Le forum officiel de SOMBRE
Terres Etranges

Sombre Cthulhu DDR Millevaux Forums Liens

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

HOTLINE ++ COMMANDER Sombre ++ CONSEILS d'achat ++ SOUTENIR sur Tipeee ++ INVITER l'auteur

#101 05 Jan 2016 13:52

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

E. J'aime beaucoup l'idée, pour émuler le carnage de la bataille finale et installer une succession frénétique de personnages, de mettre la mort de tes personnages successifs à la fois dans l'objectif et le contre-objectif du conflit.

J. Je n'ai aucun souvenir d'avoir suggéré le changement de nom des personnages dans le livre de base d'Inflorenza, dont je vais te créditer de cette idée :)

2. Tiens-nous au courant si tu veux nous exposer plus avant ton idée de gestion avec un jeu de carte traditionnel

3. / 10./ Moi aussi, je tiens une liste, et j'y jette un Ňďil √† chaque fois que j'ai une partie de planifi√©e. Souvent, je les fusionne entre elles pour avoir plus de chances de les exploiter. Dernier projet en cours, sur une suggestion d'Epiphanie : jouer trois th√©√Ętres en une seule session : on change de th√©√Ętre √† chaque tour de table, mais les personnages et leurs relations restent les m√™mes (avec juste le d√©calage n√©cessaire pour les incorporer au nouveau th√©√Ętre). C'est hyper-mindfuck et √ßa permet de tester trois th√©√Ętres d'un coup, j'ai h√Ęte de voir √ßa.

I. Déjà, j'aime beaucoup ta variante de règles. Un groupe de joueurs avait fait une partie d'Inflorenza par forum, très belle, mais l'emploi des règles by the book les avaient épuisés, cette variante m'a l'air plus simple pour du jeu par forum (quitte à rajouter un jet de dé pour les thèmes si on le désire). En tout cas, l'aventure que ça a donné est très sympa, on voit que ça a nécessité une grande connivence entre les deux personnes (par exemple, dans sa dernière instance, Echo valide le fait que Massacre a gagné un conflit dans sa dernière instance pour la rejoindre), mais c'est souvent le cas dans le jeu asynchrone, et c'est aussi ce qui fait le plaisir de ce type de jeu.

J. Me permets-tu de renommer cette version Inflorenza scriptoria ?

K. D√©tail int√©ressant, le fait que tu t√©l√©portes Massacre de M√©tro, ville souterraine, √† Feuillage, ville enneig√©e, fait √©cho √† un point de d√©tail d'univers que peut-√™tre tu ignores : √† la surface de Paris, la ville existe toujours, mais elle est en ruines, mais surtout r√©put√©e inhabitable car hant√©e par des fant√īmes, et il y neige en permanence (pas tout √† fait de la vraie neige). Je m'amuse au jeu des correspondances, le c√īt√© pile/face, √ßa renvoie aussi aux doubles vies, qu'on retrouve par exemple dans le recueil Avatar de Th√©ophile Gautier, et renvoie aussi √† tous les jeux de doubles qu'il y a dans votre partie.

L. Je te propose, pour cette partie, que je considère hors de la campagne, un nouveau titre / sous-titre :
PIANO MASSACRE
kF et Marine nous relatent une partie par mail, émotive et imprégnée de fantastique romantique et mégalo, avec une variante système par kF, Inflorenza scriptoria !

M. Je relaye aujourd'hui les comptes-rendus de ta campagne sur mes réseaux, et pour l'occasion, j'ai pondu un petit photomontage. Dis-moi si tu acceptes que je le rajoute aussi dans ton premier message, celui-consacré à la session Les enfants disparus.

24107061571_11288503d3_c.jpg

crédits Alexander Synaptic, amaury laporte, anyjazz65 licence cc-by-nc, claire munier, par courtoisie


Auteur de Millevaux.
Outsider. √Čnergie cr√©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#102 05 Jan 2016 14:02

kF
membre
Inscription : 26 Sep 2015

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

J. Quoi, vraiment ! Inflorenza est ton jeu et si tu as trouvé cette variante intéressante, vas-y, mais je pense qu'elle est bancale et je ne compte pas la développer - c'est, au mieux, une vague source d'inspiration pour d'autres joueurs qui pourraient être à la recherche d'un moyen de jouer à l'écrit.

L. Elle est effectivement hors de la campagne, son seul lien est d'avoir donné les deux noms d'Echo / Massacre.
Feu vert pour le titre, et M. pour le photomontage. Merci !

Hors ligne

#103 05 Jan 2016 14:19

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

J. Dans cet Inflorenza scriptoria, Je trouve qu'il y a une bonne revisite du système. J'ignore moi aussi si ça tiendrait le coup sur le long terme, mais il y a le début de quelque chose, qui pourra intéresser du monde, quitte à le retravailler si nécessaire.


Auteur de Millevaux.
Outsider. √Čnergie cr√©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#104 15 Jan 2016 20:35

kF
membre
Inscription : 26 Sep 2015

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

R√ČVEILS

Dans ce compte-rendu par kF sous Inflorenza Sei, de la fantasy poétique, des rêves, des dieux, des cycles et des corbeaux.

23853843554_09c4c4a489_z.jpg

crédits : ajmatthehiddenhouse, arbyreed, Kotomi,me'nthedogs, Mic the otter spotter,TwOsE, licence cc-by-nc, galerie sur flickr.com

Compte-rendu d'une partie courte (environ 1h30, je crois) entre Piouh (Romain) et moi-m√™me (Felix). On s'est cr√©√© un petit th√©√Ętre avec une petite variation sur la m√©thode que j'avais utilis√© pendant ma campagne : on veut 6 th√®mes au total ; on en cr√©e un chacun, qui sont des th√®mes majeurs, invent√©s et qui colorent fortement le setting. On les compl√®te ensuite en ajoutant chacun deux th√®mes du tableau des inflorescences habituels. Voici le th√©√Ętre auquel on a abouti, dans l'ordre d'√©criture (qui ne correspond pas exactement √† leur place dans le th√©√Ętre, mais passons). Il y a donc six th√®mes au total, on a jou√© sans compl√©tion en jeu, avec des d6 au lieu des d12. A part √ßa, le syst√®me est Inflorenza standard.

Les quelques phrases qui d√©crivent le th√©√Ętre sont des ajouts de ma part qui rendent compte du brainstorm, mais n'ont pas √©t√© √©crites pendant le jeu. Comme pr√©c√©demment, le "je" de la fiction est celui de mes personnages, et mes instances sont plus d√©velopp√©es que celles de Romain simplement parce que je m'en souviens mieux.


1. Rêve (dont Egregore)
Dans la zone de la for√™t o√Ļ l'on jouera, les r√™ves ont une importante particuli√®re : ils sont le principal vecteur de l'√©gr√©gore et ils offrent aux meilleurs r√™veurs toutes sortes de connaissances, dangereuses et peut-√™tre corruptrices mais potentiellement puissantes.

2. Oniris
Oniris - née d'une pure faute d'orthographe entre onirique et Osiris - est une entité locale, probablement un Horla, qui manipule les rêves. Elle a un lien étroit avec le phénomène qui empreint cette section de la forêt. Elle évoque quelque chose d'un peu égyptien.

