Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'ĂȘtes pas identifiĂ©(e).

Annonce

Liens cliquables : COMMANDER Sombre + CONSEILS d'achat + SOUTENIR sur Tipeee + INVITER l'auteur

#11 17 Feb 2019 15:57

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

DIX-SEPT DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : Une architecture animale OK

Le moment : la nuit

Le climat : calme OK

Ce qui me tiraille : la faim OK


Inspirations :

Mes symboles : dents, beauté OK

L'élément de Millevaux : l'oubli ou la mémoire OK

L'historiette du jour :  La lumiĂšre torride qui respire par les interstices des feuilles.
À respirer cet air fĂ©tide, mon cƓur pourrait presque se fendre. OK

Le détail forestier : Lianes grimpantes ou rampantes OK


Le coeur de la journée :

26467577902_54f194b62b_q.jpg
Celestial Genealogy, Birth of a Mountain, par InnerborĂ©e, Ă  la croisĂ©e entre post-rock, black art et doom metal, le mariage du chant de la belle et de la bĂȘte dans une nuit montagneuse et lunaire.

Ce qui m'attend :

J'ai couru jusqu'Ă  que mes pieds refusent de me porter davantage, sans regarder devant moi, au hasard. Je pense que si ma fuite avait Ă©tĂ© un peu rĂ©flĂ©chie, je ne me serais pas aventurĂ©e oĂč je suis maintenant. De la forĂȘt, seuls les troncs des arbres sont visibles, du jour seuls quelques rayons et le climat est tempĂ©rĂ© par le plafond qui pĂšse au-dessus de ma tĂȘte [climat = calme]. En effet, il est impossible de voir le ciel car entre les arbres est tendu un vĂ©ritable tapis de lianes qui forment des voĂ»tes et des alcĂŽves, et tout ceci est visiblement ni l'oeuvre d'un agencement naturel de la vĂ©gĂ©tation, ni l'oeuvre de l'homme tant ces alcĂŽves et ses passerelles ou sa structures ont des formes qui ne semblent pas conçus pour lui. Force m'est de constater que c'est une espĂšce - espĂ©rons-le, animale- qui a bĂąti cette citĂ© de lianes. Mais pour l'instant, je n'ai pas identifiĂ© ses habitants. Pour l'heure, j'ai besoin de me vĂȘtir et j'arrache des lianes pour m'en faire un pagne. J'ai terriblement faim, mais je n'ose pas laper la sĂšve qui s'Ă©coule de ces ramures parasites. [ce qui me tiraille = la faim]

Au fur et Ă  mesure de la journĂ©e, la citĂ© se rĂ©chauffe, comme si les lianes servaient d'Ă©tuve. Je transpire Ă  grosses gouttes. L'air commence Ă  se remplir de spores toxiques. Je commence Ă  me demander s'il s'agit vraiment d'une ville animale et non pas d'un piĂšge. Il fait vraiment trop chaud et je commence Ă  perdre la tĂȘte. [historiette = La lumiĂšre torride qui respire par les interstices des feuilles. À respirer cet air fĂ©tide, mon cƓur pourrait presque se fendre.] Incapable de me tenir debout, je rampe Ă  quatre pattes pour chercher l'air frais et pur Ă  la surface de l'humus, et pour tenter de m'extraire de ce four. Quand la nuit tombe, je n'y suis pas encore parvenue et je me retrouve dans l'obscuritĂ© sans pour autant que la chaleur ni l'aspect dĂ©lĂ©tĂšre de l'air Ă  respirer n'ait diminuĂ© [moment = la nuit]. Des hululements contre-nature commencent Ă  retentir.

Mon aventure :

[Introspection]

Je tombe dans les vapes. EcrasĂ©e sur le sol, insensibles aux insectes qui montent de la terre pour courir sur moi. Je repense Ă  l'immense besoin d'amour qui me hante, et Ă  ma peur que plus personne ne m'aime depuis que j'ai perdu mes dents. [Mon introspection porte sur cet Ă©lĂ©ment de ma feuille de personnage = Ma certitude : Plus personne ne pourra m'aimer depuis que j'ai perdu mes dents]. J'ai eu la preuve que c'Ă©tait faux, mais ai-je envie d'ĂȘtre aimĂ©e par des monstres ? Je m'Ă©tais promis de reconnaĂźtre moi-mĂȘme ma beautĂ© intĂ©rieure. [symbole : beautĂ©] Le problĂšme vient de lĂ . Si je ne m'aime pas, personne d'aimable ne s'attachera Ă  moi.

Je suis sur l'humus. J'ouvre les yeux. AllongĂ©e Ă  mes cĂŽtĂ©s, couverte de terre noire, il y a moi-mĂȘme. C'est vrai que j'ai d'abord un mouvement de rejet en voyant mes joues creuses. Je passe ma main dans sa bouche pour sonder ces gencives. Je dois l'aimer, pourtant. Je sais tout ce qu'elle a traversĂ©, et je sais qu'elle est forte. Je caresse son torse et ses cheveux. Je respire son odeur de transpiration et de souffrance. Elle a faim. Je glisse des larves dans sa bouche. Je les mets contre sa langue et je la regarde dĂ©glutir.

[Ne voulant pas renoncer au réconfort, je ne lance qu'une fois le dé d'émotion. J'obtiens... la haine.]

L'espace d'un instant, je sens une Ă©grĂ©gore de haine monter en moi et je la dirige d'abord vers elle. Je lui en veux pour tous les choix merdiques qu'elle a pu faire. Je lui en veux d'avoir perdu ses dents. Je lui en veux d'ĂȘtre dĂ©sirable pourtant et qu'elle ne s'en rend pas compte. J'appuie mon poing sur son visage, je vais pour la frapper. Elle m'embrasse le poing, comme si elle voulait que je la frappe, ou que je me retienne.

Mais ce n'est pas elle que je dois haĂŻr. C'est la mystĂ©rieuse personne qui m'envoie depuis longtemps ses lettres Ă©rotiques et qui a voulu me façonner mentalement pour que j'arrĂȘte tout au physique. C'est cette personne que je dĂ©teste pour avoir pris une telle place dans ma tĂȘte.

Et justement voilĂ  qu'un corbeau descend de la citĂ© de lianes pour me porter une lettre. Toujours avec le mĂȘme cachet de cire. Je tire sur les lianes pour le faire fuir, il s'envole en crayant, perdant ses plumes comme un balourd de piaf qu'il est.


Le réconfort :

Puis je décachette la lettre. Je lis les fantasmagories érotiques qui s'y étalent en pattes de mouche. Je lis cette personne qui me courtise et me fait l'amour à distance. Et je m'accouple à mon double en suivant ces instructions. Encore un des plaisirs coupables dont je suis l'élÚve. Mais tu ne perds rien pour attendre, mystérieuse relation. Ce sera bientÎt à mon tour de te répondre.

