Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Cliquez pour COMMANDER Sombre, SOUTENIR le jeu sur Tipeee, ou INVITER l'auteur à un événement.

#31 13 Mar 2018 23:04

Aleko
membre
Inscription : 13 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Aleko, ziom, petit d’Homo
Quête : édifier la maison qui abritera sa sœur de cœur.
symboles : Triglav, le bâton.

pochette de calligraphy
bande son : Tibetan Red alias nostalgie de la boue album Calligraphy, errance sonofixée sur les courants électriques

L’enfant babille. Son corps flotte. Il est calme, seule sa bouche s’agite.
Au loin vocifèrent des hommes égarés dans les plaines fangeuses de Prypiat.
L’eau coule du plafond en gouttes éparses qui se noient dans la boue qui macule le sol.
Une multitude industrieuse d’insectes phosphorescents dessinent d’improbables chemins dans les immondices abandonnés dans le refuge. Des squelettes d’une luminescence malsaine servent de balise au monde qui s’offre au règne des arthropodes.
Des bulles de lymphes qui refusent à ce mêler complètement au Rad, constellent son visage et diffractent les projections lumineuses les plus intenses des phosphorites.
Après la frénésie et la fureur des tirs hantés de Boris, un calme étrange s’instaure. Il rogne progressivement les inquiétudes, les peurs qui noient l’esprit de Morjana. Le temps se trouve suspendue aux gouttes qui tombent irrégulièrement du plafond. Les odeurs s’estompent et se fondent dans les piétinements incessants des petits habitants du lieux. Loin, d’une agitation frénétique et désordonnée, tous semblent agir de concert. Un ensemble bienfaisant qui contraste fortement avec les émotions des AUTRES au DEHORS, dans un lointain fort lointain en ces instants de paisible éternité.
Un craquement singulier retentit. Il rompt en partie l’ordonnance rassurante de la stase.
Ce sont les crachotis, d’abord incohérents et oscillant d’un antique système radiophonique qui s’anime. Le plafond cliquette sous l’effet de luminaires hors d’âge qui sont parcourus d’un fluide intermittent qui les a trop longtemps déserté. Le flux sonore devient cohérent forme des ondes, une voix qui s’accompagne des fluctuation des luminaires.
Les yeux d’Aleko sont désormais grand ouverts. Ses s’assombrissent quand les lumières se font plus vives et reprennent une lueur de l’espièglerie infantile que leur connaissait leur mère.
La voie détimbrée et grinçante se projette sous les plafonds et dit :

Celui-Qui-Tourne,
(ondoiement)
Le Fluide
(goutte d’eau trop longtemps suspendue)
Ve Ivan
(chute)

Les embaumeurs
Du musée du silence
Oignent les dépouilles des défunts
Du Rad.

Sur la table retournée
Je dure
Sur la limite de l’homme

Sur la table retournée
J’ai dispersé l’angle oublié d’une pluie
Un berger envoie ses bĂŞtes boire dans ma tĂŞte.

Les sabots résonnent sous le plafond de mes cranes
Vos pairs parcourent mes fiers vaisseaux abandonnés à leur agonie.

J’ai vu trois cents Christ écartelés contre un mur
Leurs ailes de couleur retenaient la mort et la lumière

Le silence Ă©tait beau
La mort Ă©tait belle
La lumière ne s’évadait pas

Je me suis souvenu d’un papillon posé sur une flaque de sang.

Dans un dernier flamboiement intense les tubes perchées dans le hauteur de l’édifice annonce la fin du signal. Un larsen retentissant sature le système de diffusion et ne niche profondément au creux de l’oreille pour mieux ancrer ce souvenir, ce devenir.
L’enfant,Aleko, tousse, et tousse à n’en plus finir. Il s’agite, s’agrippe de ses mains tordues et fripées au bord de la cuve et sa mère le reprend contre elle, tout ruisselant de Rad.

Sa toux étouffée au creux de l’épaule de Morjana, Aleko se redresse.
Son buste est droit désormais. Sa main se saisit de la statuette de Triglav qui pend au cou de sa mère.
Elle ne peut détacher son regard de la béance qui troue la joue. Un trou de chairs déchiquetées, aux contours nets, qui affectent le corps chitineux du papillon de nuit qu’elle a vu plus tôt s’envoler.