3. Religion

4. Corruption (dont Nature)
Peut-être sous l'influence d'Oniris, les plantes et la forêt elle-même se mettent à rêver. Les rêves végétaux sont différents de ceux des humains, mais racontent aussi des histoires ; on peut les distiller, les infuser, et préparer des potions de souvenirs avec elles si on a le savoir-faire requis.

5. Amour

6. Chair


Tour 1

Felix - L'Exhumé
Je sors d'une cabane de bois miteuse, isol√©e, en pleine for√™t. La nature autour de moi est terne, un peu grise, un peu froide, et envahie d'une l√©g√®re brume. Dans la cabane que je viens de quitter, une vieille sorci√®re, tellement vieille et attach√©e √† ce lieu qu'elle est comme fondue aux murs de son habitation ; elle fait corps avec le bois, ne peut plus bouger, est d√©finitivement enfonc√©e dans son r√īle. Je suis conscient de me r√©veiller d'un long, long sommeil qui m'a co√Ľt√© l'essentiel de mes souvenirs. Ce qui reste : des souvenirs diff√©rents, qui ne m'appartiennent pas, que j'ai vu en r√™ve ; je me souviens que je suis venu la voir pour ses potions de r√™ve. Il me reste une id√©e fixe, une personne que j'ai vu de multiples fois en r√™ve et qui est d'une importance capitale pour moi. Je pars, un peu √©branl√©, marche longtemps et, au sommet d'une colline, trouve la Forteresse : un gigantesque ch√Ęteau m√©di√©val, aux dimensions plus qu'imposantes (qui, m√™me durant l'Age d'Or, aurait √©t√© capable de b√Ętir quelque chose d'aussi large et massif ?). Je sais que mon destin m'attends en ses murs, sans trop savoir de quoi il retourne ; j'entre.

Romain - Ruines
Ruines est une personne √Ęg√©e, probablement une femme mais son visage est difficile √† identifier et seul son grand √Ęge s'y lit ais√©ment. R√©sident au coeur d'un immense ch√Ęteau qu'elle a b√Ęti avec ses pouvoirs, elle veille sur sa fille, Beaut√©. Celle-ci repose endormie dans le saints des saints, prot√©g√©e derri√®re des √©paisseurs de murs de brumes et de r√™ve ; elle a un lien √©troit avec les r√™ves en ces lieux. A travers les r√™ves puissants de sa fille, Ruines per√ßoit des assauts plus ou moins fantomatiques contre son mausol√©e : elle sait qu'ils sont nombreux, √† l'ext√©rieur, √† vouloir percer la Forteresse pour retrouver Beaut√©. A l'ext√©rieur, elle est devenue un objet de culte, elle en a conscience - et elle s'opposera √† quiconque tente de l'atteindre.


Tour 2

Felix - L'Exhumé
On me retrouve traversant le ch√Ęteau. C'est un d√©dale d'escaliers, de couloirs et de portes d√©rob√©es, labyrinthique ; j'y suis probablement depuis des jours et des jours. Je manque me perdre d√©finitivement plusieurs fois, mais je suis chaque fois sauv√© par une sorte de silhouette, une figure que j'aper√ßois du coin de l'oeil, ou tr√®s loin, √† plusieurs reprises : une t√™te noire, animale - oiseau, chat ? - et une robe blanche virginale. Dans mon coin, je la nomme Oniris, sans savoir d'o√Ļ me vient ce nom. Ma guide discr√®te me m√®ne finalement √† une sorte d'immense cour int√©rieure : toute la forteresse que j'ai travers√©e n'√©taient qu'une premi√®re couche, au centre se trouve une sorte de donjon au milieu de quelques kilom√®tres carr√©s de terrain vague, un peu forestueux. J'ai crois√© plusieurs cadavres sur ma route, mais dans la cour int√©rieure, je trouve des hommes en vie : ils sont assez nombreux, hagards, hallucin√©s, pitoyables. Ils me regardent avec compassion et tristesse. Je les ignore, fonce vers le donjon o√Ļ je pense trouver la femme qui appara√ģt dans mes r√™ves, Beaut√©. J'essaye d'entrer, me sentant √©lu - j'ai l'appui d'Oniris, apr√®s tout ! - mais j'√©choue, apr√®s avoir pass√© des heures et des heures √† m'acharner sur une porte ferm√©e, tentant sans succ√®s de l'enfoncer, l'arracher, la griffer, etc. Je finis par m'effondrer, bris√©, ensanglant√©, rompu. Pourtant, j'ai senti la douce aide d'Oniris et de l'inconnue gardienne des lieux.
Pendant ce temps, √† l'oppos√© de moi, un homme parvient √† entrer dans la tour, ouvrant la roche en y faisant cro√ģtre des foug√®res et des ronces. C'est un h√©raut de Millevaux, un √™tre qui n'a plus d'humain que le nom, et qui entre clairement pour corrompre et d√©truire Beaut√©. Voil√† donc mon √©chec : je n'ai pas r√©ussi √† entrer le premier, moi qui a posteriori me r√©v√®le √™tre en fait le champion de Ruines, le seul qu'elle consid√®re digne de renconter sa fille.

Romain - Ruines
On d√©couvre que Ruines est directement √† l'origines de mes visions d'Oniris. Elle est la gardienne de Beaut√© mais aussi la sorci√®re que j'ai vue dans la for√™t ; inqui√®te pour sa fille, elle a voulu trouver en moi son champion. Parall√®lement, Ruines assiste, impuissante, √† l'entr√©e du h√©raut de Millevaux dans le sanctuaire. Il s'appelle Ronce et est couvert de v√©g√©tation corrompue. Catastroph√©e mais r√©solue, Ruines se retrouve au pied du mur et se convainc de faire ce qu'elle a tent√© d'√©viter jusque l√† : elle va s'approcher de Beaut√© pour esp√©rer manipuler ses r√™ves et peut-√™tre terrasser Ronce √† travers eux. P√©niblement, elle travers les multiples murs blancs de r√™ves tiss√©s qui la prot√®gent. Chaque pas est une √©preuve, qui lui impose des flashs m√©moriels, des visions plus ou moins cauchemardesques, des horreurs qu'elle ne veut pas voir. Au fur et √† mesure qu'elle progresse, une image s'impose √† elle, de plus en plus pesante : celle de sa fille Beaut√©, le visage mang√© de ronces, c√©dant √† la corruption. Le ch√Ęteau, structur√© par les r√™ves de Beaut√©, commence √† s'effondrer.