La fin de la journée :

La lettre contient toujours une feuille vierge et une plume imbibée de sang frais. Avant de sombrer tout à fait dans l'inconscience, et à l'aveugle puisque je n'ai aucun éclairage, je commence à écrire. Le corbeau attend de pouvoir ramener ma réponse à la personne qui lui tient lieu de maßtre. La plume ou son encre sanguine sont des objets mémoriels et m'envoient des flashes... [l'élément de Millevaux : l'oubli ou la mémoire]

[la journĂ©e s'arrĂȘte en plein milieu de l'action ou mĂȘme d'une phrase]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#12 18 Feb 2019 15:26

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

DIX-HUIT DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : Une mangrove ou autre forĂȘt engloutie OK

Le moment : la nuit OK

Le climat : calme OK

Ce qui me tiraille : un trouble mental OK


Inspirations :

Symboles : dents, beauté OK

L'Ă©lĂ©ment de Millevaux : la forĂȘt OK

L'historiette du jour : Dans son Ɠil torve ne ruminait que la cogitation d'un monde presque mort.
Pourtant les corbeaux croassaient de plus belle. OK

Détail forestier : Dionée / Droséra / NépenthÚs / Autre plante carnivore OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :

26455922971_2b7cb708b7_o.jpg
s/t, par Jarboe & Helen Money, le chant féminin de Jarboe, aussi désincarné qu'omniprésent, le violon d'Helen Money, parfois fragile parfois massif, le chant et la blessure du cygne dans une seule élégie.

Ce Ă  quoi je m'attends :

J'ai rĂ©pondu Ă  la lettre. J'ai Ă©crit que mon corps et mon Ăąme m'appartenaient dĂ©sormais, que je ne serai ni son jouet ni celui de personne d'autre. J'ai tendu la lettre au corbeau, et lĂ , j'ai senti le frisson de possibles reprĂ©sailles, et en mĂȘme temps je suis prĂȘte Ă  les affronter, car maintenant je choisis qui j'aime et qui je combats.

Je suis partie une nouvelle fois de ce lieu qui n'avait plus rien Ă  m'apporter et je me suis enfoncĂ©e dans une forĂȘt qui avait tout pour ĂȘtre inquiĂ©tante parce que justement elle Ă©tait banale et parce que le temps Ă©tait des plus calmes [climat = calme]. Je suis restĂ©e en pagne, je n'ai pas ressenti le besoin de me couvrir plus car le temps des fausses pudeurs Ă©tait rĂ©volu.

C'est lĂ  que l'eau s'est mise Ă  monter. Cela a commencĂ© Ă  la tombĂ©e de la nuit [moment = nuit], si bien que je n'ai pu bivouaquer pour dormir. L'eau sourdait du sol, venant d'on ne sait oĂč, et bientĂŽt je me retrouvai Ă  patauger. Au bout d'un moment, j'ai compris qu'il ne fallait pas espĂ©rer que ça s'arrĂȘte. Je nageais au milieu des cimes des arbres. Je tentais de plonger de temps Ă  autres et je voyais les troncs engloutis, l'herbe onduler comme des algues, et des gros poissons Ă  tĂȘte osseuse investir les profondeurs comme s'ils avaient toujours Ă©tĂ© lĂ . Enfin, c'est Ă  peu prĂšs tout ce que je voyais selon les pĂąles rayons de la lune

Je m'attendais à ce que quelque chose de décisif se produise.

Mon aventure :

[Péripétie : une surprise]

Je me sentais détraquée mentalement [Ce qui me tiraille : un troube mental]. A mesure que la nage accapparait mes forces, je sentais vaciller mon envie de me battre ; quand le monde entier s'en prend à vous, abdiquer semble l'option la plus douce.

J'avais l'impression que l'océan voulait engloutir le monde entier. Je plongeais encore fréquemment pour vérifier la progression du niveau. Et je voyais la cime des arbres trÚs loin sous mes jambes. J'étais transie de froid. J'avais beaucoup de mal à accorder une réalité à ce qui se passait, je pensais que c'était le fruit de mes délires, ou un désastre magique causé par mes délires.

J'ai encore replongĂ© la tĂȘte sous l'eau...

Et j'ai vu SĂ©rĂšne ! Elle m'aggrippait les pieds et voulait m'entraĂźner par le fond. Comme Ă©clairĂ© par une lune intĂ©rieure, son visage Ă©tait plus beau et hermĂ©tique que jamais, et ses cheveux noirs formaient comme une sorte de mĂ©duse autour de sa tĂȘte.

C'est là que j'ai compris que cette fois-ci, c'était réel.

Je me laissai descendre Ă  hauteur de SĂ©rĂšne. Elle voulut me dire quelque chose et une colonne de bulles s'Ă©chappa de sa bouche. Je compris qu'elle manquait d'air. Loin en dessous-nous, les cimes palpitaient au grĂ© du courant. De noirs coelacanthes nous frĂŽlaient. SĂ©rĂšne Ă©tait dangereuse, mais je n'allais pas la laisser mourir comme ça. Je l'embrassai Ă  pleines lĂšvres pour lui donner mon air. Puis je la pris par la taille pour la remonter Ă  la surface. Elle se rejeta en arriĂšre et ses vĂȘtements trempĂ©s et translucides collaient Ă  sa peau.

Nous nous laissùmes dériver. Puis elle brisa le silence.

"J'ai fait tout ce chemin pour te retrouver."

Bien sûr, je ne pouvais pas répondre.

Elle écarta mes lÚvres avec ses doigts et comprit une partie de ce qui m'était arrivé. [symbole = dents]

"Je suis fiĂšre de voir que le destin t'a punie pour ce que tu m'as fait."

Alors j'ai compris qu'il y avait une possible issue positive. Puisque le destin m'avait punie, ma dette envers SérÚne était payée. L'ardoise effacée. Alors on avait une chance de repartir sur de bonnes bases.
Ce que j'allais tenter de faire avait des chances de succÚs, mais si ça échouait, alors SérÚne resterait une ennemie. Mais au moins je serais libre de mes amours. [dire ce que l'on souhaite, envisager l'échec et ses conséquences négatives comme positives]

Je nage vers elle pour l'embrasser. Alors soit elle m'aime encore, soit je la noierai et nous en finirons une bonne fois pour toute. [pour avoir un bonus de 1 au dé, j'utilise mon vice : mon amertume peut me pousser à commettre des choses désastreuses. J'obtiens un 4+1 = 5, une réussite sans contrepartie]

Elle me gifle puis me rend aussitÎt mon baiser. Je cherche à enfoncer ma langue jusque dans sa gorge. Elle me malaxe tout le corps avec fureur. Je lui arrache des cheveux. Elle éclate mon pagne. Ses mains se font encore plus intrusives. J'ai aussitÎt une série d'orgasmes augmentés par l'hypothermie proche.