Dernière modification par Aleko (14 Mar 2018 00:07)


La vie est une goutte d'eau suspendue

Hors ligne

#32 14 Mar 2018 10:01

Morjana
membre
Inscription : 08 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Morjana, horsaine présumée. Quête : trouver un foyer stable. Symboles : rejet, papillon de nuit

26522013565_70537c32b4_o.jpg
Fragment of Sirens, par Icos, du post-hardcore dans la plus grande tension entre lourdeur et mélodie, une âme en peine qui remonte de terre à n'en plus finir.

Aleko est sauf, le bain de rad l'a sauvé, mais ses blessures par balles sont encore ouvertes, le voilà encore plus difforme et étrange qu'à l'accoutumée. Qu'importe, Morjana doit accepter cet enfant monstrueux, en rédemption du fait qu'elle était prête à le sacrifier quand il était encore sain.

Morjana sent ses mains et son visage cloquer. L'emprise fait son effet sur elle. Si elle reste plus longtemps dans le blockhaus, elle est morte.

Dehors, les coups de tromblons des villageois de Prypiat. Bellérophon est touché au bras.

"Quelle conne !", siffle Morjana entre ses dents. La situation est absurde. Morjana coincé avec Boris dans un blockhaus gorgé d'emprise, et Bellérophon coincé dehors sans arme dans une armure résistante à l'emprise.

Boris murmure : la solution est simple.

Morjana jure, elle insulte le nom de Triglav, elle s'empare de Boris (ou Boris s'empare d'elle ?), elle sort du socle de la statue, pousse Bellérophon à l'intérieur : "Prends soin de ton bébé !", et elle tire sur les villageois.

Dmitry le boulanger boîteux qui a refusé de lui donner du pain rassis et l'a distribué aux cochons sous ses yeux. Blam. Sa tête explose.

Nastya la lavandière qui a prié la Baba-Yaga pour qu'elle fasse une fausse couche. Blam. En plein coeur.

Une balle, un mauvais souvenir.

Clac / Clac

En face d'elle, dans sa ligne de mire, Vouivre.

Hors ligne

#33 14 Mar 2018 22:33

Aleko
membre
Inscription : 13 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Aleko, ziom, petit d’Homo
Quête : édifier la maison qui abritera sa sœur de cœur.
symboles : Triglav, le bâton.

bande son : ICE 357 Magnum Is A Monster, album Under The Skin, pathological records, rock pachydermique puissant, dub abstract,
pochette under the skin
La serre d’Aleko s’est refermée, AVIDE, sur la pièce de bois. Ses ongles entament la patine de la statuette.
Sa main blanchit, ses lunules se colorent.
Sa conscience vagabonde papillonne autour des pensées fluctuantes de Morjana.
Aleko sent une force croître en elle.
Elle transpire au dedans de son ventre. Tandis qu’elle s’affirme en Morjana et chasse les vestiges attardés de l’innocence, une vive CHALEUR irrigue son corps froid et blême.
Le cadavre à la joue perforée mue.
L’enfant quitte momentanément le refuge obscur ou le temps suspendu lui a prodigué une seconde vie.
Puis très, vite, dans un élan de précipitation, aux bras du liquidateur interdit, il recouvre bientôt le cocon du papillon de nuit qu’il fut.
Bellérophon, qui tel un bousier obstiné arpente les terres désertées des véritables hommes, sa sacerdotale conviction ancrée en lieu de cœur, est totalement désemparé.
Son âme chevillĂ©e profondĂ©ment  Ă  son masque Ă  gaz qui filtre depuis si longtemps avec constance toute la sepsie accumulĂ©e dans ce monde gargouillant, est Ă©branlĂ©e.
Ces rebuts d’humanité souhaitent sa défaite et n’ont pas même conscience des sacrifices consentis pas ces générations de courageux liquidateurs, qui suent sang et eau pour redonner à ces terres un semblant de vie digne, pour chasser la radioactivité. Sa rage est totale, mais son dégoût est plus grand en l’instant.
Les résonances du lieu sont très vites étouffées par la voix tonitruante de Boris.
Boris tonne ! Boris exulte !
LĂ , sa rage converge et suit la trajectoire des balles vengeresses de Morjana.
Il entre malgré lui dans la sarabande vengeresse de la jeune fille. Il danse la mort, avec elle.
Cette mort chasse, efface les scories qui depuis trop longtemps souillent. Ces REJETtons corrodés d’une humanité abjecte s’éteignent.
Chaque détonation, chaque cri de victoire rageuse que profère Boris, illumine le regard d’Aleko.
Les rampes du plafond accompagnent de leurs feux intermittents, les émotions qui naissent dans les pupilles de l’enfant.
L’enfant est dans la boue. Il étreint la statuette de Triglav, un sourire béat aux lèvres.
Bellérophon qui tient cette abomination en horreur, ce chiard puant de maletrait, l’a déposé.
Ses mains se saisissent de Boris, qui est dedans, qui est dehors.
Les mécanismes jouent voluptueusement à son oreille. La balle entame sa course libératrice vers la face contrefaite.
L’exultation des danseurs de mort s’exprime dans un unisson d’égrégore. Le CERCLE grandit et dans ce triangle fou, qui de Boris, Morjana, ou Bellérophon libère l’énergie fluide qui irrigue ces terres d’infamies ?
L’enfant grandit dans le déluge d’EMOTIONS.
Vouivre entre dans la danse !