Tour 3

Felix - L'Exhumé
On convient que ce combat silencieux de Ruines contre le r√™ve de Beaut√© a en fait pris plusieurs mois. Pendant ce temps, je suis rest√© dans l'enceinte du ch√Ęteau, et je me suis m√™l√© aux autres hommes, j'ai rejoint leur communaut√©, condamn√© √† rester ici, emprisonn√© par mon obsession pour Beaut√©. Ici, les locaux ont appris √† br√Ľler et cuire leurs r√™ves mat√©rialis√©s pour les d√©vorer et tenir contre la faim. J'ai eu une phase de r√©v√©lation mystique, pendant laquelle je suis rest√© inaccessible pendant plusieurs jours ; √† mon r√©veil, j'avais retrouv√© tous mes souvenirs. Je suis en fait un Corax, j'ai l'aspect d'un homme √† t√™te de corbeau ; j'ai huit ans, et mon absence de souvenir √† l'ouverture du sc√©nario n'√©tait pas la cons√©quence du syndrome de l'Oubli, mais des manipulations de Ruines pour m'imposer Beaut√© et Oniris. Qu'importe : je garde mon all√©geance envers elles et, plus fort que jamais, je vais tenter de d√©livrer Beaut√©, qui m'√©voque de plus en plus un amour profond et d√©raisonnable, bien qu'il me reste un doute √©trange et un peu d√©rangeant √† son sujet.
D'une certaine mani√®re, je me sens tr√®s proche d'Oniris, entit√© de r√™ves g√©n√©r√©e par Ruines, qui semble avoir fusionn√© avec moi. Je suis devenu le meneur des hommes du ch√Ęteau, qui me voient comme une sorte de proph√®te. Quand le ch√Ęteau s'√©croule, c'est une de mes proph√©ties qui s'accomplit ; j'entre le premier dans la br√®che, suivi par mes fid√®les. Je porte une armure blanche et une grande lance portant un √©tendard, une simple banni√®re grise sans h√©raldique. Alors que j'entre, je prends conscience d'une v√©rit√© douloureuse : mes suiveurs me respectent et me v√©n√®rent pour ma mission et ma position d'√©lu, mais se retourneront contre moi sit√īt que j'aurais accompli ce que je viens faire. Inflexible, je continue n√©anmoins, trouve la grande salle bard√©e de murs blancs et laineux dans laquelle repose Beaut√© - dont le visage est partiellement envahi de ronces, la corruption a d√©j√† commenc√©. Je ne m'approche pas, et descend au sous-sol, dans une large pi√®ce circulaire exactement en-dessous d'elle ; y repose Ronce, alter ego masculin de Beaut√©, prot√©g√© par des murs d'√©paisses t√©n√®bres. L√† o√Ļ le visage de Beaut√© est marqu√© de ronces, celui de Ronce affiche une peau dessech√©e, cadav√©rique ; le reste de son corps est recouvert de v√©g√©tation millevalienne.

Romain - Ruines
S'approcher si pr√®s de Beaut√© a profond√©ment ravag√© Ruines. Incapable de garder forme humaine, elle s'√©vapore doucement pour ne plus devenir que r√™ve et ch√Ęteau tiss√©s, intrins√®quement li√©s √† la cr√©ation de Beaut√©. Elle d√©cide de se sacrifier pour tenter une ultime fois de sauver sa fille : rassemblant ce qui lui reste de pouvoir, elle emmure vivant Ronce, dans la chambre d'en-dessous, et l'emprisonne √† jamais tout au fond du ch√Ęteau. Cet effort lui co√Ľte ses derni√®res bribes de conscience.


Tour 4

Felix - L'Exhumé
Je suis arriv√© devant Ronce, et j'ai vu le ch√Ęteau se d√©former de lui-m√™me autour de lui pour l'emmurer. Satisfait, je d√©croche l'√©tendard sans symbole de ma lance et l'accroche au mur, comme un ultime sceau, une glyphe contre le danger que repr√©sentait Ronce. Je me recueille un instant, reprend ma lance, me retourne : comme je m'y attendais, mon culte entier veut me tuer, me remplacer, me d√©truire maintenant que je ne suis rien de plus qu'un Corax d√©soeuvr√©. Mais je suis un guerrier puissant, arm√© et entrain√©, et m√™me seul contre la foule, je gagne. Le combat est long, a lieu tout autant au sous-sol que dans l'escalier puis en surface, mais j'en sors victorieux bien que bless√©. Autour de moi, une mer de cadavres. Chose √©trange, le sang a lav√© et fondu mon armure, qui bien que toujours m√©tallique prend la forme d'une robe blanche immacul√©e ; entre cette robe de m√©tal et ma t√™te de corbeau, je ressemble d√©sormais parfaitement aux premi√®res visions que j'avais eues d'Oniris, cette entit√© de r√™ves qui m'avait guid√©e.

Romain - Beauté
Beaut√© s'√©veille enfin de son carcan blanc. Autour d'elle, le ch√Ęteau termine de s'effondrer, et il n'en restera bient√īt plus rien. Ses premi√®res pens√©es se tournent vers la for√™t, qui l'appelle et l'attire irr√©pressiblement : elle veut quitter son corps, quitter cette enveloppe mat√©rielle qui porte encore la trace du sacrifice de Ruines, et c√©der √† cet appel insistant, h√©rit√© de Ronce. Elle comprend qu'elle a besoin d'un homme pour la d√©livrer, et se tourne vers moi, devenu Oniris incarn√©e ; √† travers lui, elle pourra s'√©chapper, ou au contraire se perdre d√©finitivement, car Oniris a √©t√© tiss√©e √† partir de son pouvoir et est plus √† m√™me que quiconque de la d√©truire. C'est un affrontement d'autant plus d√©chirant que Beaut√© elle-m√™me per√ßoit mon amour et y r√©pond, mais ne peut pas s'y abandonner, car je pr√©f√©rerai encore la tuer que la voir trahir sa m√®re et rejoindre la for√™t. Je m'approche, la lance √† la main, mais ne parvient pas √† me r√©soudre √† assassiner mon amour ; impuissant, je lui permets de partir, s'√©vaporer, rejoindre la For√™t. Cet √©chec sauve mon √Ęme, qui n'aurait pas support√© le chagrin, mais condamne ce qui restait de mon sens moral.


Epilogue

Des ann√©es plus tard, je marche seul dans la for√™t. J'ai largement d√©pass√© l'√Ęge de ma mort, et je ne suis gu√®re qu'un cadavre encore dot√© de mouvement, une √Ęme en peine qui a refus√© sa propre mort. J'ai abandonn√© la lance, l'armure, je ne suis plus Oniris ; je porte une cape de feuillages et de ronces, j'ai abandonn√© mes anciennes all√©geances, et je suis en qu√™te de ma d√©esse, Beaut√©. Je ne sais pas o√Ļ elle est, si elle "est" encore, dans un sens ou un autre ; mais je la cherche, d√©sesp√©r√©ment, inexorablement. Peut-√™tre un jour la retrouverai-je et lui vouerai-je le culte qu'elle m√©rite √† mes yeux.


Feuilles de personnage

L'Exhumé / Oniris incarnée
[X] (Amour) Je veux clarifier ma relation envers la personne que mes rêves m'ont montrés
[X] (R√™ve) Si ce ch√Ęteau est fait de r√™ves, je peux y trouver tout ce que je veux
[ ] (Chair) Mon corps porte les stigmates de mon échec
[X] (Religion) Lorsque ma mission sera achevée, ils se retourneront contre moi

Ruines
[ ] (Corruption) La for√™t voudrait me d√©rober Beaut√©, ma prot√©g√©e. J'ai construit ce ch√Ęteau pour l'en prot√©ger.
[X] (Religion) Les gens de l'extérieur ont fait de Beauté un objet de culte. Je les empêcherai d'accéder à leur prophète.
[ ] (Corruption) La Forêt réussit à guider son champion mieux que moi
[ ] (Rêve) Je ne suis plus que rêves, et ma seule enveloppe physique est Ronce

Beauté
[ ] (Religion) Je veux rejoindre Millevaux pour y devenir une déité
[X] (Chair) Ma mère m'a enfermée, j'ai besoin d'un homme pour me délivrer de cette prison charnelle



Commentaires

1. Six th√®mes, c'est bien pour des parties courtes. On n'a, de toute fa√ßon, pas le temps d'exploiter douze th√®mes en une partie de moins de 2-3h ; les six choisis par contre ont √©t√© tous pr√©sents de fa√ßon assez √©quilibr√©e, m√™me si paradoxalement les r√™ves n'√©taient pas si importants que √ßa (enfin, omnipr√©sents, mais on n'a pas d√©crit en d√©tail un seul r√™ve, on les a plut√īt trait√©s comme une sorte de pure manifestation d'√©gr√©gore un peu abstraite).