Le réconfort :

Ce sont deux corps assouvis qui s'échouent sur le flanc de la montagne. Deux guerriÚres réconciliées.
Sur nos ventres vient se poser


l'enfant-bécasse.


La fin de la journée :

Une ourse des montagnes nous a ramassĂ©es Ă  demi-mortes et nous sommes maintenant rĂ©chauffĂ©es par son pelage. Le sommeil me vient. Je sens que tout touche Ă  sa conclusion. Maintenant, la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau fera sans doute Ă  nouveau son apparition. J'entends dĂ©jĂ  son cri. [L'historiette = Dans son Ɠil torve ne ruminait que la cogitation d'un monde presque mort. Pourtant les corbeaux croassaient de plus belle.] Nous virons si vraiment elle sĂ©duira SĂ©rĂšne et comment je rĂ©agirai.

Je ramasse une plante que j'ai vue dans la grotte. Une dionée vipÚre aux crochets venimeux. Il est possible que ça me soit utile à l'avenir. [détail forestier : Dionée / Droséra / NépenthÚs / Autre plante carnivore.]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#13 19 Feb 2019 16:27

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

DIX-NEUF DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : un rivage OK

Le moment : la nuit OK

Le climat : climat différent, magique ou étrange OK

Ce qui me tiraille : le manque causĂ© par l’oubli OK


Inspirations :

Mes symboles : dents, beauté OK

L'Ă©lĂ©ment de Millevaux : la forĂȘt ou la nature OK

L'historiette : Il sculpte nos corps dans l'acier comme nous sculptons nos vies dans la glaise.
C'est lui ! Le grand architecte purificateur !!! OK

Le détail forestier : Cloportes / Sauterelle / Scarabée OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :
30881520444_0f88bd0b1d_q.jpg
Time and Space, par Kaosmos, piano au fur et à mesure augmenté de réverb pour la traversée de la désolation.

Ce qui m'attend :

Je crois que nous avons beaucoup dormi avec l'ourse. Quand nous sommes enfin sorties de sa grotte, on se tenait par la main comme des enfants. La montagne était devenue une falaise penchée sur un océan nouvellement formé. D'autres montagnes émergeaient comme des ßles, et ça et là des cimes d'arbres piquées incongrument dans l'eau, sous le léchage de la lune et des étoiles. [lieu = un rivage, moment = la nuit]

Je n'avais plus faim ni froid, je portais une partie des vĂȘtements de SĂ©rĂšne, dĂ©chirĂ©s pour protĂ©ger l'essentiel. Mais je frissonnais pourtant. Le manque, l'appel du vide liĂ© Ă  l'oubli se faisait Ă  nouveau sentir.
Je voulais connaßtre tous les détails de notre histoire passée, des plus banaux jusqu'aux plus intenses, des plus beaux jusqu'aux plus sordides. Je me sens mal, je me sens en manque, j'ai besoin de savoir... J'essaye de faire comprendre mon besoin à SérÚne en improvisant un langage des signes. [ce qui me tiraille = le manque lié à l'oubli]

Notre enfant bécasse pépiait dans mes bras.

J'avais le sentiment que c'est Ă  ce moment que la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau dĂ©ciderait d'intervenir pour tout remettre en cause.


Mon aventure :

[Exploration]
HĂ©las, SĂ©rĂšne ne comprend pas ma requĂȘte. Elle m'apporte des vivres, m'offre du rĂ©confort, je n'en veux pas. Je m'Ă©loigne, tremblante, je vais explorer les alentours. Elle me suit avec l'enfant dans ses bras. J'ai l'intime conviction que mon ancien amant, la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau, que je suppose ĂȘtre le "pĂšre" de l'enfant, rĂŽde dans les parages. Je veux prendre les devants, le confronter, pour en finir.

OĂč se cache-t-il ? SĂ»rement dans les hauteurs comme tout volatile de son espĂšce. J'escalade des parois pĂ©rilleuses, SĂ©rĂšne me supplie d'arrĂȘter. L'enfant becasse me rejoint en volant maladroitement de ses bras percĂ©s de rĂ©miges Ă  nu, SĂ©rĂšne peine Ă  nous rattrapper, elle prend des risques.

Je pense que la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau est lĂ  parce qu'elle attendait ma rĂ©conciliation avec SĂ©rĂšne. Et maintenant, c'est SĂ©rĂšne qu'elle dĂ©sire, car je crois qu'elle se nourrit de notre peine et de notre jalousie, ou qu'elle en tire une sorte de plaisir Ă©rotique ou spirituel.

Alors je me dis que pour la trouver, je dois arrĂȘter de la chercher. J'accĂ©lĂšre l'escalade pour semer SĂ©rĂšne une bonne fois pour toute. ArrivĂ©e sur une arĂȘte, je redescends par un autre chemin. Mon but est de retrouver SĂ©rĂšne car je pense que justement la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau veut s'assurer d'un moment en tĂȘte Ă  tĂȘte avec elle. [je fais une spĂ©culation pour avoir le droit de lancer le dĂ© deux fois. J'obtiens 1 et 2, je choisis un.]

Et je ne me suis pas trompĂ©e. Je trouve SĂ©rĂšne allongĂ©e sur une crĂȘte rĂŽcheuse, nue. Des scarabĂ©es Ă©pineux lui montent sur le corps et elle n'en a cure, parce qu'elle embrasse la crĂ©ature, elle le laisse trouer ses joues de son bec et picorer son cuir chevelu. A notre vue, elle frĂ©mit de culpabilitĂ©, elle recherche ses vĂȘtements, mais la crĂ©ature les a jetĂ©s. [DĂ©tail forestier : Cloportes / Sauterelle / ScarabĂ©e]

Le réconfort

Alors, je fais la seule chose qui pourrait nous sauver. Je jette mes vĂȘtements Ă  mon tour, et j'embrasse le crĂąne emplumĂ© de la crĂ©ature, je teste la texture de son corps avec le mien, sous les yeux de notre enfant Ă  nous trois.

Le temps passe. Il se met à pleuvoir des minuscules fragments de papier. Des morceaux issus de ma mystérieuse correspondance. Je les mùche et cela apaise mon manque. [Un climat différent, magique ou étrange]

Nous sommes allongĂ©s tous les quatre sur la roche. Nous voyons pousser des forĂȘts de coraux phosphorescents sous la surface de la mer. [DĂ©tail forestier : forĂȘt ou nature].

