça, ça valait le coup !

D'un point de vue plus strictement technique, je commence à surkiffer le drama deck. J'ai encore un taf colossal à abattre dessus mais cette aide de jeu est vraiment hyper prometteuse. J'entrevois assez clairement le moment où je ne pourrai plus m'en passer, en quickshot du moins. Je sens que je deviens accro. À côté de ça, j'arrive doucement, partie après partie, au bout de la mise au point de ma nouvelle liste de Traits. Elle sera très certainement prête pour Sombre 3 et c'est une excellente nouvelle. Après tous ces mois de playtest, il est plus que temps !


Je modère en gras. Lisez la charte svp.

Soutenez Sombre sur Tipeee.

Hors ligne

#200 21 Mar 2013 20:35

Gap
membre
Lieu : Suisse
Inscription : 30 Mar 2012

Re : Quickshots Classic

Johan Scipion a Ă©crit :

D'abord, le Train fantôme n'est pas un train, c'est un immeuble à la limite de l'insalubrité

A la limite de l'insalubrité, je veux bien, mais dans le sens où il a traversé l'insalubrité pour arriver à la limite de l'autre côté. Je crois que j'ai attrapé le tétanos en regardant la rampe d'escalier.

La déco est... je crois qu'on appelle ça "burlesque". Contrairement à Johan j'ai adoré dans le sens où tu peux tout à fait imaginer que ce soit la résidence d'un tueur en série. Parfait pour nous mettre dans l'ambience Sombre à mon avis. Le bar aurait aussi été sympa s'il y avait eu l'eau courante. Mébon, c'est l'hiver à la Chaux-de-Fonds, on fait ce qu'on peut.

Gap, hardcore fan de Sombre

Ouais, non, je cherchais un D&D et j'ai joué à ça faute de mieux, s'tout. bcwub

Devant la fenêtre, une statue quasi grandeur nature du monstre incarné par Karloff à l'écran, d'où le nom de la pièce.

J'ai quand même réussi à ne pas la remarquer. bcshock

Pour le froid, effectivement, c'Ă©tait trash. Jouable, je pense, mais heureusement qu'on a pu bouger.

Les références sont le classique de Browning et Carnivale, une série télé que je la kiffe. Gap est le plus aware sur la question, mais pour les autres c'est assez nébuleux.

J'ai aidé ma copine à décrire le découpage du film plan par plan quand elle était à Emile-Cohl. Un peu lourdingue, mais au moins ça m'a culturifié. En tout cas après ça, tu ne dis plus que les écoles d'art sont pour les branleurs. Pour les psychopathes, par contre, ça se discute.
La série est pas mal, mais s'ils n'avaient pas liquidé la chose après un tiers de la durée prévue, l'histoire aurait été moins bancale.

Et puis j'ai mon arme secrète, le drama deck. Gap kiffe à mort, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, et ça me fait kiffer de le voir kiffer.

Ca s'est vu ? redface

+ Gap joue Michka, hercule de foire docile et doucement benĂŞt

Quelque part entre Lenny de Of mice and men et un russe roucoulant dans [n'importe quel film incluant un grand russe au caractère beaucoup trop expressif]. Marrant à jouer, même si pas super subtil.
J'avais envie de faire un type bourrin mais pas dominateur du tout, contrairement au Toussaint que j'avais joué dans "l'Ile" de Seb (c'est super chiant en partie quand qqn donne l'impression de surcompenser ses complexes). Docile a plutôt bien convenu... et je réalise maintenant que je l'avais aussi joué dans "le Pré aux loups" de Seb.

Et là, mirâââcle, Laurent, un gars décidément bien pratique (dixit Sylvie), termine sa partie. Putain mais c'est juste énorme ! Tout ça pile poil à la jonction brainstorming/jeu. On aurait essayé de l'organiser, on n'aurait pas réussi.

Je dois dire que 3h après l'heure de début de briefing théorique, je commençais à m'inquiéter pour toi qu'on ait toujours pas commencé le jeu. Les conditions (froid + pas d'eau courante) nous ont fait perdre une bonne heure dans la mise en place, mais en effet on a eu du bol dans notre malheur.

J'attends qu'ils remettent l'autorité de Margot en question, c'est par là qu'il faut commencer.

Tiens, c'est vrai qu'on n'a même pas vraiment poussé dans cette direction (bon, pour mon perso, c'est normal, mais...) La nabote était une leadeuse naturelle, toussa. bcbig_smile

Niveau roleplay, le reste de la table est un petit cran au-dessous. RĂ©sultat, la dynamique de groupe n'est pas optimale. Il manque Ă  Gap un partenaire Ă  sa mesure, quelqu'un qui l'aiderait Ă  bien faire monter la mayonnaise roleplay.

En fait je pense qu'il y avait une rupture de genre entre l'intrigue du trio libidineux et celle de Mishka. Parce que Daniel a été absolument ENORME sur l'autre pan du mélo. yes

Les joueurs, en particulier Daniel qui, clairement, veut survivre, ont de la vraie motivation à jouer mélo. [...] À un moment, Michka est à deux doigts de lâcher le morceau sur Borgova mais j'interromps Gap.

A ce moment-là, j'ai vraiment cru qu'on n'arriverait pas à débloquer Margo avant le gros morceau. J'aurais dû deviner que c'était volontaire. bccool

À l'intérieur, c'est la boucherie. Y'a du sang partout et aussi une tête de cheval coupée (ouais ouais, j'ai vu des films de Coppola) mais de Piotr point. Michka ne réfléchit pas trop, ce n'est pas son genre, et se saisit d'une masse.

Ah mais si il "réfléchit" ! Il essaie d'approcher Piotr mais panique en sentant au milieu du sang une odeur animale au fond de la caravane et ressort en courant et en hurlant au loup (tiens, Piotr et le loup, huhu). On constatera que c'est pas super raccord avec les principes du second antago finalement choisi, mais sur le moment c'est cool quand même, donc on s'en tape.

Il jette son capuchon enflammé à terre, se retourne et tombe nez à nez avec Michka et sa masse. [...] Michka s'en sort plutôt bien face au baron, son Avantage Fort lui étant d'une aide appréciable. Au dernier Tour, lorsqu'il s'en va pour l'achever, Samir le distrait et l'antago en profite pour le décapiter.

En fait, le baron poursuivait de nouveau Nadina, et Mishka l'a attaqué dans le dos pour protéger sa maman mystique. Surprise, optimisation, duel sous la pluie, toussa. Quand t'es le seul à avoir une arme, il faut assumer en espérant que les autres en profitent pour se bouger (mais le réflexe "il me faut une arme horrifique tout de suite", ils ne l'avaient pas - leur première partie, quoi). bcwink

Evidemment, c'est quand j'ai hurlé à Samir d'aller chercher une arme, perdant mon action, que j'ai pris un méga dommage variable dans la tronche après avoir réduit le baron à 3 de corps. Sombre, quoi. Ce soir-là, j'ai l'impression que tous les jets variables sont arrivés pile quand il le fallait et comme il le fallait (cf. mort de Samir). bcbig_smile

C'est le moment que choisit Gap pour faire apparaître la créature, qui se jette sur Margot.

Il aurait été dommage de la faire attaquer trop tôt. Je souhaitais la faire bouffer le cheval et sa cavalière en commençant par les pattes au moment où elle croirait avoir réussi à fuir, mais vu son échec, on a fait avec ce qu'on avait. bcwink


Légère censure anti spoil concernant le drama deck. - J.

Dernière modification par Gap (21 Mar 2013 20:45)

Hors ligne

Pied de page des forums