2. A nouveau des h√©rauts et des dieux ! Pourtant, la d√©ification de Beaut√© et l'intervention d'un h√©raut de Millevaux sont le fait de Romain, qui n'a pas jou√© la campagne d'Amaranthe. Rien √† voir avec moi :o) Il est pr√©vu de jouer un th√©√Ętre tr√®s chair et sang, proche des id√©es d'Arbre, d'ici peu (demain ?) ; √ßa nous changera.

3. Alors que Romain a divinisé Beauté, j'ai aimé jouer l'inverse : transformer Oniris, qu'on avait initialement définie comme une entité profondément mystique, et lui donner une réalisation charnelle à travers l'Exhumé ; ainsi, la tête animale habituelle dans la mythologie égyptienne m'a mené à faire de mon personnage un Corax, et mon armure a changé pendant la partie pour devenir la robe que portait Oniris dans mes visions. C'était rigolo comme twist !

Et voilà pour aujourd'hui. Peut-être un autre CR demain !

Dernière modification par kF (15 Jan 2016 21:23)

Hors ligne

#105 16 Jan 2016 09:17

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

A. Super, merci de nous faire encore profiter de tes parties !

B. Ce qui retient mon attention dans cette partie, c'est l'aspect cyclique. L'Exhumé rencontre Oniris puis devient Oniris puis devient quelque chose qui s'approche de Ronce...

C. Je te propose le sous-titre suivant :
Dans ce compte-rendu par kF sous Inflorenza Sei, de la fantasy poétique, des rêves, des dieux, des cycles et des corbeaux.


Auteur de Millevaux.
Outsider. √Čnergie cr√©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#106 16 Jan 2016 15:53

kF
membre
Inscription : 26 Sep 2015

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

C. Ca marche !

Hors ligne

#107 17 Jan 2016 02:31

kF
membre
Inscription : 26 Sep 2015

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

CAVERNE CARNAGE

Le groupe de kF s'essaye au chair et sang dans ce huis-clos cavernicole sans tabou et sans pitié.

23958919463_814f2571de_z.jpg
crédits : Alf Igel, Samovaari, sctatepdx, TiZ, Zoriah, licence cc-by-nc

Compte-rendu de la partie du jour ! Cinq joueurs : Alexandre, Rémy, Romain, Florine et moi. Les deux premiers ne connaissaient ni Inflorenza ni Millevaux.

On a √©crit un petit th√©√Ętre √† partir d'un embryon d√©j√† pr√©vu par Romain. Il a voulu nous proposer de jouer quelque chose de plus terre √† terre, et notamment qui soit tr√®s glauque / chair et sang, qui se rapproche plus des intentions d'Arbre, en conservant une lueur d'espoir. Les th√®mes qu'il a propos√© initialement sont tr√®s pr√©cis, plus explicites que ceux du jeu de base ; "sexe", notamment, devait amener des th√®mes qu'on ne voit pas trop dans Chair et Pulsion, pr√©cis√©ment parce que ces th√®mes permettent de faire autre chose si on le souhaite. Bref, il √©tait un peu question de sortir de notre zone de confort. Je pr√©cise qu'on est presque tous joueurs d'une campagne d'Apocalypse World, avec ses fameux sex moves ; on a r√©it√©r√© en d√©but de s√©ance un petit contrat social express, et on s'est mis d'accord pour ne pas d√©crire de sc√®nes de viol en particulier. En fait, le sexe a √©t√© quasiment absent de la partie.

On a par ailleurs pas mal changé les thèmes proposés, en les étendant à 12 (mais ils fonctionnent deux par deux et ont chacun un rapport aigu avec le thème suivant ou précédent). Pour comparaison, voici les 6 thèmes initiaux :

1. Violence
2. Sexe
3. Obscurité
4. Drogues
5. Maladie
6. L√Ęchet√©

et le th√©√Ętre qu'on a finalement choisi :

1. Violence
2. Cruauté
3. Perversion
4. Domination
5. Obscurité
6. Peur
7. Drogues
8. Dépendance
9. Maladie
10. Putréfaction
11. Humanité
12. Douceur

Le setting est plus ou moins pr√©vu √† l'avance par le th√®me Obscurit√©. On jouera dans des souterrains, quelque chose de s√Ľrement tr√®s vaste, plut√īt une grotte naturelle (il me semble !). On laisse Romain le pr√©ciser en commen√ßant le jeu.


Tour 1

Romain - Carnage
Carnage est la leadeuse d'une sorte de gang de bikers. Bon, ils ne sont que quelques-uns, mais ils font peur. Ca fait un moment déjà qu'ils sont dans ces souterrains, sans plus trop savoir comment ils y sont arrivés ; ils ont trouvé ici une communauté qui vivait recluse, et ont largement abusé d'eux, se nourrissant à leurs dépends et massacrant ceux qui s'opposaient à eux. Pour l'instant, ça va bien, mais Carnage s'inquiète un peu de leur avenir commun. Elle a également peur de son propre gang, bande de vaurien auxquels elle ne veut pas ressembler.

Rémy - L'Asticot
Jeune enfant qui vit ici, l'Asticot a vu son père - important ici bas - se faire torturer à mort par les membres du gang de Carnage. Il vit parmi eux maintenant, servile et obéissant, mais rumine sa vengeance. Par contre, la soeur de Carnage l'aide un peu, lui apporte à manger de temps en temps et fait preuve envers lui d'un peu plus d'humanité que les autres.

Florine - Cortizone
Vieille doyenne vivant en marge, plus ou moins sorcière, Cortizone est la grand-mère de l'Asticot. Furieuse contre le gang de Carnage, elle concocte toutes sortes de drogues chez elle et a un plan : elle en met régulièrement dans ce que mangent les bikers pour les rendre accro et s'en servir contre eux, pour du chantage peut-être. Elle est particulièrement attachée à sa famille.

Alexandre - Perversion
Perversion est la soeur de Carnage, le genre wicked qui reste dans son ombre et profite de sa grandeur. Elle aimerait voir sa soeur s'abandonner à sa part d'inhumanité. Elle a remarqué le petit manège de Cortizone et ses drogues, mais n'en a pas parlé ; par contre, en donnant un peu de sa part chaque jour à l'Asticot, elle le drogue lui aussi à l'insu de sa grand-mère. Par ailleurs, Perversion est à l'aise avec la nécrophagie, et se sert régulièrement dans le tas de corps empilés par les bikers après leurs meurtres.

Félix - Couteau
Je me r√©veille dans un lit poisseux de sang frais, le mien. Je suis mutil√©, d√©figur√©, j'ai les cordes vocales arrach√©es ; je suis le p√®re de l'Asticot, pas vraiment mort (ou si ?), en tout cas soign√© et ramen√© √† la conscience par l'anc√™tre, Cortizone. Sit√īt relev√©, je m'empare d'un couteau et fonce vers les huttes de notre communaut√©, rejetant violemment Cortizone, que je laisse pleurant sur son sort et sur la deuxi√®me perte probable de son fils ; j'ai du sang √† faire couler.