Personne n'a encore rien dit depuis notre union. A gestes mesures, la créature s'empare de notre enfant bécasse. Il m'ouvre la bouche avec un doigt griffu. Et il perce mes gencives avec le bec de l'enfant, une par une. Cela me fait vraiment trÚs mal, mais curieusement j'en retire aussi une forme d'extase qui me bouleverse. Cela me fait mal parce qu'il me perce les gencives et parce que de nouvelles dents repoussent à toute vitesse. Cela me fait tellement mal que je crie. Je crie à en briser la lune ! [symbole : dents]

Je suis redevenue comme avant [transformation physique liée à l'exploration]. J'ai retrouvé ma beauté et j'ai retrouvé la parole. Mais quel terrible usage vais-je alors en faire ? [la transformation aura aussi des conséquences dramatiques]

La fin de la journée :

Alors que la créature et l'enfant dorment contre moi, je veille encore. SérÚne a allumé un feu de camp pour nous réchauffer, et aussi pour faire cuire de la glaise. Elle fait de petites statuettes. [L'historiette : Il sculpte nos corps dans l'acier comme nous sculptons nos vies dans la glaise.
C'est lui ! Le grand architecte purificateur !!!]

Je nous reconnais dans ces figurines : l'enfant, la crĂ©ature, SĂ©rĂšne, moi-mĂȘme, l'ourse...

Mais j'ai aussi l'effroi de reconnaĂźtre...

CrĂšgne

Silence

La chose-souris

Kinder

La fée

Et mĂȘme une silhouette penchĂ©e sur son Ă©critoire, un corbeau sur ses Ă©paules.

Toutes des personnes dont SérÚne n'est pas censée connaßtre l'existence.

[Un coup de théùtre]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#14 20 Feb 2019 15:56

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

VINGT DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : Une champignonniĂšre hallucinogĂšne OK

Le moment : la nuit OK

Le climat : climat différent, magique ou étrange OK

Ce qui me tiraille : le manque causĂ© par l’oubli OK


Inspirations :

Mes symboles : dents, beauté OK

L'Ă©lĂ©ment de Millevaux : la forĂȘt ou la nature OK

L'historiette : Mes enfants... Vous ĂȘtes nĂ©s pour porter le fardeau de la corruption sur votre
visage. Et ils vous chassent ? Triste hommes. OK

Le dĂ©tail forestier : Écorce / Peau / SĂšve / RĂ©sine OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :
26505518591_62a121519e_q.jpg
Lisieux, par Lisieux, du nĂ©o-folk, une guitare entĂȘtante, un chant fĂ©minin vaporeux, la forĂȘt qui se referme sur elle. Bienveillante... ou non ?

Ce qui m'attend :

"Qu'est-ce que ça signifie, ces statuettes, SérÚne ?
- Je ne sais pas, ce sont juste des petits personnages...
- Tu t'es jouée de moi depuis le début, c'est ça ?
- Mais non, je te jure !
- Tais-toi, je vois clair dans ton jeu ! J'en ai assez d'ĂȘtre manipulĂ©e ! Maintenant je choisis ! Je choisis comment je vis, je choisis avec qui je vis ! Je croyais que je t'avais blessĂ©e, mais c'est toi qui me blesses depuis le dĂ©but !
- Tu as perdu la tĂȘte, viens dans mes bras !
- Non !"

Je veux la repousser, et elle tombe du haut de la crĂȘte rocheuse. Je la vois chuter, effarĂ©e, je me tiens la bouche avec la main.

Ainsi donc, c'était vrai ! Retrouver la voix était une malédiction !

Alors je suis partie. Le niveau de l'eau Ă©tait en train de rebaisser et je descendis la montagne comme Ă  sa poursuite. La crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau prendrait soin de notre oeufant. Moi, je devais fuir Ă  nouveau, puisque j'Ă©tais maudite.

Ce fut une journĂ©e de dĂ©sespoir Ă  traverser une forĂȘt dĂ©trempĂ©e remplie de cadavres de coelacanthes que dĂ©jĂ  suçotaient les mouches. Et Ă  cette dĂ©tresse morale s'ajoute une nouvelle crise de manque. Je tremble dans les vĂȘtements issus de ce que SĂ©rĂšne avait dĂ©chirĂ© de sa propre parure [Ce qui me tiraille : le manque causĂ© par l’oubli]. La nuit tombe, opaque et glauque. [moment : la nuit]

Mes pas m'Ă©garent dans une forĂȘt encore plus Ă©trange que ce que j'ai dĂ©jĂ  pu visiter. Une forĂȘt de champignons gĂ©ants qui dĂ©goulinent d'eau. Le sol est spongieux, comme s'il voulait m'avaler. Des brouillards de spores psychotropes envahissent les lieux [Le lieu : Une champignonniĂšre hallucinogĂšne]. Et voilĂ  qu'il se remet Ă  tomber des fragments de lettres d'amour [climat diffĂ©rent, magique ou Ă©trange].

Je suis tentée de les lire pour pallier à mon manque... Mais je sais que ce serait une mauvaise idée.

Mon aventure :

[Péripétie : Une occasion de progresser]

Je me couvre le visage, mais il est trop tard, j'ai déjà inhalé des spores. Tout mon corps devient tout mou et c'est comme si des fluides étranges circulaient à l'intérieur. Je lis les fragments de lettre et je n'ai aucune idée de si je lis la vérité ou si j'invente le texte au fur et à mesure. La personne qui entretient avec moi cette pernicieuse correspondance me promet que je peux augmenter un pouvoir que j'ai déjà, celui d'attirer les personnes aimables.

Alors je me prends à vouloir accepter ce pacte. Car je veux attirer Kinder, mon chasseur de fées.

Je mange la lettre. Une sensation de chaleur m'envahit. Si ça ne marche pas, je me retrouverai sûrement seule, mais au moins cesserai-je de faire du mal aux autres. [Je définis ce que je veux atteindre, et les conséquences négatives et positives d'un échec]

Je continue Ă  manger les fragments de lettre, Ă  les lĂ©cher, Ă  me frotter le corps avec. "Je mĂ©rite de trouver l'Ăąme-soeur. Je le mĂ©rite. J'ai trop souffert pour rien et aujourd'hui, je veux choisir mon destin. Kinder, viens Ă  moi. Et ensuite, j'appellerai les autres personnes que j'aime. CrĂšgne, et peut-ĂȘtre mĂȘme la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau, pĂšre de mon oiseaumme, et peut-ĂȘtre mĂȘme la chose-souris. Et peut-ĂȘtre mĂȘme toi, mystĂ©rieuse personne derriĂšre ton Ă©critoire."

[J'ai utilisĂ© ma quĂȘte pour obtenir un +1 au dĂ©, je lance et j'obtiens 3+1 = 4 > je ne peux atteindre mon but que si j'en paye le prix. Je lance pour le prix Ă  payer et j'obtiens 16 : une mutilation]

J'aurais dĂ» me douter que cette correspondance magique ne m'offrirait rien sans contrepartie. Je sens le papier me cisailler la langue. Ainsi soit-il

Quand Kinder Ă©merge dans la forĂȘt des champignons, au milieu des brumes psylocibyles, je suis par terre en train de cracher ma langue.