Dernière modification par Aleko (14 Mar 2018 22:45)


La vie est une goutte d'eau suspendue

Hors ligne

#34 15 Mar 2018 08:06

Morjana
membre
Inscription : 08 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Morjana, horsaine présumée. Quête : trouver un foyer stable. Symboles : rejet, papillon de nuit

Morjana pousse Vouivre Ă  se cacher sous les buissons de germe-vive. Quelques balles fusent, Ă©clatant l'Ă©corce des arbres solitaires, puis on entend des cris en ukrainien et des bruits de course Ă  pied.

"J'en ai tué deux, je crois que ça les a dissuadé un temps de venir voir. Mais ils reviendront."

"Vouivre, passe ta main sur mon visage et constate les dégâts."

"Je ne veux pas devenir un monstre, je ne veux pas mourir"

"J'ai l'impression que Bellérophon s'est enfermé à l'intérieur du blockhaus. Et que la réalité se diffracte à l'intérieur. Sûrement à cause du rad."

"Vouivre, si tu veux avoir le temps de me transmettre en enseignement... aide-moi, s'il te plaît."

Morjana profite de la brève accalmie de tirs pour entraîner Vouivre vers la forêt des murmures.

DĂ©jĂ , des serpents Ă  fourrure glissent entre leurs pieds, et chuchotent des sifflements hypnotiques.

Elle a a du abandonner Aleko aux bons soins de Belleréphon. Mais si son cerveau n'est pas encore complètement bouffé par le nuk, il ne fera plus aucun mal au ziom. Il sait que l'enfant-papillon est la clé.

Hors ligne

#35 15 Mar 2018 10:52

Vouivre
membre
Inscription : 27 Feb 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Vouivre, chasseuse de horlas. Quête : retrouver l’Indicible et l’emprisonner dans une cage de mots. Symboles : serpents, émotions.

bande-son : Flykt - Forndom

Vouivre s'approche de Morjana, lentement, tel vieil homme vouté. Elle touche la joue droite de la horsaine ; enveloppe son menton de sa paume ; tire sur sa pommette avec son pouce pour inspecter son œil, avec l'amour méthodique et direct du parent préoccupé. Puis l'ongle de son index perce la peau de Morjana, et une substance chaude et nutritive s'infiltre peu à peu sous son épiderme. La douleur change plus qu'elle ne s'estompe.

"Tu ne mourras pas."

Elle lui donne une petite tape et se détourne ; son regard s'égare vers une trouée entre les arbres.

"Mais tu es un monstre, petite. Ils en ont déjà décidé. Sens-tu leur peur qui enfle ?"

Morjana sent le venin salvateur couler dans ses veines, et, avec lui, la perception très nette de la terreur insoutenable qu'elle inspire aux familles de ses victimes.