Tour 2

Romain - Carnage
Carnage pense contr√īler la situation, elle fait des plans sur l'avenir. Un "soir", rentrant d'une visite aupr√®s de son amant, elle se fait alors violemment agresser par un inconnu sorti des t√©n√®bres, Couteau ; avant qu'elle ait compris ce qui se passe, elle fuit et constate qu'elle n'est pas poursuivie. Elle se r√©fugie chez elle, caut√©rise douloureusement sa plaie avec une torche, et fait son possible pour ne pas crier et rester discr√®te : elle ne veut pas que cette agression, la faiblesse qu'on pourrait deviner d'elle, joue contre elle ; en particulier, elle ne veut pas que sa soeur l'apprenne. L'Asticot par contre, vit dans la m√™me maison et l'a vue...

Rémy - L'Asticot
L'Asticot va immédiatement chercher Perversion, la soeur de Carnage, pour la prévenir de ce qui s'est passé. Il se fait nourrir en échange de son information.
(Note - pendant ce temps, mort non détaillée de Couteau sur un sacrifice obtenu dans un conflit partagé)

Florine - Cortizone
Consciente qu'il faudrait accélérer la procédure, Cortizone se rend dans une petite caverne à l'extérieur du village, qui n'est accessible qu'à elle, dans laquelle elle pratique les rites mortuaires au nom de la communauté. Elle se recueille auprès de ses ancêtres, qui vont l'aider à punir Carnage et son gang. Dans la caverne, elle fait pousser des herbes assez particulières, et récupère notamment une plante qui, infusée, permet de s'ouvrir aux esprits des ancêtres. Elle s'en sert pour fabriquer une drogue à donner aux bikers, qui les confrontera à tous les morts qu'ils ont causés et à l'hostilité du lieu lui-même, à travers des cauchemars oppressants voir directement des hallucinations horrifiques. C'est une réussite ; dans les jours qui suivent, en particulier, Carnage en vient à tuer son amant dans un moment de folie.

Alexandre - Perversion
Dans un flachebacque, on voit Alexandre retrouvant sa soeur blessée après que l'Asticot l'ait prévenue. Perversion se montre pleine de tendresse à son égard, et n'essaye pas de profiter de sa faiblesse ; au fond, elle tient fortement à sa soeur et aurait du mal à vivre seule : elle a besoin qu'elle soit là pour mener, prendre les décisions, briller.
Retour au présent : Perversion est hantée par toutes sortes de visions causées par Cortizone, elle revoit les hommes dont elle a dévoré le corps, relevés comme par magie, accusateurs.

Félix - Empire
Nous sommes les anc√™tres de la communaut√©, invoqu√©s par Cortizone, et nous venons reprendre notre d√Ľ : autrefois, nous √©tions grand, nous √©tions beaux, nous ne vivions pas comme des animaux. Nous avons la forme de figures blanches, faites de poudre d'os inexplicablement anim√©e, portant des v√™tements mortuaires. Nous voulons d√©truire Carnage et ses hommes, mais aussi le reste des vivants. Nous nous d√©ployons autour de la ville, y √©tablissons un discret blocus, et massacrons ceux qui tentent de partir - ils sont nombreux, ces derniers temps, √† essayer de s'enfuir pour laisser la caverne derri√®re eux. Nous amassons de la puissance, passivement, tandis que les morts nous rejoignent un √† un.


Tour 3

Romain - Carnage
Flachebacque. On voit Carnage s'√©veillant dans le lit d'Ours, son amant, assaillie de violentes visions caus√©es par Cortizone. Elle le regarde, et reconnait un instant le visage de Couteau plut√īt que celui d'Ours ; terroris√©e, elle fonce dans un coin de la pi√®ce, prend son fusil et tue son amant, m√™me apr√®s avoir reconnu son vrai visage. Elle sort, toujours nue, tue le pote d'Ours qui trainait dans le coin, et fonce chez sa soeur, la seule qui pourrait la prot√©ger. Elle s'abandonne √† elle : que Perversion lui vole, lui d√©vore cette humanit√© dont elle ne veut plus, et qui lui apparait de plus en plus comme un fardeau. Mystiquement, elle se purge aupr√®s d'elle, et laisse Perversion manger une partie de ses chairs.

Rémy - L'Asticot
On retrouve l'Asticot encore chez Perversion, dont il commence à tomber amoureux. Il quémande, il veut à manger, toujours plus ; il ne rechigne pas devant la chair humaine que lui propose sa protectrice. Ils approfondissent leur lien.

Florine - Cortizone
Cortizone se sent profondément affectée à distance par l'inhumanité de la déshumanisation de Carnage. Inquiète pour son petit-fils qui semble trop tourner autour de Perversion, elle l'appelle, l'invoque dans ses rituels et dans l'égrégore. Mais c'est un échec, et elle comprend que son petit-fils lui est perdu à jamais ; c'est un coup dur pour elle.

Alexandre - Perversion
Apr√®s avoir mang√© une partie de sa soeur, Perversion est devenue Carnarsion, a pris l'Asticot sous son aile, lui fait adopter son mode de vie. Elle lui explique que pour devenir plus fort, il doit manger d'autres humains, des vivants plut√īt ; plus pr√©cis√©ment, des vieillards, des anc√™tres. Bref, elle veut donner √† l'enfant l'envie de d√©vorer sa grand-m√®re.

Félix - Empire
Nous arrivons en ville. Personne n'a la force de nous r√©sister, et nous ne sommes curieusement pas tr√®s vindicatifs pour le moment ; nous nous contentons d'arriver, de remplir les maisons, de dormir dans les lits, manger ce qui est pr√™t, nous r√©chauffer aupr√®s des feux. Les morts rejoignent les vivants dans leur existence, et leur pr√©sence induit une tension palpable : chacun se sent ind√©sirable, mal √† l'aise. Nous nous lan√ßons dans des travaux : nous d√©blayons des gravats, nous nettoyons le sol, nous faisons r√©appara√ģtre des dalles de marbre enfouies sous la terre et le sang, et retrouvons des b√Ętiments de notre viel √Ęge d'or. Enfin, moi, Empire, j'apparais devant la pile de cadavres, que je fais d√©placer pour retrouver un ob√©lisque monumental, devant lequel je m'installe. J'ai r√©uni la population ; je d√©signe quelques volontaires parmi les habitants, des hommes et femmes qui plut√īt que de me tenir t√™te ont accept√© de se soumettre, et les fait sortir de leurs rangs. J'ai d√©cid√© d'√©pargner ceux qui se feraient esclaves de ma volont√© ; je leur fais planter dans le dos six pieux qui marquent leur condition d'esclaves et bloquent les mouvements de leur corps, les for√ßant √† rester recourb√©s, incapables de se tenir droits. J'explique aux autres qu'√† partir de maintenant, c'est la servitude ou la mort.