Il la prend dans sa main et la contemple comme un animal blessé, puis la met dans sa besace.

Le réconfort :

Il m'entraßne non loin d'ici. Il veut que je reste dans les vapeurs, car cela m'anesthésie. Je le regarde se pencher vers moi, comme si j'étais sous l'eau et qu'il me fixait depuis la surface, son visage est trouble.

"Comme tu es belle. Tu es plus belle que la reine des fées." [Symbole : beauté]

Je veux dire quelque chose mais je crache du sang.

Chtttt...

Il ouvre une cage qui contient une de ses fĂ©es. Elle est laide comme un insecte mĂ©langĂ© avec une pomme de terre verruqueuse. [L'historiette : L'historiette : Mes enfants... Vous ĂȘtes nĂ©s pour porter le fardeau de la corruption sur votre visage. Et ils vous chassent ? Triste hommes.] Il lui tord le cou et fabrique un emplĂątre avec sa peau, dont il me garnit la bouche. [Écorce / Peau / SĂšve / RĂ©sine] J'aime sentir sa petite main qui me soigne.

La fin de la journée :

Je le regarde s'activer auprĂšs de ses petites cages.

"Sais-tu pourquoi tous les lieux et leur flore que tu visites sont si Ă©tranges ?", me fait Kinder. [symbole : forĂȘt ou nature]

Je hoche la tĂȘte par la nĂ©gative.

"Parce que c'est toi qui les génÚre. C'est ton inconscient qui façonne ton environnement. Tout ce voyage que tu as fait, c'est ton esprit qui te l'a imposé. [Une révélation]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#15 21 Feb 2019 09:55

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

VINGT-ET-UN DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : Une usine ou une centrale Ă  l'abandon OK

Le moment : le jour OK

Le climat : vent OK

Ce qui me tiraille aujourd'hui : la faim OK


Inspirations :

Mes symboles : dents, beauté OK

L'Ă©lĂ©ment Millevaux du jour : la forĂȘt ou la nature OK

L'historiette : Ce qui me dĂ©goĂ»te le plus ? Ces ĂȘtres qui s'accrochent Ă  leur humanitĂ© comme un
clochard Ă  ses guenilles. OK

Le détail forestier : Dionée / Droséra / NépenthÚs / Autre plante carnivore OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :
25380350412_b846a41f7e_o.jpg
Dolmen Music, par Meredith Monk, chant soprano, choeurs masculins et orchestre de chambre pour une ode destructurée aux frontiÚres de l'apaisement, de la folie et du paganisme.

Ce qui m'attend :

Une ancienne usine battue par les vents qui font claquer les bĂąches et les chaĂźnes pendues aux poutrelles rouillĂ©es. Machines aux usages oubliĂ©s couvertes de lierre. Engins de chantier Ă©ventrĂ©s par des arbres aux houppiers qui se balancent furieusement. VolĂ©e de poussiĂšre et de limaille dans l'air. [lieu : Une usine ou une centrale Ă  l'abandon + climat : vent + dĂ©tail forestier : forĂȘt ou nature]

Combien de temps s'est-il passĂ© depuis la rĂ©vĂ©lation de Kinder ? Il fait jour [moment = jour] et mĂȘme Ă©trangement jour. Il n'a jamais fait aussi clarteux. Le ciel qu'on aperçoit Ă  travers la charpente dĂ©foncĂ©e est d'un blanc laiteux.

J'ai la désagréable impression d'avoir été déportée à travers le temps et l'espace, et des picotements dans la colonne vertébrale à l'idée que ce carnaval dure depuis des jours et des jours.

Je regarde Kinder, incrédule. Mon périple n'aurait aucun sens si ce lieu comme tous ceux qui l'ont précédé n'était qu'une chimÚre de mon esprit ou d'un autre ! Par ailleurs, ce que ça implique sur le reste, notamment sur les personnes que j'ai rencontrées, m'est insupportable. Je choisis d'ignorer cette information.

Vaille que vaille, je veux continuer Ă  me battre. Et aujourd'hui, c'est CrĂšgne que je veux attirer Ă  moi.

Mon aventure :

[Introspection]

Assise en tailleur, j'attends. Mon estomac crie famine mais cette information aussi, je veux l'ignorer. Kinder est assis à mes cÎtés. Son corps réchauffe le mien, c'est un vrai fourneau. Il a lùché les plus dociles de ses fées pour nous distraire. Ballets de corps fragiles pris dans des nasses de lumiÚre et de feuilles mordorées.

Je ferme les yeux et je tente de rassembler ce qui me reste de passĂ©. Je rĂ©alise que mon destin funeste : "une personne en trompe une autre avec un animal de la forĂȘt", ne s'est pas rĂ©alisĂ©. Je pensais que SĂ©rĂšne me tromperait avec la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau. Mais j'ai dĂ©samorcĂ© la situation en l'acceptant, en m'unissant Ă  eux. Ai-je contrĂ© l'infortune qui m'attendait ? J'aimerais que le monde soit aussi clĂ©ment.

Kinder s'est endormi. Un souffle étonamment fort gonfle sa cage thoracique. Je suis tentée de le caresser dans son sommeil mais une apparition me coupe dans mon élan.

Emergeant des carcasses de machines-outils, grognant CrÚgne. Elle monte vers nous, à quatre pattes. Ce qui reste de ses habits est presque fusionné dans sa fourrure. Son visage n'est pas tout à fait devenu une gueule de chien, mais il en prend le chemin. J'ai grand-peur en voyant que sa mùchoire est déformé par la présence dans sa bouche de crocs de chiens. Ce que la chose-souris me réservait lui est bien arrivé à elle [Symboles = dents] Ses cheveux sont hirsutes et elle sent vraiment trÚs fort le fauve.

Elle pousse un grognement sourd et prolongĂ©, elle me renifle. Dangereuse. Alors, c'est ainsi que mon destin funeste doit s'accomplir. C'est moi qui doit tromper une autre personne avec un animal de la forĂȘt. Moi je suis redevenue belle, et l'esprit brillant qu'Ă©tait CrĂšgne est devenu la bĂȘte. Mais entre nous deux, l'amour reste le fil conducteur. Elle me mord le bras et les flancs, je la laisse faire, je plonge mon visage dans ces cheveux qui sentent la bĂȘte mouillĂ©e, je respire cette odeur Ă  pleins poumons. Elle me lĂšche et me mord dans des endroits de plus en plus intimes. Je parcours sa fourrure et cherche en-dessous les reliquats de peau humaine. Elle prend le goĂ»t de mon sang. Elle a l'air Ă©coeurĂ©e par ce qui reste de mes apparats d'humanitĂ©. Je retire mes vĂȘtements pour lui faire plaisir et je la laisse les dĂ©chiquetter. Je me roule dans la poussiĂšre pour montrer mon cĂŽtĂ© animal et ma soumission, elle me grimpe dessus. [L'historiette : Ce qui me dĂ©goĂ»te le plus ? Ces ĂȘtres qui s'accrochent Ă  leur humanitĂ© comme un clochard Ă  ses guenilles.] Elle doit sentir que j'ai faim et elle dĂ©glutit des reliefs de son prĂ©cĂ©dent repas, elle me les met dans la bouche et me fait mĂącher. C'est rĂ©pugnant et je mĂąche parce que ça lui fait plaisir.