"C'est le prix de ta guérison. De ton initiation. Tu sens les tourments que tu inspires, comme jamais auparavant. Et ils grandiront, crois-moi. N'essaie pas de les contenir. Façonne-les. Et quand tu constateras que tes actes font des petits ; quand tu constateras que le vent de ton esprit donne naissance à des rejetons immondes..."

Elle sourit.

"... dévore-les."

Hors ligne

#36 15 Mar 2018 22:03

Aleko
membre
Inscription : 13 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Aleko, ziom, petit d’Homo
Quête : édifier la maison qui abritera sa sœur de cœur.
symboles : Triglav, le bâton.

Aleko absorbe.
Aleko se repaît.
Aleko s’inquiète.
Aleko songe...



Les chevelures collectées par les eaux des Cinq tissent des nids.
Les algues s’y enchevêtrent.
Les boues chassées par les pluies de rouilles roussissent les berges.
Les amas croissent.
Bientôt, des oiseaux y séjournent.
Les brindilles soigneusement choisies s’adjoignent aux monticules.
Ainsi, les œufs de ces inépuisables marcheurs de vent sont enrubannés des songes chuchotés, des espoirs inassouvis des femmes et des hommes.
Lorsque ces hommes glanent les œufs pour tromper leur faim, il remâchent leurs pertes et leurs défaites.
Elles mûrissent en eux. Elles croissent. Elles suintent.
Parfois, d’espiègles et imprudents petits d’hommes se risquent sur les berges boueuses.
Alors, si le nid est mûr, il se dérobe puis se referme sur l’inconscient.
Sous les eaux turbides, pris dans la nasse végétale nourrie de ces désirs déposés ici par les restes d’hommes, l’enfant se noie.
Des affres de son désespoir, il engendre.
Dans le cercle distendu de cheveux des morts et d’ajonc roussis, son dernier regard croise celui du soleil pale. Il naît.
Bientôt, lorsque ses chairs seront suffisamment distendues, lorsqu’il sera enfin baigné par les chuchotements des Cinq, il quittera son lit.
De la boue, ruisselant de l’eau fangeuse, il émerge.
Avide, le Duchov n’est que FAIM.
Une faim insatiable.
Son âme noyée dans les eaux des souvenirs décatis n’aspire qu’à entendre la belle ordonnance des profondeurs.
Il brise les joncs, et les assemble. De ses bâtons à mots il lance sur le Pinsk ses premières ondes.
Il chante les rĂŞves perdus des temps assoupis.
Le Duchov façonne de son chant profond, en harmonie avec les boues et les eaux, les terres alentours.


Morjana es-tu vraiment un monstre ?
Mère suis-je tel le Duchov ?
Mère j'ai peur !

L'enfant pleur.
L'enfant semble racornir, se flétrir sous le regard médusé de Bellérophon.

Mère, un tel désordre dans nos têtes !

bande son : Tohu-bohu d'ULALN BATOR, album post rock de 2014, balade sombre en adéquation avec notre propos
a1850592353_16.jpg

Dernière modification par Aleko (15 Mar 2018 22:25)


La vie est une goutte d'eau suspendue

Hors ligne

#37 16 Mar 2018 08:05

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Morjana, horsaine présumée. Quête : trouver un foyer stable. Symboles : rejet, papillon de nuit

"Bellérophon et Aleko tardent à nous rejoindre. Je suis inquiète."

Si Morjana vivait à l'orée de la forêt aux murmures, repoussée là qu'elle était par les villageois, elle ne s'était jamais aventurée à l'intérieure, intimidée par les rumeurs qu'y colporte le vent :
Meurtrière - Abandonneuse - Mère de horlas - Folle

Sous l'aile de Vouivre, cela paraît un tout petit peu plus supportable.

Qui habite cette forĂŞt oĂą grouillent des lombrics gros comme des serpents ?

Qui y a planté ces bâtons à l'extrémité en forme de tête qui semblent toujours nous scruter ?

Qui y a abandonné ces reliques de l'Âge d'or comme dans une décharge à ciel ouvert ?