Tour 4

Romain - Carnage
Carnage en a assez ; elle doit mettre fin à tout ça. Munie de son fusil, elle abat froidement les quelques survivants de son gang, sa soeur exceptée. Puis sent qu'elle doit quelque chose à sa soeur, et qu'il est temps de me confronter. Elle m'attire dans la caverne mortuaire, et me parle, en négociatrice ; elle explique que sa soeur et elle-même ont compris que leur place n'est pas ici, et qu'en conquérantes qu'elles sont, elles devraient partir ; elle essaye d'obtenir de ma part le droit de partir. Mais je le lui refuse, et je la tue. Je la fais méticuleusement dépecer, découper, pièce par pièce ; puis son corps, ses organes, sa peau sont assemblées autour de mon squelette, et je deviens une version hideuse, réanimée, insupportable, de Carnage.

Rémy - L'Asticot
Sur l'injonction de Carnarsion, l'Asticot va trouver sa grand-mère. Insensible, il la tue et découpe son foie avec lequel il revient vers sa protectrice. Celle-ci a été touchée par la mort de sa soeur, et fait désormais reposer sur lui beaucoup de choses : il devient son nouveau partenaire de vie. Elle redevient simplement Perversion et oublie sa soeur.

Florine - Couteau
Revenu des morts, Couteau est un esclave qui travaille à mes chantiers fous. Apercevant son fils Asticot de loin, il est victime d'une violente remontée mémorielle et se souvient de qui il est, et de ce qui s'est passé. Il s'extrait de sa condition et retrouve le corps de sa mère, tuée par l'Asticot. Il pratique sur elle les rites mortuaires qu'elle lui a enseignés, et porte sa dépouille dans la cavernes aux ancêtres. Puis il s'arme, et s'attaque à l'unique but qui motive le reste de son existence :
tuer son fils Asticot, pour le délivrer de l'horrible condition inhumaine dans laquelle il s'est enfoncé ; ce sera un acte de bonté, de charité que de l'accompagner dans la mort et la fin de l'horreur.

Alexandre - Perversion
Il est temps de partir. Perversion trouve l'Asticot, et √† deux, ils s'enfuient pour esp√©rer continuer leur vie ailleurs. Ils parviennent √† traverser le barrage de mes serviteurs et s'en sortent, bien que le voyage leur co√Ľte beaucoup.

Félix - Empire
Depuis que j'ai pris le corps de Carnage, je suis en proie √† des √©motions humaines qui me font souffrir. Quelques mois sont pass√©s, les travaux que j'ai entrepris sont dans une bonne partie termin√©s : la caverne est devenue une ville de marbre, magnifique, mais froide et inhabit√©e ; je r√©alise √† quel point tout ce vide me p√®se, et je vois que ntore grandeur pass√©e ne reviendra pas. Je donne √† mes serviteurs leur ultime t√Ęche : effondrer la caverne, nous ensevelir sous des masses de terre et de roche, et dispara√ģtre en oubliant tout.


Epilogue

Romain - Ours
Mort-vivant, Ours est devenu l'un de mes lieutenants ; c'est un √™tre servile, soumis et cruel, heureux de suivre mes ordres les plus abjects. Il se sent tr√®s li√© √† moi ; ma trag√©die le touche et il finit ensevelit avec moi, s√Ľr de se r√©veiller √† mes c√īt√©s si je venais √† me r√©incarner un jour en ce monde.

Alexandre - Perversion
Perversion et l'Asticot sont parvenus à retrouver la surface ; l'enfant découvre le ciel pour la première fois. Ils ont tout perdu en fuyant, mais également abandonné les horreurs qu'ils ont causées et les pires parts d'eux-mêmes ; ils sont prêts à recommencer une vie ensemble, liés par une affection mutuelle, à la recherche de leur humanité.

Florine - Couteau
Couteau s'en est sorti, et il n'a pas oublié sa mission : mettre fin à la vie de l'être contre-nature qu'est devenu son fils. Lui-même cadavre décomposé, ouvert de toute part, il poursuit les survivants, le couteau à la main...


Feuilles de personnage

Carnage, découpée par Empire
[X] Je ne veux surtout pas perdre mon humanité
[ ] La pile de corps pourrissant menace mon nouveau refuge
[ ] Je suis totalement dépendante de ma soeur pour ma sécurité
[ ] A cause de ce qu'on me sert, j'y vois de moins en moins clair
[ ] J'ai d√Ľ tuer Ours, mon amant, durant une nuit de cauchemars
[ ] L'esprit de Couteau nécrose mon corps
[ ] Même si mon corps est nécrosé, je peux le dominer

L'Asticot
[X] Je veux venger la mort de mon père, torturé à mort
[X] La soeur de Carnage m'apporte un peu de nourriture
[X] Je suis dépendant de la nourriture de Perversion
[ ] Je suis amoureux de Perversion
[X] La nourriture que me donne Perversion ne me satisfait pas tout à fait
[X] Je veux tuer ma grand-mère
[X] J'ai peur d'être rejeté par Perversion

Cortizone, mangée par son petit-fils
[X] (Drogues) Je veux tous les rendre accro
[X] (Dépendance) Je ne sais pas ce que je ferais si je n'avais pas ma famille à laquelle me raccrocher
[X] (Violence) J'attends mon heure, mais je serai sans pitié
[ ] (Obscurit√©) Les esprits des morts r√©clament le respect qui leur est d√Ľ
[ ] (Obscurité) Je ne laisserai personne sombrer comme mon petit-fils
[X] (Domination) Je détiens une partie du pouvoir d'Empire
[ ] (Humanité) Le règne cruel d'Empire me chagrine

Perversion / Carnarsion / Perversion
[X] (Perversion) Je veux libérer ma soeur de son humanité
[X] (Putréfaction) Me nourrir de cadavres me rend plus forte
[ ] (Violence) Quand nous sommes deux, même Millevaux ne peut nous arrêter
[X] (Putréfaction) Si les morts se relèvent, quelle différence y a-t-il à manger un vivant ?
[X] (Peur) Je suis poursuivie par tous ceux auxquels j'ai go√Ľt√©
[X] (Putréfaction) La pourriture de l'esprit est plus profonde que celle du corps
[X] (Peur) Je me raccroche désespérément aux souvenirs de ma soeur

Couteau
[X] (Domination) Je veux laver l'affront qu'ils ont infligé à mon fils, sans qu'il ne me reconnaisse

Empire, enseveli sous les décombres de son univers
[X] (Domination) Nous voulons reprendre aux vivants notre sanctuaire ancien
[ ] (Domination) Il faut s'abandonner à la domination des anciens, et vivre dans l'esclavage de notre grandeur passée
[ ] (Cruauté) Parmi les vivants, ceux que nous marquons servent mes intérêts
[ ] (D√©pendance) Je lis dans l'√Ęme de ceux qui d√©pendent des drogues de Cortizone
[ ] (Humanit√©) Au fond, je suis fait d'humain, et mes actes me d√©go√Ľtent

Couteau, joué par Florine, parti à la poursuite de son fils
[ ] (Domination) Empire ne me contr√īle pas compl√®tement
[ ] (Humanité) Je dois délivrer mon fils
[ ] (Obscurité) Je suis cette voix dans l'ombre
[ ] (Domination) L'équilibre entre les morts et les vivants doit être rétabli
[ ] (Dépendance) Je ne peux exister sans Empire


Commentaires :

1. A nouveau, les débutants sont très rapidement rentrés dedans et ont tout de suite joué des choses très raccord avec Inflorenza et ce setting. La première instance d'Alexandre était particulièrement réussie : son personnage assez crade se connecte à Carnage (c'est sa soeur), à l'Asticot (elle lui donne sa pitance) et indirectement à Cortizone (via ses collations, elle empoisonne l'enfant avec les drogues de la grand-mère). Joli !