[Je renonce au réconfort et lance deux fois les dés sur la table d'émotions. J'obtiens : Mépris ou Vigilance. Je choisis le mépris]

Kinder se réveille. Il tente de chasser CrÚgne avec son crochet à fées. Les fées esclaves cessent leur danse et rentrent dans leur cage, de peur.

"Qu'est-ce qui te prend de t'accoupler avec cette bĂȘte ? Qu'est-ce qui te prend ?"

CrĂšgne grogne et aboie.

Je réalise que Kinder est un ange quand nous sommes seuls. Mais il ne veut pas partager. Au final, il révÚle ce qu'il est : un dominant que ne conçoit les relations que comme d'exclusives liaisons de maßtre à esclave, et donc à ses yeux je n'appartiens qu'à lui seul. Je le regarde avec mépris.

"Je vais la tuer ! Elle t'a outragée !"

Je l’attrape dans mes bras. Il ne pĂšse absolument rien. Son corps est vide comme son coeur. Je lui fourre dans la bouche ce que je conserve depuis des jours : la dionĂ©e vipĂšre [Le dĂ©tail forestier : DionĂ©e / DrosĂ©ra / NĂ©penthĂšs / Autre plante carnivore]. Elle plante ses crochets dans sa langue et je vois son visage se noircir de façon presque instantanĂ©e. Kinder s'Ă©croule et se momifie sous nos yeux. CrĂšgne lĂšche son corps. Elle geint. Elle a plus de compassion de moi.

Je libĂšre les fĂ©es, et tout en empĂȘchant CrĂšgne de les attraper, je les pousse Ă  s'envoler. Celles qui Ă©taient trop sous l'emprise mentale de Kinder, je les chasse. Puissent-elles survivre dans la nature.

Je garde la dépouille de Kinder, puisqu'aprÚs tout il était lui aussi mon amant et je l'aimerai toujours.

CrÚgne me regarde avec un air effrayé. Je sens une grande douleur dans mon dos.

Des ailes de fées, tout en papier, en peau, en dentelle et en filigrane, sortent de mon corps. [une transformation physique ou mentale]

Maintenant, CrÚgne me regarde avec dévotion.

La fin de la journée :

Je m'envole et mĂȘme si ça me fait atrocement mal, j'ai un besoin viscĂ©ral d'expĂ©rimenter cette nouvelle capacitĂ©. Mais comme pour me punir, la seule chose notable que me montre le ciel, c'est

Ă  l'horizon

la silhouette de la chose-souris

[un danger ou un problĂšme s'annonce]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#16 22 Feb 2019 16:04

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

VINGT-DEUX DE MERDIER

Le contexte :

Le lieu : un bunker OK

Le moment : la nuit OK

Le climat : calme OK

Ce qui me tiraille aujourd'hui : la faim OK


Inspirations

Mes symboles : dents, beauté OK

L'élément de Millevaux : la ruine ou les ruines OK

L'historiette : « Moi j'ai connu un loup ma foi, moi j'ai connu un loup ! Qui ne se nourrissait
pas ! Qu'est devenu fou ! »
Chansons du patriarche OK

Détail forestier : Cloportes / Sauterelle / Scarabée OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album du jour :
26509185771_aef864bd28_q.jpg
Within The Darkness Between The Starlight, par Nhor, entre piano à fleur de peau et black metal atmosphérique, un temple gothique de nature, d'émotions et de ténÚbres.

Ce qui m'attend :

Au moins dans le bunker, tout est calme. Pas un souffle de vent, pas une goutte de pluie. [Le lieu = le bunker + climat = calme]. Rien que CrÚgne, moi, et les gros cloportes noires qui rampent le long des racines qui ont envahi la structure. [Détail forestier : Cloportes / Sauterelle / Scarabée]. Ce lieu doit servir de terrier à CrÚgne, en tout cas c'est sans hésiter qu'elle m'a entraßnée là pour nous soustraire à la chose-souris.

Si je pense ĂȘtre ici en relative sĂ©curitĂ©, je commence Ă  Ă©touffer. Je meurs de faim et j'ignore comment il est possible que nous ayons encore de l'air pour respirer. [Ce qui me tiraille = la faim] CrĂšgne s'en va nous ramener Ă  manger. Je reste seule, et je n'ai aucune idĂ©e de ce qui va se passer.

Mon aventure :

[Péripétie : Je découvres un passage mais il est gardé]

CrÚgne tarde à venir, alors j'explore les lieux à la recherche de conserves. Chacun de mes pas fais un écho épouvantable. Des néons clignotants sont le seul phare dans ces ténÚbres souterraines [moment = nuit].

Je finis par trouver une porte blindée que CrÚgne n'a sans doute jamais pu ou tenté ouvrir. Il y a une molette à tournée, mais je n'ai aucune idée du code, et une sorte d'interphone mais j'ai perdu ma langue.

Alors je tente le tout pour le tout. Je ne voulais croire Kinder quand il me disait que ces lieux Ă©taient le fruit de mon imagination. Mais si c'est le cas, alors je dois pouvoir ouvrir cette porte. Je m'appuie contre elle, mes paumes et mes cuisses plaquĂ©es contre le mĂ©tal glacial. D'un cĂŽtĂ©, je sais que je ne devrais pas essayer d'ouvrir cette porte, car qu'est-ce qui pourrait m'attendre de bon derriĂšre ? [J'envisage l'Ă©chec et ses consĂ©quences positives]. Mais de l'autre, la curiositĂ©, et disons-le, l'espoir, sont plus forts. Alors je fais un effort mental Ă  m'en faire Ă©clater les veines du front. Je pense que derriĂšre, il y a quelque chose Ă  manger, mais aussi, oui, pourquoi pas, du moins que je le souhaite, un de mes amants perdus. Sans doute la personne qui m'Ă©crit des lettres, il ne reste plus qu'elle aprĂšs tout. [J'investis ma quĂȘte de l'Ăąme soeur pour avoir un bonus de 1, je lance le dĂ© et j'obtiens 6+1 = 7. Je rĂ©ussis et j'obtiens un avantage supplĂ©mentaire inespĂ©rĂ©.]