Qui y laisse ces empreintes monstreuses ?

Morjana se repose un instant auprès du feu couvant que Vouivre a allumé pour elle (car la vieille serpentine n'en a aucun besoin).

Les serpents Ă  fourrure guettent, avides.

Morjana grimace de souffrance. Si le venin a stoppé l'emprise, il n'a pas effacé les cloques sur son visage et sur ses bras. Morjana la brûlée, Morjana la marquée. Morjana le monstre.

Une motte de terre grossit sous ses pied, telle une taupinière. Une minuscule créature, mi-enfant mi vieille-sorcière, brûlée et porteuse d'ailes de papillon de nuit, s'en extirpe.

Morjana hésite un peu, puis suit les directives de Vouivre. Elle s'empare de la femmoncule, et la croque à pleines dents. Au moins, ça calmera sa faim.

Les serpents profitent qu'elle soit concentrée sur autre chose. Ils lui murmurent dans des roulis apaisants :
"Donne-nous ton enfant-ziom-Aleko. Il servira de totem à la forêt, il la protégera. Il est un fardeau pour toi, nous t'en débarassons.
- Entendu, il est à vous", répond dans un murmure Morjana, hypnotisée.

Dans les arbres, les sacs plastiques gonflés de vent sussurrent une complainte lugubre.


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#38 16 Mar 2018 09:58

Aleko
membre
Inscription : 13 Mar 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Aleko, ziom, petit d’Homo
Quête : édifier la maison qui abritera sa sœur de cœur.
symboles : Triglav, le bâton.

Le refuge s’anime.
Le béton chante.
Sa peau, ridée par les épreuves, se craquelle.
Des fissures neuves émergent des radicelles emplies d’une vitalité stupéfiante.
Le chant monotone, susurré depuis la catastrophe, enfle.
La plainte envahit tout l’espace.
Point de localisation précise.
Elle a le don d’ubi... Elle a le don d’ubiquitéêhêhê.
Le sol frisonne.
Les plaques se disjoignent.
Certaines se brisent avec fracas. Toutefois, l’intensité du chant profond est telle, qu’elle étouffe ces interruptions intempestives.
Solennelle, telle les murmures des processionnaires qui honorent Triglav, au renouveau, elle insinue son rythme, lent, majestueux.
Il s’impose à l’ensemble des règnes, inéluctable.
La vague pousse les radicelles.
Elles ramifient, tracent d’un mur à l’autre, frissonnante de feuilles bruissantes.
Elles charrient des relents de charnier.
L’odeur est si forte qu’elle perce les derniers remparts de la combinaison de Bellérophon.
La nausée monte en lui. Elle épouse les vagues successives de rhizomes qui enlacent les radicelles, jettent graines et racines traçantes, emplissant tout l’espace.
Les plus vives percent le béton, les gaines électriques dans des gerbes d’étincelles.
Des flammèches dansent brièvement, mais les  hĂ©rauts de cette terre gorgĂ©e d’égrĂ©gore, noient bien vite les dĂ©parts de feu sous une sève purulente qui sourd, s’écoule des multiples plaies qui lacèrent le gracieux et impĂ©rieux Ă©difice de feuilles frĂ©missantes et avides.
Curieusement, seul, le symbole antique de la radioactivité frappé sur la porte blindé qui ferme l’alcôve demeure exempt de ces intrusions végétales.
Le regard troublé de douleur de Bellérophon s’y attarde, embué sous le masque, saturé des sécrétions des radicelles rendues folles par le chant.
Les murs vibrent à l’unisson de la végétation.
Au sol, des cratères se forment. Des gerbes d’une boue brûlante fusent et éclaboussent les prisonniers de cette exubérante prosodie végétale.
Aleko, terrorisé aimerait entendre à nouveau le ton vain et pontifiant du vieux Gaïus.
De la boue, recouvre l’amas composite d’Aleko et de racines de tremble et de cornouiller enchevêtrées.
Aleko est abandonné, sous ces trombes de boues qui lui brûlent la peau.
Aleko regrette, mais bien trop tard, l’orgie de désespoir dont son âme torturée s’est gorgée.
Aussi, soudainement qu’elle a enflée, la vague reflue.
Aleko n’est plus dans le refuge de béton.
Seul, le sol dévasté témoigne de la force des événements.
Un acouphène persistant ajoute à l’inconfort et à la douleur de Bellérophon.