2. Finalement, pas de sexe. On l'a inclus dans Domination et Perversion, deux aspects qui évoquaient volontairement plus de choses, mais du coup on n'en a pas amené.

3. La partie était très fun et assez réussie, mais je me suis déçu : rétrospectivement, je pense que le personnage d'Empire était une erreur. Il détonne beaucoup trop avec le reste du cast bien plus orienté drama et n'apportait pas trop de "chair et sang", étant lui-même bien plus qu'un humain. C'était mieux sur la fin, une fois que j'ai récupéré les traits de Carnage, mais je pense quand même que le personnage provient plus de mes autres parties d'Inflorenza (mes personnages sont souvent des mégalo enfermés dans leur égotrip) que du setting présent. Tant pis, je ferai gaffe la prochaine fois.

4. La fin était un super moment de jeu ! Dans le conflit jouant la fuite des survivants, l'Asticot et Perversion ont perdu toutes leurs phrases sauf une chacun : les phrases qui les reliaient l'un à l'autre. Ce qui a mené à broder un épilogue plein d'espoir autour du fait qu'ils ont laissé dans la caverne leurs penchants les plus vicieux pour se concentrer sur leur humanité et leur tendresse. Du coup, la mission de délivrance de Couteau perd tout son sens, et Couteau devient un mort réanimé qui veut massacrer un petit garçon pour des raisons terriblement fausses... Très stylé !

5. Au final, le th√©√Ętre glauque marchait pas mal, m√™me si √ßa ne ressemblait pas √† ce qu'on pensait (et Empire en est assez responsable, d'ailleurs). Le th√®me le plus utilis√© a √©t√© Putr√©faction ; Maladie n'est jamais tomb√© et est le seul √† n'avoir pas du tout intervenu, Peur a un peu trop manqu√© √† l'appel aussi. Domination est devenu en jeu le th√®me-phrare d'Empire, D√©pendances a √©t√© utilis√© de plein de fa√ßon amusantes (pas que pour les drogues : Carnage √©tait d√©pendante de sa soeur, et √ßa s'est av√©r√© tr√®s r√©ciproque). Humanit√© et Douceur ont fait des merveilles √† la fin. Obscurit√© √©tait un th√®me un peu bizarre. Il colorait √©videmment le setting - on voulait jouer dans un endroit plong√© dans les t√©n√®bres, o√Ļ on n'y voit rien √† trois m√®tres - mais ce n'est pas un si bon th√®me de jeu. Finalement, il fait juste sortir des choses du noir. C'est surtout Florine qui l'a utilis√©, et a d√©crit les spectres et les esprits des anc√™tres qui lui apparaissaient dans le noir.

Et voilà pour aujourd'hui ! Au passage, pour les titres / sous-titres / photomontages que tu proposes, le mieux serait que tu les ajoutes d'office, et je me permettrai de te prévenir dans la journée s'ils ne me conviennent ; je repasse toujours sur le forum dans les jours qui suivent un compte-rendu, donc un ou deux jours de mutisme constituent une acceptation tacite.

Dernière modification par kF (17 Jan 2016 03:07)

Hors ligne

#108 18 Jan 2016 14:10

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

A. C'est tr√®s sympa que votre groupe se soit essay√© au chair et sang ! Enfin, plus encore que ce que j'appelle du chair et sang (c'est-√†-dire du jeu survivaliste, gore et street level), j'ai l'impression d'avoir affaire ici avec ce qu'Eug√©nie appelle jouer avec du gravier, c'est-√†-dire une forme de jeu o√Ļ on √©vite de se fixer des tabous, et en l'occurence on s'autorise, en tant que joueur.se.s, √† aller loin. C'est une fa√ßon de jouer que j'ai vu √† son paroxysme dans Psychopathe Land !, ce rapport de partie d'un jeu de Fr√©d√©ric Sintes et de son √©pouse M√©lanie, qu'on retrouve aussi dans S'√©chapper des Faubourgs, par exemple avec ce rapport de partie : La mort en ronde.

J'ai tendance à penser que le jeu avec du gravier, ou le jeu défouloir se prête bien à Inflorenza parce que c'est un jeu assez safe du fait que ce sont les joueur.se.s qui décrivent les puissances, souffrances et sacrifices de leurs personnages, et qu'en règle générale, chaque joueur a le dernier mot sur ce qui concerne son personnage, et aussi parce que c'est un jeu esthétique, pour en témoigner il y a les rapports de partie La Cité de la Chair et Zone Cancer (avec, tiens donc, Eugénie au casting). Jouer avec du gravier dans un jeu moral, c'est nettement plus "risky business" du point de vue de la sensibilité des joueurs parce qu'il y a une identification plus forte à son personnage et ce type de jeu protège volontairement moins le personnage, sinon les dilemmes moraux sont impossibles. J'en ai fait l'expérience à Apocalypse Word, cf ce rapport de partie : Comment jouer avec le feu ?

B. J'aime beaucoup le th√©√Ętre cavernicole ! C'est finalement assez rare √† Millevaux. J'ai fait une s√©ance dans des galeries souterraines mais c'√©tait au d√©but de l'univers, il n'en subsiste pas de compte-rendu. Sinon, il y a Glaise, la cit√© troglodyte dans le compte-rendu Glaise.

1. Je suis très content de voir que des néophytes s'installent dans le jeu avec aisance. Félicitations à eux, et à vous pour le cadrage !

2. C'est sans doute assez logique que le sexe ait disparu de l'aventure jou√©e √† partir du moment o√Ļ vous l'avez retir√© des symboles, ou pour le moins absorb√© dans des symboles plus larges.

3. Au final, Empire comme Titan, Mangrove ou Amaranthe dans la campagne d'Amaranthe, ce sont des Horlas : ils sont au-del√† de la condition humaine, et en effet ils am√®nent la partie vers autre chose que du chair et sang ou du jeu-gravier. Que penses-tu de tenter de jouer avec la r√®gle suivante : "Personne ne joue un horla" ? Dans le livre de base, il y a aussi la variante : "R√©alisme magique", o√Ļ on interdit aux personnages d'avoir des pouvoirs surnaturels.

5. Avec un th√©√Ętre √† douze symboles, on a beaucoup de mati√®re, et donc au final beaucoup de symboles passeront √† la trappe. On resserre plus les th√©matiques si on joue en Inflorenza sei.


Auteur de Millevaux.
Outsider. √Čnergie cr√©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

#109 18 Jan 2016 21:43

kF
membre
Inscription : 26 Sep 2015

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

A. Ah oui, j'ai commenc√© √† lire le blog d'Eug√©nie depuis que tu me l'as link√©, et j'avais d'ailleurs envoy√© le lien de cet article √† notre table AW (qui est, pour le coup, assez soft - mais les autres joueurs ont plus d'exp√©rience sur le jeu et ont fait des trucs plus crades dessus par le pass√©, je crois). En pratique, on s'interdisait quand m√™me de d√©tailler du viol et des sc√®nes du style, mais √ßa pouvait bien avoir lu, juste off-screen. J'ai envie d'explorer plus avant dans cette direction, pour voir jusqu'o√Ļ je peux aller dans le d√©go√Ľt et le d√©rangeant ; le probl√®me, c'est que j'ai peur d'entrer dans la surench√®re et de perdre de vue l'objectif r√īliste. Je ne vais pas rentrer dans les d√©tails √† propos de ce point, pour le moment en tout cas - ce n'est pas mon objectif le plus urgent aujourd'hui, j'attends d'avoir une occasion vraiment adapt√©e o√Ļ je n'aie pas peur de faire une connerie avec ma table.