Un grand clac, et la porte s'ouvre. Etait-elle vraiment verrouillée ?

DerriÚre, une immense salle. Des ventilateurs couverts de liane et de moisissure tombante. Des colonnes et des colonnes de calculateurs couverts de champignons. Des bobines magnétiques éparses sur les gravats du sol. [Element de Millevaux = la ruine et les ruines]

Assise sur un bureau maculĂ© d'Ă©cailles de peinture, la personne qui m'Ă©crit toutes ses lettres Ă©rotiques. Elle est maigre, drapĂ©e, dans une cape, et sa tĂȘte est recouverte d'un casque de fourrure Ă  l'effigie d'un loup. Elle se tourne vers moi. Sur le pupitre, un fruit rouge et charnu, d'apparence dĂ©licieuse.

Je reconnais les pattes de mouche sur les lettres à ses cÎtés. C'est elle, c'est cette personne. Perché dans le ventilateur, son corbeau craille.

"Je me suis affamée pour que tu puisses manger ce fruit, car je sais que tu ne t'es pas nourrie depuis longtemps." [L'historiette : « Moi j'ai connu un loup ma foi, moi j'ai connu un loup ! Qui ne se nourrissait
pas ! Qu'est devenu fou ! »
Chansons du patriarche]

Je croque dans le fruit et je ressens une impression de puissance. Le jus rouge coule sur ma poitrine.

La personne tend les bras vers moi. Mais elle s'écroule, morte. Elle s'est sacrifiée pour que je vive. Et je ressens un profond soulagement, car je ne voulais plus d'elle dans ma vie.

Le réconfort :

Je me sens plus belle que jamais. [Symbole = beauté]. Je sais que c'est ce que voit ma correspondante quand elle rend son dernier soupir. Une oeuvre d'art qui est en partie son oeuvre. Et qui a eu raison d'elle.

Et quand CrĂšgne fait irruption dans la salle avec sa maigre rĂ©colte, elle me dĂ©couvre en train de caresser la tĂȘte de loup entre mes jambes, triomphante.

La fin de la journée :

Alors CrĂšgne bascule le cadavre et monte sur le bureau, elle me monte dessus, elle veut faire l'amour, et je le veux aussi, et c'est plus sauvage que jamais.

Tellement sauvage.

Que quand j'atteins l'orgasme, je vois la gueule de CrĂšgne noire de hargne, les babines retroussĂ©es. Je ne vois plus la femme, mais la bĂȘte.

Dans le silence immortel des ruines du temps d'avant, au milieu des vestiges et de la mémoire des morts, c'est CrÚgne la femme chienne sur moi et je ne suis plus son amante mais sa proie.

[Un danger ou un problĂšme s'annonce]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#17 23 Feb 2019 14:58

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

VINGT-TROIS DE MERDIER

Le contexte

Le lieu : Une rĂ©miniscence de l’ñge d’or OK

Le moment : le jour OK

Le climat : tempĂȘte OK

Ce qui me tiraille : le manque causĂ© par l’oubli OK


Inspirations

Mes symboles : dents, beauté OK

L'Ă©lĂ©ment de Millevaux : la forĂȘt ou la nature OK

L'historiette : Ses voix font écho à sa multitude. Faites-le taire, par pitié, l'emprise afflue et je
sens qu'il cherche Ă  me corrompre. OK

Le détail forestier : Mousse / Sphaigne OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :
26249166000_ca93b891aa_o.jpg
Geisterstadt, par Omega Massif, un post-rock lourd, triste et urbain pour une soirée de fin du monde dans une ville fantÎme.

Ce qui m'attend :

J'ai compris que c'Ă©tait trop tard pour CrĂšgne, elle avait passĂ© le stade de non-retour, alors je me suis laissĂ©e tomber du bureau pour que sa gueule ne lacĂšre pas ma gorge, et j'ai couru de toutes mes forces entre les armoires de calculateur, je l'entendais qui grognait et qui galopait Ă  ma poursuite, et je pleurais parce que c'Ă©tait peut-ĂȘtre la seule que j'aurais vraiment voulu sauver, et je suis tombĂ©e dans un paquet de bandes magnĂ©tiques, et ça m'a avalĂ©e comme des sables mouvants, j'ai chu... Engloutie par un lointain passĂ©.

Vers une époque héroïque, belle et inquiétante. [lieu : une réminiscence de l'ùge d'or]

Mon aventure :

[Introspection]

Je suis assise dans l'un des balcons d'une immense salle au faste d'antan. Il y a plus de personnes que je n'en ai jamais vu et tout le monde est habillé dans le plus grand apparat. Je sais que nous sommes dans le passé, dans une réminiscence, parce qu'il y a tous ces détails que je suis la seule à voir et qui indiffÚrent les autres : ces ces bandes magnétiques qui s'écoulent des tympans du plafond, cette sphaigne qui colonise les gradins et l'estrade, et aussi le fait que personne ne remarque ma nudité.

Je respire à pleins poumons cette odeur de passé, faite de parfums, de sueur et de produits chimiques que je n'ai jamais sentis jusqu'à présent.

Sur la scÚne illuminée [moment = le jour], une personne avec un masque de plumes chante un air avec une voie hors du champ de l'humanité, ni masculine, ni féminine, une voix hors du temps et de l'espace et je suis subjuguée. [historiette = Ses voix font écho à sa multitude. Faites-le taire, par pitié, l'emprise afflue et je
sens qu'il cherche Ă  me corrompre.]

[Mon introspection porte sur un élément de ma feuille de personnage : Je suis prise en chasse par une ancienne amante à qui j'ai brisé le coeur. / Je suis en chasse de personnes à aimer

J'Ă©coute cette ĂȘtre d'avant, je sens une chaleur s'emparer de moi et je surprends dĂ©jĂ  Ă  l'aimer. La chasse n'aura donc jamais de fin ? Cette personne au masque de plumes et Ă  la voix d'or est-elle ma prochaine proie ? OĂč la prochaine personne qui me prendra en chasse ? Est-ce vraiment ce destin que je veux ? Que vaut mon amour s'il me pousse dans les tourments et me pousse Ă  faire du mal ?

Je vois des personnes pleurer dans l'auditoire. Tout le monde est si beau. [Symbole = beauté]. Je voudrais avoir une histoire avec chacun d'eux. Mon désir n'a pas de fin. Et c'est à mon tour de pleurer.

D'extase, d'amour, de chagrin, et aussi de manque.

Ma poitrine tressaille et j'ai du mal à respirer. Je fais une nouvelle crise. J'ai besoin d'absorber ce souvenir d'opéra, pour aller mieux.