La forĂŞts bruisse de mille chuchotis qui saluent la naissance.
Les murmures des défunts oscillent entre les branches.
D’une marre de boue proche de la lisière émerge une silhouette de boue ruisselante. Une nuit de papillons de nuit s’égayent dans les sous bois pour saluer sa venue.
Ses pas pesants résonnent dans le sol.
Son regard se porte sur un feu, à la lisière de son domaine.
Le bivouac se tient au lieu sacré pour les hommes, où ils abandonnent tout espoir.
Là, dans les souvenir de forêt défile une procession immémoriale de parias, de laissés pour compte, des maletraits que la communauté des hommes véritables laisse aux bons soins de la forêt.
bande son : LĂ©gendes : la forĂŞt qui avance de Art Zoyd, les espaces inquiets
pochette espaces inquiets

Dernière modification par Aleko (16 Mar 2018 10:04)


La vie est une goutte d'eau suspendue

Hors ligne

#39 16 Mar 2018 11:55

Vouivre
membre
Inscription : 27 Feb 2018

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Vouivre, chasseuse de horlas. Quête : retrouver l’Indicible et l’emprisonner dans une cage de mots. Symboles : serpents, émotions.

bande-son :  Black Mountain Transmitter - Black Goat Of The Woods

Vouivre tente d'atteindre Bellérophon et Aleko à travers l’égrégore, sans succès ; le feu allumé par Morjana dans le ventre des villageois est trop fort, trop brûlant. Une pluie de papillons morts tombent au sol, comme foudroyés par cet embrasement des âmes. Elle inspire et expire lentement, immobile, tel un ophidien se dorant au soleil. Elle voit la horsaine avaler la femmoncule, et sourit paresseusement.

"Ils viendront à nous. L'inquiétude ne doit plus faire partie de ton répertoire, petite. Ils viendront. Et s'ils ne viennent pas, eh bien, nous partirons à l'aube vers l'enfer de béton. Il y a en ces murs des choses indéfinissables. Tu devras poser des mots sur elles. Et l'équilibre sera tien. Alor-"

Elle est coupée par le son de pas lourds, qui font soudain crisser les ailes des sphinx morts.

Hors ligne

#40 17 Mar 2018 08:27

Thomas Munier
auteur de Millevaux
Inscription : 05 Feb 2008
Site Web

Re : [Les forĂŞts mentales] L'enfant aux trois vies : Aventure

Morjana, horsaine présumée. Quête : trouver un foyer stable. Symboles : rejet, papillon de nuit

C'est d'abord un pied bot. Yaroslaw le forgeron et son visage couvert de grappes organiques, qui entretient un feu au fond de la forĂŞt aux murmures.
Ensuite, c'est la démarche voûtée d'Oksana la carbonnière, qui est poilue comme comme un ours et qui recrache des bézoards en permanence, qui brûle du bois au fond de la forêt aux murmures.
Puis, ce sont les petits pas en pointillés de Danil le débardeur, l'enfant avec une tête énorme et une force herculéenne, qui traîne des grumes et en brûle certaines dans des bûchers païens au fond de la forêt aux murmures.

"On dirait que vous nous avez tout agité les gens de Pripiat", font les maletraits en guise d'introduction.
"Malheur", poursuit Oksana. "Leur colère va nous retomber dessus"
"Mais dans le sarcophage, ça s'agite aussi. Qu'il s'éventre et relâche sa boue primordiale, qu'on en finisse.", reprend Yaroslaw.
"Alors le temps des maletraits sera venu", achève Danil.

Morgana comprend qu'ils sont très en colère et que ça pourrait leur retomber dessus. Elle déploie maint arguments pour les calmer.

Quand elle y parvient enfin, elle réalise avec effroi que les serpents à fourrure ont profité de la diversion.

Ils ont emporté Aleko. Là où même Triglav ne le trouverait peut-être pas.


Auteur de Millevaux.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

Pied de page des forums