Cette s√©ance √©tait plut√īt crade, mais "√ßa allait" : je n'ai pas l'impression d'√™tre sorti de notre zone de confort. En comparaison, la mort de Brindille dans ma campagne du nouvel an reste la sc√®ne la plus hardcore que j'ai jou√©e sous Inflorenza : du cannibalisme encore une fois, mais qui d√©tonnait parce qu'il ressortait pour √™tre d√©sesp√©r√©ment humain (on a d√©crit Zeus incapable de finir de manger le corps, vomissant pour manger plus, incapable de broyer les os avec ses dents, etc) au milieu d'un √©v√®nement hyper fantastique. Ici, on √©tait pr√©par√©s √† jouer du glauque, et si on avait voulu appuyer √† fond sur l'horreur de ce qu'on a fait, il aurait peut-√™tre fallu en jouer moins, et se donner plus de points de rep√®re "normaux" pour mieux faire ressortir l'immoralit√©. D'ailleurs, Eug√©nie aussi √©voquait cette n√©cessit√© de garder des points de rep√®re dans le glauque (mais avec un autre objectif, celui de ne pas perdre le nord et ne pas sombrer dans le d√©fouloir gratuit).


B. La source d'inspiration de Romain pour la caverne, c'est pourtant un compte-rendu que tu as posté ! Je disais qu'on avait voulu jouer quelque chose de plus proche d'Arbre dans l'idée (ça n'était peut-être pas si chair et sang que ça, mais c'est un peu parce que la partie n'a pas suivi les rails prévus) ; en fait, on avait initialement en tête la partie dans le tunnel sous la Manche, pas naturel mais résolument souterrain.

Il y a un mois ou deux, on avait jou√© √† deux une partie qui avait finie dans une immense caverne aussi. En explorant un bunker √† la recherche d'un missile pour d√©truire le Mur de la honte, j'avais d√©couvert l'acc√®s √† une soci√©t√© souterraine, des sortes d'humains qui vivaient suffisamment profond pour √©chapper √† l'essentiel de la corruption et de l'√©gr√©gore. A leur contact, j'avais retrouv√© des automatismes d'ancien tyran, j'√©tais devenu leur nouveau ma√ģtre et j'avais compl√®tement corrompu leur soci√©t√© en la refondant autour de la terreur. Quand je disais jouer g√©n√©ralement des m√©galos...


2. Oui, c'est d'ailleurs un mouvement qui s'est fait dans les deux sens : Romain proposait un th√®me "Sexe" plut√īt que Pulsion ou Chair parce que ces derneirs th√®mes permettent pr√©cis√©ment de prendre autre chose si on veut √©vite de parler de cul, ce qu'on fait g√©n√©ralement ; mais finalement, on l'a transform√© en Perversion et Domination, et il s'est pass√© exactement la m√™me chose. Il reste toujours √† tester un jour un th√©√Ętre qui parle vraiment explicitement de sexe, pour voir ce qu'on arrive √† faire avec - je suis convaincu que ce serait int√©ressant / enrichissant, mais je ne sais toujours pas si j'arriverai √† cr√©er du bon jeu avec une telle mati√®re. Apr√®s coup, je pense que j'ai besoin de lire et r√©fl√©chir un peu plus sur le sujet.

3. Oui, et d'ailleurs, je pense que c'était peut-être quelque chose qu'on attendait implicitement à cette table. C'était aussi l'esprit dans lequel je jouais au début, mais passé un certain point, je me suis dit que ça pourrait relancer efficacement le setting d'ajouter des thématiques plus "grandes" ; ça a surtout bridé la partie drame plus "intime" de la partie (les histoires de famille et de déshumanisation) en apportant une histoire de vieille civilisation qui arrivait comme un cheveu dans la soupe.

En pratique, rester √† bas niveau jusqu'√† la fin est certainement la bonne chose √† faire, par contre je n'irai pas forc√©ment interdire les horlas : un truc dans le style de l'Araign√©e aurait eu sa place, par exemple. D'ailleurs, pour moi, Couteau √©tait d√©j√† pratiquement un horla, vu qu'il √©tait cens√© √™tre explicitement mort (j'avais d√©crit le personnage avec le cr√Ęne ouvert et un bout de cerveau visible, et j'avais dit que sa survie √©tait inexplicable).

Hors ligne

#110 19 Jan 2016 14:32

Thomas Munier
un jeu par mois, tranquille
Inscription : 05 Feb 2008

Re : [Inflorenza] Comptes-rendus de partie sans Thomas Munier

B. Oui, pour le coup, le Tunnel sous la Manche, c'est en effet souterrain, si l'on inclut les souterrains artificiels. Tout comme toutes les parties ayant eu lieu dans Metro, par exemple Styx, toujours sous Arbre. En tout cas, je suis content d'apprendre que ces "vieux" comptes-rendus sont lus !
Je dis que les souterrains sont représentatifs de Millevaux, parce que déjà avec le couvert permanent des arbres, et même le ciel lui-même opaque et épais, il y a une dimension d'enfermement et de ténèbres dans l'univers.

B'. J'aime beaucoup votre aventure o√Ļ vous d√©couvrez une population pr√©serv√©e de l'emprise et de l'√©gr√©gore au fond des souterraine (c'√©tait une sorte de peuple premier candide ?), et que le personnage les corrompt et les tyrannise.

2. Pour créer du bon jeu avec le thème du sexe, peut-être que juste en faire un thème est insuffisant. Peut-être que tu peux demander à ce que la première phrase de chaque personnage définisse son rapport au sexe ou les liens sexuels qu'il a avec les autres personnages. Peut-être que tu peux envisager de faire du sexe un véritable enjeu ludique, par exemple avec un système de magie sexuelle (et si l'orgasme permettait de revisiter un souvenir perdu ? Est-ce qu'on échange des souvenirs avec son partenaire sexuel ? Est-ce qu'on absorbe son égrégore ? Est-ce que l'orgasme produit de l'égrégore ? Est-ce qu'on est dans une société ou le sexe remplace le combat ? etc...).

3. Oui, Couteau ça passe encore. C'est certes un horla du fait que c'est un mort-vivant, mais il a des liens avec les autres personnages (Empire c'est vraiment un concept, et ses motivations sont conceptuelles, il n'est pas lié aux autres personnages) et il se comporte de façon humaine : la vengeance, l'amour filial, la colère... avec des moyens à peu près humains. C'est sans doute jouer un personnage trop puissant ou l'absence de liens forts avec les autres personnages qui tue le jeu intimiste. Je voudrais éviter d'émettre un jugement péremptoire, le jeu intimiste, ou pour le moins "centré sur les personnages", c'est avant tout une feuille de route qu'on doit avoir en tête plus qu'un ensemble de contraintes.


Auteur de Millevaux.
Outsider. √Čnergie cr√©ative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Hors ligne

Pied de page des forums