[Ne voulant pas renoncer à mon réconfort, je ne lance qu'une fois le dé d'émotion. J'obtiens : l'ennui].

Je consomme, je consomme tout le souvenir comme quelqu'un respirerait dans un sac pour calmer ses angoisses.

Et ainsi j'en absorbe la magie. Le chant me semble soudain monotone, je ne comprends plus pourquoi tout le monde reste assis à contempler ce spectacle bouffi de prétention. Tout le caractÚre artificiel de la chose me saute désormais aux yeux, et surtout sa vanité, sachant la ruine qui suivra.

La tempĂȘte s'engouffre dans la salle. Le vent emporte les chapeaux, la pluie gĂąte les tenues. [climat = tempĂȘte]. Des arbres poussent Ă  toute vitesse. On Ă©vacue en poussant des grands cris. La personne au masque de plumes disparaĂźt sous les ronces et les orties. Et cette fin du monde m'indiffĂšre. [Ă©lĂ©ment de Millevaux = la forĂȘt ou la nature]

Le réconfort :

Je m'endors, Ă  bout de forces. Et lorsque je me rĂ©veille, dans les dĂ©combres Ă©ventrĂ©es oĂč la forĂȘt a repris ses droits, il n'y a plus que des squelettes qui servent de nids pour ces petits oiseaux noirs qui vivent dans l'humus. CrĂšgne n'est pas Ă  l'horizon, je ne sens pas son odeur. Je suis seule et j'en Ă©prouve un immense soulagement.

La fin de la journée :

Je m'endors à nouveau, inconsciente de la présence de CrÚgne et de la chose-souris, maintenant tout proches. [un danger ou un problÚme s'annonce]


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#18 25 Feb 2019 16:08

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Bois-Saule] Une dent pour chaque baiser

VINGT-CINQ DE MERDIER

[Comme c'est mon dernier jour pour cette session, j'applique la rÚgle qui me permet de faire tous les jets de dés en double, et de choisir mon préféré]

Le contexte :

Le lieu : Une champignonniĂšre hallucinogĂšne / Un futur que j'imagine OK

Le moment : La nuit / Le jour OK

Le climat : climat différent, magique ou étrange / brouillard OK

Ce qui me tiraille : la faim / un trouble mental OK


Inspirations :

Mes symboles : dents, beauté OK

L'élément de Millevaux : l'égrégore ou la superstition (tiré deux fois) OK

L'historiette : Assister Ă  la naissance d'un horla, c'est un peu comme jouir de sa propre mort.
C'est extrĂȘmement dĂ©stabilisant... OK

DĂ©tail forestier :
[Sanglier / Cochon] ou [Racines / Radicelles] OK


Le cƓur de la journĂ©e :

L'album :
30180990022_e7615508d3_q.jpg
La imposibilidad de tu nombre, par Peregrino, la derniĂšre ligne de piano quand tout s'arrĂȘte.

Ce qui m'attend :

Le temps semble comme arrĂȘtĂ©. Je ne contrĂŽle plus la perception du temps, je pense que c'est une chose que ces Ă©preuves m'ont fait dĂ©finitivement perdre. [Ce qui me tiraille = un trouble mental]. Je suis dans la forĂȘt, nue, je vole, mes ailes de fĂ©es dĂ©ployĂ©es. Le brouillard, opaque comme jamais, empĂȘche de dicerner le dĂ©cor, sinon qu'on voit d'innombrables racines et radicelles grimper le long des arbres dans un lent mouvement d'Ă©touffement. [Moment = jour + Climat = brouillard + DĂ©tail forestier = Racines / Radicelles]

CrĂšgne est perchĂ©e dans un arbre, elle a tout Ă  fait une gueule de chien dĂ©sormais. Elle me tient les bras, et malgrĂ© sa poigne, je comprends qu'elle cherche Ă  m'aider. La chose-souris vole Ă  mes cĂŽtĂ©s, avec sa tĂȘte de Silence plus blĂȘme et fixe que jamais. Et elle aussi cherche Ă  m'aider.

Parce que je suis en train d'accoucher. [Le lieu = un futur que j'imagine + L'historiette : Assister Ă  la naissance d'un horla, c'est un peu comme jouir de sa propre mort. C'est extrĂȘmement dĂ©stabilisant...]

Mon aventure :

[Introspection, tiré deux fois]

Je pousse des cris si forts que tous les oiseaux de la forĂȘt s'Ă©brouent. Puis la chose-souris m'aide Ă  m'installer dans les branches, contre SĂ©rĂšne. Elle pose sur mon ventre l'enfant dont je suis visiblement la mĂšre. Je ne veux pas le regarder pour l'instant.

Je pensais que j'avais ce pouvoir d'attirer Ă  moi les personnes aimables. Et je pensais qu'elles ne pourraient pas m'aimer.

Aujourd'hui, je constate que j'ai deux amants et que je suis de nouveau mĂšre. Peut-ĂȘtre que j'ai juste attirĂ© Ă  moi des personnes dĂ©testables et qu'elles ne pouvaient que m'aimer ? Dois-je me fĂ©liciter de cet avenir, ou dois-je me maudire ?

Je n'ose pas le regarder pour l'instant.

J'ai le sentiment que tout ce que j'ai vĂ©cu est une punition que je me suis infligĂ©e Ă  moi-mĂȘme pour avoir trompĂ© le premier amour de ma vie, SĂ©rĂšne, en embrassant la crĂ©ature Ă  tĂȘte de corbeau. [l'Ă©lĂ©ment de Millevaux : l'Ă©grĂ©gore ou la superstition].

Est-ce que cet enfant est ma punition finale, ou est-il mon absolution ?

Je n'ose pas regarder.

[Je veux me garder le rĂ©confort, mais comme nous sommes le dernier jour, j'ai quand mĂȘme le droit de lancer deux fois le dĂ© d'Ă©motion = Acceptation ou Vigilance. Je choisis l'acceptation]

Je le regarde enfin. C'est la chose la plus contre-nature que j'ai jamais vue.

Et je l'accepte tel quel.

C'est ma punition, c'est mon enfant, c'est mon destin. C'est le fruit défendu de nos amours.

RĂ©confort :

Alors je le serre dans mes bras. Et CrÚgne, chienne apprivoisée, et la chose-souris, bienveillante à sa façon monstrueuse, m'étreignent à leur tour.

La fin de la journée :

[je tire un coup de théùtre ou une révélation. Je choisis le coup de théùtre]

Ma chose-enfant tĂȘte Ă  ma poitrine. CrĂšgne et la chose-souris se sont assoupies.

Et voici qu'émerge du sol, s'extrayant des racines, une vision d'horreur, d'une beauté à couper le souffle... [Symbole = beauté]

La nouvelle personne qui fera battre mon coeur.


FIN


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie crĂ©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

Pied de page des forums